<<Retour

 

F.B. Le texte du père Jean Dupuy a été restitué en adaptant la graphie de l’époque (début du XVIIe siècle) pour une meilleure lecture: quand il y a lieu, les i sont transformés en j, les v en u et les β par « ss ». Les abréviations õ, ã, ẽ sont retranscrites en « on » ou « om », « an » ou « am », « en » ou « em ». L’accentuation (ou l’absence d’accentuation) du texte original a été respectée.

 

 

L’Estat de L’Eglise du Périgord depuis le christianisme,

 

par le R.P. Jean Dupuy, Récollect

 

 

Table des matières.

 

Epitre dédicatoire

Approbations des docteurs

Introduction                                                                                                                                             p. 1

S. Front premier evesque et apostre du Perigord                                                                               p. 21

                   Chapitre I                                                                                                                              p. 21

                                Observations sur ce chapitre                                                                                 p. 22

                   Chapitre II                                                                                                                             p. 32

                                Observations sur ce chapitre                                                                                 p. 33

                   Chapitre III                                                                                                                           p. 40

                                Observations sur ce chapitre                                                                                 p. 41

                   Chapitre IIII                                                                                                                         p. 49

                                Observations sur ce chapitre                                                                                 p. 50

                   Chapitre V                                                                                                                             p. 61

                                Observations sur ce chapitre                                                                                 p. 64

                   Chapitre VI                                                                                                                           p. 68

                                Observations sur ce chapitre                                                                                 p. 80

 

S. Anianus II evesque ; de Vespasian Empereur l’an 5                                                                   p. 88

Chronopius III evesque ; de l’Empire romain                                                                                   p. 89

Siège vacant à cause des persécutions                                                                                                p. 91

Pegasius evesque ; de l’Empire d’Honorius                                                                                       p. 98

Chronopius evesque ; Alaric Roy d’Aquitaine                                                                                  p. 109

Charterius evesque ; Gontran 10e Roy d’Aquitaine                                                                         p. 131

Saffarius evesque ; Childebert Roy d’Aquitaine                                                                              p. 143

Siège vacant à cause des guerres                                                                                                         p. 151

Bertrandus, Reymundus, ...., evesques                                                                                               p. 159

Sebaldus evesque ; Guillelmus Duc d’Aqutaine                                                                                p. 209

Froterius evesque ; Guillelmus 3e du nom, 6e Duc d’Aquitaine                                                      p. 214

Martin Boso evesque ; Guillelmus Duc d’Aquitaine                                                                        p. 221

Rodolphus de Cohalia ; Guillelmus Duc d’Aquitaine                                                                      p. 222

 

Notes critiques par l’Abbé Audierne                                                                                                    p. 225

                   Biographie du P. Dupuy                                                                                                      p. 225

                   Note a                                                                                                                                     p. 228

                   Note b                                                                                                                                     p. 235

                   Note c                                                                                                                                     p. 237

                   Note d                                                                                                                                     p. 237

                   Note e                                                                                                                                     p. 239

                   Note f                                                                                                                                     p. 240

                   Note g                                                                                                                                     p. 240

                   Note h                                                                                                                                     p. 242

                   Note i                                                                                                                                      p. 244

                   Note j                                                                                                                                      p. 248

                   Note k                                                                                                                                     p. 256

                   Note l                                                                                                                                      p. 260

                   Note m                                                                                                                                   p. 262

                   Note n                                                                                                                                     p. 266

                   Note o                                                                                                                                     p. 272

                   Note p                                                                                                                                     p. 272

                   Note q                                                                                                                                     p. 273

                   Note r                                                                                                                                      p. 274

 

 

 

 

L’Estat

de

L’Eglise du Périgord

depuis le christianisme,

 

par le R.P. Jean Dupuy, Récollect

 

A Périgueux,

par Pierre & Jean Dalvy Imprimeurs

& marchands libraire, 1629,

avec approbation.

 

 

 

 

 

 

 

AU TRES-DIGNE

ET VIGILANT PASTEUR

FRANCOIS DE LA BERAUDIERE

EVESQUE DE PERIGUEUX

ABBE DE NOUAILLE
CONSEILLER DU ROY

EN SES CONSEILS D’ESTAT ET

PRIVE, ET SES COURS DES PARLEMENTS

DE PARIS ET BOURDEAUX.

 

 

Monseigneur,

Me voicy derechef à vos pieds les mains chargées de branches d’olive, & de lauriers, recueillis dans l’héritage de l’Apostre du Perigord duquel aujourd’huy apres seize cens ans, vous estes recogneu legitime successeur & le tres juste possesseur. Je rends à votre Siege Episcopal ce qui luy appartient; puis qu’il à produit dans les siècles passez & les victoires signalées sur l’enfer, & les douceurs de la religion catholique, toute pacifique en ses divines operations. Aussi selon le dire de Sainct Cyprian, le champ de l’Eglise faict tousjours germer ses guirlandes pour salarier, soit en paix, soit en guerre, les champions du Christianisme. L’ombre de vos lauriers seront l’azile sacré contre les foudres & carreaux qui frappent bien souvent les ouvrages les plus releuez Tandis que David fut dans le peril journalier des armes, il pria le Roy de Moab de retirer ses bons pere & mere dans sa maison Royale hors l’hazard d’un Mars capricieux; aussi tandis que durant cinq ans je me suis treuvé dans la meslée des armes spiritueles, occupé contre l’heresie dans votre mission de Bragerac, j’ay voulu mettre soubs la protection de votre Royal Sacerdoce, les actes du glorieux S. Front, le vray pere qui par l’Evangile nous a engendrés, & de l’Eglise du Perigord qui comme une bonne mere nous a enfantez:; car je recognois vostre Chaire Episcopale estre un lieu tout sacrosainct, où le fleau rigoureux ne peut aborder, puis que les sieges de nos Prelats sont, comme disoit nostre Roy Charles le Chauve le Throne de Dieu mesme, dans lequel il siege & y prononce ses arrests tres equitables. Je choisis aussi l’ombrage des rinçeaux d’Olive, symbole de la paix & misericorde, qui par vos charitables liberalitez croist à foison dans votre Dioceze, pour y mettre à couvert ce qui encor n’a veu le jour, de peur que les antiquitez sacrées que j’ai tiré de l’obscurité des tenebres, ne perdent la clarté pour avoir esté trop soudain produites en lumiere. Le travail mis à creuzer & piocher les veines de ce thresor m’a esté tres doux, puis qu’il estoit caché dans le champ spirituel appartenant a un si gracieux & aymable pere de famille, qui non seulement par son office possede les ames de ses Diocezains; mais, comme jadis sainct Ambroise dans Milan, s’est mis en propre les corps, les biens, & les affections de tous par sa bonté toute paternele. Et quoy que l’abnegation religieuse, si essentiele & affectée à l’ordre que je professe, m’ayant instille par l’oreille l’oubli de mon peuple & de toute la parantele, ne permette que j’aye le coeur à ce champ, où le thresor est caché. Je tiens pourtant à singuliere religion & pieté avec sainct Paul, le travail mis pour le salut de mes concitoyens, & le souvenir du lieu ou par le baptesme j’ai receu l’esprit & la vie du Christianisme. Le grand sainct Louys, non moins religieux que le tres puissant Monarque, parmi les discours de ses Chevaliers sur l’honneur qu’on pouvoit acquerir, & moy dict-il, je n’ay jamais reçeu tant d’honneur quà Poyssi, & s’explicant apres la suspension de leurs esprits, dict que c’estoit la où il avoit receu le sainct baptesme; & escrivant à ses intimes i se souscrivoit Louys de Poyssi, comme le plus noble tiltre de sa Couronne. Desja l’eau de despart qu’une religion si destachée des affections humaines nous donne dès l’entrée comme pour un second baptesme a peu separer l’or d’avec les autres metaus de plus bas aloy, & l’esprit d’avec le marc & la lytarge crasseuse, pour mettre l’un à l’oubli & reccuillir l’autre pour l’offrir à mon Dieu, & à votre Seigneurie qui dans vostre Siege Episcopal tient sa place. J’advoueray bien volontiers que cèt opuscule n’est de grand prix comme n’estant encore enrichi de toutes ses perfections; mais je m’asseure fort & sur la discretion des lecteurs, qui eu esgard au subject ardu & jugé souvent impossible, seront contrains de loüer mesmes ses deffauts & manquemens, & sur vostre bonté paternele qui me servira d’antidote contre la mauvestié de ceux qui ne pouvant dire mal par raison, le font bien souvent par un prurit & demangeson de bec coustumier à piquoter tout ce qui de nouveau se produit dans le public. Si faut-il pourtant qu’ils advouent dans cette Province, aussi bien que chez les Grecs, que le μωμαζ y’est plus aisé que le μιμεγζ, & la censeure plus facile que l’imitation. L’un & l’autre leur semblera esgalement difficile contre cèt oeuvre, pourveu qu’il soit authorité & muni par vos paterneles benedictions, que vous demande humblement celuy qui sera à jamais.

 

DE VOSTRE SEIGNEURIE,

Le tres-humble & affectioné serviteur en Jesus-Christ.

P. Jean DUPUY.

Recollect indigne.

De nostre cellule ce jour de la Vierge en septembre 1629.

 

 

 

 

APPROBATIONS

DES DOCTEURS

 

Nous Jean Tarde Prestre & Chanoine Theologal de l’Eglise Cathedrale de Sarlat certifie avoir veu & leu attentivement un livre intitulé l’Estat de l’Eglise du Perigord, depuis le Christianisme jusques a present, composé par le R.P. J. Dupuy, Religieux Recollect, & Gardien au Convent dudit Ordre en ladicte vile, auquel livre je n’ay trouvé rien qui soit contraire à la Religion Chrestienne Catholique Apostolique & Romaine, ny aux bonnes moeurs, & le juge digne d’estre imprimé pour beaucoup de raisons, & mesme pour faire voir la succession des Pasteurs en ladicte Eglise. Faict à Sarlat le vingtiesme Apvril mil six cens vingt-neuf.

 

TARDE Chanoine Theologal en l’Esglise

Cathedrale de Sarlat.

 

APPROBATION.

 

Je soubs signé Pascal de Labrousse, prestre & Docteur en Theologie, Chanoine en l’Eglise Cathedrale de Sarlat, & curé de ladicte ville, atteste avoir leu un livre intitulé l’Estat de l’Eglise du Périgord depuis le Christianisme, composé par le venerable Pere Jean Dupuy Gardien des Freres Mineurs Recollects de ladicte ville de Sarlat, & en iceluy n’avoir trouvé rien de contraire ny aux bonnes moeurs, ny à la Foy Catholique Apostolique & Romaine; & le juge tres-digne d’estre communiqué au public pour faire voir aux Catholiques la Foy, zele & devotion de leurs ancestres; & aux heretiques la continuele succession des Pasteurs en l’Eglise Romaine, en tesmoignage dequoy ay signé à Sarlat ce vingt-neufviesme du mois d’Apvril mil six cens vingt-neuf.

 

P. Delabrousse.

 

 

APPROBATION.

 

Nous soubs signés lecteurs en Theologie, certiffions avoir veu & leu par le commandement du R. Leon Vacquier Provincial en la provinces des Peres Recollects de Guyene, ce livre qui contient l’Estat de l’Eglise du Perigord, depuis ke Christianisme, composé par le R. P. Jean Dupuy Religieux de la mesme Province, & gardien en nostre Convent de Sarlat, auquel n’avons rien trouvé qui ne soit conforme à la doctrine ortodoxe & qui ne merite la presse. Faict en nostre Convent de Tulle le second de Juin mil six cens vingt-neuf.

 

F. Hilaire Nauche.

Lecteur en Theologie, & definiteur des Peres

Recollects en la provonce de Guyene.

 

F. Joseph Javaneau.

Lecteur en Theologie & Gardien au Convent

des P. Recollects de Tulle.

 

 

APPROBATION.

 

Je soubs-signé Docteur en Theologie Archidiacre & Chanoine Theologal en l’Eglise Cathedrale de Perigueux, atteste avoir veu & leu, un livre composé par le R.P. Jean Dupuy, Recollect intitulé, l’Estat de l’Eglise du Perigord, depuis le Christianisme, auquel n’ay trouvé aucune chose contraire à la foy Catholique Apostolique & Romaine; & partant je l’estime digne d’estre imprimé pour le contentement de ceux qui sont curieux de l’histoire des Prelats de la presente Eglise de Perigueux. Faict en mon cabinet de la mesme ville, le vingt-septiesme Aoust mil six cens vingt-neuf.

 

Pichard.

 

 

LICENCE DU R.P. PROVINCIAL.

 

Nous F. Leon Vacquier Provincial des Freres Mineurs Recollects en Guyene, veu l’approbation des Docteurs permettons au P. Jean Dupuy Gardien en nostre Convent de Sarlat, de faire imprimer le livre qu’il a composé de l’Estat de l’Eglise du Perigord, depuis le Christianisme. Faict à nostre Convent de Sarlat, ce jour de sainct Jean Baptiste, mil six cens vingt-neuf.

 

F. Leon Vacquier

Ministre Provincial.

 

 

APPROBATION ET LICENCE

DE MONSEIGNEUR L’EVESQUE.

 

Francois de la Beraudiere par permission divine & authorité du S. Siege Apostolique, Evesque de Perigueux; Veu & releu un livre intitulé, l’Estat de l’Eglise du Perigord, depuis le Christianisme, ensemble l’approbation d’iceluy baillée par les docteurs; avons permis au R.P. Jean Dupuy Recollects qui en est l’autheur de le faire imprimer, comme estant tres necessaire pour l’edification & consolation des Catholiques de nostre Dioceze. En foy dequoy avons signe ces presentes, & faict contresigner par nostre Secretaire. A Perigueux le quinziesme Aoust, mil six cens vingt neuf.

 

F. de La Beraudiere E. de Perigueux.

Par commandement de mondict Seigneur,

Pochon Secretaire.

 

 

AD AUTHOREM.

 

P Rotulit ex puteo Peteus verum auspice Christo,

Dum Procerum patriae nomina, facta refert,

O decus omne tuis! genio, pietate, labori

Vesulidum merces, fama perennis erit.

 

FR. EPIS. PETR.

 

 

 

 

 

― Page 1 ―

 

L’ESTAT DE

L’EGLISE DU PERIGORD

DEPUIS LE CHRISTIANISME

 

 

INTRODUCTION.

 

 

Louöns les hommes excellens, & nos Peres qui nous ont engendrez; le Seigneur par eux à faict grand gloire, dès le commencement par sa magnificence. (en marge: Eccles. 44)

 

(en marge: L’honneur recompense de la vertu) La gloire & l’honneur, suivant l’Apostre, sont l’ordinaire guerdon de la vertu (en marge: Roma 2. v.7), & comme le rayon suit son soleil, aussi la loüange suit la saincteté de vie; qui de faict n’a besoing de nos eloges & acclamations, non plus que les murailles revestues de jaspe & de porphyre bien lissé n’empruntent leur beauté des couleurs de quelques peinture bigarrée, & contentes de leur esclat, laissent ce fard pour les paroirs de plastre ou de blocage; neanmoins c’est à nous de tesmoigner en quelque façon par une affectueuse recognoissance les devoirs ausquels les enfants formez à la pieté sont obligez envers ceux qui les ont engendrez (en marge: I. Cor. v. 15)

 

― Page 2 ―

 

par l’Evangile, de peur que leur ingratitude ne fletrisse le renom d’estre sortis de si nobles & si saincts bisayeulx. Bien est vray que maintefois nostre loüange ternit plus le lustre de leur grandeur, qu’il ne le rehausse, & souvent (comme disoit S. Maxime de Thurin, parlant de S. Eusebe de Verselles) (en marge: Maxim. Taur. Ser. de S. Euseb. Vers.) lors que nous pensons avoir adjousté aux loüanges de ces saincts & tres-heureux Peres, c’est pour lors que nous en avons rongné, puis que la grace de leur loüanges ne veut estre exposée par paroles, mais approuvée par les oeuvres.

(en marge: Honneur par la loüange) Si est-ce pourtant que S. Gregoire de Nazianse (en marge: Gregor. Nazian. orat. 19 de S. Cypr. mart.) ne veut ça bas donner d’autre recompense aux merites du grand Martyr S. Cyprian que le panegyrique qu’il luy dresse. Voyla, luy dit-il, ô sainct homme divin! les premices de mes Sermons, voyla aussi le guerdon de vostre doctrine & de vos combats, qui ne sera l’olive des olympiques, ny les pommes vrayes bagatelles de Delphes, ou la branche du pin de l’Istme, ny la hache de Nemée qui salarioit les pages infortunez; mais ce sera mon Sermon; puis qu’il n’y a rien qui duise davantage auz ouvriers de la divine parole; ainsi nous faudra-il payer nostre tribut hommager par la loüange de leurs merites.

(en marge: Devoirs) Toutes les loix de la nature gravées dans les tables de nos coeurs nous obligent, (en marge: Eccles. ibid. v10) à ne mettre en oubly les bien-faicts de ces hommes de misericorde, à la lignée desquels demeure un riche heritage; mais encore de surcroy les loix sacrées de religions nous demandent quelqu’une des appartenances

 

― Page 3 ―

 

de l’honneur, afin de faire vivre le nom (en marge: Arist. lib. I. rhet. c. 5) des justes apres leur sepulchre dans l’Eglise militante, sans que nostre religieuse pieté puisse estre soubçonnée de flaterie, ny blasmée de temerité, La Loüange, dict S. Augustin, est posée (en marge: August. in Psal. 150) en lieu d’asseurance lors qu’elle se fonde sur les grandeurs de Dieu, pour qui l’Encomiaste ne rougira jamais. Et lors que nous retirons de la ruine des siecles passez les faits memorables & signalez de nos premiers Prelats afin de les presenter pour prototype de vertu à nos siecles pervertis? n’est-ce pas estaller les merveilles de Dieu, qui a esté admirable en ses saincts (en marge: Psal. 67. v. 36), leur servant de base & de colomne sur laquelle il a efleué ces Dieux, par lesquels il a tiré plus veritablement que le veau d’or les vrais enfans (en marge: Exod. 32. v. 4) d’Israel de l’Ægypte infidele, estant glorifié en leurs victoires, & celebré par leurs triomphes. C’est donc à juste tiltre que les nations parleront de leur sagesse, l’Eglise racontera leurs loüange, & leur posterité qui demeurera à jamais ne permettra que leur gloire soit effacée (en marge: Eccles. ibid. v. 15 & 13.)

(en marge: Soing de l’Eglise pour honorer les fideles) De faict l’Eglise Catholique pour honnorer son espoux à toujours dès sa naissance soigné specialement que les actes heroïques de ses enfans fussent transmis à la posterité; ainsi le livre des Pontifes Romains, qui portent le nom de Damase, tesmoigne que S. Clement destina sept Notaires fideles à l’Eglise (en marge: Ex Damaso in Clement) pour recueillir curieusement les actes des Martyrs qui escherroient dans le département qu’il leur fit

 

― Page 4 ―

 

de la ville de Rome, reduisant les quatorze cantons de l’ancienne division à sept, (en marge: Idem in Fabi.) sur lesquels du depuis le Pape Fabian mit sept Diacres & autant de Soubs-diacres appellez Regionaires, pour surintendans; à ce que ces Officiers sacrez, comme tout autant d’yeux veillassent pour recueillir fidelement les memoires qui seroient transportez aux monumens de l’Eglise, comme partiqua le Pape Antherus (en marge: Idem in Anthero.), lors qu’il mit dans les archives de l’Eglise (en marge: Monumens de l’Eglise) ce que soigneusement il avoit recueilly des Notaires deputez, non seulement pour escrire les faits des Martyrs; mais encore tout ce qui concernoit l’estat Ecclesiastique. Ce sacré memorial estoit si fidelement gardé parmy les fideles, que dans l’effroyables orage de la persecution, qui porta la rage de Diocletian contre nos livres sacrez (en marge: Euseb. hist. lib. 8. C. 2. & 3.) lesquels par un edict infernal il condamna au feu; toutesfois parmy le petit nombre de quelques faux Freres effrayez par l’horreur des tourmants, qui traitreusement livrerent les cayers sacrez, dont il furent appellez, traditores, les milliers entiers des Chrestiens aymerent mieux abandonner eur corps & leur vie aux bourreaux, que livrer aux flammes les memoriaux (en marge: conservez) de leurs saincts predecesseurs & Peres du Christianisme. Livres saincts honorez si religieusement, que l’Eglise Orientale & Occidentale n’a manqué de faire lire au peuple au jour anniversaire du decez des Saincts les extraicts & abregez de leurs actes, comme nous

 

― Page 5 ―

 

le trouvons commandé dans le Canon troisiesme (en marge: Consil. Cartag. habentur Canones in Cons. Affricano. Cart. 3. c. 47) du Concile Provincial de Carthage, tenu l’an 401. Et derechef au Concile troisiesme tenu au mesme lieu, lors que les Peres deffendirent aux Lecteurs Ecclesiastiques de lire autre chose en l’Eglise que les escritures Canoniques, ils en excepterent les lectures anniversaires des Passions des Martyrs, & par consequent les anniversaires des saincts Prelats, à ce que le bon oeuvre qu’ils avoient faict, durant leur vivant envers Jesus-Christ (en marge: Mat. 26. v. 13), comme il l’avoit promis à la Magdelene, fut annoncé par tout où l’Evangile seroit presché.

(en marge: L’Eglise de France Joüée) Si jamais aucune nation de toute la Chrestienté a esté obligée à la recherche de leurs premiers Apostres, Evesques & Martyrs, c’est par special l’Eglise de France, laquelle par l’esclat de sa foy (en marge: Greg. lib. 5. epist. 6 ad Brunechil.), suivant le loüable tesmoignage de S. Gregoire le grand, a toujours brillé parmy la perfidie des autres nations, tout autant qu’un phare lumineux emmy les tenebres de la nuict, comme ayant des premieres du monde receu le flambeau de l’Evangile de la main de l’Eglise Romaine, maitresse & matrice de toutes les Eglises, comme n’ayant jamais dans les premiers siecles, conceu ny avorté les monstres des heresies (en marge: Hieron. adv. vigil.), comme parle S. Hierosme, toutes les autres Eglises ayant à leur notable dommage couvé dès le commencement, & esclos des formillieresde vipereaux, qui par leur naissance leur ont ravy la vie; comme n’ayant esté flestrie (en marge: Bernard. Bonau. in vit. S. Ber. C I, l. 2) de

 

― Page 6 ―

 

quelque ignominieuse faction, & n’ayant forgé d’idole dans l’Eglise, ou honoré quelque monstre dans le Siege de Sainct Pierre tandis que les autres nations leur flechissoient le genoüil; ains au contraire ses Pasteurs, comme porte l’eloge donné par S. Hylaire aux Evesques de la Guyenne, du Lyonnois, de Narbonne, de Tholoze & de Bretagne, (en marge: Hylar. de Synod. cont. Arr.) ont tousjours affermy la stabilité inesbranlable de leur saincte conscience, la maison bien fondée sur la fermeté de la pierre, la constance affermie & jamais faussée de leur volonté, leur Religion innocente & inviolable, la perseverance saincte & indomptable aux efforts de l’Enfer, & ce d’autant que, comme dict un autre de nos anciens Evesques, (en marge: Arn. Lexo. ad episc. Angl.) tousjours le grand Dieu nous a faict rayonner l’esclat & la cognoissance de la verité, ne permettant que nos pas gauchissent au sentier de Justice.

(en marge: Recherche des actes) Ces beaux tiltres d’honneur baillez en faveur de l’ancienne pieté de nos premiers Prelats, cueillent à chaque Province de la France un singulier appetit de foüiller dans l’antiquité, afin que (en marge: Isa. c. 51. v. I.) nous remarquions la pierre d’où nous avons esté coupez, & la caverne du lac d’où nous avons esté taillez, jettant les yeux sur Abraham nostre pere, & sur Sara qui nous a engendrez. Neanmoins il nous faut ingenuement advoüer, ou que nos predecesseurs ont eu trop peu de soing pour transmettre à la posterité les actes de nos Saincts, ou que la ravine des temps nous a ensevely presque tous ces nobles

 

― Page 7 ―

 

monuments; si que nous nous trouvons aujourd’hui subjects au synique reproche que Thucidide faisoit aux Grecs, disant que (en marge: Plutar. in Apopht.) c’estoit une grande honte au Grec d’estre estranger au milieu de la Grece; aussi puis-je dire, que c’est une honte, par exemple, à ceux du Perigord d’estre estrangers au milieu de leur Province, sans sçavoir qui ont esté les Peres qui leur ont donné la vie & la loy de Jesus-Christ, quand, comment & pourquoy ils commencerent la recevoir? par quelles mains Dieu la leur a conservée depuis seize cens ans?

(en marge: Dans l’Italie) Ce motif à d’autres fois contraint les François qui nous ont precedé de quelques siecles, de recourir à l’Italie pour rechercher les actes de nos Martyrs de France, lesquels furent trouvez & envoyez, comme le tesmoigne Gregoire de Tours au livre de la gloire des Martyrs (en marge: Greg. Turo. de glo. Mart. c. 52 & 64), & de nos jours plusieurs esprits doctes & curieux de l’honneur de leurs Provinces, se sont esvertuez pour escrire au vray les legendes des Saincts de leur pays; specialement je ne puis assez loüer le bon zele de ceux qui ont dressé de nouveau les tables des Prelats successifs aux chaires Episcopales; veu que je puis dire que cèt oeuvre est absoluement necessaire (en marge: Necessité de succession) en ce temps pour toutes les Provinces qui ont esté infectées de la peste du Calviniste; comme jadis (en marge: Euseb. Theodor., Socrat., Sozom., Evag., Niceph., Calixt. Paul, Diac.) Eusebe, Pamphile, Theodoret, Socrate, Sozomene, Evagrius, Nicephore, Calixte, Paul Diacre, & autres historiens Ecclesiastiques

 

― Page 8 ―

 

avoient diligemment noté dans leurs monuments la succession des Evesques aux chaires principales & Apostoliques, comme de l’Eglise de Rome, d’Alexandrie, d’Antihioche, de Hierusalem, de Constantinople, d’Ephese & autres. Voire mais nous remarquons que l’ancienne Eglise pour conserver avec plus d’asseurance l’estat & memorial de la succession des Evesques Orthodoxes, avoit authorité ceste saincte coustume, que parmy les solemnitez des Messes l’on nommoit tout haut (en marge: Diptyques) les Evesques vivans qui gouvernoient les Eglises principales, afin qu’on recogneust les Prelats legitimes; ce qui s’appelloit in Diptyco nomen habere, c’est à dire estre immatriculé & mis aux tables de l’Eglise, ce que les Evesques ne pouvoient obtenir jusques à ce que les autres Evesques eussent receu l’epistre Synodique de celuy qui desiroit estre recogneu Orthodoxe par les autres; comme observe S. Gregoire, disant (en marge: Greg. Mag. in pastorali) que c’estoit la coustume tant de l’Eglise Orientale qu’Occidentale, que le nom d’aucun Pontife ne fust enrollé dans les Diptyques, jusques à tant qu’on eust receu sa Synodique (en marge: Epistres Synodiques), c’est à dire la Consession de foy qu’il envoyeroit pour tesmoigner sa croyance; comme Sainct Cyprian (en marge: Cyprian ep. 2 & 8. lib. 4) dict avoir esté pratiqué par le Pape Cornelius, & par Sabinus Evesque Espagnol, & par soy-mesme, (en marge: Id. epist. 9. Ambr. espist. 82. Greg. Mag. in regist. lib. 4. ep. 2) Sainct Ambroise en dict tout autant parlant de son eslection, specialement Sainct Gregoire dict que la coustume portoit que lors que quelque

 

― Page 9 ―

 

 Evesque estoit promeu aux quatre chaires principales, il asseuroit par son Epistre Synodique qu’il tenoit le Concile de Calcedoine, avec les autres generaux pour orthodoxes. (en marge: Soph. epist. Syno. ad Hon. Pap.) Coustume enfin que Sophronius Patriarche de Hierulasem, dict avoir prins son origine des Apostres, l’ancienne & Apostolique tradition a prevalu, que celuy qui seroit choisi pour la Hierarchie rapportast à ceux qui administroient de plus grandes Hierarchies, quelle estoit leur foy, & quelle leur croyance? Et lors que (en marge: Vid. epsti. Episcop. Ægyp. ad Anathol. T.2. Consil.) les Heretiques, tousjours Singes de l’Eglise, affecterent le semblable, le Pape Hormisde ordonna que les Evesques qui ne seroient point de synaxe & convenance avec le Siege Apostolique ne seroient point nommez aux mysteres; tant estoient sacrées dans l’antiquité ces listes des Evesques successifs; à ce que la posterité par la cognoissance de ceste personnelle succession de leurs Prelats, conservast en son entier la Foy & Religion qu’ils recevroient de ceux qui leur auroient succedé legitimement, & que par ceste marque l’Orthodoxe & Catholique fust discerné du Schismatique & l’Heretique, (en marge: Optat. Mil. lib. 7) en remarquent, comme dict Optat de Mileui, qui auroit demeuré avec tout le monde en mesme racine? qui seroit sorty dehors? qui auroit siegé une chaire qui ne fust auparavant erigée, & qui auroit dressé Autel contre Autel.

(en marge: Verité affaiblie) Bien est-il tres-asseuré que la verité & la renommée marchent d’un contraire port, & prennent des routes toutes dissemblables; la

 

― Page 10 ―

 

renommée par sa course s’enfle, comme les ruisseaux en courant grossissent en rivieres, & les rivieres en bras de mer, jusques à se rendre à l’Ocean, la verité de l’histoire au contraire, comme le vent par son souffle se ralentit, si que apres plusieurs suites des siecles ce n’est plus bonnement la mesme verité qui paroissoit en sa naissance; il faut attribuer le blasme de ce deschec & au laps du temps, qui efface tout, & à ce notable desdain de ce qui nous est le plus familier; comme qussi il faut accuser nostre mespris de la recherche & serieux pourchas de la verité; si que, comme dict Thicidide (en marge: Thucidides), les premiers narrez nous estant proposez, quelques fois par l’ignorance, ils font planch à la posterité qui passe à l’estourdie par ce temps frayé, sans autre raison que d’autres y ont passé; nous advoüons aussi (en marge: Mat. 13. v. 25) que l’homme ennemy a sursemé l’yuroye, se servant de la main des infideles, voire & tout des fideles & Catholiques, (en marge: Timoth. 6. v.3) qui ont creu, comme ceux dont parle l’Apostre, la pieté leur devoir servir de lucre; ou qui estans poussez d’un zele; mais faux, bastard, (en marge Rom. 10. v. 2) & qui n’estoit pas selon la science, ont peslemeslé les choses fausse aux veritables, les frivoles aux solides, les certaines aux incertaines; dequoy se plaint Arnobe (en marge: Arnob. contr. Gent. lib. I) disant, que c’estoit pour retarder la foy des croyans, & corrompre l’authorité de ce qui avoit esté faict; ainsi nous voyons à milliers des faux actes des Apostres forgez à plaisir par les Manicheens, Gnostiques & autres (en marge: Actes corrompus), qui sont rapportez par

 

― Page 11 ―

 

les Peres de la primitive Eglise, ce qui nous rend faciles à croire que les legendes & vies de Sainct Fronton premier Apostre & Evesque du Perigord n’ont eschapé les fantasies de quelques-uns qui ont fatrasseé & rapsodié ce qui se doit dire de plusieurs disciples & autres Saincts, pour le luy attribuer.

(en marge: Vie de S. Front corrompüe) De faicte j’ay observé presque dans toutes les anciennes vies de cèt Apostre, tant imprimées qu’un manuscrit, tous les simptomes qu’on peut desirer pour croire qu’elles n’estoient pas venües à nous avec fidelité; car premierement nous ne trouvons bonnement aucun des anciens & autentiques historiens qui parle amplement de ce Sainct, & neantmoins pour le jourdh’huy on trouve en plusieurs anciennes familles du Perigord tant de manuscripts, qui deduisent au long sa vie, quoy que oresque tous differens entr’eux, & suspects en cela specialement, qu’ils sont trop prolixes, & ne portent le nom de leur Autheur, ou si tant est qu’ils y mettent Anian & Chronope pour Collecteurs; neantmoins c’est avec beaucoup d’incertitude, puis qu’ils sont differens & au stile du latin, & en l’histoire. C’estoient les causes que rend le Pape Gelaze au Concile de Rome, censurant quelques Martyrologes & Actes des Apostres, dont nous avons parlé, (en marge: Consil. Rom. titul. de lib. Apocriph.) & l’Eglise Romaine, dict-il, n’avoit accoustumé par une singuliere precaution de les lire dans les assemblées, parce que l’on ignoroit le nom de ceux qui les

 

― Page 12 ―

 

ont escrits, ou l’on croit que les idiots ou infideles y ont rassemblé des choses superflües, & moins convenables que l’estat de la chose le requeroit. Secondement plusieurs se sont prins garde que les actes de l’Apostre du Perigord avoient esté corrompus, par ceux qui ont esté poussez de zele, mais non suivant la science.

(en marge: Reproche notable) De faict nous entendrons un grand reproche faict aux deputez de ceste province au Concile de Lymoges, tenu l’an 1034, pour decider la dispute de l’Apostolat de Sainct Martial; surquoy un du Clergé de Perigueux asseura que S. Front pouvoit aussi estre privilegie du tiltre d’Apostre; mais pour lors l’Abbé du Monastere de Soulonniac (en marge: Consilium Lemov. anno 1034) luy imposa silence, maintenant que les actes & les vies de Sainct Front avoient esté de nouveau composées à plaisir par un moyne Gausbert, soubs l’esperance sordide d’estre bien recompensé. Voila les mots prins du manuscrit du Cncile. Tace frater, melius est ut sileas, quia quando nos in scholis magistrorum mel est hac bibebamus, tu solam ruminabas fabam scripturam de S. Frontone novam, cujus tu authoritate niteris, Gausbertus noster edidit lucri causa, qui sub hujus Lemovicae sedis Episcopo Hildegario Coepiscopus nobis extitit. (en marge: Chen. in rab. ep. lemov.) Veritablement ce maistre Coadjuteur d’Hidegarius meritoit encore mieux d’estre deposé, que ce bon Prestre d’Asie, qui au rapport de Tertullian cité par S. Hierosme (en marge Hyeron. de script. Eccles. ex. Tertull.), fut convaincu d’avoir composé à plaisir les periodes & voyages de S. Paul; c’estoit un

 

― Page 13 ―

 

amour indiscret envers cét Apostre, & cestuy-cy porté d’un lucre mercenaire nous vendit un fatras de mensonges.

(en marge: Correction fautive) Mais ce qui rencherit sur ce mal qui s’estoit desja glissé, fut que cét abbé de Soulongnac donna le remede plus fascheux que la maladie, et pour corriger celuy qui avoit parlé cita (en marge: Acta Consil. Lem. ibid.) quelques vieux manuscrits sur S. Front par lesquels il le maintenoit natif du Perigord, où il auroit esté formé au Christianisme, & apprins le Psautier de son bas aage, receu au Clergé, & faict Prestre par ceux qui avoient desja estably le Christianisme, vivant plustost en Hermite qu’en Pasteur des ames, avec d’autres extravagances, que nous refuterons par visves raisons: remarquant de present combien le meslanges avoit esté grand és affaires Ecclesiastiques, à raison des persecutions contre le nom Chrestien; en suite dequoy je ne m’estonne de ce qu’escrit la chronique Espagnole de l’ordre des Carmes (en marge: Chronic. Carmel.), disant que Sainct Front fut un des soldats d’Herodes qui furent baptisez par S. Jean le Precurseur, & qu’il se retira dans le desert du mont Carmel, pour y vivre en Religieux, de là faict Chrestien & envoyé en Perigord d’où il estoit natif.

(en marge: L’omonimie cause confusion) De plus l’on a recogneu que quelques escrivains anciens & modernes à raison de l’omonimie & ressemblance de nom, qui par plusieurs fois, suivant la remarque de Pamelius (en marge: Pamel in vita Cypri.), a causé de grandes confusions à l’histoire Ecclesiastique,

 

― Page 14 ―

 

avoient conjoint (en marge: Baron. in Mart. d. 14 sept.) S. Fronto Evesque de Perigord avec S. Fronto Abbé de Nytrie en Alexandrie; ainsi disent plusieurs, que la merveille que Dieu fit par des chameaux conduits miraculeusement à Fronto en Alexandrie, lors qu’avec ses Moynes il estoit au desert pressé de faim; ne doit estre attribuée à nostre Evesque. C’est la remarque faicte sur S. Anthonin, & Petrus de natalibus, par le commentateur des vies des Peres nommé Heribertus Rosuveidus, disant sur le subject de ce miracle. (en marge Vitae patru. per herib. collectae P de nat. S. Anthonius) De hoc Petrus in Cathalogo Sanctorum libro II. cap. vlt. numero 120. Cavendus lapsus Petri libro 9. cap. 109. Et Anthonini in Chronica, parte prima, tit. 6. cap. 26. 5. I. qui confundit acta hujus Frontonis cum actis Frontonis discipuli Sancti Petri Episcopi Petrachoricensis, sunt enim distinguendi, & unius vita ab alterius separanda. Ce commentaire est cité comme bon par Surius (en marge: L. Surius. Tom. Ap. d. 14. P. Matur. comment. Anthon.), les commentaires de Petrus Maturus sur S. Anthonin sont aussi citez sur ceste remarque, qui pourroit estre renforcée par les raisons suivantes. (en marge: Raisons impugnãies) I. Il est difficile de croire que ce miracle soit de poinct en poinct tout semblablement arrivé à deux; car dans l’un & l’autre narré Squirius ou Quirinus est nommé, un Ange l’advertit, mesmes avec escorchées de secourir le Sainct affamé, les amis sont consultez; les chameaux sont chargez, sont envoyez, conduits & retournent sans guide, &c. 2. Il est dur à croire que le sainct Evesque se trouvast pressé & transy de la faim avec

 

― Page 15 ―

 

ses disciples és quartiers de Brive, (en marge: Vita Gallice script. num. 17) où il avoit faict une riche conqueste de Payens, delivré le territoire d’un enorme dragon glouton d’animaux & d’hommes, & d’une trouppe de serpenteaux qui envinimoient le pays; mesme y ayant basty une Eglise. Quelle apparence d’une si notable ingratitude à ces peuples convertis pour laisser transir de faim un si digne ouvrier? 3. Les autheurs citez trouvent estrange comme la provision fut portée à nostre Evesque par cinquante chameaux! (en marge: lb. num. 18.) quelques-uns pour dorer la pillule mettent mulos, au lieu de Camelos, pourquoy donc adjoutent-ils que ces animaux de voiture, avoient esté envoyez de pays esloignez? 4. ils baillent deux jours de voyage à ces dromadaires pour quinze lieuës, qu’ils peuvent faire dans moins d’un demy jour, & prennent leur nom de δρόμω idest curro, & pour quatre ou cinq hommes, comment retiennent-ils la charge de vingt & cinq chameux qui porteroient l’avitaillement d’un regiment? veu mesme que ces Saincts Apostoliques ne pouvoient faire long sejour en un mesme endroit suivant l’itineraire de leur voyage.

(en marge: Raisons pour conserver) Ce sont les principales raisons de ceux qui ont creu qu’il ne falloit honorer nostre Apostre (en marge: Contra.) de ceste plume empruntée du pays d’Alexandrie; mais d’autre part plusieurs se roidissent sur le possessoire de leur traditive, alleguans qu’il n’est point trop disproportionné que le President des Romains se soit servy de

 

― Page 16 ―

 

dromaderes; puis qu’ils estoient les maistres de l’univers; de plus esseurent qu’on monstre encore la roche & lieu du bannissement, & de la faim du sainct Apostre, en suitte se fondent sur les vieux Offices, Hymnes, & Profes des Eglises de Bourdeaux, Lymoges, le Puy en Vellay, de Tarrascon, de Tholoze, de Sainct Pons & autres lieux; produisent tous les historiens qui l’asseurent, exhibent les vieilles peintures, & autres raisons populaires qui m’obligent à laisser ceste question indecise, sans conclurre à l’affirmative ou negative. Asseurent neantmoins que quant au reste du tissu de plusieurs vieux manuscrits touchant le sainct Apostre, il y a beaucoup de manquement, lors qu’ils cottent le temps de l’employ des disciples, (en marge: ibidem. p. 74) de la mission des Apostres, de la mort de Sainct Pierre; comme aussi lors qu’ils font (en marge: Corlieu. Eves. d’Angol.) quelqu’un contemporain du S. comme Sainct Ausone Evesque d’Angoulesme, qui fut du temps des Vvandales l’an 270. Et ce qui est de plus fascheux, maintefois le vray semblable ne demeure en face de l’histoire, qui pour la plus-part semble partir de la veine de Gausbertus, & devons blasmer, ou plustost deplorer pour ce subject la calamité des siecles passez.

(en marge: Cause de la confusion d’histoire) Or puis que les flots de la rage de l’Enfer ont presque porté la memoire de l’ancienne Eglise de ceste province au general naufrage, causé tant par les romains durant les quatre cens ans premiers, que par la furie des Gots animez

 

― Page 17 ―

 

par special contre les Orthodoxes de ceste province, environ l’an 460 (en marge: Vide infra anno. 460), comme aussi l’innondation funeste des Sarrazins ayant desbordé sur nous l’an 725 (en marge: Et anno 725.). De plus la manie des Normans non encore civilisez par le Christianisme, ayant rage sur nos Eglises l’an 840 (en marge: Et anno 840), & plus de 100 ans en suite. La brutale faction des Petrobrusiens & Albigeois (en mrge: Et anno 1147) ayant en outre par tous efforts gasté en plusieurs quartiers de ceste province ce qui nous restoit de plus sacrosainct. Et de fresche datte l’heresie de nos Religionnaires ayant dans ceste province mis en jeu les plus effroyables inventions de l’Enfer contre les monuments du Christianisme, qui confondoit leur nouveauté, il me sera de present presque impossible de r’allier les esclats de tant de naufrages, & de recourir de ceste marine bouleversee quelques lambeaux du debris, par lesquels (en marge: Difficulté) nous puissions à plain estre instruits du passé, (en marge: Plinius praef. histor. natur.) c’est un point tres-ardeu, dict Pline, de donner nouveauté aux choses vieilles, authorité aux nouvelles, aux rouillées leur lustre, aux obscures leur lumiere, la bonne grace à ce qui ne nous duit, & la foy aux choses doubteuses. De plus le silence des siecles passez m’a souvent faict tomber la plume des mains, & comme estouffé mon dessein en sa naissance, mesmes ayant repris courage, & me trouvant au milieu du desert, je feray plustost contraint de congedier à jeun le lecteur, que luy servir tumultueusement tout ce qui se presenteroit pour grossir cet opuscule,

 

― Page 18 ―

 

qui sera composé, comme je crois, d’autant de pieces que les corps de la croyance de Democrite bastis d’atomes & points indivisibles. (en marge: Baro. annis 51. num. 54. & 69. num. 55. 75. num. 5.) Les Annales du Cardinal Baronius ne me soulageront de beaucoup pour le principal de mon dessein, puis qu’il ne parle des particulieres Eglises, horsmis des qutre Patriarches, comme il advertit en plusieurs endroits.

(en marge: Dessein de l’autheur) Nonobstant toutes ces difficultez l’imiteray ceux qui parmy des ruines font rencontre de quelque vieille medaille roüillee & à demy effacee, ils decouvrent peu à peu en frottant l’image de l’Empereur, puis apres lisent son inscription; aussi je commenceray l’histoire de l’Eglise de Perigord par la vie de S. Front, recueillie des anciennes inscriptions & monumens les plus asseurez, specialement d’un vieux Sanctoral manuscrit (en marge: Ma. Se. Sanctorale. P. Guid.), composé par P. Guido, gardé à Tholoze dans la Bibliotheque des Freres Prescheurs. Je diviseray ses actes par dix petits chapitres, qui seont illustrez de nots & commentaires doctrinaus; de là nous continuerons la suite des Evesques ses successeurs, observant ce qui sera arrivé dans la province pour le spirituel durant leur Pontificat; comme les persecutions, les Martyrs, les Confesseurs qui seront natifs, ou qui seront morts dans le Perigord. De plus je mettray la fondation des Abbayes, Chapitres, Convent, Hospitaux, Priorez du Dioceze,

 

― Page 19 ―

 

sans enjamber sur ce qui est du temporel, pour lequel je me contenteray de mettre tousjours celuy qui aura gouverné l’Aquitaine, ou comme Empereur, ou comme Roy, ou comme Duc. Je mettray aussi dans le temps les Comtes du Perigord que j’auray peu observer; & pour dresser ceste Chronologie je me suis servy des Historiens sacrez & profanes, anciens & modernes, generaux & particuliers, comme aussi des cartulaires, tiltres, regestres, documens, memoriaux, martyrologes, legendaires des Eglises, Abbayes, Priorez, Noblesses, & anciennes maisons qui ont peu eschapper les serres des harpies huguenotes; bien content pour le vray, d’avoir encor faict rencontre de ce peu, que je veux dresser comme pour epitaphe du mauzolee de nos anciens Prelats, escrit d’un stile commun, (en marge: Plut. in Moral.) de peur de couronner de roses ou de lys, les victorieux Athletes, au lieu de leur donner l’olive ou le laurier, comme disoit un ancien Philosophe en faveur de la vraye Philosophie.

(en marge: Honeste) Je n’entreprens rien au delà de ma profession, puis que ç’a esté tousjours un office Religieux d’honorer la memoire de nos saincts predecesseurs, mesmes nos anciens Samotees, Bardes & Druides, qui estoient les Religieux de nos Gaulois.

(en marge: Lucanus) Par leur vers proclamoient les eloges d’honneur de ceux qui combattans pour defendre leur vie

 

― Page 20 ―

 

 estoient morts dans le choc, les loüans du bon heur de l’immortalité.

En cela nous les pouvons imiter, & ce sans crainte d’estre noircis de la tache dont Valere Maxime charbonnoit leur faconde Philosophie (en marge: Valer. Max. lib. 4) qu’il appelle avare & usuriere. (en marge: Consacré) Mais puis que ceux qui eslevent des pyramides colosses, & autres nobles monumens avec de trop foibles machines, les tombent esgriniez & morcellez sans honneur, c’est pourquoy je conjure nostre sainct Apostre, que comme une autre Elisee (en marge: 4. R. 13. v. 16.), il mette sa main sur ma fleche & mon arc; à ce que ma plume, renforcee par son attouchement interieur, soit une sagette de salut contre la Syrie, & tous les rebelles à la doctrine celeste, qu’il nous a premierement revelee.

 

 

― Page 21 ―

 

 

S. Front

Premier Evesque

et Apostre du

Perigord.

 

L’an de Christ . 46.       De Claude Emp. 4.

 

1. De sa naissance.                            3. Esleu pour Disciple.

2. De sa vocation à la Foy.              4. Envoyé pour la predication.

 

 

Chapitre I.

 

 

(en marge: L’an Christ 46. de Claude Emp. 4) Sainct Front Estoit Noble de son extraction, originaire de la tribu de Juda, son pere fut Simeon, sa mere Frontonia, & son païs la Lycaonie; estant dés son enfance formé aux bonnes moeurs & à l’eloquence, il eut cognoissance de Jesus-Christ du temps qu’il preschoit en la Judée & Galilée, fut baptizé par sainct Pierre qui le retirnt au prés de soy. Dieu l’apela à son service estant encore en l’estat de Virginité, laquelle il conserva toute sa vie. Lors que nostre Seigneur apres avoir choisi les douze Apostres destina à la predication septente deux Disciples, les envoyant és

 

― Page 22 ―

 

lieux & villes ou il devoit arriver, sainct Front en fut du nombre, & apres avoir receu avec ses Condisciples le don & le pouvoir de redonner la santé aux malades, la vie aux mors, de chasser les esprits malins des corps, & faire semblables miracles en la vertu de Jesus-Christ, il fut employé à l’administration de la divine parolle. (a)

 

Observations sur ce Chapitre.

 

Sainct Front) Dés l’entrée il faut prendre garde que le martirologe Romain honnore (en marge: Disctinction des noms) trois sainct qui portent le nom de Fronto; (en marge: Mart. Ro. 14 April) car le 14. Apvril sainct Fronto est mis Abbé d’Alexandrie, Cujus vita sanctitate & miraculis clarvit, (en marge: 16 April.) le seiziesme du mesme mois, est empourpré du martyre de Fronto l’un des dix-huict soldats, qui soubs Diocletian signerent leur croyance de leur propre sang à Sarragosse, coronant leurs armes du laurier du martyre. Le 25. Octobre, nous trouvons la feste, (en marge: Octob. 25.) in Gallia S. Frontonis, qui à beato Petro Apostolo Petrachoriorum episcopus ordinatus, magnam illius gentis multitudinem ad Christum convertit, & clarus miraculis in pace quievit, & c’est de cestui-cy qu’il nous faut escrire sans le confondre avec les autres.

(en marge: Rupertus in cant.) Rupert sur les cantiques observe que les noms (en marge: Les noms marquent les merites) des saincts marquent pour l’ordinaire leurs merites, comme Abraham, Isaac, Jacob, Pierre, Estienne, Jean, &c. Ce qui me fait prendre garde qu’avec bon rencontre celuy-la feut appellé Front, qui comme un Ezechiel avoit reçeu (en marge Ezech. 3. v. 4.) la face forte contre les faces des infideles, & son front dur contre leurs fronts, son visage faict comme le Diamant qui est plus fort que la pierre. Dieu ayant cogneu, comme il dict à Isaie (Isai. 48. v. 4.) que ces coeurs estoient durs, & leur col instexible comme un nerf de fer, pour ne subir le joug de Jesus-Christ, & leur front dur comme l’airain. Ce nom a esté assés familier chés les latins & Grecs. (en marge: Fronto nom commun) sainct Ignace en l’espitre (en marge: Ignat. Epis. 14. ad Ephes.) qu’il escrit aux Ephesiens pour remerciement de ce qu’il luy avoit envoyé des Evesques deputés de l’Asie pour le consoler lors qu’on le conduisoit à Rome, nomme entre autres

 

― Page 23 ―

 

Frontonem, lequel pourtant ne peut estre le mesme que le nostre, encore qu’il fut de mesme pays, puisque ceci fut l’an 109. Les Romains appelloit Frontones, (en marge Sydon. Apol. lib. I. ep. 1. ep. 3 & 10) ceux qui avoit le front large, que les grecs appelloit μετωπίας, & les escoliers imitateurs de ce celebre orateur Fronto maistre de Marc Aurele Empereur, estoint appellés Frontotani, comme j’ay remarqué dans plusieurs lieus de Sydonius apollinaris, & en l’epistre troisiesme du quatriesme livre, il nomme le stille de cét Orateur, Frontonianae gravitatis fulmen. Sainct Hierosme avoit beaucoup apris de cét Orateur, ut post gravitatem Frontonis stridentia verba sibilarem. Ausone le Bordelois (en marge: Auson. grat. actio.) rend graces à l’Empereur de l’avoir mis en parangon par le salaire du Consulat, à Fronto faict jadis Consul par l’Empereur en recompense de sa pedagogie.

(en marge: Son Ethimologie.) Ce mot de Frons prend son origine latine à ferendo, comme si (en marge: Author. ling. lat.) sur le front l’on portoit à descouvert le tableau de nostre ame: ou bien de φρονπς cogitatio παρά τό φρονειν, cogitare, dautant que suyvant tous les Philosophes & Anatomistes, (en marge: Lexi. scap.) faculté & puissance estimative ou cogitative, à son Siege en la partie anterieure du cerveau qui touche le front.

(en marge: Pourquoy en Grec estant Juif) Icy ce presentent quelques dificultés, la première pourquoy sainct Front estant Hebrieu de nation, neantmoins il portoit un nom Grec. 2. Pourquoy il prent le nom de sa mere Frontonia, & quitte le nom de son Pere Symeon. Je respons à ces deux demandes disant, que ce n’est pas nouveau que nous trouvions chés les Hebrieus de noms empruntés des Grecs, des Syriens, Caldéens, & Babiloniens, specialement nous trouvons souvent des noms Grecs parmy les Hebrieus, comme André, Pierre, Philippe; aussi reciproquement parmy les Arabes nous trouvons des noms Grecs, (en marge: Act. Theodor. Mart.) Sainct Theodore martyr estoit Arabe du pays de Job. Aussi Nicolas Damascene estoit Arabe soubs son nom Grec. La cause de cecy pour les Hebrieus feut leur dispersion parmy les Gentils, qui duroit encor du temps de Jesus-Christ vers le pont Galacie, Capadoce, Asie, Bitynie, & autres Grecs ausquels sainct Pierre (en marge: Pet. ep. Can. C. I. Psal. 105. v. 35.) dresse sa premiere Canonique, & ainsin cés Hebrieus dispersés, commixti sunt inter gentes, estant indifferemment appellés par eux mesmes du nom du pays ou ils vivoient, Grec parmy les Grecs, Romains, parmy les latins; (en marge: Actu. 6. v. I.) aus actes 6. les Grecs qui soubsleverent la premiere discorde en l’Eglise, ne doivent estre entendus dés Gentils; car la predication ne leur avoit esté envore ouverte par sainct Pierre; mais bien des Juifs naturels, qui estoint nés dans la Grece, & selon le rapport de Josephe contre Appion, (en marge: Antiquit. Judaic. lib. 12. C. 5.) les Juifs qui demeuroint en Antioche sont appellés Antiochiens, Seleucus qui l’a bastie leur ayant donné droict de Bourgoisie; comme aussi ceux qui demeurent

 

― Page 24 ―

 

à Ephese & autres endroits d’Ionie, qui est le païs de sainct Front, portent mesme nom que les habitans &c.

(en marge: Hebrieus disperses) Mais le plus grand mal de tous fut le meslange avec les Gentils par le mariage, ce qui donna occasion avec le temps aux Lacedemoniens remarquables parmy les Grecs, de se glotifier d’estre descendeus d’Abraham, comme le tesmoignent les lettres escrites a Caius souverain sacrificateur, raportés par Josephe, (en marge: Exod. 34. v. 6) ainsi les Hebrieux ne feurent exactes à observer la loy de Dieu qui leur deffendoit le mariage avec les filles du peuple incirconcis. (en marge: Indic. 14. v. 4) Sanson par dispence speciale de Dieu avoit prins une Philistine. (en marge: Ruth. I. v. 4) Mahalon & Chelian Ephratéens natifs de Bethléem, (en marge: 3 Reg. II. I.) espouserent deux Moabites Orpha & Ruth Salamon parmy ses folles amours, avoit prins je ne sçay combien de femmes estrangeres, mal-heur qui passa si avant durant l’esclavage & transmigration vers le Persan, (en marge: I. Esdr. C. 10 v. 13) que Esdras Zelateur de la loy, apres le retour, pour apaiser la colere de Dieu fit faire divorse general avec toutes les femmes estrangeres & idolatres. Je respons donc que parmy ceste dispersion derniere des Hebrieus dans la Grece, ils prindrent des femmes de ceste nation, desquelles ils apprindrent le langage, & mesmes les noms propres; & lors qués mariages, la femme est heritiere de quelque notable maison audessus le mary; il est assés ordinaire que les enfans de ce mariage, voire toute la maison, s’appel du nom de la mere, quittant celuy du pere. (en marge: Mariage avec l’infidele) Ce que nous voyons estre advenu mesmes en France és deux illustres maisons de Bourbon, & de Valois; & sans parler davantage des vivans, dans l’Histoire Romaine (en marge: Dutillet, rec. des Roys de Fra. en Clermon.) nous voyons que l’empereur Vespasian print le nom de sa mere Vespasie Polle laquelle estoit d’honeste & ancienne maison, & son pere estoit banquier en Suisse. Ainsi l’Imperatrice Sabine Poppée femme de Neron, laissa le nom de son pere qui n’estoit de si haut estat que Poppée Sabin son Ayeul maternel, (en marge: Sueton. in Vespas.) lequel avoit eu la dignité Consulaire & Triomphale, vanite assés tollerable, si en emprunttant le nom elle l’eust imité en ses vertus. Il est probable que quelque occasion semblable causa que (en marge: Tacit. Ann.) S. Front estant en Grece porta un nom Grec, & du costé de sa mere.

 

Apostre) (en marge: Nom d’Apostre) Ce tiltre d’Apostre qui és offices Sacrés estoit donné au bien heureux sainct Martial, premier Evesqu des Lymosins (en marge: Gaufridus Mon. S. Martialis), & consequemment à sainct Front, à d’autres fois causé beaucoup de troubles dans toute la Guienne, plusieurs contredisans, à ce que disoient ils, le nombre sacré de douze ne feust augmnté, si

 

― Page 25 ―

 

que l’an 1034, il faleut convoquer à Limoges, un Concile Provincial, duquel nous parlerons en son lieu, afin de decider ceste difficulté; & certes il y avoit du mal attendu du costé de ceux qui se roidissoient à la negative; voire dis-je de l’ignorante malice, puis qu’ils ne cederent à la resolution de ce Concile (en marge: Consilium Lemov. vide infra anno 1034), faite apres les recherches & preuves empruntées, de Lorient, & de Loccident; ains l’on feust constrainct de convoquer d’autres conciles pour ce dessain, voire mesme par deputation consulterent le sainct siege tenu par Jean 20, qui escrivent à Jordain Evesque de Limoges, & à tous les Evesques de Frrance, (en marge: Bull. Joan 20) dict que le nom d’Apostre luy doit estre donné és divins offices.

(en marge: Donné aux disciples) De faict, le tiltre d’Apostre, comme dict le Pontife, (en marge: I. Petr. 2. v. 25) non numeris sed officis nomen est, qui par preciput est donné a Jesus-Christ appelé Souverain Apostre, ayant esté envoyé de son pere comme alieurs n’est appellé Ange, Evesque de nos ames, &c.

En apres il est attribué non seulement aux douze, mais aux septente & deux Disciple, specialement lors qu’ils ont eu charge des Eglises particulieres; (en marge: Tertul. lib. 4. contra Marc. c. 2.) car autrement Tertulian ne veut appeller sainct Luc Apostre; mais homme appliqué Lucas non Apostolus sed Adostolicus non magister sed discipulus, ubique magistro minor, quoy que (en marge: S. Max. in nat. Sancti Laurent.) S. Maxime die de S. Laurens Diacre, que par le triumphe de sa mort apostolico se confortio copulavit, nec immerito eum Apostolorum supparem predicamus. Bref tous ceux qui legitimement envoyés ont converty les peuples à la Foy de Jesus-Christ, sont nommés Apostres; ainsi sainct Paul appellé Apostre Epaphrodite Evesque de l’Eglise des Philippiens (en marge: Phil. 2. v. 25); le mesme aux Romains (en marge: Rom. 16. v. 7) appelle ses cousins Andronicus & Junius, nobiles in Apostolis, escrivent aux Corintiens (en marge: 2. Corint. 8 v. 7) de certains hommes celebrés en l’Eglise, il les appele Apostolos ecclesiarum; (en marge: Surius to 8. 20. Augusti. c. 9 & seq.) ainsin Barnabas par un commun suffrage de l’Eglise porte le nom d’Apostre; voire de plus, le roy d’Ongrie Estienne environ l’an 1002 laçoit qu’il ne print la charge & office de prescher l’Evangile, neantmoins se rendant comme guide & protecteur des Predicateurs qui travailloint à convertir son peuple, feust appellé l’Apostre de l’Ongrie. (en marge: Et Evesques) Suyvant ce stile il est assés ordinaire dans toute l’antiquité que les Evesques sont appellés Apostres, & les Apostres Evesques. En voicy quelques observations. (en marge: Epistola Mart. ad Burd.) Au tiltre de l’Epistre de S. Martial, aux Bourdelois, Martialis servus Dei & Apostolus Jesu-Christi; dans le breviaire d’Aux, (en marge Brev. Auxense)

 

Martiali Apostolo

Aquitanorum Domino,

Psalat mater Ecclesia.

 

Sydonius Apollinaris escrivent à Lupus Evesque en l’Epistre I, 4 & 7 (en marge Syd. II epist. I. 6) luy donne Apostolatui tuo, Apostolica sede tua, ego quoque ad Apostolatus tui notitiam &c. (en marge: Greg. Nyss. in funere melet.) S. Gregoire de Nice dit que Meletius

 

― Page 26 ―

 

nouveau Apostre à augmenté le nombre des Apostres, ayant esté associé a leur nombre. (en marge: Roric. ep. ad Marc.) Roricius environ l’an 500 escrivent à un Evesque son voisin luy dit, ego quoque ad Apostolatus tui notitiam, comme aussi en son epistre 48, 50 & 57. (en marge: Ennod. ep. ad Marc.) Ennodius à Marcellin Evesque, ego servitia Apostolatui vestro debita &c. (en marge: Bed. in martyr. Hist. S. Lupi.) Le venerable Bede apelle Gregoire le grand Apostre de l’Angleterre, & dans la vieille histoire de sainct Loup, Germanus & Lupus Apostolici Sacerdotes dans le troisiesme Concile de Carthage (en marge: 3. Consil. Carthag. c. 46.) les Evesques sont appellés Apostres, & en plusieurs autres endroits, comme aussi reciproquement les Apostres sont dicts Evesques, prodit pseudo Episcopus salvas orem dict sainct Ambroise (en marge: Amb. ser. depass. psal. 108. v. 8 Act. 10 v. 20) de celuy dont le pseaume 108. disoit, Episcopatum ejus accipiat alter, suyvant l’exposition de sainct Pierre aux actes premier, sainct Mathias ayant esté subrogé en son Episcopat; sainct Hyerosme (en marge: Hyeron. descript. Eccle.) appelle sainct Jaques Evesque de Hierusalem; & ainsi des autres. (en marge: Evesques succedent) La raison fondamentale de tout cecy est, que les Evesques sont successeurs, & ont le mesme office que les Apostres, ceste exposition est prise de toute l’antiquité, (en marge: Balza. in nom. tit. 18. l. I.) de Balzamo commontateur du Nomocanon, de Phocius, de sainct Leon, (en marge: Amb. epist. ad Ephes.) de sainct Ambroise sur l’epistre aux Ephesiens, de sainct Augustin (en marge: August. in ps. 44), sur les pseaumes de sainct Hyerosme (en marge: Hyeron. adver. Marc. ep. 54.), en l’epistre à Evagrius, & escrivant à Marcella, les Evesques dit il tiennent parmy nous le lieu des Apostres (en marge: Ad Helu. ep. I.) specialement escrivent à Heliodorus, il dit ces beaux mots, à Dieu ne plaise que je die rien de sinistre de ceux lesquelsayans succedé aus rangs des Apostres font & consacrent le Corps de Jesus-Christ par leur bouche sacrée.

 

Premier Evesque) Ce nom d’Evesque jadis commun (en marge: Nom d’Evesque) aux Grecs & latins, pour signifier les officiers qu’ils nommoint pour intendans sur l’Estat, a estre retenu par les Chrestiens pour re marquer la premiere dignité de la Ierachie (en marge: August. de civit. l. 9. c. 19.): nom qui suivent l’etymologie donnée par sainct Augustin, signifie sureminence soin & vigilence, plusieurs autres noms ont esté donnés à nos pasteurs, comme Pontifices, summi Sacerdotes, Papae, Patres Patrum, Primi presbiteri, le nom de Pontife est correlatif avec le sacrifice, & suppose qu’il y en un vray & réel en la loy Evangelique; Sainct Augustin (en marge: August. quaest. 10. ex veroque testamen.) desmit quid est episcopus? nisi primus presbiter, hoc est summum sacerdotium. Sainct Hyerome le nomme de mesme tiltre, Sidonius appelle Pegasius Evesque de Perigueux, summum sacerdotem. Pour le nom de Pape, il a esté remarqué par plusieurs qu’il estoit commun à tous les Evesques: mais le docte Savaron (en marge: Scol. Savar. in Syao) remarque de

 

― Page 27 ―

 

plus ce nom avoit esté commun à tous les Ecclesiastiques & Clers, d’où vienent les Protopapae. Πατερα που επιυκόπωυ, (en marge: Athana. de trinit. Syd. l. 4. ep. 17) Bref Sydonius nomme nos Evesques Inclitos Galliarum patres & prothomistas.

(En marge: Lycaonie) La Licaonie pove païs) Tout le narré de ce premier chapitre est le plus contrerolle par quelques enciens Autheurs & vieux Legendaires: neantmoins c’est ce que l’ay peu rencontrer de plus authantique & asseuré, veu que l’an 1161, Pierre pour lors Evesque de Perigueux, poussé du desir de sçavoir au vray le lieu de la sepulture du sainct, apres tant de bouleversemens & ruines causées par les Normens, rencontra enfin, comme nous dirons plus aplein, deus lames, l’une de cuivre portoint cest escrit; HIC JACET CORPUS BEATISSIMS FRONTONIS IESU-CHRISTI DISCIPULI ET B. PETRI APOSTOLI IN BAPTISMATE EILII, EX LYCAONIA REGIONE ORTI DE TRIEU IUDA EX SIMONE ET FRONTONIA. OBIIT 8 KALENDAS MENSIS NOVEMBRIS ANNO QUADRAGESIMO SECUNDO POST PASSIONEM DOMINI IESU (en marge: Vide infra rescript. Petri anno 1261. Brev. Petroch. 30 Apr.). Reglons nous par cest autantique tesmoignage sans nous amuser au lieu de Linocassus, ou linocassinus, mis dans le Perigord par quelques Autheurs (en marge: Pet. de natal. l. 9. c. 109., Brev. Burdigal.), pour estre le lieu natal du S. & disons que la Lycaonie est une partie du Royaume de la Cappadoce, qui est dans l’Asie mineur, ou Natolie maintenant appelée Amasie ou Genech selon Thevet (en marge: Chronol. inf. Leri. nes. Cosm. de Thevet Athlas minor. Meic. Ptholo. lib. 5. v6. Strabo lib. 12.), & selon Pinet Tocato Aleluien, bornée du costé de la Pamphilie par le mont Thaurus, de l’autre cousté du mont Moschie, & d’une partye du fleuve Euphrate. Ses villes les plus celebres estoint jadis Iconium, duquel il est souvent parlé dans les escritures, Adopissum, Cannam, Paralaida; ses rivieres sont Halia, Iris, Termodoon. Tout ce païs du temps de sainct Front estoint soubs l’Empire Romain, maintenant à nostre grand regret le Turc a enjembé sur toutes ces parties, il est vray que les Musulmans qui habitent ces quartiers, sont plus doux & civilisés que les autres, & permettent encore aujourd’huy que les Grecs naturels, les Arabes, les Juifs de la dispersion, les Armeniens habitent ce païs sans qu’il y aye aucune distinction de Noblesse: ains tous sont esgaux, & tenus en façon d’esclaves, par les Beglerbeyes & Sangiacs du grand Turc; si que de present il seroit impossible de monstrer la noble famille de nostre Apostre.

 

― Page 28 ―

 

De la tribu de Juda) (en marge: Loüanges de la Tribu de Juda) L’honneur recherché seulement par quelque longue tresnée des nobles encestres, n’est pas moins sans bonne grace, dit Plutarque (en marge: Plut. in apoph. 156), que les fleurs des courronnes sans odeur: mais la vertu que nostre sainct a conjoindre à son origine, me donne occasion de tracer en bref les advantages de la tribu de Juda, laquelle eust presque tousjours la preeminence sur les autres, marchant la premiere tenant la main dextre du cousté du levant, & quand toutes les tributs ensemble offrirent les presans à la dedicace de lautel aux nombres 7. (en marge: Num. 7. v. 17. Jud. I. V. 1.) Nahaïson Prince de la tribu de Juda offrit le premier, Josué estant mort l’oracle est consulté pour eslire un Capitaine, l’oracle respond Judas ascendat, le mesme est commandé lors qu’il faloit marcher contre les Benjamites aux Juges 20. les Rabins disent merveilles de ceste tribu de Juda, lors qu’il faut passer la Mer Rouge (en marge: Jud. 10. v. 18). Bref tousjours l’escriture dans ses denombrements, la fait plus nombreuse que les autres, elle feust encore la pepiniere des Roys, de stirpe ejus Principes generati sunt (en marge: Num. I. & 16). Ruben ayant esté desheredé du Septre pour estre trensporté à Juda, puis que Dieu l’avoit choisi pour la porte orientale promise par Ezechiel, par laquelle le Soleil du monde viendroit à nous, comme porte son nom Hebrieu, Jehudat dans lequel outre les quatre lettres desquelles l’on escrit le nom Ineffable (en marge: I. paral. 5. Ezech. 40. v. 11.), il y a un Dalet, qui signifie porte pour la sortie du Messie. Tout le lustre de ceste sacrée plante feust fletri fuyant les propheties apres qu’elle eust esclos le Nazaréen: car jusques à lors Dieu avoit conservé la souche parmy tant de colonies & nouvelles peuplades de Hebrieux, qui estoint espars par tout le monde; specialement par toute l’Asie, au rapport de Philon le Juif (en marge: Phil. de Legat. ad Cai. Imp.), remarquant tousjours les matricules & dependances des tributs, affin d’observer la naissance du Messie: ainsi, mesme parmy les Asiatiques, il feust aisé de marquer la tribu de la naissance de sainct Front, Sainct Hyerosme (en marge: Apostres de ceste Tribu) sur le chap. 9. de Esaye (en marge: Hyero. in Esa. 9) dit que quelques Apostres ont esté de ceste tribu, les autres de celle de Zabulon & de Nephtalin, suyvant la prediction du psalmiste Principes Juda duces eorumi Principes Zabulon Principes Nephtalin, (en marge: Ps. 67. v. 18.) & Theodoret (en marge: Theodoret in hunc Psal.) sur ce pseaume, croit que tous ceux qui sont appellés dans l’Evangile frere du Seigneur, estoint de la tribu de Juda, dont selon la chair Jesus-Christ estoit sorti.

 

― Page 29 ―

 

Baptisé par Sainct Pierre) (en marge: Privilege rare) Tous s'accordent à dire (en marge: Petrus de nat.) que nostre S. estoit fils spirituel (en marge: Infer. sepultur.) par le baptesme de l'Apostre S. Pierre, duquel sacrement il avoit esté le premier predicateur, aux actes 2. (en marge: Act. 2 Tertull de pudic. c. 21) ce feust luy dit Tertullian, qui au baptesme institué par Chrift ouvrit le premier la porte du Royaume celeste (en marge: Brev. Burd. & Petrach.) dans cest admirable sermon qui opera la conversion de trois mille Hebrieux, lesquels feurent baptizes par son commandement: non toutes fois par luy mesme: car fort peu de fidelles eu esgard au nombre feurent baptizes des mains des Apostres, lesquels par institut se mesloint de la seule predication laissant l'administration du baptesme aux Diacres & autres officiers (en marge: I. Corint. I. V. 15. 16. 17). Sainct Paul escrivent à l'Eglise de Corinthe rend graces à Dieu de ce qu'il n'a baptisé aucun deus tous, si ce n'eft, Crispe, & Caius, & la maison de Stephanas car dit il Chrift ne ma point envoyé pour baptizer rnais pour Evangelizer, quoy qu'il fut envoyé avec la plénitude de puissance donnée aus autres Apostres, comme il dit ailleurs; ainsin aujourd'huy les Evesques ont par charge speciale la predication de l'Evangile, qu’il doivent exercer par eux mesmes, dit le Concile de Trente (en marge: Cons. Trid. ses. 5. c. 2 & f. 24-C. 4), s'ils ne sont legitimement empechés, laissant l'administration du baptesme à leurs Curés & coadjuteurs. Ce feut donc une faveur speciale à nostre sainct, d'estre faict fils spirituel d'un tel pere, qui comme dict S. Chrisostome (en marge: Chrys. hon. 4. in act. Apost.), feust le principal Catechiste & le premier predicateur de la divine parolle, qui donna à tous des instructions par sa Doctrine, convoquant & assemblant les premiers de l'Eglise, composée non seulement de ceux qui habitoint en Hierusalem, ou es lieux cïrconvoisins: mais des Parthes, des Medes, des Phrigiens. Lybiens, AEgyptiens, Arabes estrangers, Romatns & autres: de sorte que celuy qui avoit esté faict par le Seigneur pasteur de tous, commença d'assembler les oualies de toutes nations, & ensemble d'establir les meurs Apostoliques. Nous verrons combien nostre sainct profitera soubs sa saincte Pedagogie.

 

Apellé en l'estat de Virginite) (en marge: Apostre vierges) Sainct Hierosme escrit (en marge: Ex Brev. Sarl. & M.S. Hyern ad Pamm. ep. 50) à Pammaque que les Apostres ont esté tous Vierges, ou ont vescu en continence apres le mariage, & qu'ainsi de son

 

― Page 30 ―

 

temps les Prestres, les Evesques, & Diacres estoint choisis, ou parce qu'ils estoint Vierges, ou vivoint en viduité, ou gardoint une pudicité perpétuelle; apres avoir esté faicts Prestres: & lors que Vigilantius vouleut arracher ce fleuron de la Couronne Episcopale, qu'est celuy dit il que feront les Eglises d'Orient & celles d'Egypte, & de Rome qui donnent l'ordre de Clericature à ceux qui sont Vierges, ou qui vivent en continence (en marge: Id. cont. vigil.). Estat sainct de la Virginité qui prepare dignement les Officiers de l'Agneau, ces Anges saincts qui vivent en corps sans incommodité du corps, desgages de la tribulation de la chair, & de la necessaire division & joug importun du monde, qui suivant l'Apostre est inevitable à celuy qui est joinct à nne femme (en marge: I. Corint. 7); tandis que les chastes soignent par special, les choses qui appartienent au Seigneur, & en quelle façon ils plairont à Dieu, desquels Justin martyr parlent à l'Empereur Anthoninus (en marge: Just. mart. ad Imp. Anthon.), fait parade pour authoriser la saincteté du Christianisme (en marge: Virginité l'honneur de l'Eglise), se glorifient de pouvoir monstrer de son temps de toute sorte & qualité de personnes lesquels ayant suyvi la discipline de Jesus-Chrift dès leur enfance, perseverent avec integrité au Celibat, qui est aussi appellé par sainft Ciprien (en marge: Cypr. de hab. virginum), la fleur du Germe de l'Eglise, la beauté & l'ornement de la grace spirituelle, l'Image de Dieu, fermé sur la saincteté du Seigneur, la part du troupeau de Jesus-Chrift la plus belle, la fécondité plus belle de l'Eglise &c. Ce qu'il asseure veritablement, puis que comme tesmoigne sainct Epiphane de l'Eglise Orientale (en marge: Epipha. in comp.), le Sacerdoce sainct est composè pour la plus part de personnes Vierges, au moins qui vivent en continence, &c.

 

Esleu Disciple) (en marge: 72. disciples figures) Outre les douze sources Apostoliques que Dieu a descouvert à son peuple (en marge: Exod. 15. v. 27), y a donné encore septente palmes plus aggraables que celles d'Elim, qui selon sainct Hierosme sont la figure des 70 (en marge: Hyero. epist. ad fab. mani. & Luc 20. v. 76). Disciples vrais Surgeons Evangeliques, le glaive du Roy Herodes avoit ravy le Precurseur de Jesus-Christ, qui par office devoit preceder devant la face du Seigneur, & par surcroy d'officiers septante & deux sont choisis, pour estre envoyez, devant sa face, par tout où il devoit arriver. Multiplication qui est le premier effect de l'Evangile, qui du depuis a esté ordinaire dans l'Eglise. Le sang des martyrs tombe en terre germant & multipliant comme par une féconde semence, au dire de Tertullien (en marge: Tert. in Apol.). (en marge: Nombre mysterieux) Le nombre prefix de septante & deux disciples est tout mysterieux, prenant son origine sur les anciens choisis par Moyse (en marge: Exod. 18. v. 21 & 14. v. 1) qui baillerent commencement aux Sanedrins des Hebrieux, qui

 

― Page 31 ―

 

depuis ont tousjours gouverné le peuple. Quelque temps auparavant quand Jacob descendit vers l'Egypte (en marge: Genes. 46. v. 17) l'on trouve en sa famille le nombre de septante & deux personnes: de plus l'autheur de Mirab lib. script. (en marge: De mirab. scrip. sacrae lib. I. c. 9) croit qu'après le déluge, septante & deux familles furent desparties par tout l'univers chacune avec leur langage tout different, & de là il infere la convenance du nombre de ceux qui devoient evangelizer à toutes langues & nations. Tres à propos, dict Bede (en marge: Bed. in Luc. 10), septante & deux sont envoyés; puis qu'il falloit prescher l'Evangile à tout autant de nations du monde, S. Augustin (en marge: August. l. 2. de consensu Evang. C. 14) allegorize encore plus subtilement sur ce nombre: tout de mesme, dict-il que pour les douze mois de l'an nous trouvons le nombre de douze Apostres, ainsi que pour les vingt & quatre heures du tour multipliées trois fois au nom de la Trinité, nous eussions septante & deux disciples. Adjoustons encore que chacune des douze Tributs devoit avoir six ouvriers Evangeliques soubs un Apostre, specialement intendant. (en marge: Hierarchie) Surquoy je remarque la saincte Hierarchie des Officiers de l'Eglise, qui sont eslevez non seulement par dessus les laiques: mais encore nous voyons entr'eux ce bel ordre, que les Apostres ont receu plus de preeminence en leur eslection que les disciples; & partant que les Evesques, qui comme nous avons dict, ont succedé au grade Apostolique, ont la preeminence & jurisdiction sur les simples Prestres & Diacres, successeurs des septante disciples, suivant le tesmoignage de Sainct Hyerosme (en marge: Hyeros. ad Marc.), de Beda (en marge: Bed. in Luc. 15), & d'autres.

(en marge: Les noms incertains) Plusieurs se font mis en devoir de nombrer tous les Disciples desquels l'Escriture met quelques noms, sainct Epiphane (en marge: Epiph. in pan. lib. I in fin.) en nomme quelques autres, Eusebe (en marge: Eusebe Hist. l. I. c. 12) dans son histoire semble s'estre beaucoup pené pour chercher leurs noms. Dans le septiesme tome de la Bibliothèque des Peres soubs le nom de S. Dorothée Evesque de Tyr, nous trouvons un opuscule contenant septante & deux noms (en marge: Tom. 7. Bib. pat.), sans mettre S. Front au rang des Disciples: ce qui me faict croire avec Eusebe, que leur vray cathalogue ne se trouve en aucun lieu, & que l'opuscule de Dorothée (en marge: Doroth. de 70. disc. Bellar. de scrip. Eccl.) est facilement attribué à l'ancien Martyr; ains appartient à un Abbé Romain, qui assez ignoremment, a ramassé les noms propres qu'il trouvoit dans les Actes des Apostres, & Epistres de Sainct Paul pour y trouver son compte, jusques à tomber à des lourdes fautes observées par Possevin (en marge: Possev. apparat. Tom. I), & par le Cardinal Baronius sur le Martyrologe, & dans ses Annales (en marge: ann. n. 40. & in mart. 5 Junii).

(en marge: Disciples) Notons cependant qu'au commencement de l'Eglise durant plus de douze ans le nom de Disciple a esté commun à tous les croyans & fideles, jusques à ce que à Anthioche, comme dict S. Luc aux Actes II., les Disciples furent premierement appellez Chrestiens; Sainct Athanase en rend la raison: parce que plusieurs

 

 

― Page 32 ―

 

autheurs de nouvelles doctrines s'estoient eslevez contraires à la doctrine des Apostres (en marge: Act. II. v. 26 Athanas. in disp. coarri.), qui appelloient Disciples tous ceux de leur secte, & n'y avoit point de difference entre le vray & le faux. Pour ceste occasion les Apostres s'assemblerent à Anthioche, & appellerent tous les Disciples d'un mesme nom, Chrestiens, les separans du nom trop commun de Disciple. Auparavant, les septante & deux choisis par Jesus-Christ estoient appellez anciens Disciples, pour distinction des nouveaux, comme Sainct Luc appelle Jason (en marge: Act. 21. v. 16), ancien Disciple, tiltre qui peut convenir à nostre Sainct, qui commença par l'office de Disciple pour venir au Magistere de l'Episcopat.

 

 

CHAPITRE II.

 

1 Sainct Front presche a Rome.

2 Guerit une demoniacle.

3 Faict plusieurs autres miracles.

 

Du temps que Sainct Front preschoit à Rome où il avoit esté emmené par Sainct Pierre, une fille d'un Senateur tourmentée par les demons qui la possedoient il y avoit tantost quatorze ans, fut delivré par ses prières, ces mauvais démons ne pouvant supporter sa presence: mais s'escrians par la bouche de la possedée, 0 Nonce du très-haut! pourquoy nous poursuis-tu icy? tu nous travailles la part où nous soyons? ô Jesus de Nazaret, pourquoy sommes nous accueillis de si griefs tourmens? La puissance de cet homme est si grande? nous ne luy pouvons resister. Cependant la patiente se jetta aux pieds

 

 

― Page 33 ―

 

de Sainct Front, qui demanda à Dieu sa guerison par ceste prière. Seigneur qui avez donné le pouvoir à vos serviteurs sur les puissances de l'Enfer, exaucez mes prieres afin qu'il vous plaise guerir ceste vostre servante, & la delivrer de la legion des demons qui la maistrisent; ceste demande du Sainct fut de telle efficace que tout aussi tost ceste fille fut miraculeusement delivrée, la lumiere celeste donnant l'effroy à ces esprits noirs: mais ce ne fut pas l'unique miracle qu'il fit en ce lieu: car il donna aussi la veuë à deux aveugles, guerit quatre hydropiques, nettoya un lépreux, & fit plusieurs autres guerisons assisté de la grace d'en-haut.

 

 

OBSERVATIONS SUR CE CHAPITRE.

 

Sainct Front presche a Rome.) Presque tous les autheurs & brevieres qui parlent de nostre Sainct, simbolisent en ce narré: pour l'intelligence duquel faut sçavoir que Sainct Pierre Prince des Apostres & Precepteur de ce Disciple (en marge: Sainct Pierre à Rome), ayant eu en extase la vision du linceul plein de bestes immondes, avec commandement de tuer & manger, se mit en devoir d'exécuter ce commandement (en marge: Act. 10. v. 10. Chrysost. Ho. 70. in Math. Hyeron. de script. Eccl.): il quitta Hierusalem, contraint par la violence de la persecution d'Agrippa, & après avoir dressé, dict S. Hierosme, en suite d'Eusebe, l'Eglise d'Anthioche, s'en alla à Rome ville capitale du monde l'an 2. de Claudius pour y combattre & vaincre Simon le magicien, y conduisant beaucoup de ses Disciples, qui comme Abraham estans sortis de leur maison, avoient quitté leur parentele, & delaissé leurs richesses, plus veritablement que ne fit Socrate, pour aller à Athenes philosopher avec plus de liberté.

Sainct Pierre commença de planter en ce lieu, & cultiver par les Officiers de 1'Evangile l'Eglise de Rome qu'il devoit à la fin

 

― Page 34 ―

 

arrouser & empourprer de son sang. Durant leur sejour les fruicts de leur moisson ne furent pas seulement recueillis dans le quartier de Rome, qui estoit au delà du Tybre, où demeuroient Les Juifs ses compatriotes, avec lesquels ces Saincts de Dieu logerent premièrement: mais encore ils s'espandirent par les autres quartiers; Et lors que Prudent Senateur eut receu la foy, il mena S. Pierre en sa maison qui estoit au mont Viminal, & par ceste ouverture ils firent cognoistre la grace de l'Evangile presque à toute la ville.

(en marge: Hardie entrepise) Surquoy les merites de nostre Sainct se rendent recommandables, qui fut employé pour venir dans la capitale du monde, dans laquelle, comme dict Sainct Léon (en marge: Leo serm. I. in act. Apost.) il falloit fouler aux pieds les doctrines des Philosophes, dissoudre les vanitez de la sagesse de la terre, y convaincre le culte & l'adoration des demons, destruire & renverser l'impiété de toute sorte de sacrileges, bref tous les eloges, & tiltres d'honneur qui sont donnez à Sainct Pierre, comme conducteur d'une si haute & si sublime entreprise, & l'heureux succez de ces travaux tant chantez par Sainct Hierosme (en marge: Hyer. ad Jovin. li. I. Rom. I) conformement à l'Apostre qui haut loüe la foy des Romains, racine de toute bonne oeuvre, sont tout autant d'advantages qui recommandent nostre Sainct Predicateur (en marge: Advantages), qui soubs le drapeau Apostolique portoit les armes de lumiere contre les tenebres de la mort; & ainfi si Rome a effacé, comme dict S. Hyerosme (en marge: Hyer. ad Jovin. in praef. lib. 2. in ep. ad Gal.), par la confession de Jesus-Christ le blaspheme qu'elle avoit escript sur le front, s'il n'y a lieu semblable pour le concours aux Eglises & sepulchres des Martyrs, si Amen retentit là en façon d'un tonnerre, si là mieux qu'en lieu du monde a paru le debris des idoles des Temples, & si parmy eux la devotion y est plus grande, la simplicité de la foy plus sincere; Remercions les ouvriers qui secondez des graces d'en-haut, ont donné commencement à ce miraculeux ouvrage.

Il se presente un petit doubte à vuider, en quelle langue nostre Sainct preschoit aux Romains? il estoit Hebrieu de son extraction, & Grec Asiatique pour son pays: or de son temps les deux langues Grecque & Hébraïque estoient barbares, mesprisées & presque incogneuës dans Rome. D'autre part il est vray semblable qu'il n'avoit point apprins la langue Latine.

(en marge: Presche à Rome non en Hebrieu) Deduisons cecy plus au long, Josephe dict (en marge: Jos. Antiquit. lib. 20. c. vit), que ceux de leur nation n'approuvent point ceux qui ont apprins beaucoup de langues, pource que cet estude est reputé par eux prophane, & est commun à ceux qui sont esclaves & de libre condition. De plus quel moyen de pouvoir par artifice acquerir le dialecte, l'idiome, & la prononciation Latine pour aranguer aux Romains naturels? Josephe confesse au mesme lieu qu'il ne peut jamais former sa langue à la prolation du Grec, auquel il estoit très-entendu, puis qu'il a

 

― Page 35 ―

 

escrit en Grec tous ses livres. Pour l'Hebraique, il est tres-clair que les Romains n'entendoient ny ne se soucioient d'entendre ceste langue qui estoit particulière à ceste petite province de la Palestine. Le vainqueur ne doit se soubsmettre à la langue da vaincu. (en marge: Non en Grec) Pour le Grec, Valere Maxime (en marge: Valer. Max. lib. 2. c. 2) loüe les Magistrats de ce que pour conserver la majesté de la langue Romaine, ils contraignoient les Grecs mesme dans la Grèce, de parler devant eux en jugement par un truchement Latin. Dion (en marge: Dio. lib. 17) remarque de Tybere successeur d'Auguste, qu'au Sénat il s'abstenoit soigneusement de parler, voire un seul mot Grec, & Suetone (en marge: Suet. in Claud. cap. 16) dict de Claudius Empereur, que non seulement il effaça de la liste des Juges un homne celebre & le premier de la Grece, parce qu'il ignoroit la langue Romaine: mais encore il le reduit au rang des estrangers: les Romains ne voulans pas que le pallium fut au dessus de la toge, & que la gravité de l'Empire se soubsmit aux douceurs & attraicts des langues estrangeres: ainsi il est vray semblable que S. Front en sa predication à Rome ne preschoit en langue Grecque, d'où nous concluons assez probablement que ce sainct Disciple a esté l'un des six vingts, qui au jour de la Pentecoste receurent le don de parler toutes sortes de langues en perfection. (en marge: Don de langues) Don de Dieu, qui non seulement, suivant l'Apostre (en marge: Act. 2 v. 4. I Corint. 14. v. 22), leur fut donné pour l'utilité de leurs auditeurs: mais aussi pour marque de la verité de ce qu'ils evangelizoient, comme il estoit promis dans Esaye.

Sainct Chrysosthome (en marge: Chrysost. ex Glic. in ann. Pac. ad Symp. ep. 2) restraint le nombre des languages qui leur furent donnez, au nombre des quinze nations qui à la Feste de la Pentecoste se trouverent en Hierusalem. Pacianus escrivant le nombre des six vingts congregez, semble donner à chacun d'eux une langue particulière: neantmoins, plus conformement à l'Escriture, nous dirons que tout ainsi que par les septante & deux familles l'unité des langages fut divisée en septante & deux sortes de langues (August. de Civit. lib. 16. c. 6. & 12), pour punir l'attentat de ces confusibles; ainsi Dieu pour relever la tour Evangelique a reuny par don special, dans septante & deux ouvriers tous les languages esparts partout le monde: si que chacun d'eux pouvoit parler à la façon de toute sorte de nations, & non comme quelques-uns ont creu, qu'à la voix d'un Predicateur, tous entendissent ce qu'il disoit; quoy que différents de nations, comme s'il eut parlé leur langage: car comme remarque Sainct Grégoire de Nazianse (Greg. Naz. orat. in die Pent.), et ce miracle seroit esté plustost dans l'aureille de l'escoutant, que dans la bouche du predicant.

 

― Page 36 ―

 

Demoniaque guerie) (en marge: Miracles en augmentant) Sainct Ambroise remarque (Ambros. l. 4. in cap. 4 Luc) sur sainct Luc que le fils de Dieu commença de manifester sa puissance par les miracles les plus facilles, chassant les demons, pour par apres en augmentant refussiter le Lazare: car dit il, les hommes peuvent delivrer du Demon, en vertu de la parolle de Dieu: mais de commander la resurrection aux morts, cela appartient seulement à la seule toute puissance; Ainsin nostre sainct auparavant de forcer, lier, & garrotter le Démon, ce prince tyran qu'occupoit par l'idolatrie ceste Province, faict premierement son apprentissage, faisant voir comme un Prelade de son pouvoir sur le Demon (en marge: Puissance sur les demons), qui possedoit la fille d'un Senateur Romain: puissance qui a esté donnée par Jesus-Christ, à tous les fidelles en sainct Marc. 6. (en marge: Marc. 16. v. 17) exercée mesmes par les personne laiques comme se voit en Tertullian (en marge: Tertull. de coron. mil. c. II & le idol. c. II), si que l'envieuse gentilité, dont se plaint sainct Cyprian, ne pouvant supporter l'esclat de ce miracle ordinaire, appelloit les Chrestiens, sorciers & imposteurs: comme Ulpian (en marge: Ulp. ss. de var; & ext. cog. §. medicus), si exorcisant, vt verb impostorum utar cest a dire, fuyuant le langage des Chrestiens: car il faut lire impostorum, & non pas imposterum; comme remarque Ruffus, & les autres legistres. Suetone (en marge: Suet. in Nero) les nomme personnes superstitionis novae & maleficae. Specialement ce pouvoir à esté conservé à ceux qui sont ordonnés par l'Eglise, à cest office. (en marge: Des Juifs) Parmi les Juifs dans l'entienne Loy, les exorcistes estoint recommandables, puis que nous remarquons (en marge: Act. 19. v. 14) aux actes dix-neuf les sept enfans de Sceva Prince des Apostres, & partant personnes Nobles, occupés à cest office, & me semble assés vray samblable que parmy les sacrificateurs, c'estoit une secrete cabale, donnée par Salomon, qui leur apprit un art contre les Demons, duquel parle Josephe (en marge: Joseph. ant. l. 8. c. 2), comme ayant veu qu'ils appliquoit quelque racine aux narines des energumenes avec certaines prières, & qu'ainsi ils mettoint hors cest hoste malin.

(en marge: Des Chrestiens) La puissance des Chrestiens est de beaucoup plus relevée, comme monstre Justin martyr contre Triphon Juif (en marge: Just. Mart. dial. cont. Triph.): car dit il, tout demon est surmonté estant abjuré par le nom du mesme fils de Dieu, ce que les Juifs ne pouvoint faire l'adjurent au nom d'aucun de leurs Roys, justes, Prophetes & Patriarches, leur reprochent au surplus qu'en leurs abjurations à la façon des Gentils Tymiamata & vincula adhiberent, (en marge: Arnob. co. Gent. l. 8.) tous les Docteurs se sont servis puissamment de ce pouvoir pour demonstrer la verité du Christianisme (en marge: Preuve du christianisme): comme contre les Gentils, Lactance (en marge: Lact. divi. insti. l. 2) en ces divines institutions, Tertullian, en son

 

― Page 37 ―

 

apologetique leur insulte, sasseurant que par la bouche du possedé en plain tribunal devant eux, les Chrestiens extoqueront un adveu qu'il est aussi veritablement un Diable, comme faussement ailleurs il avoit dit qu'il estoit Dieu. Tout autant en dit sainct Cyprien, emprontent son argument & presque les mesmes mots de Tertullien (en marge: Tertull. in Apolog. c. 23), contre le tyran Demetrianus, ô si tu voulois entendre, dit il, quand ces demons sont conjurés par nous, & torquentur spiritualibus flagris: ce qu'il repete au livre de Idolorum vanitate (en marge: Cyp. cont. Demet. l. de idol. vanit.). Nous le citerons asteure mesme.

 

Sa présence insupportable) (en marge: Demons humiliez) Notable puissance que Dieu à donné aux enfans de l'Eglise? de fouler tellement l'ancien serpent soubs les pieds, que non seulement il soit bruslé & foüeté par la voix humaine, & la puissance divine; mais encore ces esprits immundes ne peuvent supporter leur ombre, leur nom, leur atouchement, ou de leurs habits, aux actes 19. (en marge: Act. 19. v. 12.) les mouchoirs & demysains de l'Apostre sainct Paul appliqués sur les possedes bailloint la fuitte aux demons. S. Chrisostome tesmoigne ces advantages (en marge: Chrysost. som. 6. ad pop. Anthio.), les ossememens des saincts dit il arrestent les demons & les tourmentent, deslient ceux qu'ils avoint attachés par des liens tres cruels. Sainct Athanase (en marge: Athan. in vit. Antho.) remarque que le seul nom de sainct Anthoine absent leur donnoit l'espouvente, voulés vous voir les demons dit sainct Cyprien (en marge: Cyp. de idolorum), estre fouetés & par nostre voix, & par l'operation de la Majesté cachée, estre grillés par le feu, estre demembrés par l'augmentation de la peine, gemir, nous prier, &c. nous le voyons dans le narré de ce Chapitre.

 

Dressa ceste priere) La vertu des exorcistes n'est pas attachée à certaines parolles, moins encore aux ceremonies (en marge: Marc. 7. v. 32): si est ce pourtant que le fils de Dieu s'en est servi en la guerison du muet possedé, les Apostres creignant que parmi cet exercice l'on mestat les superstitions & charmes de ces imposteurs & mercenaires necromentiens, desquels peut estre parle Ulpian (en marge: Ulpi. loco citato) au lieu fus allégué, (en marge: Livre des exorcismes) dresserent un formulaire pour les exorcismes, & l'on croit qu'il à esté conservé jusques aujourd'huy soubs le nom de Flagellum Demonum, quoy que grossi du depuis & augmenté

 

― Page 38 ―

 

par divers rencontres. Sainct Cyprian selon plusieurs (en marge: Cyp. ad Demet. de idolo. vanit. epist. 76), fait allusion à ce livre, disant en tous les lieux cités, que les demons flegellantur. Au 4. Concile de Carthage (en marge: Cons. 4. Carthag. can. 7.) tenu par deux cens quatorze Evesques, fut ordonné au Canon 7. que l'exorciste en son ordination prendroit le livre des exorcismes de la main de l'Evesque qui luy diroit les mesmes paroles dont se sert encore aujourd'huy l'Eglise Catholique, comme remarque Rabbanus (en marge: Rabb. de Inst. Cler. lib. I. c. 10.), nous pouvons icy faire prendre garde combien la foy de nostre Sainct, & de la patiente a esté grande. Car sainct Cyprian (en marge: Cyp. de Idolor. vanit.) attribuë à ces deux principes la promptitude ou le retardement de la guerison de ces maux divins, ou bien, dict-il, les demons se retirent tout d'un coup, ou bien peu à peu s'esvanouïssent, suivant que la foy du patient ayde, ou la grace de celuy qui guerit favorise.

 

Legion de demons.) (en marge: Qu'est-ce que legion) Parmy les seuls Romains on pourroit sçavoir qu'est-ce que legion, & s'ils fussent esté constans à tenir tousjours esgal le nombre des soldats legionaires (en marge: Alexand. ab Alex. lib. I. C. 5. Plut. in vit. Romul.), nous sçaurions combien de demons possedoient le corps de ceste fille. Dés le commencement les Romains faisoient leurs bataillons de trois mille piétons, & trois cens chevaux, les appellans legions à legendo, comme soldats choisis. Cela grossit dans peu par les Sabins au double des soldats & gens d'armes. Dans Titelive (en marge: Ex Vegetio. de mil. Rom. c. 2) le nombre des legionaires est tantost plus grand, & tantost moindre; és derniers temps les Grecs escriuent que pour l'ordinaire les legions Romaines estoient composées de 4200. pietons, & 300. chevaux; és guerres extraordinaires on grossissoit à 5000. pietons. En l'Escriture ce mot se prend pour un grand nombre, en sainct Marc 5. (en marge: Marc. 5. v. 9) le demon respond, je m'appelle legion, parce que nous sommes beaucoup: & sainct Luc (en marge: Luc. 8. v. 32) dict que plusieurs demons estoient entrez en ce corps, il est vray semblable qu'ils estoient au moins 2000., puis qu'ils possederent tout autant de pourceaux.

 

Plusieurs autres miracles.) L'employ de ce divin Heraut, pour annoncer la parole de Dieu, porte quant & soy deux dons, que les Docteurs appellent les doüaires de l'Eglise, à sçavoir le sceau des miracles, & le don de l'intelligence de l'es

 

― Page 39 ―

 

criture, le premier estoit necessaire pour convertir les infideles, le second pour convaincre l'opiniastreté des Juifs par les escritures qu'ils recognoissoient inspirées & revelées de Dieu. Le don des langues, dict l'Apostre, sont pour signe non pour les fideles, mais aux infideles, & les propheties sont non pour les infideles, mais pour les fidèles (l. Corinth. 14. v. 12). Et tous les deux sont signes inseparables de la vraye Eglise (en marge: Signes de l'Eglise), donnez pourtant en telle façon, que a l'un est donné par l'esprit (en marge: Ibid. 12. v. 30): à parole de sapience: à l'autre les dons de guerison en ce mesme esprit: à l'autre l'operation des vertus; parce que ny tous les Chrestiens ne possedent le don des miracles, ny tousjours les Docteurs en particulier n'exposent infailliblement la divine parole: mais bien tousjours ces œuvres du S. Esprit esclattent en plusieurs signalez personnages de l'Eglise, Dieu ne défaillant jamais à ses promesses: si que nulle Eglise bastarde ne peut s'attribuer ces advantages. S. Front dés son enfance avoit esté de vray eslevé à l'esloquence & à l'estude des sainctes lettres (en marge: Eloquence divine), aussi bien que Tymothêe (en marge: Timoth. 3. v. 15), suivant la coustume des Hebrieux, qui selon leur advis, comme parle Josephe (en marge: Joseph. Ant. lib. 10. cap. ult.), tenoient ceux-là seuls sages qui avoient apprins une telle cognoissance de la loy qu'ils la puissent interpreter: mais quoy? ce n'est pas en la sagesse de la parole que Dieu a envoyé evangeliser, ny S. Paul, ny tous les hommes Apostoliques, afin que la Croix de Christ ne fut point aneantie: ains il faut le don d'en-haut du Pere des lumieres, & le mesme esprit qui les a dictées, le mesme les explique. L'escriture saincte, dict Sainct Chrysostome (Chrysost. ho. 21. in Genes.), n'a point besoing de la sapience des hommes pour estre entenduë, mais de la revelation du S. Esprit, afin que nous puisions de luy le vray sens & prositions par icelle. Pour le don des miracles, la divine puissance n'a esté chiche à le communiquer à cet homme divin, pour dire comme l'Apostre, nous pouvons tout en celuy qui nous conforte, afin d'arrouser, selon le langage de Sainct Grégoire (en marge: Gregor. hom. 19. in Evang.), les herbes fraichement plantées, nous en verrons des plus grands fruicts aux Chapitres suivans. (b)

 

― Page 40 ―

 

CHAPITRE III.

 

1.            Sainct Front vient en France.

2.            Sainct George meurt.

3.            Estre resuscité miraculeusement.

4.            Les infidèles sont convertis.

 

(en marge: 1.) Sainct Front fortifié par l'authorité & benediction Apostolique de S. Pierre passa vers les Gaules avec S. George son collègue, ils s'arresterent apres trois jours de chemin au lac de Volpesme pour prescher l'Evangile aux Gentils, qui accouroient à eux de toutes parts. Au plus fort de ses sainctes occupations Sainct George mourut soudainement. (en marge: 2.) Decez qui donna à S. Front une extrême douleur, se voyant tout d'un coup privé de son compagnon de chemin & d'office. Surquoy il print resolution de retourner à Rome pour déclarer à S. Pierre ce decez (en marge: 3.), & le supplier de rappeller par ses prières l'ame de son compagnon trepassé. S. Pierre donna son baston à S. Front commandant de le poser sur le corps du defunct, l'asseurant qu'à l'invocation du nom de Jesus-Christ, & à l'attouchement du baston, George reviendroit de mort à vie, ce qui fut faict au grand estonnement de plusieurs Gentils (en marge: 4.), qui loüerent un Dieu si puissant, l'idolatrie passant à une saincte foy par le

 

― Page 41 ―

 

Baptesme qu'ils receurent de leurs mains; voire quelques-uns furent trouvez dignes du charactere clerical, desquels il en choisit pour ses compagnons, & poursuivant son chemin en France il laissa S. George Evesque du Puy en Vellay où il gaigna beaucoup d'ames à Dieu.

 

OBSERVATIONS SUR CE CHAPITRE.

 

Authorite et benediction Apostolique.) (en marge: Asseurance du miracle) Tout ce Chapitre doit estre receu avec beaucoup d'asseurance: puis qu'il est prins de plusieurs Martyrologes & anciens Autheurs, specialement du Martyrologe du Puy en Vellay (en marge: Martyrol. Anysis. 25 Octob.), & du venerable Bede parlant de sainct Front (en marge: Bed. mart. 10. 3. vide), qui Romae à Beato Petro Episcopus ordinatus cum Georgio Presbytero ad praedicandum Evangelium Petrachoricas missus est, avec un long narré de ce miracle. Petrus de Natalibus (en marge: Pet. de nat. in vit. S. Petri Ap.) en la vie de S. Pierre met ce miracle commun à S. Front & à S. Martial. Pierre le venerable (en marge: Pet. vener. lib. I. ep. 2) contemporain de S. Bernard, escrivant contre les Petrobrusiens heretiques, parmy plusieurs miracles faicts par les Saincts, rapporte cestuy-cy, disant que S. George avoit demeuré mort dans le sepulchre douze jours.

(en marge: Ordination de Sainct Front) L'authorité & benediction Apostolique, s'entend de l'eslection & ordination des Saincts, sans lequel employ on ne doit s'ingerer aux fonctions, car nul s'approprie l'honneur, dict l'Apostre (en marge: Heb. 5. v. 4); mais celuy qui est appellé de Dieu comme Aaron. L'eslection à l'Episcopat en la primitive Eglise estoit toute merveilleuse (en marge: Miraculeusement choisis), Dieu revelant & manifestant ceux qu'il vouloit estre triez pour ses Officiers. Aux actes 13. (en marge: Act. 13. v. 2) Dieu commandé de separer Saul & Barnabae pour l'ouvrage du Ministere, & Timothée avoit receu la grace par prophétie (en marge: Timot. 4. v. 14), avec l'imposition des mains. Dans le narré de l'histoire Ecclesiastique nous voyons souvent de tels miracles en l'eslection & creation des Pasteurs, comme de S. Ambroise, S. Jean Chrysostome, S. Nicolas & autres, & le verrions encore aujourd'huy si l'affection humaine n'estouffoit l'operation du S. Esprit. Ceste benediction & ordination (en marge: Imposition des mains) estoit faicte par l'imposition des mains, appellée par les Peres suivant le stile de l'escriteure Chyrothonie

 

― Page 42 ―

 

ou Chyrotesie, qui chez les autheurs prophanes signifie l'approbation faicte par voix de suffrage, lequel on donnoit ordinairement és Démocraties par l'eslevation des mains: & puis que l'Eglise s'est servie de l'imposition & extention de mains pour faire ses Officiers, elle a retenu le nom, suivant la remarque de S. Hierosme (en marge: Hyeron. in Is. c. 58.), & ainsi en l'ordination des sept Diacres (en marge: Act. 6. v. 5), de S. Paul & Barnabas, des Prestres de Lystre (en marge: Ibid. 13. v. 2), Iconie & Antioche, l'on pratiqua l'extention ou imposition des mains (en marge: Ibid. 14. v. 22).

 

De Sainct Pierre) (en marge: Envoyé par S. Pierre) Ce point nous est contrerollé tant par ceux qui ignoramment renvoyent nostre sainct au temps de Decius l'Empereur, comme aussi par plusieurs Historiens & vieles legendes qui sont nostre Apostre commis par quelque disciple de sainct Pierre, Genebrard l'an 66 (en marge: Geneb. Chro. anno 66.), met sainct Front envoyé aux Perigordins par sainct Trophime disciple de sainct Paul, duquel il est parlé aux actes 20. (en marge: Act. 20. v. 29) & à la 2. à Thimotée 4 (en marge: 2. Timot. 4. v. 20). qui fut l'Apostre de la Provance (en marge: Non par S. Trophime), & estala le premier Siege Episcopal à Arles Trophimus dit il, Pauli Discipulus apud Arelatenses praedicat de cujus fonte omnes Galliae rivuli acceperunt, & faisant le denombrement il met ensemble des personnes bien differentes d'âge, S. Irenèe envoyé à Lyon, Crescent à Vienne, Saturnin à Tolose, Martial, aux Limosins, Bordelois, Poitevins, sainct Front aux Perigordins &c. Le fondement de ceste deduction est appuyée sur le tiltre que le Martyrologe Romain (en marge: Martyr. Rom. 29) baille à sainct Trophimus, d'avoir esté la source des eaux Evangeliques qui ont arrousé la France. Zozimus autheur Grec (en marge: de Zozim. hist. Eccl.) en dit tout autant, & dans les Archives de l'Archevesque d'Arles il se trouve une missive au nom de tous les Evesques de la Metropolle au Pape Leon premier, raportée par Azor (en marge: Azor inst. moral. p. 2 lib. 3 c. 16), omnibus Regionibus Gallicis, notum est, sed nec sacrosancta Romanae Ecclesiae habetur incognitum, quod prima intra Gallias Arelatensis civitas missum à beato Paulo Apostolo sanctum Trophimum, habere meruit sacerdotem, exinde alys Paulatim Regionibus Galliarum donum fidei & Religionis infusum. Si est-ce pourtant qu'il ne faut inferer de là comme fait Genebrard (en marge: Geneb. lib. 2) qu'il eut envoyé tous ceux qui ont arrousé le Champ de la France, puis que le mesme Autheur apres sainct Isidore cité par Gautier dans sa Chronologie (en marge: Isid. lib. de vit. sanct. c. 75), escrit que sainct Philippe l'Apostre à preché en France qui luy estoit escheuë en partage, sainct Epiphane dit aussi (en marge: Epipha. in Panar. heres. 51. de Alogis vide), que Crescent, & sainct Luc specialement à presché dans ce Royaume, αρχή δξ έν τΰ Γαλλία sed in Gallia prae coeteris ut de nonnullis comitibus suis

 

― Page 43 ―

 

Paulus in Epistolis testatur Crescens inquit in Gallias non enim in Galatia legendum est, ut quibusdam immerito placuit, sed in Gallia. Pour nostre Apostre nous avons des autantiques tesmoignages, qu'ìl vint à nous inmediatement envoyé par sainct Pierre, citans tous les martirologes, l'antienne inscription trouvée en son sepulchre, tous les anciens Breviaires, & Legendaires.

Et certainement ça esté un effait de la divine providence (en marge: Providende divine), remarqué par sainct Ambroise & par sainct Leon, que toutes les Monarchies ayent cedé consecutivement l'une à l'autre, jusques à la Romaine plus puissante que les autres trois, à ce que le chef visible de la Monarchie de Jesus-Christ promis par Daniel, estant establi en ceste ville capitalle de Rome par sainct Pierre, toutes les autres nations flechissent le col soubs l'Empire de Jesus-Christ, tous les hommes dit sainct Ambroise (en marge: Amb. in ps. 45), venant soubs un Empire, ont aprins de confesser par un fidel langage, l'Empire d'un seul Dieu tout puissant. Sainct Leon (en marge: Leo. S. I. de S. Pet. & Paul) osa bien asseurer, que jamais aucun n'a dressé d'Eglises, ny en toute l'Italie, ny aux Gaules, ny en l'Espagne, ny en Laffrique & Sicile, ny aux Isles circonvoisines, sinon ceux que le venerable Apostre sainct Pierre & ses successeurs ont fait prestres.

 

Tira vers les Gaules) Je laisse à part les anciennes divisions des Gaules, & me contente de dire qu'il ny a quartier dans leurs estenduës qui dans vingt où trente ans après la mort de Jesus-Christ, n'aye receu des Ambassadeurs de la part des Apostres, lesquels dit sainct Leon (en marge: S. Leo. ibid.), se servans du remede tres opportun de la paix venans és Gaules donnerent à plusieurs Gaulois la saincteté des ceremonies du Christianisme (en marge: Disiples choisis pour la France): si que tout de mesme que les Romains maistres du monde croyoint que la grandeur & conservation de l'Empire dependoit de la subjugation & totale destruction des Gaulois employant à cet effait les plus signalés Capitaines & Gouverneurs, aussi de mesme pied les Apostres faisoint triage des plus saincts Disciples, desquels on peut voir le nom dans le premier centainere d'Isengrenius (en marge: Isengren. Cent. I & 6), Pierre de Clugny (en marge: Pet. Clun. ad haeres) & plusieurs autres, lequel debord & envoy fut causé en partie par un severe Edit que fit l'Empereur Claudius (en marge: Cause de la sortie de Rome), environ l'an 9. de son Empire, qui les banissoit & chassoit de la ville de Rome. Aux actes des Apostres (en marge: Act. 18. v. 18) nous voyons Aquila Pontique avec sa femme estre venu de fraische datte d'Italie, parce que Claudius avoit commandé que tous les Juifs sortiroint de Rome, & Suetone (en marge: Suet. in Claud. cap. 25) quoy que ignoramment, Judaeos Impulsore Christo, assidue tumultuates Roma expulit attribuant à tumul-

 

― Page 44 ―

 

te, la persecution des Juifs contre sainct Pierre & ses Disciples mais après tout, ce fut un effait de la divine providence (en marge: Propagation de l'Evangile), ainsi que 1a persecution faite en Hierusalem au jour du Massacre de sainct Estienne (en marge: Act. 3. v. 1) donna la chasse à tous les disciples qui porterent la Foy la part où ils se refugierent: si que dans trent'ans apres la mort du fils de Dieu, suivant la remarque de sainct Chrisostome (en marge: Chrysost. hom. 76. in Mat. Rom. I), l'Evangile s'estendit par tout l'univers, & sainct Paul rend graces à Dieu de ce que la Foy des Romains estoit desja annoncée par tout le monde, ce qui impose silence à ceux qui retardent la venuë de nostre Apostre, jusques au troisiesme siecle.

 

Sainct George) (en marge: Distinction necessaire) Mettons une notable difference entre sainct George premier compagnon de sainct Front, & S. George son second compagnon, qui n'est autre que le Gouverneur Squirius qu'il appella George, en memoire du premier (en marge: P. Odo hist. n. d. du Puy). Et sainct George le Martyr, duquel parlent les Martyrologes Latins & Meneloges des Grecs (en marge: Mart. Rom. 23. ap. menol. graecorum) qui l'appellent μεγαλομάρτυρα, πίτροπαιφόρον, grand Martyr & Portenseigne, & dans la Messe des AEthiopiens (en marge: Missa Ethiopum) est nommé Sydus honoris, ou Stella splendida. Le premier donna commencement à la Religion Chrestienne au Puy en Vellay appellé Anisium. L'autre apres sa conversion travailla pour la reduction des infideles dans le Perigord, & je conjecture qu'il a donné le tiltre à l'Eglise qui est lez Perigueux, le sainct Gendarme fut couronné du Martyre soubs Diocletian. (en marge: Qu'est ce que Prestre) Je remarque aussi dans les Martyrologes que le nom de Presbyter, est donné au premier compagnon (en marge: Idem. cap. 5), ce qui a occasionné plusieurs de croire qu'il n'estoit pour lors Evesque, suivant l'observation du Pere Odo, citant l'erreur de Belleforest en sa cosmographie, & de Baronius sur le Martyrologe touchant S. Martial. La solution de nostre difficulté depend de la remarque de Bellarmin libro de Clericis (en marge: Bellar. lib. I. de cleric. cap. 15), à sçavoir que le nom de Presbiter, estoit donné en la primitive Eglise indifferemment aux Evesques & Pasteurs de l'Eglise. Ainsi S. Pierre & S. Jean (en marge: 1. Pet. 2 & 3 Joan.), quoy qu'Apostres, s'appellent neantmoins Prestres, dans leurs Epistres. S. Paul apres avoir appellé Prestres ceux que Tite (en marge: Tit. I. v. 3) devoit reformer & corriger en Candie, les appelle peu apres, Evesques: & en l'epistre à Timothée parlant des Evesques (en marge: l. Timot. 3), il passe aux Diacres sans dire mot des conditions des Prestres, comme ayans esté comprins soubs le nom d'Evesques. Il en est ainsi en la suscription de son epistre aux Philippiens (en marge: Philipp. I), avec les Evesques & Diacres, & au contraire il ap-

 

― Page 45 ―

 

pelle Prestres les Evesques ordonnez par Tite (en marge: Tit. I. v. 3): non pas qu'il faille confondre les Evesques & Prestres en un mesme office, comme fait la Babilone Religionaire (en marge: Act. 15. & 16), soubs les noms d'Anciens & Surveillans: car nous trouvons dans l'escriture notable difference avec superiorité de l'Evesque sur les Prestres (en marge: I. Timot. 5).

Sainct George donc, est donné pour compagnon à nostre Apostre par Sainct Pierre (en marge: Marc. 6. v. 7), suivant le stile de Jesus-Christ qui envoyoit les siens deux à deux (en marge: Pourquoy deux à deux). Les causes de ces sacrez couples sont (en marge: Luc. 10. v. 1), tant pour la decence de ces nouveaux herauts, qu'aussi afin qu'ils s'entr'aydassent & consolassent dans les travaux de leurs pelerinages, il vaut mieux, dict l'Ecclesiaste (en marge: Eccles. 4. v. 9), que deux soient ensemble qu'un seul: car ils ont le fruict de leur compagnie, si l'un vient à tomber il sera soustenu par l'autre. Sainct Augustin (en marge: August. lib. 2 in Evang.), Sainct Grégoire (en marge: Greg. hom. 17. in evan.), le V. Bede (en marge: Bed. in hunc loc.) allegorisent là dessus, disent que la part où Dieu doit arriver, il faut qu'au préalable les deux commandemens d'amour, l'un envers Dieu, & l'autre envers le prochain, ayent preparé le lieu de son divin sejour. Adjoustons aussi que l'obligation de la naturelle concorde paroist en ce lieu, & que la paix doit unir ceux qui la doivent annoncer au monde (en marge: Marc. 9. v. 50).

 

Lac de Volpeme.) (en marge: Qu'est-ce le Lac de Volpeme) Locus Volcini (en marge: Ptolo. lib. 3. c. 20), ne doit estre entendu des Volces, qui sont la partie de la Gaule Narbonoise au delà du Rosne, vers le couchant, desquels ceux qui sont proches du fleuve sont nommez Araconis & ceux qui sont un peu plus loing vers les Pirenées sont nommez Tectosages, l'on appelle aujour d'huy leur pays Linguam Occitanam, Languedoc: or tout ce qui est en France, est distant de Rome plus de trois journées qui sont assignées par tous, tertio itineris die, dict Bede (en marge: Bed. in Marty. 8. cal. Nou.); & partant il faut chercher le lac de Volpeme dans la Toscane & Bolseme, qui jadis s'appelloit Volsenus Locus, selon Abraham Ortelius dans ses synonimes geographiques (en marge: Ortel. In Syn. geogr.). Les actes de Saincte Chrystine font mention bien au long du lac de Volpeme ou Volsene. Voyez Ribadeneira au 24. Julliet (en marge: Ribad. fleurs de Ss. 24 Jul.).

 

Baston de S. Pierre.) (en marge: Miracles semblables) Ce narré est tellement semblable à l'histoire de S. Martial, authorisée par Sainct Anthonin (en marge: Anthonin 10. 2. tit. 6. c. 26)

 

― Page 46 ―

 

& plusieurs autres, qu'il semble demeurer infirmé pour S. Front. Petrus de Natalibus (en marge: Pet. in nat.) racontant ceste histoire en la vie de Sainct Pierre, l'attribuë à tous deux. Hic dicitur fuisse beatus Martialis, vel ut alibi legitur, sanctus Fronto, La glose sur le Canon d'Innocent 3. (en marge: Gloss. in can. Inno. 3. de ext. unct.) De extrema unctione, attribuë ce miracle à un Sainct Martial envoyé par S. Pierre aux Allemagnes avec un Matthieu. Le mesme Pape Innocent, lib. I. des mysteres de la Messe (en marge: Innoc. 3. lib. I. de Myst. miss. can. 62), dict que S. Pierre envoya sa verge à Eucarius premier Evesque des Allemagnes. Disons donc que ce miracle est arrivé à plusieurs Saincts: car nous ne voulons oster cet honneur à Sainct Martial, puisque ceste verge miraculeuse est gardée à Bourdeaux religieusement dans l'ancienne Eglise de sainct Surin. (en marge: Est arrivé à Sainct Front) Nous ne voulons aussi ceder au droict que toute l'antiquité donne à nostre Sainct, dans plusieurs Breviaires de diverses provinces, par plusieurs Martyrologes ja citez, voyez ce qu'en dict Bede tout au long (en marge: Bed. in Mart. 8. cal. No.). La legende de sainct George premier Evesque du Vellay (en marge: P. Odo in hist. Anis. lib. I. c. 5) dict, qu'à cause de ce miracle de Sainct Pere successeur de Sainct Pierre (en marge: Le Pape sans baston Pastoral) ne se sert point de baston Pastoral ainsi que les autres Evesques, comme l'ayant desja donné à S. Fronton. Dans le Canon du Pape Innocent (en marge: Inno. ext. de sac. unct.) nous trouvons ces mots dignes de remarque, licet Romanus Pontifex non utatur baculo pastorali, tum propter historiam, tum propter mysticam rationem. Or quelle est ceste histoire, il est declaré au long dans ce lieu que j'ay desja cité, que Materne fut resuscité par le baston de Sainct Pierre donné à Sainct Eucharius ce qui pourtant n'empesche pas que le mesme miracle soit arrivé à d'autres Saincts. La mystique signification est donnée par Augustinus de Ancona (en marge: August. de Anc. q. 3. att. 3), certo loco determinatam jurisdictionem ostendit baculus: at vero Papa est universalis per totum orbem. La moitié de ce baston miraculeusement donné à Sainct Front est religieusement gardé au Puy en Vellay, dans l'Eglise collégiale de Sainct Paulian; l'autre moitié, à ce qu'ils asseurent, fut portée dans le Perigord par Sainct Front (en marge: P. Odo. ibid.).

Surquoy se presente ce petit doubte, pourquoy Sainct Pierre se trouve en plusieurs endroits avec son baston? (en marge: Les Apostres prennent des bastons) puis qu'il estoit deffendu aux Apostres, nil tuleritis, neque virgam (en marge: Luc. 9. v. 3; Mat. 10. v. 10). On respond que ce fut un congé & comme une indulgence que le Fils de Dieu donna à ses Apostres en S. Marc 6. (en marge: Mar. 6. v. 8) nisi virgam tantum, comme il leur avoit deffendu l'usage des chausseures, neque calceamenta: & il leur permit apres de se servir de sandales. Dans le mesme S. Marc, calceatos sandaliis: il eut aussi esgard aux incommodités du voyage, & à le'age cassé de plusieurs des siens. C'est la solution d'Eutimius (en marge: Euthy. in hunc loc. Mald. in Mat. 10), sans laquelle plusieurs sont contraints de se jetter sur des verges allegoriques, qui neantmoins conviennent fort mal avec la vraye monnoye, bource, malette, & chausseure deffen-

 

― Page 47 ―

duës aux mesmes lieux sans aucune allegorie: & certes il estoit tres à propos que celuy qui avoit en garde tout le bercail du seigneur, eut pour marque exterieure la holette ou verge de jurisdiction (en marge: Explication mystique): Voulez-vous, disoit Sainct Paul aux Corinthiens (en marge: I. Cor. 4. v. 21), que je vienne à vous avec la verge, ce qui a donné commencement au baston misterieux duquel se servent aujourd'huy les Evesques appellé Samburra, ou pedum Pastorale; parce que du costé qu'il est recourbé on arreste les brebis par les pieds, comme explique Duranti (Dura. de Ritibus Eccles.), apres plusieurs autres, adjoustant ce vers duquel on faict grand cas.

 

Curva trahit, quos recta a regit pars ultima pungit

 

Il est recourbé d'un bout pour rappeller les errans, & retenir les fugitifs de leur Esglise, droit au mittan pour le foulas des bons: mais la pointe est aiguë pour repousser les Loups carnassiers & convaincre ceux qui contredisent, dit sainct Paul (en marge: Tit. I. v. 9). (en marge: Hermites sans baston) Plusieurs anciens Hermites au rapport de Cassian (en marge: Cassi. l. 3. c. 9), portoint tousjours un baston en la main, tant pour memoire du baston de la Croix, que pour marquer dit il, que tout le monde est rempli de bestes fauves, & que tousjours nous sommes assubjetis aux abboys de la chair, en danger d'estre mordus des tentations du serpent infernal. Vincent de Beauvais (en marge: Vinc. Bellevac. lib. 29. c. 11) parlant de sainct Chrestien Hermite, dit que ça esté leur marque à l'imitation du Prophete Elisée, qui s'en servoit au 4. des Roys, chap. 4 (en marge: 4. Reg. 4.) & dans la bulle de Gregoire 9. (en marge: Bull. greg. 9) il est commandé aux Hermites de sainct Augustin de porter tousjours en main un baston long de cinq pams, conformement à ce que Jordanus Saxonis dit (en marge: Jord. de Saxo. lib. I. c. 15), que sainct Augustin avoit donné ceste marque de son Ordre à ses Religieux (en marge: August. ad frat. de her. S. 27), l'inferant du Sermon 27. ad fratres de her portamus etiam baculos per quos intelligitur disciplina sub qua semper parati esse debemus. En quoy cependant il se trompe voulant que ce fut une marque propre à son Ordre, suyvant la remarque de Vandingus en son apologetique (en marge: Wandingus in apol. § 4. num. 29): car outre ce que nous avons dit, Flaminius (en marge: Flamm. in vit. S. Domin.) dans la vie de sainct Dominique tesmoigne que presque tousjours ce grand sainct tant dans le Monastere que hors d'iceluy, portoit un baston en main (en marge: In vit. S. Bonif.). (en marge: Crosse d'or, Evesque de bois) Aujourd'huy dans l'Ordre de sainct Benoit le baston est reservé pour leurs Abbés, & Dieu vueille que la plainte de sainct Boniface Apostre des Allemagnes & martyr ne soit point aujourd'huy veritable, que les Evesques & Prelats de la primitive Eglise ayans esté tous d'Or, & leurs Croces de bois, maintenant s'estoint changées les loys Croces d'Or, & Evesque de bois: mot qui fut mis dans le decret, & mesme dans le Concile de Tybur (en marge: Cons. Tyburi). Le Cardinal P. Damian escrivant aux Cardinaux, dit entre autres bons rencontres, qu'il n'avoit jamais veu de bastons Pastoraux d'un metail si reluisant & si beaux comme ceux de l'Evesque de Tranes, qui avoit connivé à l'esmeute, & soulevement de l'Eglise,

 

― Page 48 ―

 

Grecque contre la latine, & de l'Evesque d'Ascoly: que neantmoins l'un avoit efté deposé en la Pouïlle soubs le Pape Nicolas (en marge: P. Dam. ep. ad. Card. Eccl. Rom.), l'autre en l'Eglise de Larran soubs le Pape Alexandre; & qu'il n'avoit rien servy à ces Evesques de Bois de porter des Croces d'Or, attendu que le merite du sacerdoce ne depend de la splendenr des ornemens: ains de la regle des vertus spirituelles.

 

Receurent le caractère clerical) Voila un effaict de la foy du bien-heureux sainct Front, plus noble que celle du serviteur d'Elisée, qui n'avoit peu par le baston de son maistre resusciter l'enfant mort de la Sunamite. Le nom de ces Diacres sont, Frontese, Severin, & Severian, pour le quatriesme Syllanus ou Sylvanus fut converti dans la ville de Perigueux. (en marge: Les Gentils officiers de l'Evangile) Cependant j'observe icy 1. la pratique qui monstre que le ministere de l'Autel Evangelique, n'estoit attaché aux Hebrieux, puis que les Gentils y sont appellés. 2. que nul s'ingere au Clericat, s'il n'est ordonné. 3. Je juge que tous les premiers Evesques estoint regionaires pour leurs missions, sans estre particulierement attachés en un lieu: puis que hors les estenduës des Provinces qui leurs feurent affectées, ils ordonnent des clers, ce qui est acte de jurisdiction, bien que longtemps aprés quelques pasteurs jouïssent du privilege, d'ordonner mesmes dans la jurisdiction des autres Evesques, comme respond S. Epiphane, escrivant à Jean de Jerusalem, qui l'acusoit d'avoir ordonné pour Diacre & Prestre, Paulinian frere de sainct Hierosme (en marge: Extat. apud Hyero ep. 60), dans la Palestine au Monastere d'Eleuteropolis, il respond que c'estoit le droit & coustume de Cypre. 4. pourroit estre que ces Diacres furent choisis pour interpretes du sainct, non pour la langue: car il avoit ce don de Dieu; mais pour expliquer au peuple familierement les grands secrets cachés dans les sublimes discours que cest homme apostolique faisoit sur les mysteres du Christianisme (en marge: l. Cor. 12. v. 10).

 

― Page 49 ―

 

CHAPITRE IIII.

 

1. Sainct Front vient en Perigord.

2. Sa predication & miracles.

3. La conversion des Perigordins.

 

Apres la separation de ces deux Disciples, nostre glorieux Apostre passe en Aquitaine; estant à Tolose il resussita miraculeusement un enfant noyé dans la Garonne, ce qui renforça la foy des Neophites de ceste ville. De la il vient en Perigord, Province qui luy estoit specialement donnée en charge, il trouve ce peuple sans la cognoissance du vray Dieu: ains fort adonné à l'idolatrie, asservy soubs la puissance des Romains, qui de surcroy avoint adjousté à leurs anciennes superstitions Gauloises le culte de leurs dieux. La celeste Doctrine de cet homme Apostolique secretement annoncée au commencement, puis en public, opera tellement, que plusieurs de ces esprits sauvages & pierreus samolirent pour graver dans leurs cœurs de chair la loy de Dieu. Ses œuvres miraculeuses monstroient assés que la doctrine qu'il preschoit, venoit du Ciel pour confondre l'idolatrie. La plus remarquable fut lors que en presence de plusieurs fidelles & infidelles il demolit par la seule vertu du signe de la Croix, un temple po-

 

― Page 50 ―

 

sé hors l'antienne Vesuna, ville capitale du Perigord, à la honte & notable confusion de la superstition, si opiniastrement deffandüe par les sacrificateurs des faux dieux, & triomphe du Christianisme. Un autre miracle fait dans la mesme Province fut cause de la conversion de beaucoup de peuple de ce païs, lors que par la vertu de la mesme croix il fit crever un Dragon qui faisoit son repaire dans une roche sur la riviere de Dordogne, dans laquelle il fut précipité par la force de la prière du sainct. Bref l'efficace de sa Doctrine & actions miraculeuses operant de plus en plus, la superstition idolatre durant son pontificat receut une grande secousse, les temples de Jupiter, Venus, Mercure & autres furent demolis, & en la ville Capitalle celuy de Mars estant destruit il consacra en sa place un Autel au vray Dieu & à l'honneur de sainct Estienne, il fit aussi bastir deux Oratoires, l'un à l'honneur de la Vierge au Puy Sainct Front, l'autre à l'honneur de sainct Pierre Apostre. (c)

 

OBSERVATIONS SUR CE CHAPITRE.

 

Passe en Aquitaine) Plusieurs ont dressé litinerere & voyage de ce sainct, mais je n'y trouve pas beaucoup d'asseurance dans tous ces manuscrits, pour les causes alléguées en mes Prologomenes. Le miracle de l'Enfant resuscité à Tolose est autantiquement rapporté dans la chronique de Bertrandi (en marge: Chronic. Tholoz. Bert. lib. I). Pour la venuë en Perigord, nous dirons que quoy que la

 

― Page 51 ―

 

nature acceuille les plantes (en marge: Bucol. virg.) plus benignement en un terroir qu'en l'autre (en marge: Vertu croist par tout).

 

Hic segetes illic veniunt foelicius vuae.

 

Mais pour la sacrée semence de la grace, elle peut germer & croistre tres heureusement, peut esclorre ses fleurs & rapporter ses fruits, mesmes parmi les païs pierreus & sterilles: la cause ne vient pas tant de Paul qui plante, ni d'Apollo qui arrouse, (en marge: Dieu envoye les ouvriers Evangeliques) mais de Dieu mesme qui en donne la croissance: car c'est le mesme esprit sainct qui choisit, qui envoye, & qui guide les ouvriers Evangeliques vers les contrées qui leur sont indiquées par son eternelle predestination, (en marge: Act. 16. v. 7) comme ce fut le mesme esprit de Jesus qui empescha S. Paul de prescher en Asie, le recula de Bythinie pour l'envoyer en Macedoine, par la vision d'un Macedonien qui luy demandoit secours. C'estoit aussi par sa divine revelation qu'il avoit esté choisi avec Barnabé pour prescher aux Gentils (en marge: Ibid. 13. v. 2). Bref rien n'estoit entrepris dans l'Eglise sans le conseil & manifestation du divin vouloir; si que je ne puis croire que le departement des provinces aux Apostres & Disciples fut (en marge: Proclus t. 2. libs. sanct. P. Socr. lib. 11. c. 25), ou par sort, ou suivant le don des langues qu'ils eussent par eminence sur les autres, comme plusieurs asseurent; cela repugne à ce que nous avons dict cy-dessus, & de plus le dessein estoit trop important pour mettre à l'hazart ce qui doit tout appartenir à Dieu (en marge: Promesse divine), qui nous avoit promis par Hieremie (en marge: Ier. 16. v. 16), de nous envoyer des pescheurs qui nous pescheroient, & des chasseurs qui nous prendroient par montagnes & valées; & specialement, venabuntur eos de cavernis petrarum: voicy l'execution de la promesse. Observons encore que s'il nous faut recognoistre le temps de l'envoy des Disciples en nostre France par la commune traditive (en marge: Le Perigord instruit dés le commencement), observée par les Martyrologes, nous prouverons que ceux de Perigord 40. ans plustost ont receu la foy que les Parisiens, Xaintongeois, que ceux de Beauvais, d'Evreux, de Melun, Chartres, Verdun, & plusieurs autres quartiers: puis que Sainct Denis est le premier Apostre envoyé aux Parisiens par Sainct Clement (en marge: Martyr. Rom. II. Aug. & 9 Octob. Bar. anno 44 & 95 num. 7), Sainct Lucian, Taurinus, Eutrope par le mesme quelques 50. ans apres la mort du Fils de Dieu soubs l'Empereur Domitian, & les Disciples de S. Pierre avoient esté envoyez l'an second de Claudius dix ans ou environ apres l'Ascension de Jesus-Christ.

 

Vient en Perigord) Ceste province estant le subject de cet opuscule (en marge: Corographie du Perigord), je veux escrire quelque mot de sa corographie & antiquité. Son elevation du pole est à quarante & cinq

 

― Page 52 ―

 

degrez, son estendüe est bornée par le Bourdelois, Angoulmois, Quercy, Agennois, & Lymosin; Son estendüe estoit jadis plus grandesi Pline (en marge: Plin. lib. 4, c. 19) ne se trompe, mettant ceux du Perigord voisins des Tholosains divisez par le fleuve Tarn, qui aujourd’huy borne les Quercinois Tarneque amne discretis à Tholosanis Petrachoris. Ses fleuves sont la Dordogne, l’Isle, la Vezere, la Drone, le Bandiac, d’où quelques-uns ont creu que le Touvre près d’Angoulesme sortoit: il y a aussi plusieurs autres ruisseaux & fontaines sans nombre, desquelles quelques-unes font autant de miracles de nature. La ville capitale de la province mesmes avant qu’elle tombast sous la puissance des Romains estoit Vesuna, ainsi nommée dans l’itinéraire d’Anthonin (en marge: Itin. Antho.), & dans l’ancienne table itineraire. Ptolémée (en marge: Ptol. lib. 2, c. 7) dans sa cosmographie Τ’φαχ πετροχόροι ε πόλις υεσόννα. (en marge: Aethimologie de Vesuna) Tirant son étymologie de son solage & position, Visonna, βήσος όνιον, c’est à dire vallis utilis, parce qu’elle estoit posée dans une fertile valée entre les montagnes qui l’environnoient. Les habitants du temps de Sydonius (en marge: Sydo. Apoll. espist. II, epist. 8) il y a plus de mille ans estoient appellez encore Vesunnici. Aujourd’huy ceste ville ancienne ayant esté destruite par les Normans, le seul Temple dont nous parlerons a retenu ce nom, & le Puy S. Front estant basty, la ville capitale du Perigord fut appellée du nom de la province Petrachora, son ethimologie venant du Grec πέτρος & χώρα, c’est à dire region des pierre, ayant soubs soy plusieurs villes assez recommandables, entre lesquelles sont Sarlat & Bragerac; & pour le general de la province, tous advoüent qu’elle est une des plus anciennes & renommées de la Guyenne. (en marge: Antiquité) André Chesne (Andr. le Chesn. ant. lib. 3, c. 12) dans ses antiquitez des villesde France, dict qu’elle a esté premierement habitée & cultivée par Japhet fils de Noé, qui jette les premiers fondements de l’ancienne ville, ce qu’il dict tenir par le rapport de ceux qui l’ont trouvé dans des vieux tiltres. Autant & encor plus en dict François Desmes (en marge: Franc. Desm. descrip. de Vill. de Fra.). Charles Estienne (en marge: Carol. Steph. dict geograph.) dans son Dictionnaire geographique, Vesula vulgo Perigeux, civitas insignis in Gallia Aquitanica, quondam urbs Japheti, Noe Patriarcha filis vocitata. (en marge: Jactance ridicule) Ceste ambitons est assez familiere à tous les peuples, de se laisser tromper volontairement par le tissu, qu’on leur forge pour les flatter, de je ne sçay combien de genealogies recherchées quelques fois trois lieuës au delà le Soleil levant, comme on dict. Les Terreneufviers & Brasiliens (en marge: Dujarr. hist. des Ind.) ridiculement font parade de leur extraction chimerique, tirée depuis 10000 ou 20000 ans, & nomment les Roys qui les ont gouvernez durant tout ce temps; Les Europeans, comme plus sages, se vantent seulement d’avoir eu le troisieme fils de Noé pour repeupler tous les quartiers de deçà (en marge: Bert. de Gest. Thol. praelud.), & que de luy sortirent sept enfant, la souche de quinze ge-

 

― Page 53 ―

 

nerations, ausquelles ils donnent le nom conforme à la ville qu’ils veulent rendre recommandable. Voicy un eschantillon de ceste estoffe. (en marge: Noger. l. I. hist. Thol.) Lygerius Roy d’Egypte fut pere de Loseus Roy de Bretagne, de Surgerius Roy d’Angleterre, de Nitobrigus Duc d’Aquitaine, & de Petragorius fondateur de Perigueux & de Tholoze au temps de la ruine des Troyens. Ceste folle jactance part, à ce je crois, de la vanité des historiens Espagnols (en marge: Rodericus Tolet. de Gest. Hysp.), qui pour ne degenerer en ce poinct de leur fiere & hautaine humeur, nos ont donné ces baveries pour argent content; contentons nous d’indiquer l’antiquité du Perigord par tant d’inscriptions Latines & Grecques, tant de vieux monuments, palais, fragmens de statuës, estuves, grottes souterraines, amphiteatres & autres raretez, qui parlent assez en sa faveur. (en marge: Nom d’Auguste) Le seul tiltre d’Auguste baillé par Soter en son inscription à la ville capitale comprend tout ce qu’on peut dire en sa loüange, suivant la remarque de Papirius Masso (en marge: Pap. Mass. de Not. epis. Gall.), Petrachorici Vesunna urbe clari, ut adhuc Romana inscriptio ostendit. Augusta Vesunna Petrachoricorum vestissimum splendorem testantur adhuc eximia priscorum monimentorum reliquia, inscriptiones, amphiteatrum, turris admirandi operis qua sola retinet nomen Vesunna, &c. Nous ne pouvons nier que S. Martial a tres-juste tiltre porté le nom d’Apostre de l’Aquitaine, mesme qu’il n’aye presché particulièrement dans ceste province du Perigord, specialement l’ancienne & illustre maison de Salagnac, jusques à nostre siecle, nous faict voir dans le chasteau le plan de la tour encore appellée de S. Martial (en marge: Sainct Martial en Perigord); parce que cet homme Apostolique venant prescher en ce bourg estoit logé fort volontiers par le Seigneur du lieu, comme il est tesmoigné par une ancienne legende, citée dans preuve de la Noblesse du sieur Bertrand de Salagnac, auparavant qu’il fust promeu à l’ordre de Chevalier du S. Esprit: surquoy je ne puis taire qu’il y a tantost cinquante ans que l’heresie Calvinienne estant introduite dans ceste maison, & receuë par les Seigneurs du lieu, la tour qui estoit sanctifiée par l’habitation du sainct Apostre, tomba par terre, la mesme année de leur apostasie, ensevelissant dans ses ruines les plus anciens tiltres & monumens de la maison, & tesmoignant par sa ruine le renversement de la Religion Apostolique. Quoy que donc plusieurs ayent travaillé à cultiver ceste province, aussi reciproquement nostre Apostre (en marge: Ma. sc. Ber. Guid. in S. Front.) ayant plusieurs fois evengelisé dans le voisinage, comme à Bourdeaux, Tholoze, Angoulesme, Poictiers, & à Soissons, où il receut miraculeusement du ciel la fiole pleine de vin, pour celebrer le divin mystere, où elle est encore aujourd’huy gardée religieusement (en marge: Breviar. Petroch. & prosa ma. sc. Guid.); c’estoit seulement par accessoire, S. Front ayant esté le principal ouvrier Evangelique dans le Perigord, suivant la recommendation de son maistre.

 

― Page 54 ―

 

Anciennes superstitions.) (en marge: Superstitions des Gaulois) Deux maux concouroient dans ceste province contre l’establissement de l’Evangile: car l’ancienne superstition Gauloise estoit fomentée par les Druides, Bardes, Eubages, Sennaroldes, Saronides, & autres Ministres de l’Idolatrie; d’autre part, la nouvelle Religion des Romains commençoit d’establir par authorité le culte de leurs Dieux dans ceste province, comme il appert par l’ancien nom de quelques lieux du Perigord, qui s’appellent de Jove fracto (en marge: De Fra. jo.), sans pourtant que ces nouvelles institutions Payennes eussent encore destruit la premiere Idolatrie des Gaulois. Sainct Leon remarque des Romains (en marge: Leo. ser. I. in nat. Apost.), qu’il leur sembloit avoir choisi une tres-grande Religion, en ce qu’ils ne rebutoient aucune fausseté de culte: & Justin Martyr en l’apologie à l’Empereur Anthonin luy faict le mesme reproche (en marge: Just. in Apolog. Caes. de bello Gall. lib. 6); si est-ce pourtant que toutes deux se liguoient à l’encontre de la verité Chrestienne, ennemie de la Politeie, à raison de laquelle, aut idola subvertuntur, aut martyres enecantur. Nous sçavons par Caesar combien nos anciens Gaulois estoient attachez au culte de leurs Dieux, sans le sçavoir au vray en particulier, au defaut d’escrivains. Plusieurs ont creu qu’il y avoit quelque ressemblance de leurs Dieux avec les Romains, que chés nous Zarane estoit Jupiter, que Mars s’appelloit Hesé, Mercure Thentaté (en marge: Mercure adoré), c’estoit la divinité qui plus estoit honorée durant la paix, comme surintendante à la faconde qu’ils professoient; dans Lyon il y avoit un autel qui luy estoit consacré pour les harangues des Rhetoriciens,

 

Aus Lugdunensem Rhetor dicturus ad Aram.

 

Dans l’Auvergne il y avoit ceste insigne statuë dressée par Xenodore, dont parle Pline (en marge: Juvenal. sat. Plinius c. 34.), & les vieux manuscrits (en marge: Theu. Cosm. ma. sc.) disent que nostre Apostre trouva son Idole dans quelque vieux Temple, taillé dans les rochers de Brantholme, duquel il abolit le culte & la memoire.

 

Tour de Vesune) L’un des plus nobles monumens que le Christianisme aye dresse dans le Perigord pour triompher de l’idolatrie, sont les ruines de ceste tour, qui encore aujour-

 

― Page 55 ―

 

d’huy apres tant de siecles demeurant sur pied, (en marge: Structure de Vesune) nous fair admirer sa structure, estant bastie en rond, portant en oeuvre 48 pieds de diametre, & de hauteur plus de 80, l’epaisseur de sa muraille n’estant plus de deux pieds & demy (en marge: Delestang. lib. 5.; F. Desmez, recher.; André le Chesne.; Thevet. cosmo.; Pap. Masso. not. episc. Gall.), dans tout cet edifice il n’y a aucune fenestre qui puisse donner jour au dedans, seulement on voit dans son parvis à deux brasses de hauteur sortir de la muraille plusieurs soubassemens ou courbeaux pour supporter des statuës, & si tant est qu’il y eust de porte, elle estoit posée du cousté de la ruine, qui tient presque un quart de haut en bas. Par le dehors cest edifice estoit herissé de grands clous ou crochets de fer. Bref tout l’edifice a donné occasion à plusieurs bons esprits pour deduire leurs pensées bien differente sur un si beau subject, apres lesquels je prie d’agréer que je raporte mon petit symbole. (en marge: Remarques) Remarquant premierement, qu’il est hors de doubte que ceste tour fut un Temple destiné pour le culte de quelques divinités; puis qu’il fut destruit par la benediction de l’ennemy de l’idolatrie, 2. pour le nom de Visunna faut supposer que ce n’estoit le Temple qui donnoit son nom à l’antienne ville Vesuna: ains la ville donne le nom au Temple, comme estant plus ancienne, suyvant ce que nous avons dit, & selon les vestiges qui se voyent à l’oeil, 3. je juge que ce Temple ne fut basti par les Romains: la raison est, que depuis qu’ils furent paisibles possesseurs de ce païs jusques à sainct Front, par qui elle fut destruite, il y a trop peu de temps pour la bastir, & insinuer à tous ceux du païs le nouveau culte des Dieux des Romains. De la j’insere; premierement qu’il ne faut point tirer son étymologie de Venus, qui appartenoit à la Religion Romaine, & donnoit le nom de Venusia au bourg duquel Horace estoit natif, dont il estoit appellé Venusius, il faut selon mon advis que ce Temple ait retenu le nom de l’antienne ville, qui prent son étymologie Greque du solage. 4. Je ne puis croire que ce fut un mausolée eslevé pour la sepulture des Preteurs Romains, puis que Soter l’Affranchi de Neron consacra les deux Palais à ce Temple moins encore puis-je approuver l’opinion du President de l’Estang, que quelque Gouverneur Romain, President à Perigueux l’aye fait bastir, pour y placer & eslever les statuës des Empereurs Romains, suyvant la coustume des Gouverneurs pour se rendre agreables à eux (en marge: Delest. lib. 5 histo. des Gaules, Hist. Roman.), veu qu’il y a plus de soubassemens au triple qu’il n’y a d’Empereurs, depuis Jules Caesar, jusques à Vespasian soubs lequel sainct Front mourut.

(en marge: Temple tutelaire) Je diray donc que ceste Tour a esté le Temple des Dieux Tutelaires de nos Vesuniens desquels on n’a sceu le nom, qu’ils tenoint secret & caché de peur qu’estans cogneus par leurs ennemis, ils ne fussent evoqués & tirés en desertion par le party contraire, ceste opinio est confirmée par l’inscription antienne que nous voyons apres les ruines des Palais Romains.

 

― Page 56 ―

 

(en marge: Inscript. lapid.)

TUTELAE AUG.

VESUNNAE

SECUNDUS

SOTER. D.S.D.

 

Savaron en ses commentaires sur Sydonius (en marge: Scol. Sav. in Sydo. epist. II. lib. 8), estant adverty par Elie de Jean, qui tunc in Petrochoriorum senatu primiserius consiliarius, corrigé en sa seconde impression le mot de secundus, & met libertus Soter, qui avoit esté l’esclave de Neron, lequel descouvrit la conjuration de Pison, & pour reccompense fut affranchi par l’Empereur & eslevé à plusieurs dignités, mesmes d’estre Proconsul dans ceste Province. Iceluy ayant basti dans la ville Capitale les deux basiliques desquelles parle l’autre antiene inscription (en marge: Inscript. lapid.).

SOT. LIB. NER. BASILICAS DUAS EDIFICAVIT CUM ORNAMENTIS.

Il consacre ses deux Palais aux Dieux tutelaires de l’auguste Vesonne (en marge: Dieu de la nuict), s’accomodant à la religion du païs.

Pour la fabrique de ce temple, elle est conforme au culte de nos Druides (en marge: Delest. ibid. p. 48.), qui asseuroient nos Gaulois de tirer leur extraction du Dieu de la terre, sur-intendant aux richesses qu’il appelloit Samotée, lequel Berose au livre 5 (en marge: Berosius lib. 5) dit avoit esté fils de Japhet, duquel les enfans sont reputés pour les premiers fondateurs de la ville de Vesuna (en marge: Caesar de Bell. Gall. lib. 6), ils le croyoit Dieu des tenebres & de la nuict, ce pourquoy comme tesmoigne Caesar, il contoient les natalices, les commencemens dannées, & autres actions publiques (en marge: Comptés par les nuicts), par les nuicts & non par les jours, en suitte de ce ils ne faisoint de fenestres dans les temples de leurs Dieux, ains les honnoroient dans les lieux souterrains & grottes tres obscures. Et je crois qu’on alloit à ce temple des Vesuniens par une cave souterrene qui commençoit selon ma conjecture, dès le Chasteau de Caignac. Ainsi voyons nous dans ceste Province pres le ville de Miramond, le Cluseau duquel parlent les Cosmographes (en marge: Le Chesne recher. lib. 3 c. 12): ceste ouverture de grotesque qui mene, à ce qu’ils disent, cinq ou six lieuës soubs terre, rencontrant des salles voutées & pavées de petites pierres de marbre à la Musaique, avec des Autels & autres marques que jadis on rendoit quelque culte en ce lieu à ces divinitez inferieures (en marge: Tenebres devant le jour); ainsi j’ay remarqué au bourg de Fragio & en Latin, de Jove fracto, qu’il y a des conduits sousterrains qui partent d’un vieux chasteau pour aller au milieu de l’Eglise, qui d’autres fois a servy au culte de telles abominations. La raison pour laquelle nos Gaulois adoroient plustost le Dieu des tenebres que de la lumiere, est d’autant qu’ils croyoient que les tenebres sont plustost que le jour, ainsi Orphée en l’Hymne de la nuict (en marge: Orph. in Hymno de noct.) l’appelle toute puissante Deesse, principe des hommes & des Dieux.

 

― Page 57 ―

 

Te te diva voco omnipotens, divumque hominumque Principium Nox!

Les Aegyptiens vivoient en la mesme croyance, suivant Plutarque (en marge: Plut. in quast. 5, lib. I. conviv.), conformement à ce qui est dict au l. de la Genese (en marge: Gen. I. v. 5), qu’au premier jour les tenebres estoient sur la face de l’abisme, devant que Dieu commandast que le jour fut fait, & Moyse met tousjours le vespre & la nuict devant le jour, & factum est vespere, & mane dies unus. (en marge: Anathemes) Pour les crochets de ce Temple, ils estoient destinez pour suspendre les anathemes & despoüilles prinses sur leurs ennemis: car selon la remarque de Caesar (en marge: Caes. lib. 6), les Gaulois consacroient au Dieu de la guerre tous les prisonniers capturez dans le combat; voire selon Strabon (en marge: Strab. lib. 4), ils attachoient les testes de leurs ennemis en façon de symbales au col de leurs chevaux, & les affichoient aux portes de leur ville. Le bestail prins estoit immolé aux Dieux, (en marge: Pillage sacré) les armes & despouïlles estoient suspenduës ou entacées en un lieu public, sans qu’ils s’en prevaleussent jamais; & suivant la remarque de Caesar, il ne s’est trouvé aucun qui par mespris de la Religion aye retiré quelque piece du pillage; les loix politiques estoient tres-severes contre tels attentats; (en marge: L’or de Tholoze) mesme les Tholozains apres le pillage de la Grece (en marge: Trogo Pompon. Inst. lib. 32; Bert. de Gest. Thol.; Delest. lib. I, num. 25), furent contraints de jetter par le conseil des Druides tout l’or & l’argent dans le lac consacré à Apollon qui estoit aux faux-bourgs de leur ville, où est aujourd’huy l’Eglise celebre de Sainct Sernin; l’or valloit quatre millions, cent vingt & cinq mille six cens escus de nostre monnoye; & l’argent quatre million, cent vingt & cinq mille escus d’or, selon la supputation faicte par l’Evesque d’Aurange (en marge: Aurang. de vera mens. ratione); & tous sçavent la punition de l’armée du Consul Romain Scipion, qui deux cens ans apres l’ayant faicte soldoyer par cet or qu’il fit retirer & monnoyer, tous ceux qui en receurent furent divinement punis & accablez de malheurs (en marge: Strabo de sit. orb. lib. 4), d’où vient le proverbe, Aurum Tholozanum.

 

Grotte du Dragon) (en marge: Le demon en dragon) Depuis qu’es premiers jours du monde (en marge: Gen. 3, v. 14) le serpent fut puny & condamné à ramper sur terre, le Dragon qui s’en estoit servy contre nous, a tousjours affecté par revanche, de le faire honnorer & s’approprier les honneurs divines, soubs le semblance des serpents & dragons: ainsi nous voyons le dragon des Babiloniens adoré, le serpent d’Esculape, le caducée de Mercure entortillé de serpens; l’Empereur Adrian (en marge: Dio. in Adria.; Lucianus in Pseudomante) dans le Temple qu’il avoit basty à Athenes à Jupiter Olimpien, y mit pour divinité un dragon, qu’il avoit apporté des Indes. Ale-

 

― Page 58 ―

 

xandre l’imposteur disciple d’un plus grand charlatan Appolonius Tianeus, faisoit adorer au public un serpent, qu’il disoit rendre les oracles, auquels les Siciliens, Ioniens, Galates, voire les Romains accouroient. Lempride escrit de Heliogabale (en marge: Lamp. in Heliog.), quod Aegyptios dragunculos Roma habuit, quos illi agatho-damones apellant. (en marge: Dargons adorez) De plus il croyoit que les dragons & serpens soignoient l’enfance des Heros, comme d’un Hercule, d’un Neron; qu’ils avoient la garde des thresors, comme du Colchique, & Hesperide; qu’ils donnoient bon-heur à la maison en mettant leurs testes soubs le seuil de la porte. Caput ejus limini Januarum subditum propitiatis dius fortunatam domum facere promittebant, dict Pline (en marge: Plin. lib. 19. c. 4). Bref leur culte s’augmenta si avant, que les Temples de la Gentilité (en marge: Draconia), au rapport de Strabon (en marge: Strab. lib. 14), estoient appellez Draconia. Mesmes les heretiques desquels parle Sainct Epiphane soubs le nom Chrestien adoroient un serpent, qu’ils disoient estre Jesus-Christ, & luy presentoient à lecher & consacrer le pain de l’Eucharistie, dont ils furent appellez Ophites (en marge: Epiph. her. 37). Ainsi voyons-nous à l’arrivée du Christianisme tant de Saincts travailler, comme tout autant de Daniels à chasser ces dragons, ou plustost demons qui se faisoient honorer soubs ceste effroyable figure (en marge: Les Saincts contre les dragons). Sainct Hylarion au rapport de S. Hierosme (en marge; Hyero. in vit. Hilar.), fit allumer un buscher, & commanda à un enorme dragon qui devoroit les troupeaux & pasteurs de se jetter dedans, & il obeyt; les actes de Sainct Silvestre disent merveille de l’exorbitant dragon qu’il attacha dans Rome (en marge: Baro. anno 324); specialement dans nostre France nous voyons à Rouan ceste honorable memoire de sainct Romain, auquel par plusieurs ans passez, on a donné le privilege de delivrer un criminel meurtrier, en recognoissance d’avoir esté delivrez par luy d’un homicide dragon. L’hommage du criminel s’appelle lever la Fierte de S. Romain. Le pourtrait de Saincte Marte marque le mesme pour Tarrascon; à Poictiers l’on monstre encore les despouïlles d’un vieux dragon; comme aussi a Mets dans l’Eglise de Sainct Estienne. A Bourdeaux la Tour du dragon est encore sur pié; & dans le Perigord nul ne doubte du miracle, pour lequel je fais ces remarques.

(en marge: Supersitions) Je pourrois rendre raison pourquoy specialement dans les Gaules les serpens & dragons (en marge: Plinius lib. 3. c. 29) estoient si nuisibles aux hommes? asseurant que c’estoit une juste punition de la folle religion & croyance que les Druides leur avoient rendu recommandable, touchant l’oeuf appellé, Anguinum, formé de la sueur & escume des serpens entrelassez (en marge: Strabo lib. 4.; Coelius Rodig. c. 22 lib. 18; Duplex mem. des Gaules lib. I c. 12), asseurans que s’il estoit acceilly dans une coste d’armes, il donneroit grand pouvoir à celuy qui le porte pour gagner la bien-vueillance des Princes. Pline rapportant cecy, asseure comme tesmoing oculaire que l’Empereur Claudius tua de sa propre main un Chevalier Romain, qui portoit cet oeuf pen-

 

― Page 59 ―

 

du à son col, tandis qu’il plaidoit sa cause devant luy, comme s’il eut voulu faire violence à la Justice par ce charme.

(en marge: Dragons emblematiques) Maintesfois l’Eglise a mis par des Images des Saincts, pour monstrer qu’ils avoient foulé Satan, comme nous apprenons d’Eusebe (en marge: Euseb. in vit. Const. lib. 3. c. 3) dans la vie de Constantin l’Empereur, soubs lequel on effigioit un dragon transpercé. Ainsi voyons-nous au frontispice de l’Eglise de S. Sernin à Tholoze, le pourtrait de sainct Martial relevé en taille basse sur un marbre, tenant soubs ses pieds un dragon. Ainsi le docte Baronius (en marge: Baro. in Mart. 23. April.) dict qu’il faut entendre la representation de S. George le Martyr surnommé le Tropelophore.

Nous ne mettons en ce rang le dragon de nostre S. Fronto: car nous prenons la verité de ceste histoire rapportée par S. Anthonin (en marge: Anth. tom. I. tit. 6. c. 16), premierement du lieu de la Lynde, où le miracle s’est passé; (en marge: Repaire du dragon) estant là j’ay veu ceste petite ville posée sur la riviere de Dordogne, au delà de laquelle se leue une montagne qui blanchit de rochers, parmy lesquels on voit une ouverture entaillée par la nature haute de trois ou quatre pieds & deux de large; c’estoit le repaire ou nid de cet enorme dragon, qui de là en avant s’eslançoit indifferemment sur les hommes & bestes pour en faire curée; sur le haut de la roche la croupe de la montagne donne le plain, (en marge: S. Front Colori) où il y a une petite Eglise parrochielle fort ancienne, appellée S. Front de Colubro, & en vulgaire Colori, pour dire Colubri; du costé de la ville, & non guieres loing, l’on voit aussi une grande esplanade appellée le Champ S. Front, lequel on n’a voulu travailler, & suivant la traditive c’est pour honorer le lieu où l’Apostre prescha, & fit plusieurs miracles. De plus trois lieuës plus bas, & au bord de la mesme riviere, & dans la mesme province, la ville de Bragerac (en marge: Bragerac) est située prenant son etimologie de gens Braccara, ou Braccas gerens; ses armoiries sont un dragon volant dans le quartier gauche, en cham de gule, & au droict fleurs de lys sans nombre, & ce suivant la transaction faicte entre le Seigneur de Pons & de Bragerac, & les habitans de ceste ville, l’an 1322. (en marge: Trans. d. de Pons cum civibus Brag. anno 1322. Trellier traducteur) en laquelle le quatriesme article porte, quod in Sygillo consulatum arma seu signum dicti Domini ex una parte, & arma dicta villa ex altera, videlicet draco, insculpentur. Trellier jadis Advocat en ceste ville, traduisant les privileges, quoy qu’il fut religionnaire, se persuade, dict-il, que les habitans ayant veu ce miracle de Sainct Front, pour conserver la memoire d’iceluy, voulurent qu’un dragon fut pourtrait en leurs armoiries, & que ce fut un moyen particulier pour ranger ceste ville au Christianisme. Helas! quelle ingratitude verrons-nous dans nostre histoire, en ce peuple rebelle de present contre un si signalé bien-facteur?

 

― Page 60 ―

 

Temple de Mars) De tout temps (en marge: Gaulois guerriers) nos Gaulois ont esté guerriers (en marge: Salustius), les histoires en font foy, specialement les Romaines; si que l’un de leurs historiens dit que de son temps ils donnoient tellement l’effroy à toute l’Italie que s’ils combatoient contre les autres nations pour acquerir de l’honneur, il falloit prendre les armes contre ceux-cy pour conserver leur vie (en marge: Caes. de Bello Gall. lib. 6; Sol cap. 34); & comme tels ils estoient fort adonnés au culte de la divinité qui praesidoit aux batailles (en marge: Pomp. Mela lib. 3 c. 1): c’estoit leur Heze qu’ils honnoroient par l’effusion du sang des prisonniers de guerre, & auparavant les immoler (en marge: Niccis adoré par sang humain), suyvant Strabon (en marge: Strabo l. 4; Diodor. sic. cap. 9 l. 6), & plusieurs autres, ils frappoient sur leurs espaules du plat de l’Espée, Augurans la bonne ou mauvaise issuë de leurs entreprises par l’effroy & tremble de la victime; à raison dequoy Claudius Caesar destruisit l’ordre des druides, suivant la remarque de Suetone (en marge: Suet. in Claud.), quoy que Pline attribuë cela à Tybere, allegant un Arrest du Senat qui portoit deffence à toutes nations d’immoler les hommes. Ulpian le jurisconsulte (en marge: Ulpia, tit. qui hered. instit. possint § 6)observe que nos Gaulois estoient encores tant zeles à l’honneur de Mars, que par Arrest du Senat Romain il leur feut permis de l’instituer seul heritier universel entre tous leurs Dieux, comme celuy qui leur estoit le plus venerable.

Nostre Apostre rencontra dans la ville capitale de sa Province un temple consacré à ceste fauce divinité. Il descouvre aux Citadins par sa doctrine celeste la nullité de ce faux Dieu, le fait mespriser; voire les porta à demolir ceste maison d’impieté pour redifier une maison pour le culte du vray Dieu, & à l’honneur de son premier martyr; coustume qui fut presque generalement pratiquée en l’establissement du Christianisme. (en marge: Theodor. Evangel. verit. l. 8) La matiere des temples, dit Theodoret, qui sont estés abatus a esté expiée & purgée par les Eglises & Autels qui sont estés bastis; car nostre Seigneur a introduit dans les temples ceux qui sont morts pour luy en la place des Dieux, lesquels il a despouillés de gloire & d’honneur, & a donné cest honneur à ses martyrs (en marge: Act. 17 v. 23). (en marge: Temple de Mars sacré à sainct Estienne) Ainsi l’Apostre aux actes 7 semble avoir converti a dedié dans Athenes l’Autel du Dieu incogneu au culte de Jesus-Christ. Ainsi l’une des deux epistres qu’on croit estre de Sainct Martial tesmoigne que faisant renverser les autels du Dieu desdiez aux demons dans la ville de Bourdeaux (en marge: Martialis epist. ad Burd.), il reserva l’autel du Dieu incogneu pour le consacrer au Dieu d’Israel & à S. Estienne Martyr.

Sur ce faict remarquons avec Theodoret (en marge: Theodor. de Cura Graecarum affect. l. 9) le plus notable miracle du monde, que toutes les nations furent subjuguées à Jesus-Christ par la predication des Apostres, & changeant de moeurs

 

― Page 61 ―

 

& coustumes subirent volontairement le joug de l’Evangile, & neanmoins jamais aucun vainqueur n’a peu obtenir des peuples subjuguez qu’ils vequssent selon ses loix & son culte. Les Messagetes, dict-il, les Sybariens, Hyrcaniens, Caspiens, les Scytes, & toutes les autres nations sanguinaires, quoy que subjuguées par les Romains, neantmoins estimoient encore ceux-là miserables qui ne mouroient par la violence du fer, les autres precipitoient, mangeoient les vieillards, d’autres bailloient les corps morts aux chiens pour les devorer, enterroient les vivans entre les morts, &c. Tous ceux-là, conclut-il, apres qu’ils eurent receu les loix des pescheurs, & de couturiers, quitterent & eurent à desdain ces abominables victimes. Il y a quelque petite difficulté, sur autres deux oratoires bastis par nostre Sainct: l’un à l’honneur de S. Pierre appellé par le vulgaire, S. Peylaney, c’est à dire l’ancien, que la traditive dict estre la plus ancienne Eglise du Perigord, les fondemens ayans esté jettez par la revelation faite au Sainct le mesme jour du Martyre de son maistre. Je croy pourtant qu’il faut donner la preseance à l’Oratoire qu’il avoit dressé pour son usage au puy ou montagne hors la ville à l’honneur de la Vierge, qui du depuis porte le nom de Puy S. Front.

 

 

CHAPITRE V.

 

1. La premiere persecution de l’Eglise du Perigord.

2. Le martyre des quatre Disciples de S. Front.

3. Leur sepulture.

4. Bannissement & rappel du Sainct Apostre.

 

Parmy des succez si advantageux pour le Christianisme, le demon chasse de son ancien domaine se jette à la traverse, suscitant le President de la province, à ce qu’il arrestast le cours de la doctrine du Sainct, qui exauthorisoit le culte de ses Dieux. Il attaque premierement les Disciples, n’osant se saisir du Chef, pour crain-

 

― Page 62 ―

 

te de seddition du peuple qui dedia avoit gousté sa doctrine & veu ses miracles. Sainct Sillain, ou Silvain, natif du Perigord, fut arresté des premiers, duquel la vocation à la foy & conversion fut toute miraculeuse, puis qu’auparavant il faisoit l’office de bateleur ou jongleur, Dieu toucha si avant le coeur de cet homme, qu’apres le baptesme son zele le fit trouver digne de l’ordre Clerical, quelques jours apres sa capture les saincts Frontez, Severin & Severian ses condisciples, qui estoient cachez dans la montagne avec leur maistre vindrent à la ville pour operer de plus en plus l’oeuvre de l’Evangile, il sont descouverts, prins & menez prisonniers au President, accusez comme ennemis des Dieux & de l’Empire. S. Frontaise se monstra parmy plusieurs interrogations plus hardy à la response. S. Sillain reçoit de grands reproches sur ce qu’il abandonnoit son aage fleurissant aux tourmens qui se preparoient contre les destructeurs des Temples. Pourtant tous perseverent à vouloir mourir pour la religion de Jesus-Christ, sans estre esbranslez par ces grosses menasses. Le President pour faire justice exemplaire les fit conduire hors la ville dans un pré à la veuë du peuple: il commanda qu’ils fussent bourrelez de tourmens inouïs; car les voyant professer si librement la mort de leur Dieu, il commanda que du plus proche buisson on fit quatre couronnes, lesquelles ignominieusement l’on mit sur le chef

 

― Page 63 ―

 

de ces quatre victimes. En suitte faict attacher leurs testes contre le pal auquel ils estoient liez, avec des cloux, leur faict aussi transpercer les espaules avec des longues pointes d’acier, qui donnerent aux martyrs une douleur incroyable; neantmoins ils perseverent courageusement en leur confession jusques au dernier souspir de leur vie, qu’ils finirent la teste leur estant trenchée. De plus la sentence portoit bannissement contre leur maistre S. Front, lequel ayant recueilly les corps des saincts martyrs les fit ensevelir dans une crypte soubsterrene prés son oratoire, & fleschy par les prieres d’une Dame Chrestiene, qui habitoit non guiere loing de sa cellule, il permit qu’elle enterrast dans un lieu le plus caché de sa maison le corps du bien-heureux Syllain, où du depuis une Eglise a esté bastie soubs son nom; ainsi ce Pasteur durant la persecution se resolut à la retraitte vers les quartiers de Brive, jusques à ce que l’orage cessant par tout l’Empire Romain, il revint à son troupeau, augmentant de jour en jour le culte de Dieu par la ruine de la superstition. Mesmes, ô merveille! le President se convertit, lequel dans le sainct Baptesme il appella George, en souvenance de son bon amy l’Evesque qu’il avoit laissé au Puy en Vellay. (d)

 

― Page 64 ―

 

OBSERVATIONS SUR CE CHAPITRE.

 

Le Demon veut empescher) A peine l’Eglise avoit esté arborée dans ceste province (en marge: Chrysost. adv. Gentes), que Dieu la voulust arrouser du sang de ses martyrs (en marge: Persecution dès le commencement), de peur que la rage des puissances du monde n’arraschat ce germe sacré; C’est la remarque de sainct Chrysostome contre les Gentils (en marge: Id. orat. 1 contra Jud.), la predication de l’Evangile, dit-il, ne resista pas seulement contre les efforts de ceux qui l’attaquoient lors qu’elle estoit enseignée & affermie par tout; mais à peine estoit elle plantée & semée dans les coeurs de auditeurs, que des lors elle fut contrainte de combattre contre tous le rond de la terre, contre les principautez & puissances, contre les gouverneurs du monde. Plus grand miracle, dit-il ailleurs, d’avoir perseveré estant attaquée dés le commencement, que si long temps apres qu’elle eut jetté ses racines par toutes les parties du monde (en marge: Bell. lib. de script. Ecclest.). L’authorité de l’histoire de ces martyrs est impugnée (en marge: Histoire des Martyrs impugnées) par plusieurs qui donnent pour conclusion generale que dans toute nostre France nous n’avons veu des martyrs jusques à la persecution de l’Empereur Anthonin l’an 160 de J.C. Bellarmin examinant & rejettant les deux epistres qui sont soubz le nom de S. Martial, au 2. tome de la Biblioteque des peres (en marge: August. 18 de Civit. Dei c. 52), fonde son sixiesme argument sur ce qu’il est là parlé du martyre de S. Valerie. Quod repugnat Severo Sulpitio, & Gregorio Turonensi, qui scribum temporibus M. Anthonini visa primum intra Gallias martyria. Puisque ceste proposition chocque la traditive de plusieurs provinces (en marge: Vid. Comm. Coquei) je mettré avec humilité quelques observations à l’encontre (en marge: Suppositions), & pour cest effait faut notter que depuis la promulgation de l’Evangile jusques à Anthonin il y a eu quatre signalées persecutions denombrées par S. Augustin, celle de Neron, de Domitiam, de Trayan, il met la quatriesme d’Anthonin; mais nous pouvons à bon droit adjouter avec Severe Sulpice (en marge: Sever. Sulp. l. 2 his. I) la persecution d’Adrian, la mettant la quatriesme; puis qu’il s’eschaufa en cruauté contre les Chrestiens qui furent contraincts d’escrire un apologetique, pour divertir son glaive qui pendoit sur leurs testes; car à la seule clameur du peuple ils estoient cruellement massacrés, sans forme du justice (en marge: Hyeron. de scrip. Eccl.). Faut aussi noter que la persecution d’Anthonin feut environ l’an 164 auquel temps le Christianisme estoit espandu par tout le monde, voire jusques aus dernieres contrées de la Barbarie, suivant le tesmognage de sainct Chrysostome ja cité (en marge: Chrysost. hom. 79 In Mat.); mesme desja nostre Royaume avoit entandu

 

― Page 65 ―

 

prescher sainct Mathieu, sainct Luc, sainct Crescent, sainct Trophime & autres, dont nous avons parlé citans les tesmoignages de sainct Epiphane (en marge: Epipha. in pan. de alogis).

Disons maintenant qu’elle apparence y a il que durant six vingts ans la France aye receu la foy parmi trois ou quatre persecutions (en marge: Raisons contraires), sans effusion du sang de ces martyrs, que Tertullian (en marge: Tert. in Apolog.) appelle la semence du Christianisme, 2. presque toutes ces persecutions furent generales, S. Chrysostome (en marge: Chrysost. orat. cont. Gent.) disant que la predication de l’Evangile des le commencement fut contrainte de combatre contre tout le rond de la terre, autant en dit Prosper d’Aquitaine nostre voisin (en marge: Prosp. Aquit. l. 2 de vangent. c. 5), specialement soubs Neron, pour lequel on a trouvé ce monument gravé dans les Espaignes, ob provinciam his qui novam generi humano superstitionem inculcare, purgatam (en marge: Oros. lib. 7 c. 7). Domitiam comme dit Eusebe (en marge: Euseb. lib. 3 c. 23), succeda inscelaratam Neroniani in Deum ediis & impietatis hereditatem (en marge: Met. in vit. S. Ignat.). Trajan fit un Edit à ce que les Chrestiens ubique perquirerentur, pour estre constrains par tourmens de sacrifier à la façon des anciens. Pourquoy maintenant veut on soubstraire de ces generales propositions les provinces de la France? (en marge: Premiers Martyrs de France) troisiesmement il nous conste du contraire par le martyre du grand sainct Denys, martyrisé à Paris, selon la plus juste supputation au temps de l’Empereur Trajan plus de 45 ans avant l’Empereur Anthonin, les tesmoignages de Sincellus (en marge: Sincel. in encom. d. dyonis.) sont autantiques en ce subject, de Suidas (en marge: Suid. verb. Dyoni.), de Beda (en marge: Bed. mart. Ibid. vide infra anno 163), & autres qu’on ne peut contrarier sans temerité (en marge: vide supra); non plus que ceux qui disent sainct Zacharie avoit esté martyrisé à Vienne l’an 101 soubs Trajan, les lettres des Eglises de Vienne & de Lyon (en marge: Vid. epit. Bar. per. spond. an. 109. nu. II), racontant leurs persecutions ne sont elles pas tres autantiques s’il en faut dire autant de sainct Eutrope à Xaintes, S. Crapaise & Fides à Agen, & de plusieurs autres. 4. cela dificilement seroit soustenu par ceux qui apreuvent la traditive des Apostres, & Confesseurs de la France, dans les premiers six à sept vingt ans, puis qu’il n’y a pas plus de fondement en l’un qu’en l’autre. 5. (en marge: Gregoire de Tours manque) il ne faut apres tant de preuves que le dire de sainct Gregoire nous serve de retenuës: car sans scrupule nous pourrions advouër son deffaut en ce point, comme aussi lors qu’il dit sainct Denys avoir esté envoyé à Paris soubs l’Empereur Decius, sainct Trophime à Arles, sainct Paul à Narbonne, lesquels neantmoins sont nommés dans les actes des Apostres. Je ne suis pas le premier qui attribuë ceste faute à sa simplicité remarquée il y a plus de 800 ans, par Hilduin Abbé de sainct Denys (en marge: Hildu. in Areop.); mais j’advouë avec le Cardinal Annaliste, que sainct Gregoire de Tours maintefois, non tam in remotis, sed in his etiam quae sunt suorum allucinatum. Pour Severe Sulpice, Pytou (en marge: Pithou in salv.) escrivant sur Salvian monstre combien il s’est trompé en ce point, la Saulsaye en ses Annales d’Orleans (en marge: La Saulsaye annal. dorl. lib. I) le refute encore plus au long. 6. (en marge: Signigication de martyria) l’equivoque du mot martyria, a facilité plusieurs à se tromper qui

 

― Page 66 ―

 

ne l’ont entendu suyvant le stile des anciens Docteurs Grecs, pour les Eglises qui sont basties au lieu des martyres des saincts, comme dans les Actes du Concile de Gangre & de Calcedoyne (en marge: Conc. Gangrens. c. 10), il est fait mention du martyre de saincte Euphemie, d’autant qu’il fut tenu dans ce Temple si celebre, & en ce sens nul ne doubte que les Esglises ne feurent publiquement basties en France, que soubs la fin de la persecution d’Anthonin, lors qu’il relascha de sa furie contre les Chrestiens.

Resteroit un petit doubte (en marge: Doubte resolu), comment ceste exposition ne destruit ce que nous avons dit touchant les Oratoires bastis à l’honneur de sainct Pierre, sainct Estienne, auparavant le temps de cet Empereur? Je respons qu’il y a difference de bastir des Eglises au lieu de la souffrance des martyrs appellé! Confessio, martyrium, ou des Eglises à l’honneur des saincts martyrs appellés Memoriae. Estant basties & dediées à Dieu en memoire des saincts du Paradis, & c’est le nom le plus ordinaire à sainct Augustin (en marge: August. de Civit. l. 22 c. 2) pour nommer les Eglises disant à ce subject, nous faisons & batissons à nos martyrs, non pas des Temples, comme à des Dieux; mais des memoires comme à des hommes morts, desquels les Esprits vivent avec Dieu.

 

Le President) Auparavant que Jule Caesar conquit les Gaules (en marge: Caes. de Bell. Gall. lib. 6) toutes ces contrées, à ce qu’il dit, estoient gouvernées par un estat democratique (en marge: Gouverneurs des Gaules), composé des Druides, des Chevaliers, & du menu peuple; mais apres la subjection aux Romains, elles feurent divisées par provinces tributaires à l’Empire Romain, pour l’administration desquelles on envoyoit de Rome le Proconsul qui avoit puissance d’ordonner par chaque ville les Lieutenans qui commandoient & recueilloient les deniers fiscaux, dont ils estoient appellés Roys, Comtes, Prevots, Presidens (en marge: Antho. part. Brevi. ani. P. Odo lhist. de n. dame du Puy); tel fut le Tyran qui fit mourir nos martyrs lequel plus volontiers j’appelleray, Quirinus, que Squirius, lequel apres sa conversion, comme un autre sainct Paul, de loup devint Berger, & fut appellé George par l’Apostre qui le baptisa, comme desja nous avons dit.

 

Commanda d’attacher leurs testes a un pau) Ce martyre (en marge: Samblable) est presque tout semblable à celui que les SS.

 

― Page 67 ―

 

Victorin & Fussian souffrirent à Anvers (en marge: Martyre), descrit par Pierre de Natalibus (en marge: Pet. in cat. lib. I c. 57), & Monbricius, in quorum naribus dit le Martyrologe Romain, Rectiovatus praeses jussit immitti tarinchas, & clavis ardentibus tempora transfigi, deinde oculos evelli, ac postmodum corpora jaculari, sicque una cum sancto Gensiano eorum hospite capitibus amputatis migraverunt ad dominum (Momb. t. I vit. sanct. martyr Rom. 11 Decemb.), & le vieux Brevaire du Perigord disoit fereis tarinchis caput illorum vallo confixit, & in qualibet temporum parte novenos clavos exibuit (en marge: Brevi. Petroch. in Syll.), ce qui est assés difficille a traduire? (en marge: Tarincha) bien est vray que Tarincha ferrea, ne signifia jamais un taraire de fer. Baronius commentant le Martyrologe dit que c’est un nom tout a fait incogneu, & que certains manuscrits au lieu de Tarinchas mettoient sudes ferreas (en marge: In mart. 11 Decemb.), concluant puto tarinchas illas esse quas Josephus lib. de Machabeis ex versione Erasmiana appellat succensorias, qua inquit erant tenuia ferra tela ad incendendum martyrem comparata (en marge: Joseph de Macab. ex erasm. traduct.). Cela est encore assés difficille à concevoir; pour moy je juge que Tarincha, est un mot de vulgaire, signifiant ce que les Xaintongeois & Poitevins appellent taincle, & partant Tarincha ferrea seroient des longues alaines ou pointes de fer qu’il ambroisoient & plantoient entre la chair & cuir des Criminels.

 

La persecution cessant) Il est fort vray semblable que nos saincts martyrs rendirent le dernier tesmoignage de leur foy soubs la persecution de Neron (en marge: Sueto in Nero c. 40), lequel apres tant de cruautés fut contrainct de s’arrester, tant parce que Julius Vindex propreteur des Gaules dont il estoit originaire; indigné des insolences & cruautés de l’Empereur (en marge: Ibid. c. 42), s’estoit resolu de bouleverser sa tyrannie par la rebellion de tout ce païs, qui gemissoit soubs le fais des tributs, & s’estoit ligué avec Gualba qui commandoit aux Espaignes (en marge: Orosius l. 7), l’Empereur craignant ces deux ennemis qui de fait causerent sa ruyne, fut contraint pour affermir son Diademe de quitter toutes ces Barbaries; son authorité, ses officiers, ses edits demeurant sans effait dans les Gaules, les actes de saincte Lucine (en marge: Act. S. Lucinae ex Baro. anno 69 n. 47) causent la fin de sa rage (en marge: Neron plus doux envers les Chrestiens), parce qu’il estoit inquieté & effarouché par l’aparition des Apostres Pierre & Paul, qu’il avoit fait mourir, au moins dans ce calme nous eusmes le rappel de nostre Apostre.

 

― Page 68 ―

 

CHAPITRE VI.

 

1. Vision consolatoire pour S. Front.

2. Le jour de sa mort luy est revelé.

3. Nomme son successeur.

4. Choisit le lieu de sa sepulture.

5. Decés suyvi de Miracles.

 

Apres plusieurs travaux & fatigues que l’Apostre avoit receu Evangelisant par le Perigord, desja la Religion Catholique y ayant jetté bien avant ses racines, il estoit temps de salarier ce bon ouvrier, & par avant goust un dimanche qu’il celebroit les divins mysteres, Dieu luy apparut au milieu d’une lumiere en compagnie de la milice celeste, l’appellant à la recompence perpetuelle de ses travaux, le S. levant les mains & les yeux, fit offre de foy mesme à celuy qui dés si long temps il desiroit voir en sa gloire, le remerciant de ce qu’il ne l’avoit abandonné durant les travaux de son exil, ains caressé tandrement de ses divines consolations, luy recommandant au surplus le troupeau qui luy avoit esté mis en charge par son Lieutenant en terre, & voyant que sa requeste luy estoit accordée il luy fut dit que dimanche prochain seroit le jour de son trespas pour le passage à l’immortalité. Les misteres divins estant parachevès, il convoqua son Clergé, leur declara le jour de son decés, exorta tous à s’entray-

 

― Page 69 ―

 

mer fraternellement, destina Anian qui estoit son coadjuteur durant son vivant, pour estre pasteur de ce troupeau qu’il quittoit par son despart hors de ce monde, commanda que son sepulchre fut dressé au Puy S. Front tout contre les saincts martyrs ses disciples, Frontaise, Severin, & Severian, tout le peuple fondoit en l’armes voyant que dans peu ils devoient perdre un si grand sainct, lequel au contraire se resjoüissoit de voir que son ame jouyroit bien tost de la liberté pour aller à son Dieu, comme tousjours il avoit esperé. Huict jours apres la face du sainct parut toute lumineuse au public qui avoit acouru de toutes pars sur l’advis du proche decés de leur pere & pasteur. Il celebra le sainct sacrifice, apres lequel il benit son peuple & s’estant prosterné devant l’Autel, une lumiere esclatante l’envelopa, dans laquelle il rendit son ame à son Dieu, les assistans regrettans une telle perte luy dressent ses obseques selon la religion qu’il leur avoit apris, le portent dans l’oratoire de la Vierge, ou son corps evapora une odeur de Paradis, pour manifester la gloire dont ceste ame bien heureuse joüissoit dans le Ciel, comme elle fut manifestée à sainct George, estant au Vellay plusieurs malades acoururent à ce sacré corps, entre lesquels quelques aveugles, muets, boiteus & demoniacles furent gueris; son trespas fut le vingt-cinquiesme Octobre, l’an quarante & deux apres la passion du Seigneur.

 

F.B. Erreur dans la pagination du livre original: on passe de la page 69 à 80.

 

― Page 80 ―

 

OBSERVATIONS SUR CE CHAPITRE.

 

Luy declara le jour de son decez) Tres sagement la divine providence à ordonné que l’heure de nostre trespas nous fut incognuë (en marge: Jour de mort incogneu), si est-ce pourtant que par faveur speciale, maintes fois elle est manifestée à plusieurs Saincts. Nostre sainct ayant travaillé pour loeuvre de Dieu, est adverty 8 jours avant son trespas de la recompence pour les travaux qu’il avoit pris mesmes en ses vieux ans: car l’abeille ne devient jamais frelon, & ne demeure jamais oiseuse, voire en se vieillesse (en marge: Ex Guidonis manusc. & Brev. Petroch.). Le fils de Dieu mesme le veut acertainer de ce point (en marge: Revelé); se presentant à luy devant l’Autel avec ses Anges; car c’est le lieu ordinaire ou ces esprits saincts se manifestent aux officiers liturgistes, suyvant la remarque de sainct Chrysostome (en marge: Chrysost. to. 5 l. 6 de sacerdotio), durant ce temps les Anges assistent au Prestre, & tout l’ordre des puissances celestes jette des cris, & le lieu proche de l’Autel est tout plein des coeurs Angeliques en l’honneur de l’oblation. (en marge: Pres de l’Autel) Mesmes il asseure d’avoir appris & le croit veritable, qu’un venerable vieillard en celebrant estoit honnoré de Dieu par plusieurs revelations, specialement au temps de la consecration il estoit spectateur d’une multitude d’Anges qui se tenoient debout au tour de l’Autel. Ou il remarque que presque les plus grandes revelations du sainct sacrifice de la Messe. Dans les Actes les Apostres faisant le sacrifice, ou plustot selon le Grec, celebrant la liturgie au Seigneur, λειτουργαντων δε ευτων τω ηυριω, le sainct Esprit leur revela l’employ qu’il vouloit faire de Saul & de Barnabas (en marge: Act. 13 v. 2), au temps de l’institution de la Messe, (en marge: Joannis 13 v. 25) sainct Jean tombant dans l’extaze aprint dans le vray escrain des tresors de la science & sagesse de Dieu, ce que depuis il nous a escrit de la generation du verbe, mesmes durant le souper au devis familier qu’il eut avec Jesus-Christ, il eut cognoissance de celuy qui le trahiroit. Les deux Disciples en Emaüs cogneurent le Seigneur en la fraction du pain (en marge: Sacrifice Eucharistique). Dans le cours de l’histoire ecclesiastique? l’on raconte plusieurs visions & revelations arrivées durant ce temps (en marge: Luc 24 v. 35), parmi lesquelles je trouve fort celebre celle que raconte Sigisbert, faicte dans la Guienne à l’Evesque de Bazas (en marge: Sygisb. in chron. ann. 453), l’an 453 pour confirmer le mystere incomprehensible de la Trinité.

Remarquons encore dans ces commancemens de l’Eglise lu-

 

― Page 81 ―

 

sage de sacrifice qui est annexé aux sacrificateurs Evangeliques, comme dict sainct Clement en apostrophant les Evesques (en marge: Clem. lib. 12 const. Apl. c. 29) qui ont succedé aux Levites de l’ancien tabernacle, le Sacerdoce n’ayant esté cassé: mais transporté des Hebrieux aux Chrestiens (en marge: Heb. 7 v. 12).

 

Destina son successeur) (en marge: Ordination publique) De peur que le Loup fut subrogé pour la conduite du troupeau au lieu du vray Pasteur, & a ce que la legitime succession des Evesques en la foy & Doctrine de leurs majeurs demeurat inesbranlable, les successeurs aux Chaires Episcopales ont esté declarés & ordonnés publiquement par l’imposition des mains; comme nous colligeons de l’Apostre à Timothée (en marge: Tim. 4 v. 5 & v. 1), ainsi fut il commandé dans les canons apostoliques (en marge: Cano. aplic. c. 4), & sainct Cyprian (en marge: Cypri. lib. I, ep. 5), asseure que cest solamnelle ordination faicte le peuple presant, avoit esté instituée par la divine providence, ne indignus aliquis aut ignorae & fidei sedem occuparet.

(en marge: Par qui eslus) Ceste eslection ou nominationde plusieurs à esté faite, quelquefois immediatement de Dieu mesme, comme Aaron en l’ancienne loy, sainct Pierre & les Apostres en la nouvelle, quelque fois Dieu s’est servy des hommes pour eslire, ores employant un seul electeur, comme ce qu’on dit que S. Pierre choisit sainct Clement pour son successeur, quelques fois plusieurs y ont eu voix, comme lors que le Prelat presentoit avant mourir à son Clergé un successeur, dont nous voyons l’exemple dans le Concile Romain tenu la 499 (en marge: Conc. Roma. tom. 1) declarant anatheme à ceux qui durant le vivant du Pontife traiteroient eo inconsulto de l’eslection d’un successeur; comme aussi le decés du Pontife survenant inopinéement sans nomination de son successeur, que celuy qui seroit esleu par la plus grande part du Clergé, fut ordonné; quelquefois les Evesques comprovinciaux, avoient voix avec le Clergé du lieu. Le droit du peuple estoit incogneu pour telles nominations au temps des Apostres; mais dans peu il se glissa bien avant, le peuple donnant seulement son tesmoignage de la vie & meurs de celuy qui estoit choisi, comme dit Tertullian (en marge: Tertull. apolog. c. 39), praesint probati quique seniores, honorem illum non praetio sed testimonio adepti. Du depuis à ce que le peuple affectionat plus son Pasteur; ceux-la seulement furent ordonnés qui estoient demandés par les voeux des Citoyens, par le tesmoignage des peuples, par le vouloir des plus honnorables, par l’eslection des Clercs, ce qui est ordinaire d’estre observé dit sainct Leon, és ordinations par ceux qui gardent les regles des Peres (en marge: S. Leo ep. 81 & 89).

 

― Page 82 ―

 

Son sepulchre pres des martyrs) Nostre Apostre choisissant pour sa sepulture la terre qui avoit esté sanctifiée par les ossemens de ces martyrs, ne voulut imiter le vain faste des plus grands de ceste Province, qui pour mausolée faisoit relever sur leur sepulchre choisi au milieu de leurs champs, une grande piece de Rocher impoli soustenu seulement de trois ou quatre pierres, & ce pour monstrer leur puissance & le nombre d’officiers, qui avoient peu suspandre en l’air ces lourdes masses (en marge: Petra elata), appellées peyrelade comme Petra elata, que quelques uns ont creu avoir servi de bornes pour les jurisdictions & seigneuries; ou bien que c’estoit des autels eriges vers l’orient suyvant la religion de nos Druides; mais apres tout, les ossemens trouvés au dessoubs ont declaré que c’estoit des sepulchres. Nostre sainct ne voulut aussi loger ses ossemens pres la riviere, quoy que ce fut pour lors une coustume fort pratiquee suyvant l’observation de Passerat (en marge: Passerat in Propers. lib. 4 eleg. 7) sur les vers de Properse (en marge: Sepulchre pres des Rivieres).

Accessit rippae laus Aniene tuae.

Les Chrestiens aussi prenoient ordinairement leurs Cemitieres, pres du courant des eaux pour advertissement aux vivans (en marge: Ovid. de trist.).

Quod properant anni more labentis aquae.

La terre qui estoit sanctifiée par les ossemens des martyrs luy estoit plus agreable; & ç’a esté bien souvent le desir des Chrestiens (en marge: Pres des martyrs) d’estre colloqués apres leur mort pres des saincts martyrs. Sainct Maxime aporte la raison, pour ceste cause dit il, nos encestres ont ordonné que nous mettions nos corps avec les ossemens des saincts, à ce que l’Enfer les redoubte & nous ne soyons atteins de la peine, & tandis que Christ leur illumine la noirceur des tenebres se retire de nous, en ceste maniere reposans avec les saincts martyrs, nous evadons les tenebres de l’Enfer par leurs propres merites; specialement par la communion de leur sainteté (en marge: Maximus S. 77 de S. mart.). Ainsi sainct Ambroise escrivant à sa soeur Marcelline la descouverte des reliques des saincts martyrs, Gervais & Protais, dit qu’il avoit destiné l’Autel sainct sur lequel il sacrifioit pour le lieu de sa sepulture; car il est bien seant dit il, que le Prestre repose là où il à acoustumé d’offrir (en marge: Ambros. ad Marc. l. 7 ep. 54); Neantmoins qu’il cedoit aux sacrées Reliques le costé droit, sed cedo sacris victimis dexteram portionem, locus ille martyribus debebatur. Il avoit desja colloqué le corps de son intime frere Satyrus du costé gauche du sepulchre du martyr Victor, suivant l’epitaphe qu’il en composa.

 

― Page 83 ―

 

(en marge: Epitaphe de S. Satyrus)

Uranio Satyro supremum fratris honorem

Martyris ad laevam detulis Ambrosius,

Haec meritis merces, ut sacri sanguinis humor,

Finitimas penetrans abbluar exequias.

(en marge: Ex dungalo. cont. Claud. Tauri.)

 

Grand merveille des Saincts de la loy de grace observée par sainct Basile (en marge: Basil. in psal. 115): car dit il, celuy qui touchoit un corps mort dans l’ancienne loy estoit immunde & avoit besoin de purification, maintenant si quelqu’un touche les corps des saincts martyrs il est santifié; voire dit S. Chrysostome, il acquiert la benediction (en marge: Chrys. serm. d. S. Juvent. & Max.)

 

Son visage rayonnoit) Apres que c’est Apostre eut paru suyvant la vision d’Ezechiel (en marge: Face angelique), a face de beuf cultivant par ses peines & travaux les ames de ceste Province (en marge: Ex es. I. S. 10), à face de Lyon courageus contre la persecution, qu’en façon d’aigle il eut pris l’essor par la contemplation vers le Ciel; suivoit qu’il pareut à face d’un Ange, tout destiné pour le Paradis. Ou je remarque que Dieu se communique plus particulierement aux saincts au dernier jour de leur vie qu’en autre temps; mesmes nous voyons souvant que les agonisans tirant aux abois declarent plusieurs choses qui leur estoient incogneuës jusques à lors, dequoy Cyceron (en marge: Cic. lib. I de divi.) veut rendre quelques raisons en son livre de divinations. Sainct Gregoire (en marge: Gregor. in Moral.) dit que desja l’esprit commençent d’estre détaché de ce corps qui l’accable (en marge: Revelations à la mort), opere plus en liberté qu’auparavant. Paulin scribe de S. Ambroise (en marge: S. Ambros. vit. Pet. Paulium), dans la vie qu’il en escrivit à la priere de sainct Augustin, asseure comme tesmoin oculaire, que quelques jours avant son deces, lors qu’il luy dictoit le commentaire sur le pseaume 43 tout d’un coup, du feu couvrit son chef, en façon d’un petit bouclier, & peu a peu s’insinua dans sa bouche, comme dans sa maison, & facta est facies ejus velus nix, sa face demeurant blanche comme neige, ce qui fut expliqué par Castus Diacre estre l’advenement du sainct Esprit, tel qu’il est d’escrit dans les actes des Apostres.

 

Il celebra le sainct sacrifice) Nostre Elie pour son voyage à l’immortalité prent le pain celeste (en marge: Hyeron. in max. c. 15), sans lequel celuy qui se haste d’arriver en sa demeure, seroit en grand danger, dit S.

 

― Page 84 ―

 

Hierosme; à cet effait nous voyons dés la primitive Eglise, que Lagneau offert Eucharistiquement à servi de phasé aux saincts pour leur passage vers le Ciel, suivant l’institution Apostolique rapportée par sainct Clement (en marge: Const. Aplica. l. 8 c. 23), par laquelle les Diacres avoient commandement de garder le residu de l’Eucharistie dans les Pastophores, c’est à dire la maison du Pasteur, & ce pour la donner aux fidelles infirmes & absans de la synaxe. Justin martyr en dit tout autant: Eusebe en l’histoire de sainct Denys d’Alexandrie qui envoyoit à Serapion l’aliment de l’immortalité en monstre la pratique (en marge: Inst. Apol. Euseb. hist. eccles.). Sur l’heure du trespas de sainct Ambroise au raport de Paulin son scribe (en marge: Viatique), une voix commanda par trois fois à Honoratus Prestre de Verselles de se lever, (en marge: Paulinus in vita Ambros.) & descendant sur le champ il presanta au sainct le corps du Seigneur, lequel ayant receu il rendit son esprit portant avec soy un bon viatique, à ce que son ame repue par la vertu de ceste viande, il participat à la compagnie d’Elie & societé des Anges ayant çabas vescu en terre tout angeliquement. S. Chrysostome au livre de Sacerdotio (en marge: Chrys. lib. 6 de sac.) asseure avoir appris de celuy qui avoit ces sainctes visions, que le corps de ceux qui partent de ceste vie apres avoir receu cet arre de l’immortalité sont gardés, & leurs ames conduites au Ciel par les coeurs angeliques, qui comme satellites entourent leurs corps. Nous en voyons l’effait en nostre sainct.

 

Il desceda le 23 octobre) Nous sommes certains de l’an, mois, & jour du trespas de nostre Apostre (en marge: Jour du decés), par l’inscription trouvée l’an 1261 (en marge: vi. infra ann. 1261) obit octavo Kalendas Novembris quadragesimo secundo post passionem Domini, qui fut suivant le Cardinal Annaliste l’an 7 du Pontificat de Linus, le 5 de l’Empire de Vespasian: il avoit gouverné l’Eglise du Perigord durant trente quatr’ans, surquoy je remarque que par singuliere providence Dieu voulut donner une assez longue vieillesse à ce sainct, ne permettant que l’effort de la persecution le nous ravit dés le commencement de sa venuë; à ce qu’il peut travailler assez long temps, pour nostre conversion & plus à plain nous rapporter ce qu’il avoit ouy, nous ascertainer des miracles & mysteres desquels il avoit esté spectateur, comme aussi pour affermir nostre croyance qui dés le commencement seroit choquée par les heresies. Ainsi les Disciples qui receurent les premices de l’esprit, feurent tous Macrobies & de longue vie. Sainct Denys Evesque de Paris à survescu sainct Ignace (en marge: Dyonis. citat. epis. Ignatii), d’où l’on conclud qu’il receut le martyre, ayant

 

― Page 85 ―

 

plus de cent ans. Sainct Simeon Evesque de Hierusalem (en marge: Macrobies), fut martyrisé à l’age de 120 ans, sainct Ignace qui escrit avoit veu Jesus-Christ en sa chair mortelle vescut jusques au temps de Trajan (en marge: Ex martyrol. 8 Octobr.). Quadratus second successeur de sainct Denys en la chaire d’Athenes, au temps de l’Empereur Adrian disoit, au rapport de sainct Hierosme (en marge: Hyeroni. de scrip. eccles.), qu’il avoit veu plusieurs qui avoient esté gueris & resuscitez par Jesus-Christ. Hermas disciple de S. Paul vescût jusques au dernier temps de l’Empereur Anthonin le pieux, & plusieurs autres. Remarquons aussi comme parmy plusieurs saincts qui furent massacrés (en marge: Mart. Ro. 9 Maii) en la naissance de l’eglise tant en Hierusalem qu’a Rome & par toute l’estandue de son Empire (en marge: Martyre non sanglant), Dieu ne permist pas que ceux qui avoient eu le coeur transpercé du glaive de douleur à la mort de Jesus-Christ leur Dieu & leur maistre, subissent derechef le glaive doulereux & sanglant du martyre, comme la Vierge, sainct Jean, la Magdalaine, Marthe sa soeur, son frere Lazare & Maxime, ausquels nous pouvons adjouter quelques autres disciples. Je ne fais point de doubte d’y colloquer nostre Apostre comme asseure le vieux Breviaire du Sarladois (en marge: Brev. Sarlat. in fest. S. Front), jadis composé soubz l’Evesque Pontius de Saliniaco.

 

Luy dresserent les obseques) Desja les Chrestiens avoient esté instruits (en marge: Act. 7) à rendre les honneurs funeraus au corps des fidelles par les Apostres (en marge: Sepulture chrestienne), lesquels en Hierusalem firent le grand deuil sur le corps de sainct Etienne Levite, c’est a dire les solemnelles funerailles, suivant l’exposition de Sainct Hierosme (en marge: Hyeron. ad Paul ep. 25); & ce, dit sainct Denys, affin que les reliques de ceux qui vivent en Dieu ne soient privées de l’honneur qui leur est deu (en marge: Et ep. 53 ad Ripar.); où bien encores comme dict sainct Chrysostome (en marge: Chrysost. hom. 4 in ep. ab heb.), affin que Dieu soit glorifié, le defunct honoré, & les vivans recoivent consolation. Si que dudepuis l’Eglise à tousjours pratiqué ce culte religieux pour vray tesmoignaige de la foy qu’elle à de l’immortalité de l’ame, & resurrection du corps trespassé.

Le corps de nostre sainct fut mis avec Hymnes & Cantiques dans le sepulchre choisi dans l’Oratoire de la Vierge, duquel il n’y a pas 50 ans que les fondemens furent descouvers prés la Nef de l’Eglise qui fut bastie à son honneur par Chronope (en marge: Ex M. S° Guidonis), quelques quatre cens ans apres, comme nous dirons en son lieu, (en marge: Pretantion fausse) & remarquerons de plus que c’est tres-injustement que le monastere de sainct Pons de l’ordre sainct Benoist pres de Nice en Provence, veut s’attribuer & maintenir qu’il possede le corps de ce glorieux

 

― Page 86 ―

 

sainct. Dieu voulut plus a plein apres son decés, la cruche de terre estant froissée par la mort, manifester la lumiere de ses merites par les miracles que nous avons racontés (en marge: Chronol. insul. lerinensis).

 

Revelation de sa mort) En suitte de ceste apparition (en marge: P. odo. lib. I c. 9), rapportée dans l’histoire de nostre Dame du Puy en Vellay, j’en rapporteray quelques autres; la premiere sera fondée sur la recompanse de l’hospitalité (en marge: L’hospitalité recompensée): car dit-on lors, que S. Front celebroit les divins mysteres dans la ville capitalle du Perigord, tombant en extase, il fut en mesme temps à Tarascon en Provence, assistant visiblement avec Jesus-Christ à la sepulture de saincte Marthe (en marge: Ribad. in act. sanctae Marthae), si que au rappel de son ravissement il se vit sans ses gans & son anneau qu’il avoit laissé par oubly; ce qui se trouva vray par les deputés qui y furent envoyés, n’ayant peu obtenir qu’un seul gan, retenans l’autre, qu’ils ont du depuis fait enchasser dans un Christal, pour memoire d’un tel miracle, qui est aussi rapporté dans la Bulle du Pape Sixte 4 donnée l’an 1476 en faveur de l’Eglise Collegiale de sainct Front (en marge: Bull. Sixti 4 anno 1476) duquel il dit, quod ab eodem Domino nostro ad sepeliendam sanctam Martham hospitam suam electus fuisse praedicatur. La prose qu’on disoit en la Messe du S. en parle en ces termes.

 

Mirares! dum celebratur,

Missa, Praesul soporatur,

Hora lucis tertia.

Tharasconum properatur

Christus illum comitatur,

Celebrant funebria,

Apud istos absens mansit,

Apud illos manens transit,

Manet in absentia,

Extra corpus praesul ansit?

Chyroteca cum remansit,

Dei sit scientia.

 

Dans tout ce narré il n’y a point de contradiction bien est vray que plusieurs tant Grecs que Latins ont fatrassé tant de choses apochriphes (en marge: Actes depravés) escrivant de saincte Marthe & S. Magdelaine (en marge: Vid. annot. Baron. in Mart Rom. 22 Jul.), que si la tradition de Tarascon n’estoit fort autantique nous aurions occasion de hesiter en ce point, auquel je trouve bon de suivre ce que dit le Cardinal Baronius en ce subject, in omnibus servando Apostoli regulam ut cuncta probans quod bonum est teneas. L’autre

 

― Page 87 ―

 

apparition de sainct Front (en marge: Apparition) est escrite dans l’Eglise de sainct Surin lez Bourdeaux, dans une table agraphée à la muraille, dans laquelle sainct Fronton Evesque de Perigueux, est mis avec six autres Evesques pour avoir assisté visiblement avec Jesus-Christ à la consecration du Cemitiere dans lequel furent ensevelis ceux qui estoient morts pour le nom de Jesus-Christ, dans la bataille qui fut livrée au mont sainct Gratian; (en marge: Supposée) mais certainement ceste inscription est jugée defaillante par plusieurs chefs, specialement en ce qui touche la sepulture des soldats de Charlemagne, morts à la bataille du mont sainct Gratian, de Lurbe en la chronique Bourdeloise (en marge: Chron. Burdigal. delurbe anno 778) avoit indiqué ceste histoire l’an 778. Charolus proceres Francos qui in angustiis montium Pyreneorum, insidiis ut fertur vasconum occubuerant, justis peractis Burdegalae sepelirit. Le pere Fronton Duduc, observe qu’il ne sçait pas sur quels historiens asseurés se doit appuyer cet, ut fertur: car dit il? s’il n’a d’autre garant que l’histoire de Turpin imprimée (en marge: Annotata Front. Ducei in chron. Burd.) avec l’Auteur Rerum Germanicarum, il n’est guieres bien fondé, veu qu’il y a plusieurs fables & contes de vieilles, prins de Romans, d’ou est parti ce qui est dit de Cemetieres de Bourdeaux & de Blaye. Un autre Bourdelois bien instruit des raretés de son païs (en marge: Etre jetée), met en mesme rang l’erreur de la Papesse Janne, & l’histoire des Preux qui accompagnoient Charlemagne; ainsi ceste derniere apparition demeurera assez affoiblie & sans preuve (en marge: De Reymond Ja. Pap. Jan.). Comme au contraire tout ce que nous avons rapporté de ce S. Apostre du Perigord paroit dautant plus fortement appuyé par ces scholiés & commantaires, que nous arresterons pour continuer nostre Chronique. (e)

 

Diis penatibus

nusquam satis.

 

― Page 88 ―

 

S. Anianus II Evesque.

De Vespasian

Empereur l’an 5.

 

 

Desja durant le vivant du premier & tres-digne Apostre du Perigord (en marge: L’an de Jesus-Christ 76), Sainct Anian avoit esté choisi par son sainct precepteur & pere (en marge: Democ. in tab epist. pet.), pour conducteur & compagnon de son zele (en marge: Chenut. ib.), à ce que l’Eglise de ceste Province ne demeurat apres son decés sans chef pour succeder (en marge: Brev. Petroch.), comme un autre Josué, à l’esprit sainct du vray Moyse conducteur du peuple eslu. Il est vray semblable que auparavant ceste recommandation & ordination (en marge: Successeur), Calepodius estoit desja mort, lequel durant la fuite & retraite de sainct Front avoit eu en charge ceste Eglise persecutée & presque desolée en son absence (en marge: I. Pet. c. 5 v. 3). Sainct Anian donc ayant esté ordonné par l’imposition des mains pour successeur, vit tout le fardeau de l’Episcopat devolu sur ses espaules, son maistre estant decedé (en marge: Et imitateur de S. Front); sur les moeurs duquel il tâcha de se mouler pour se rendre, comme disoit sainct Pierre, la forme de son troupeau, lequel il exhortoit, affin que leur foy n’a guieres plantée, jettat bien

 

― Page 89 ―

 

avant ses racines, de peur d’estre arrachée par les orages, qui desja grossissoient contre le nom Chrestien, ce qu’il faisoit en vertu de l’abondance des premices de l’esprit receu d’enhaut, qui le firent tousjours recognoistre pour sainct, comme nous trouvons dans tous les Breviaires & martyrologes du Perigord. (en marge: Le faut distinguer) Il faut pourtant prendre garde qu’il y a plusieurs saincts dans le primitive Eglise soubs ce nom (en marge: Mart. Rom.); sainct Anian Evesque d’Orleans du temps d’Attila Roy des Huns; sainct Anian Evesque de Meaux duquel il est parlé dans les actes de saincte Geneviesve (en marge: Act. S. Genev.); voire sainct Anian Evesque d’Alexandrie successeur de S. Marc (en marge: Euseb. in Chronic.) estoit contemporain de nostre sainct, nous ne sçavons combien de temps il gouverna ceste Eglise; moins encore sçavons nous le temps de l’entrée de Chronope son successeur. (f)

 

Chronopius III Eves.

De l’Empire

Romain ....

 

Anianus estant mort Chronopius restoit en vie l’un des Disciples de S. Front (en marge: Democares ibid.; Gall. Christ.), qui estoit natif du Perigord (en marge: Origine), fils de nobles Seigneurs, Elpidius estoit son pere, & Benedicta sa mere; mais à vray

 

― Page 90 ―

 

palrer il estoit avec meilleur tiltre vray fils de l’Apostre du Perigord puis qu’il luy avoit donné la nouvelle vie du corps & de son ame, du corps? par le signalé miracle qu’il fit en celuy qui desja avoit perdu la vie, son pere ayant obtenu par ses prieres & l’armes la resurrection de son fils, au grand estonnement de toute la Province (en marge: Resuscité), il donna aussi la vie à son ame & à toute sa famille qu’il baptisa jusques au nombre de trois cens, comme il est tesmoigné dans l’ancien Breviaire de la Province (en marge: Brevi. Petrochor. in off. S. Front l. 5 d. 3). Chronopius etiam Elpidis & Benedictae filius à morte suscitatus, beati Frontonis discipulus, ac demum in episcopatu successor, cum numerosa familia ab eo baptizatus, multorum conversionis ad fidem causa extitit (en marge: Ex guid. manusc). Nous trouverons en l’an 500 (en marge: Vid. inf. ann. 500) un autre Evesque Chronopius qui sortira de la famille de cestuicy, comme Venance Fortunat, nous semble le donner à cognoistre dans l’Epitaphe qu’il luy dresse au verset quatriesme (en marge: Venant. fortu. cann. lib. 4).

Ordo Sacerdotum cui fluxit utroque parente,

Venit ad haeredem pontificalis apex,

Nobilis antiquo veniens de germine patrum;

L’on ne s’estoit encore pris garde qu’il falut distinguer ces deux Chronopes (en marge: Le faut distinguer), d’où s’en suivoient plusieurs confusions en l’histoire, cestuicy n’ayant fait bastir la premiere Eglise, ny transporter les Reliques de sainct Front; ains faut le remettre au temps auquel nos Chrestiens seront en plus grand nombre, & auront plus de liberté pour leurs bastimens Ecclesiastiques;

 

― Page 91 ―

 

contentons nous de dire qu’on trouve plusieurs manuscrits (en marge: Ses escrits) soubs le nom d’Anianus & Chronopius successeurs immediatsde sainct Front (en marge: Ma. se. Aniani & Chron.), qui pourtant ont esté adulterez par le laps du temps, comme nous avons dit. L’année de sa mort nous est incogneuë, ny quels furent ses successeurs, si tant est qu’il en aye eu jusques à l’an 350. (g)

 

Siege vacant

a cause des

persecutions.

 

Tous ceux qui ont escrit la suite des Evesques de nostre France, tant anciens que modernes sont contrains de brizer en ce temps icy. Sainct Gregoire Archevesque de Tours (en marge: Grego Tur. de gest. Franc.) à la fin de son histoire des François, dressant le denombrement de ses predecesseurs s’arreste & interromp icy notablement (en marge: Cause de vacance). Adon (en marge: Ado. in chro. ep. Vienn.) en sa chronique des Evesques de Vienne s’arreste aussi, Flodoüart (en marge: Flodo. l. 2 c. 5) mettant à la teste de son oeuvre les Evesques de Reims, laisse beaucoup d’entr’ouverture; les modernes sont contrains de faire le mesme, dont voicy les causes asses cogneuës à tous, asçavoir la rage de nos souverains contre le nom Chre-

 

― Page 92 ―

 

stiens, les Empereurs Romains ayant gouverné l’Aquitaine jusques à ce que les Gots l’eurent en partage l’an 409 & sans passer plus avant me semble bon de mettre icy les divisions anciennes & modernes de l’Aquitaine, qui nous serviront de guide pour le restant de cest ouvrage.

(en marge: Division de la Guienne) Lors que le gouvernement des Gaules fut donné à Jule Caesar 56 ans devant Jesus Christ (en marge: Notit. Imper.), l’Aquitaine estoit renfermée par les Pirenées par la Garonne & par l’occean, Auguste son successeur l’estendit jusques au Loyre. Soubs Antonin (en marge: Itinerar. Antho.) elle fut divisée à trois villes capitalles, Bourges, Bourdeaux, & Euse (en marge: Ammian. cap. 15); mais l’an 632 (en marge: Vid. inf. anno 632) Dagobert adjousta le Languedoc aux precedantes bornes de l’Aquitaine, pour en faire un plus ample Royaume en faveur d’Aribert son frere. Soubs la seconde race de nos Roys, ce Royaume s’estendoit jusques dans les Espagnes, au dela des pyrenées & jusques au Loyre de deça; mais lors que les Estats furent tenus à Limoges l’an 850 (en marge: Et anno 850) le nom de Roy fut supprimé, & les Ducs d’Aquitaine furent ériges, non avec telle estenduë ny puissance qu’auparavant. Aujourd’huy si nous divisons l’Aquitaine par le gouvernement & generalité elle comprant les païs de Bourdeaux, des Lanes, de Condomois, d’Armagnac, de Quercy, de Perigord, & de Roüergue.

Pour lors donc nous estions soubs la souveraineté de l’Empire Romain (en marge: Empereurs Romains), & partant voyons dans un sommaire denombrement des Empe-

 

― Page 93 ―

 

reurs, combien ils s’acharnerent contre le sang de nos fideles par dix ou douze persecution presque generales. Domitian (en marge: 84) succede à Tite Vespasian l’an 84; (en marge: 2. pers.) il fut autheur de la seconde persecution qui fut si atroce qu’il ne pardonna pas mesmes aus siens, faisant mourir son cousin germain & exilant sa femme avec sa niece. (en marge: 98) L’an 98 Nerva succede & baille un peu de respir (en marge: Vid. chronolog. Eusebii; Genebrardi; Gordonis; Turcell.); Trajan fait empereur (en marge: 100) dresse à la priere du Senat la 3. persecution generale. Adrian (en marge: 119) luy succede l’an 119 qui à la seule demande du peuple, sans autre forme de procés meurtrissoit les Chrestiens (en marge: 3. pers.). L’an 140 vient Anthonin (en marge: 140), auquel sainct Augustin attribue la 4. persecution (en marge: 4. pers.). L’an 163, Marc Aurelle (en marge: 163) tourmente extremement les Chrestiens de la France, tesmoin les lettres des Eglises de Vienne & de Lyon, aux Chrestiens d’Asie & d’Affrique. L’an 182, soubs Commodus (en marge: 182) l’on eut du calme; comme (en marge: 195) soubs Helius Pertinax, l’an 195. Soubs l’Empereur Severe l’idolatrie devray fut abolie en plusieurs lieus de la France, mais ce ne fut sans un cruel carnage qui fut le 5. persecution l’an 204 (en marge: 5. pers.). Les quatre suivans Empereurs (en marge: 213) donnent un peu de relache, Anthonin Caracalla l’an 213, Macrinus, Eliogabalus (en marge: 220) l’an 220, (en marge: 226) Alexandre l’an 226, mais aussi l’an 237 la sixiesme persecution de Maximin (en marge: 6. pers.)fut par special contre les Prelats de l’Eglise, & (en marge: 237) si Gordian & Philippe donnerent quelque paix; (en marge 253) aussi l’an 253 nous aporta la 7 persecution de Decius, briefve mais tres cruelle (en marge: 7. pers.). Gallus &

 

― Page 94 ―

 

Volusianus (en marge: 255) la renouvellent l’an 255. (en marge: 8. pers.) Nous marquons la huictiesme persecution (en marge: 259) l’an 259 soubs Valerian & Gallien, de plus les Allemens ennemis de l’Empire inondent la France & la pillent. (en marge: 269) Claude l’an 269 succede & à l’Empire, & à la cruauté. (en marge: 9. pers.) La 9 persecution (en marge: 273) fut allumée l’an 273 par Aurelian, Tacitus commande qu’on face un peu de trefve pour les Chrestiens, & si elle continue (en marge: 280) soubs Probus l’an 280, c’est neantmoins avec beaucoup de mal’heur de la Guyenne, l’Empereur estant venu és Gaules avec puissante armée contre les Allemans desquels il defit pour le moins 40000. L’Empire de Carus & ses enfans, Carinus & Numerianus ne furent qu’un relasche (en marge: 10. pers.), (en marge: 302) pour la 10 persecution de Diocletian & Maximian l’an 302 & plus cruelle que les precedantes, les Eglises abbatuës, les escritures bruslées, une infinité de Chrestiens murtris par tout le monde, & omnis fere orbis sacro martyrum cruore infectus est, & nullis unquam bellis mundus magis exhaustus est, dit Severe Sulpice (en marge: Sever. sulpic. hist.) soubs (en marge: 304) Constantinus Clorus l’an 304 la persecution ne cessa soudain apres qu’il obtint l’Empire à raison des troubles de l’occidant (en marge: Nazar. in pan. Cons.). Tout nostre Royaume fut notablement troublé soubs le siecle de Constantin qui pourtant fut favorable à toute l’Eglise chrestienne; (en marge: 307) car les Allemens estant deffaits par luy l’an 307 (en marge: Euseb. Caes. in vit. Const.) leurs Roys Ascaric & Rhagaise prins & exposés en theatre aux bestes fauves, neantmoins tousjours ils continuent leurs incursions contre

 

― Page 95 ―

 

son fils Constant Empereur (en marge: 342), qui dressa toutes ses forces contr’eux l’an 342 tantost vainqueur tantost vaincu. Julian son successeur (en marge: 358) se trouve en la mesme agonie l’an 358.

Or quel moyen d’avoir conservé les memoires des Eglises particulieres (en marge: Memoires perduës), & d’avoir tousjours eu des pasteurs parmi ces grands bouleversemens d’Estat & de religion; cependant il nous faut recourir au sainct Siege Romain, lequel nous recognoissons pour matrice de nostre Eglise, auquel persevere durant ce temps le flus non interrompu de 35 Pontifes presque tous martyrs de Jesus-Christ.

Il est pourtant croyable que nous avions des Evesques au temps doré de Constantin (en marge: Paix soubs Constantin), auquel nous trouvons les Evesques de France ligués avec sainct Hilaire Evesque de Poitiers, voisin de nostre Province, qui par un mutuel consantement decreterent separation de communion d’avec quelques Evesques de ces quartiers desja infectés de l’heresie d’Arrius; Saturnin Evesque d’Arles se sentant plus offencé obtint commandement de l’Empereur Constance pour constraindre les Evesques de s’assembler à Beziers, auquel conciliabule sainct Hilaire (en marge: Hylar. l. de Synod) faisant deffaut il fut par eux condamné au bannissement avec Rodanius Evesque de Tolose, manente tamen integra fide, au dire du mesme sainct Hilaire au liu de Synodis, (en marge: 358) qu’il escrivit en son bannissement l’an 358. Or il est vray samblable que parmi ces affaires si importans & si univer-

 

― Page 96 ―

 

sels nos Evesques de la basse Guyenne y estoient meslés, quoy qu’il ne leur adresse ce livre de Synodis, comme aux autres Evesques voisins (en marge: S. Hilaire escrit aux Evesques), Dominis & beatissimis fratribus & coepiscopis provinciae Germaniae primae & Germaniae secundae, primae belgiae & secundae, Lugdunensis primae & Lugdunensis secundae, & primae Aquitaniae, & novem populaniae &c. Sans dire mot de la seconde Aquitaine: car tous sçavent l’ordinaire division de l’Aquitaine desja mise suivant Isidore en ses annotations sur les provinces de France? (en marge: Division d’Aquitaine) La premiere à pour chef Bourges, Avaricum Byturicum, qui Cubi; la seconde apellée communement Guyenne, à Bourdeaux Bythuricum viviscorum, soubs lequel cette province de Perigord est comprise (en marge: Isid. in ann. ad prov. Gall.), & la Novem populanie recognoit aujourd’huy Aux pour Metropolitaine. La cause de ceste obmission ne seroit pas qu’il ny eut encores d’Evesques, les Evechés prochains estans tous fournis; pourroit estre que les nostres estoient tous partisans de ces Provençaus Arriens, qui comme tels ne meritoient le tiltre de confraternité, & autres eloges d’honneur que sainct Hilaire donne aux Ortodoxes.

L’an 363 Jovian fut Empereur (en marge: 363) durant huict mois, la mesme année, Valentinian (en marge: 367) luy fut substitué, qui l’an 367, crea Caesar son fils Gratian, (en marge: 381) soubs lequel Priscillianus l’an 381 par ses faux dogmes qui venoient des Gnostiques troubla notablement l’Eglise d’Espagne, & pour arre-

 

― Page 97 ―

 

ster le cours de ceste infame heresie (en marge: Gnostiques Heretiques) l’on assembla un concile provincial à Sarragosse, auquel les Evesques Aquitaniens feurent appellés, comme Delphinus Archevesque de Bourdeaux (en marge: Tom. I Concil. vet. edit.), & quoy que dans les signatures des actes de ce Concile il n’y ait que 12 Evesques, neantmoins il y en avoit davantage, selon la remarque du commantateur des Conciles (en marge: Binius in Concil.), leurs noms estans perdus à nostre grand dommage; cependant ni les ordonnances de tous ces bons Prelats, ni la condamnation de Priscillianus & des Evesques ses adherans, n’eurent assés de force pour arrester le cours de sa fausse doctrine; car se voyant vivement poursuivi, voire banni de l’Espaigne (en marge: Poursuivis), il s’en alla vers le Siege Romain au Pape Damase pour le tromper s’il luy feut esté possible, & revenant avec commandement de l’Empereur Gratian d’estre restably, par toutes ses courses il laissa en allant & venant comme l’escargot la piste de ses faux dogmes; Or le mal tout chacreus s’espandant de plus en plus, tant à Bourdeaux que és villes & provinces voisines, comme aussi pour obeyr au commandement du Tyran Maxime (en marge: Sever. Sulp. Hist. lib. 2) obtenu par Ithacius qui avoit esté contraint de se retirer vers les Evesques de ces quartiers estant chassé d’Espagne par l’Empereur; Delphinus Archevesque de Bourdeaux (en marge: 385) homme fort loüé par Severe Sulpice (en marge: Concil. Burdigal. ann. 385) assembla dans cette ville un Synode provincial de ses Evesques suffragans l’an 385 ce fut la que Instantius Priscillianiste estant interrogé le

 

― Page 98 ―

 

premier, & condamné comme indigne de son Evesché; son maistre Priscillianus estonné par la condamnation de son Symmiste, forma son appel au Tyran Maxime (en marge: Et condamnés), à laquelle evocation de cause les Evesques acquiescerent contre tout droit & constitution de l’Eglise; mais ce fut au despans de l’heresiarque; car estant convaincu devant le Tyran, il eut la teste tranchée avec quelques siens adherans, & les autres bannis; (en marge: Massacre) sur ces nouvelles les Bourdelois dans une sedition assomerent à coups de pierres la dame Urbica son escoliere, qui avoit sucçé le venin de la fausse doctrine, comme est rapporté tant par Severe Sulpice que par Prosper d’Aquitaine (en marge: Prosper Aquit. in Chroni.); mais les actes du Concile de Bourdeaux sont perdus (Chron. Burd. de Lurb.) & n’avons peu trouver le nom de nostre Evesque qui y assistoit comme suffragant. (h)

 

Pegasius Evesque

de l’Empire

d’Honorius....

 

Honorius successeur (en marge: L’an de Jesus Christ 395) en l’occidant à l’Empire de son pere Theodose l’an 395 herita sa pieté & zele pour la vraye religion, rehaussant grandement l’esclat du Christianisme; mais l’Eglise de

 

― Page 99 ―

 

France abusant de ce calme tomba en plusieurs vices & corruptions (en marge: Indevotion des François)

qui appellerent contre soy l’ire de Dieu, par l’inondation (en marge: 407) de toute sorte de nations barbares, qui l’an 407 se deborderent sur toutes ses provinces pour courir au desbris de l’Empire Romain. Sainct Hyerosme (en marge: Hyeron. epist. II ad Agueruciam) en l’epistre ad Agueruciam, nomme quelques unes (en marge: Punis), innumerabiles & ferocissima nationes universas Gallias occuparunt, quidquid inter Alpes & Pyreneum est, quod Occeano & Rheno includitur: Guadus, Vvandali, Sarmata, Alani, Guipedes, Heruli, Saxones, Burgundiones, Alemanni, & o lugenda respublica! hostes Pannoniis vastarunt (en marge: Par les barbares).

Ainsi durant ce temps malheureux toutes ces provinces des Gaules furent saccagées, & ce d’autant que comme lamante Salvian Evesque de Marseille en son livre (en marge: Salv. lib. 5 de vero jud.) qu’il à fait sur ce subject, in omnibus Galliis sicut diustiis primi, ita & vitiis, pour les bien-faits receus de Dieu ils luy avoient rendu une mauvaise revenche par leurs vices. (en marge: 412) Nos mal heurs grossirent fort l’an 412 auquel les Gots Arriens de religion descendans des hautes Allemagnes pour chercher nouvelles demeures, apres avoir brigandé long temps toute l’Italie, l’Empereur Honorius pour se descharger & avoir paix avec ces brigans, les envoya habiter en l’Aquitaine (en marge: Gots possedent l’Aquitaine); ainsin l’estat & la religion estant fort renversés, nous tombasmes soubs la puissance de ces enrages Heretiques, (en marge: Hyeron. ibid.) Aquitanie dit S. Hierome Novemque populorum Lugdunensis & Narbo-

 

― Page 100 ―

 

nensis provinciae praeter paucas urbes populata sunt cuncta, quas & ipsas foris gladius & intus vastat fames. Parmi ces siecles pervertis Dieu avoit donné à l’Eglise du Perigord un tres digne & tres fidelle pasteur, comme un juste Loth parmi les Sodomites, lequel sainct Paulin met au rang des Evesques de son temps dignes du Seigneur, conservateurs de toute la foy & religion. (en marge: Gregor. Turon. l. 2 de gest. Franc. c. 13 ex Paulini fragm.) Sainct Gregoire dr Tours au livre 2 de gestis Francorum raporte ce fragmant d’un oeuvre de sainct Paulin (en marge: SS Evesques) qui ne se trouve aujourd’huy en son entier, si hos videas dignos domino sacerdotes, vel Exuperium Tholosae, vel Simplicium Viennae, vel Dynamium Engolismae, vel Venerandum Alveris, vel Alithium Cadurci, vel nunc Pegasium Petrochoriis, vicumque se habent seculi mala, videbis prefecto dignissimos totius fidei religionisque custodes (en marge: Pegasius Evesque). C’est le tesmoignage qu’il rend de ces Evesques avec lesquels, à ce que je crois, il avoit fait cognoissance familiere durant son grand & long pelerinage en ces quartiers. Nous trouvons aussi par ce denombrement le temps auquel Pegasius fut Evesque, puisque nous sommes asseurés que sainct Exupere mis son contemporain fut à Tolose l’an 406. Democares (en marge: Democar. in tab. ep. Petroch.) à la table des Evesques du Perigord met Pegasius soubs Childeric qui fut au 5 siecle.

Incontinent arriva la ruine de la ville de Tolose qui long temps avoit esté espaulée par les merites de son sainct Prelat Exupere. Sainct Hyerosme (en marge: Hyeron. ibid.) ne peut s’en souvenir sans larmes & ce

 

― Page 101 ―

 

d’autant qu’il avoit de l’inclination pour ce lieu, ou il avoit fait partie de ses estudes; mais ce siege de la pieté & doctrine fut erigé par les Gots pour le siege capital de leur Empire ou tyrannie (en marge: Chron. Geneb. Galterii Burdigal.). Ataulphus fut le premier Tyran Got (en marge: Athaulphus) qui nous commanda; à son arrivée il fit massacrer presque tous nos Evesques de Guyenne, specialement sainct Savin Evesque de Bourdeaux, successeur de sainct Anian; nous examinerons plus bas si Pegasius mourut dans ceste persecution. Salvian spectateur de tous ces mal-heurs (en marge: Salv. loc. cit.) ne peut croire que dans toutes les Aquitaines qui regorgoient de crimes & abominations, il se trouvat un Prelat vrayement sainct personnage, pui que Dieu avoit si severement puni ceux mesmes qui estoient en opinion de sainctete; il les appelles à demi saincts, exceptis tamen per paucis ferme sanctis & insignibus viris, qui ut quidam ipsorum ait, sparsis redemerunt crimina nummis, y comprenant Euchaire de Lyon, Solonius de Veronne, Hilaire d’Arles, Prosper de Guyenne; & derechef au livre 7 (en marge: Salv. lib. 7 de ver. judicio) il les deschiffre estrangement, utique etiam in illa tunc generali vitiorum colluvie, recte minorum criminum reos fuisse credimus qui corrigi a divinitate meruerunt.

Nous sçavons tres bien que toute la discipline ecclesiastique estoit desbandée dans nos provinces (en marge: Indevotion). Salvian n’a point de honte d’appeller toutes les villes de la Guyenne un vray Bourdeau, que tous les grands ont rescu dans la

 

― Page 102 ―

 

bourbe de la lubricité, de l’adultere, & plusieurs autres crimes honteux pour nos Chrestiens qui n’a gueres avoient veu la saincteté de leurs premiers Apostres.

L’an 414 Ataulphe (en marge: 414) avec 6 de ses enfans estant massacré par les siens (en marge: Dubouchet ann. Aquit.), Segericus son successeur ressentit aussi la mort violente (en marge: Segericus), Vvallia fut esleu (en marge: Vvallia) nos annales d’Aquitaine le recognoissent pour leur premier Roy, l’an 419 (en marge: Chron. Burdig.) soubs lequel nous fusmes fort tyrannisés, Prosper d’Aquitaine vray Hieremie (en marge: 419) de son temps se l’amente l’an 419 de ce qu’il avoit tantost dix ans que tout son païs (en marge: Prosp. Aquit. lib. de provi.) estoit en proye aux Vvandales & Gettes. Heu cede decenni Vvandalicis gladiis sternimur & Geticis.

Les Romains resistoient à leur possible à ces usutpations, jusques à ce que à nostre grand malheur! la paix fut accordée entre le Roy Vallia & Constantius general de l’Armée Imperialle, par laquelle toute la basse Guyenne fut donnée en propre à ce Roy infidele.

Mais tous ces maux ne furent que des esgratineures ou plustost des ombres ou peintures de mal, au pris des douleureuses escorchées que nous receusmes du fleau de Dieu Attila Roy des Huns (en marge: Attila), qui comme dit Theophanes (en marge: Theophan. lib. 66), estoit né pour la terreur de toute la terre, il s’eslança dans la France, specialement dans les Aquitaines, comme un foudre de guerre l’an 451 avec une armée composée de je ne sçay combien de nations, outre celles que S. Hyerosme

 

― Page 103 ―

 

nomme, renversant, peslemeslant les choses divines & humaines avec telle calamité & ruine totale de ces provinces, qu’à bondroit ce Tyran se donna le nom parlant à un de nos Evesques de France de flagellum Dei (en marge: Fleau de Dieu). Comme Isaie nomme Assur l’impie persecuteur du peuple de Dieu (en marge: Isa. 28).

Durant ce temps vivoit Lupus (en marge: Lupus Rhetoricien) pour lequel ceux d’Agen & de Perigueux estoient en une saincte contention & debat à qui l’auroit en leur ville, pour enseigner la Rhetorique; car il estoit natif en l’une, & marié en l’autre, ces deux villes donc à l’anvy, tant à cause de ses rares perfections que de sa noblesse, le vouloient attirer à eux; comme il appert par une epistre que Sydonius Apollinaris (en marge: Sydon. Apol. lib. 8 epist. 2) le Senateur, & qui avoit esté ravy de la prefecture pour l’Episcopat, luy escrivit comme à son intime, laquelle rapportant en partie (en marge: Missive), nous apprendra beaucoup de particularitez qui nous touchent. Lupo suo salutem. Quid agunt Nitiobroges? quid Vesunici tui? quibus de te sibi altrinsecus vindicando nascitur semper sancta contentio, unus te patrimonio populus, alter etiam te matrimonio tenet; cumque hic origine, iste coniugio melius quod uterque indicio.

Apportons à ce passage assés obscur de la lumiere, nous servans de l’exposition de Savaron (en marge: Comm. Savaro. in Sydo.). Nitiobroges, sont les Agenois, comme il se trouve dans la Biblioteque de Scaliger, Lupo Aginnensi. Vesunnici, sont les Perigordins,

 

― Page 104 ―

 

comme nous avons dit: unus & hic, se rapportent aux Agennois pour sa naissance; & alter & iste indique les Vesunniens pour son mariage; or si ce Lup estoit le mesme que Lupus, ou Leu en vieux François, Evesque de Troye en Champagne (en marge: Expliquée), auquel Sidonius escrivit plusieurs autres lettres, Lupo triscassino, nous conclurions que sainct Hilaire Evesque d’Arles & Primeniola estoient natifs de Perigueux, puis que sainct Leu y avoit esté marié; car tous accordent que sa femme s’appeloit Primeniola soeur de S. Hilaire ja nommé (en marge: Baron. vid. to. 5), si cela estoit asseuré j’aurois un grand champ descouvert pour dire merveilles de ces deux saincts, comme appartenans à nostre Province; mais la chose estant douteuse je ne m’y arreste; ains remarque le zele de ces deux ville pour avoir ce Lupus (en marge: Zele louable), tant pour estre honorés de ses rares merites que pour apprendre de luy la Rethorique en laquelle il estoit puissant; & ne pouvant contenter à la fois ces deux villes, à son absence il envoyoit Dripanius à Agen, & Antedius grand Rhetoricien d’un stile doux & elegant pour instruire les Vesunniens (en marge: Sydo. Ibid.): Tu vero utrisque presentiam tuam disposite vicissimque partitus, Dripanium illis, modo istis restituis Anthedium, & si à te instructio Rhetorica poscatur, hi Paulinum, illi Alcimum non requirunt. Sur quoy ces deux villes sont à louër de ce que au temps que les estudes & les hommes de lettres estoient mesprisez, suivant la plainte du mesme Apollinaris en l’epistre 17 (en marge: Idem. ep. 17 lib. 4 & ep. 2 lib. 8)

 

― Page 105 ―

 

du 4. livre, & epistre 2 du 8 comme aussi de Claudianus Mamercus (en marge: Claud. Mam. lib. 7 de statu. anim.); neantmoins ceux cy s’estudient pour avoir des personnages bien lettrez; mesme les Vesuniens refusoient de recevoir pour Rhetoricien (en marge: Paulin le jeune) en leur ville Paulin le jeune, homme au reste fort eloquent, suivant le tesmoignage de sainct Hierosme (en marge: Hyeron. epist. 13). Sed & ipsum genus eloquii pressum est ac nitidum, & cum Tulliana luceat puritate; crebrum est in sententiis; mais il estoit impertinent en sa poësie mal à propos attribuée à sainct Paulin de Nole; d’autre part il ressentoit pour lors à l’heresie des Priscillianistes par lesquels il avoit esté infecté à Bourdeaux, comme nous descouvrons par son oeuvre Eucharistique (en marge: Paul. eucharistic.), & partant les nostres ne vouloient appeller dans leur ville c’est esprit dangereux.

Theoredus ou Thodoric Roy des Gots succeda à Vvallia au Royaume d’Aquitaine (en marge: Chron. Genebrardi). Thurismond l’an 456 fut en suite Roy d’Aquitaine (en marge: 456) Theodoric second vint apres, lequel passant son armée dans les Espagnes, par son absence donna occasion aux François de s’emparer du païs (en marge: Galtherii; Burdig.) qui est appellé de France, pour y establir leur Monarchie soubs Childeric.

Nostre province avoit souffert durant toutes ces inondations des maux notables; (en marge: Roys des Gots) mais encore ce n’estoient que des avans-gouts de la couppe de la fureur du seigneur (en marge: 464) qui fut espanduë sur nos Eglises l’an 464 soubs Evarix où Erric successeur de son frere Theodoric, homme cruel contre les catholiques qu’il persecuta

 

― Page 106 ―

 

à outrance. Sainct Gregoire (en marge: Grego. Turo. lib. 2 de gest. Franc.) le remarque, Maxime tunc Novempopulaniae geminaeque Aquitaniae urbes ab hac tempestate depopulatae sunt: car c’est ainsin qu’il faut lire, selon l’observation de Papirius Masso (en marge: annotat. Papi. Masso), & non pas geminae Germaniae. (en marge: Misere de l’Aquitaine) Vincent de Lerins en parle fort au long; mais Sydonius Apollinaris (en marge: Sydon. Apol. ep. 6 lib. 7) dans l’epistre 6 du 7. liv. escrite à l’Evesque Basile en parle à fons, & pour voir la face desolée de l’Eglise du Perigord, il nous faudroit icy transcrire tout au long cest’epistre. Premierement il nous represente le Tyran Evarix, comme un Loup carnacier, animé par l’heresie Arriene, qui saisissoit à la gorge les vrais pasteurs, à demi endormis pour à loisir se gorger de la ruyne des ames, en quoy il le compare à ce riche Glouton, au Pharaon cruel, au Roy de Babylone, à Assur qui toune de faste Royal (en marge: Luc 16 Exod. 5; Daniel 3; Ezech. 32), & toute la Guyenne au pauvre Lazare tout playé, au peuple de Dieu asservi, aux enfans fideles jettés dans le fournaise, & ce d’autant qu’il avoit tellement à contre coeur le nom de Catholique, qu’il sembloit par son furieux zele tenir autant de preéminence en sa secte, comme il relevoit parmy les siens en puissance (en marge: Sydo. ibid.), tantum ut ferunt ori, tantum pectori suo Catholici mentio nominis esset, ut ambigas amplius ne suae gentis, an suae sectae teneat principatum ad hoc armis potens, acer animis, annis alacer. Que nos religionaires de ce temps prenent garde à quels monstres leur impieté succede. (en marge: Tyran) Ce tyran exerça specialement sa rage sur les Pa-

 

― Page 107 ―

 

steurs fidelles en banissant les uns, faisant mourir les autres, ne permettent qu’on y mit des successeurs. Voicy le nom de plusieurs Evesques destitués pour lors de leurs pasteurs (en marge: Du Perigord), compris dans ce piteux estat, discite cito catholici status valetudinem. Burdegala, Petrochorii, Rutheni, Lemovices, Gabalitani, Elusani, Vasates, Convenae, Ausenses, multoque jam major numerus civitatum, summis sacerdotibus ipsorum morte truncatis, nec ullis deinceps Episcopis in deffunctorum officia suffectis &c. Latum spiritualis ruinae limitem traxit (en marge: Idem ibidem). Plusieurs ont creu que tous les Evesques de ces lieux avoient esté mis à mort par Evarix, sainct Gregoire de Tours (en marge: Grego. Turo. lib. 2 c. 25), grandem in Galliis super christianos intulit persecutionem, truncabat passim perversitati suae non consentientes, clericos carceribus subigebat, sacerdotes vero alios dabat exilio, alios gladio trucidabat. Je conjecture pourtant qu’en ce temps icy Pegasius estoit mort; & si tant est qu’il eust eschapé les precedentes persecutions, peut estre le faudroit-il mettre au rang des Evesques, lesquels, sparsis redemerant crimina nummis, comme nagueres disoit Salvian (en marge: Salvianus loco cit.). Les Vesunniens à cette derniere persecution furent chassés de leur ville par les Gots, & la Religion Catholique demeurant sans Pasteur pour la conserver, receut un notable dommage, non seulement dans les parroisses champestres (en marge: Eglises desolées), les Eglises estant saccagées, pillées, bruslées, sans toict, sans portes, sans estre frequentées, l’herbe croissant dans

 

― Page 108 ―

 

leur parvis; mais encore dans les villes par tout on voyoit l’image de la desolation, escoutons Sydonius (en marge: Sydo. ibid.), nulla in desolatis cura Dioecesibus parrochiisque; videas in Ecclesiis, aut putres culminum lapsus, aut valvarum cardinibus avulsis, basilicarum aditus hispidarum veprium fruticibus obturatos, ipsa pro dolor videas armenta, non modo semipatentibus jacere vestibulis, sed etiam herbosa viridantium altarium latera depasci; sed jam non per rusticas solum solitudo parrochias, ipsa insuper urbanarum Ecclesiarum conventicula rarescunt, &c (en marge: Sans frequentation). quand il dict que nos Eglises estoient pleines de broussailles, ce n’estoit pas tant à raison du peu de frequentation, que parce que Evarix avoit fait clorre les porches des Eglises avec des espines pour empescher l’abord à nos Catholiques qui restoient dens ce notable déchec de la Foy (en marge: Baro. anno 471 & 476), qui ne fut pas singulier pour ce païs; car l’an 471 & 476 (en marge: 471 et 476) tout l’univers gemit soubs le gouvernement des Princes ou heretiques ou infideles.

Sidonius envoye l’epistre 6 du 2. livre à un Pegasius (en marge: Sydon. epist. 6 lib. 2), qui estoit aussi son intime, peut estre estoit-il nostre Evesque (en marge: Epistre). C’est tout ce que j’ay peu observer de ce Prelat dans ces siecles infortunez; voyons un temps plus propice. (i)

 

― Page 109 ―

 

Chronopius Evesque

Alaric Roy d’Aquitaine.

 

Nonobstant tous les efforts de l’heresie Arrienne nos Catholiques conserverent la Foy qui duroit encore soubs Alaric (en marge: L’an de Jesus-Christ 476), successeur de Evarix, qui mourut, comme dict Gregoire de Tours (en marge: Grego. Turo. lib. 2 c. 25), ultione divina percussus, ils estoient chassés de leur ville; mais non separés de leur Dieu, leurs Eglises, autels monasteres avoient esté renversés, bruslés; mais leur constance & fidellite demeuroit sur pied (en marge: Courage des Chrestiens), & lors qu’ils eurent un peu de relasche il esleurent des Pasteurs zelés & affectionnés pour opposer le courage à l’orage. (en marge: 485) L’an 485 plusieurs maladvisés beans apres le bien des Eveschés qui desja estoient grands, pactisoient & sacrilegement aheptoient des Gots les sieges Episcopaux, suivant la plainte de Sydonius (en marge: Sydon. epist. 5 lib. 7), dicere auderem tam precipitis animi esse plerosque tamque periculosi, ut sacrosanctum sedem dignitatemque pretio oblato affectare non formident.

Chronopius, que les autres nomment Acronopus, n’entra dans l’Episcopat par la porte de la Symonie; mais par une saincte succession de ces aieulx (en marge: Democ. in tab. ep. Petroch. Chenutus), comme asseure Venance For-

 

― Page 110 ―

 

tunat Evesque de Poictiers (en marge: Gallia Christ.) dans l’Epitaphe qu’il luy dresse, lequel nous represente les vifs lineamens de ses rares vertus, dignes d’un S. Prelat, bien necessaire à ce Dioceze desolé (en marge: Chronop. Evesque). Je suis d’afvis de renverser un peu l’ordre de l’histoire, mettant son sepulchre au commencement de sa vie, pour suivre apres plus à l’asseuré ce que Fortunat nous apprandra de luy (en marge: Venant. fortunatus carm. lib. 4).

 

(en marge: Epitaph. Chrono. episc. Petroch.)

 

Epitaphium Chronopii.

Episcopi Petrachoricensis

 

Si terrena sacer quondam tibi cura fuisset

Carmine plus lachrymas quanmodo verba darem,

Sed quia tu mundus, nec sunt tibi crimina mundi,

Nos gaudere mones qui sine morte manes.

Antistes pietate calens venerande Cronopi?

Membra sepulcha tegunt spiritus astra tenet.

(en marge: Origo)

Ordo Sacerdotum cui fluxit utroque parente,

Venit ad haeredem pontificalis apex.

Hunc tibi jure gradum successio sancta paravit,

Ut quasi jam merito debitus esset honor.

Nobilis antiquo veniens de germine Patrum,

Sed magis in Christo nobilior merito.

Sic vultu semper placidus, seu mente serenus,

Pectore sincero frons sine nube fuit.

Cujus ab eloquio nectar per verba fluebat

(en marge: Eloquentia)

Vinceret ut dulces ore rigante favos.

Nudorum tu vestis eras algentis amictus,

Qui ad tua tecta fugit tectus & ipse redit.

Divitias omnes inopum sub ventre locasti

(en marge: Charitas)

Unde tibi semper viva talenta manent.

 

― Page 111 ―

 

Esuriens epulum, sitiens te sumere potum,

Cernere te meruit tristis & exul opem.

(en marge: Pro civibus)

Implesti propriis viduatam civibus urbem,

Videruntque suos te redimente lares.

Quam lupus a stabulis tulerat frendente rapina,

Te pastore gregi reddita plaudit ovis.

Templa exusta celer revocasti in culmine prisco,

(en marge: restaurator)

Hinc tua, sed coelis stat sine labe domus.

Ipse bis octono vixit in corpore lustro,

(en marge: Moritur)

Nunc tibi pro meritis stat sine fine dies.

 

Voilà le narré de la naissance illustre, de la vie saincte, & de la mort heureuse de nostre Evesue descrite elegamment: il nous faut par pieces resuivre ses loüanges (en marge: Son origine), remarquant la noblesse de sa race de germine Patrum c’est à dire Episcoporum ou senatorum, ce qui estoit ordinaire aux Evesques de ce temps là; car comme observe Sydonius (en marge: Sydoni. oratione pro elesct. simpl.) en l’arangue qu’il fit pour l’eslection de Simplicius Evesque de Bourges, affin qu’en ces quartiers l’estat Episcopal fut respecté, presque tous les Evesques avoient esté prins de la race des Senateurs Romains, d’où sont provenus les grands biens & richesses des Eveschés (en marge: Evesques Nobles); voire selon le mesme Sydonius, les Gaulois Romains de grand maison qui estoient pour lors soubs la puissance des Alains, Francs & autres vainqueurs, se trouvoient privés des charges & offices, tant pour la guerre que pour les magistratures; si qu’ils estoient bonnement contrains dimittere civitatem aut capillos; que si par le mot de Patrum, il faut entendre les Eves-

 

― Page 112 ―

 

 

ques, & que l’ordre d’Evesque soit escheu à Chronopius par la succession de sa genealogie, ce n’est rien de nouveau, puisque ordinairement on choisissoit des veufs ou des mariés qui se separoient de leurs femmes, dont nous avons exemples à foison, & quelquefois la saincteté de leurs enfans les faisoit trouver dignes d’heriter au sacerdoce, ce que despuis fut deffendu par les Conciles. Pourroit estre que son pere & son ayeul auroient heu l’Evesché, pour expliquer ce utoque parente; neantmoins l’on peut dire que sa mere estoit aussi fille de quelque Evesque à la façon que nous avons dit, & que la race de l’ancien Chronopius estoit encore debout depuis 400 ans.

Dés lors qu’il fut appellé à l’Evesché (en marge: 490) ceste province commença d’humer un air plus doux que par le passé; Alaric durant 22 ans de son regne laissa les Catholiques en liberté (en marge: Ami d’Alaric) voire il respecta grandement, tout heretique qu’il estoit, plusieurs Evesques, comme sainct Remy, & Chronopius trouva tellement grace devant ses yeux, que comme Nehemie (en marge: Nehem. 2 v. 6) envers le Roy Artaxerses, il obtint le restablissement des Perigordins dans leur ville, de laquelle ils avoient esté bannis quelques années auparavant par ce Loup carnassier Evarix. Quam Lupus a stabulis tulerat, appellé aussi loup de ce païs par Sydonius (en marge: Sydon. epist. l. 7), istius aeris lupus qui peccatis pereuntium saginatur animarum.

Apres que ses brebis furent restablies (en marge: Restaurateur) dans

 

― Page 113 ―

 

leurs maisons delaissées & presque desolées, le sainct Prelat jetta l’oeil sur la religion & discipline Eccleisastique pour la remettre sur pié; à cet effaict se resolut avec tous les autres Evesques de ces quartiers de demander au Roy des Gots, quoy qu’Arrien, congé d’assembler un Concile pour remedier aux necessités de l’Eglise, ce qu’ils obtindrent heureusement, la ville d’Agde en Languedoc leur estant assignée en laquelle 25 Evesques s’assemblerent au temps du Pape Simmaque (en marge: 506) en mois de Septembre l’an 506 & 22 du regne d’Alaric, auquel Concile S. Caesarius Evesque d’Arles praesida (en marge: Concile d’Agde), & Cronopius tenoit le 17. rang parmy les Evesques (en marge: Concil. Agatens. tom I conc.) qui estoient tous honnorés de la gloire & tiltre de Confesseur, pour avoir conservé la foy contre l’Arrianisme. Plusieurs de ceux qui estoient à la tenue & signature du Concile sont recogneus de l’Eglise pour saincts.

Le motif de ce Concile (en marge: Vide prefat. concil.) estoit pour restablir la discipline Ecclesiastique renversée (en marge: Pour restablir l’Eglise), comme il se voit dans la praeface; ou de plus en revanche du congé de s’assembler baillé par Alaric, ils font prieres solemnelles à Dieu pour la conservation & augmentation de son Royaume. Il y a 71 articles tant pour les Evesques, les Clercs, que pour regler les Abbez, Moynes & Religieuses; comme aussi plusieurs ceremonies tenues par tradition apostolique furent commandées. Specialement l’onction de l’Autel, le jeusne de la saincte quarantaine, le celibat des

 

― Page 114 ―

 

clers, que les Catholiques ne se mariassent avec les heretiques, assistassent à la messe les Dimanches, & autres choses dignes d’estre leues pour confondre les novateurs de ce temps.

Clovis nostre premier Roy tres Chrestien portant à contre coeur que toute cette noble partie des Gaules fut commandée par un homme Arrien (en marge: Omnes histor. de Regno. Galliarum), estant d’autre part picqué de quelques particuliers offances, se resoleut l’année d’apres, de joindre tout ce païs icy à sa couronne. Alaric (en marge: Alaric persecuteur) soupçonnant que S. Caesarius Evesque d’Arles, & S. Quintin Evesque de Rhodez favorisoient le party des François & Bourguignons (en marge: Baron. hoc. ann.), esperant par sa severité contenir les autres Evesques, bannit ces deux saincts de leur ville. Ce qui aliena tellement les affections des autres Prelats, que presque tous poussez de l’esperance de mieux, tournerent les yeux vers les armes victorieuses du Prince François, lequel par le conseil de sainct Remi, à ce que dit Hincmare (en marge: Hincmari. hist.), pria tous les Evesques de son parti (en marge: 507) de s’assembler au Concile à Orleans (en marge: Concile d’Orleans) cette année mesme, 507 affin qu’ils remediassent de plus en plus à la discipline ecclesiastique: veu mesme qu’au Concile precedant article 71 il avoit esté ordonné que tous les ans les Evesques ne manqueroient de s’assembler au Synode suivant les anciennes constitutions (en marge: Concil. Aurel. l. 10. I. conc.); Tetradius metropolitain de Bourges y presidoit, à ce que je crois, les Evesques d’Aux, de Roüan, de Bourdeaux, de Tolose y estoient presans. Cronope tenoit

 

― Page 115 ―

 

l’onziesme rang parmi les 33 ausquels Clovis escrit une lettre portant ce beau tiltre. Dominis sanctis & Apostolica sede dignissimis episcopis Clodoveus Rex, par laquelle il les asseure que parmi tous les actes d’hostilité qu’il preparoit contre le païs des Gots, il ne seroit fait aucun desgat à nos Eglises, Abbayes, maisons Presbiterales, Monasteres de Religieuses; de plus que ceux de ce païs qui porteroient l’attestation celée de leur anneau Episcopal, seroient traitez en amis, & conclud orate pro me Domini sancti & Apostolica sede dignissimi Papae (en marge: Conclus. concillii Aurelianensis).

Dans ce Synode l’on y arresta 33 articles, (en marge: Conclusions du Concile) suivant le nombre des peres touchant l’immunité des Ecclesiastiques, franchises pour les criminels aux lieux sacrés & maisons Episcopales, deffendant aux Chrestiens d’injurier leurs Evesques, & que les Abbés & Curez n’eussent recours au Palais des Princes, pour demander des biens-faits sans les lettres testimoniales de leur Evesque. De plus que la moitié des oblations faites à l’Eglise appartiendroit à l’Evesque, l’autre au Clergé, que l’Evesque retireroit la moitié des dimes, pourveu qu’il nourrit & vestit les pauvres; avec plusieurs autres tres-belles ordonnances qu’envoyent Domino suo Catholicae Ecclesiae filio gloriosissimo Regi, omnes sacerdotes quos ad concilium venire inssisti, le priant de faire executer leurs conclusions, & qu’ils le recognoistroient pour leur Roy & leur souverain.

 

― Page 116 ―

 

Clovis secondé par tant de prieres & esperances (en marge: Omnes historie Regni Gall.), vint en Aquitaine avec une puissante armee contre Alaric (en marge: L’Aquitaine conquise), le rencontra à Civaux pres de Poictiers, le contrainct de livrer bataille, dans laquelle il fut tué de la main propre du Roy; l’armee des Gots mise en pieces, le victoire & tout le Royaume d’Aquitaine demeurant libre possession de Clovis, qui passa jusques à Bourdeaux (en marge: Chronic. Burdigal.) où il receut le serment de fidelité de toutes les villes & provinces dans lesquelles il ordonna des Gouverneurs, que d’aucuns appellent Consuls, Proconsuls, & nous avec le stile commun de tous les Annalistes les appellerons Comtes.

Le Perigord fit un tres heureux rencontre (en marge: Compte du Perigord) d’un Gouverneur nommé Felicissime pere de Felix (en marge: Vita chrol. ex. M. S. Pitovei), surnommé Aureol, qui fut aussi Comte, grand pere de S. Euparchius, que les Angoumoisins ont traduict Cypart, & le vulgaire le nomme Cybart (en marge: Chronic. S. Euparchii); car toute cette honorable famille fut celebre en saincteté, & Dieu honora par miracles le corps de Felicissime, de Felix son fils & de sa femme Principia, pere & mere de S. Euparche (en marge: Foelicissime, Comte du Perigord), residans au bourg de Themolac en Perigord, duquel ils estoient Seigneurs (en marge: Foelix Aureol Comte du Perigord), & ensevelis dans l’Eglise dudit bourg, où Dieu faisoit plusieurs miracles celebres en leurs sepulchres, largiente Christi gratia ad sepulchra sua plurimis clarent miraculis (en marge: Breviar. Petroch.); mais specialement S. Euparche fit voir des rayons de sa saincteté, comme un beau soleil dans la ville

 

― Page 117 ―

 

capitale du Perigord (en marge: S. Euparche), où il nasquit environ l’an 409 (en marge: Sanctus Euparchius) fut eslevé durant son enfance au Bourg de Themolac à l’age de sept ans, rapellé à la ville pour estudier aux bonnes lettres, esquelles estant desja bien advancé son grand pere felicissime le print pour son chancelier (en marge: Corlieu Comp. d’Engoules.), auquel office il demeura durant 15 ans sans s’ingerer dans la vanité du monde, l’exercent avec plus de perfection qu’on n’eust esperer de la bassesse de son aage (en marge: Suriusvit sanct. ex manusc.).

Nous le laisserons dans la maison de ses parens (en marge: Sainct Avit) pour parler de la conversion d’un autre noble Gentilhomme, nommé Avitus de l’entienne maison de l’Enquias en Perigord (en marge: S. Avitus Anachoreta), son pere l’avoit faict eslever à l’estude de la Philosophie, avec un soin exquis, à raison de son rare esprit; mais deslors que Clovis pour attaquer Alaric commenca dresser son armement, son pere luy envoya ce Cavalier pour son service; dans quelque rencontre qu’il eut avec les ennemis, Dieu voulut qu’il fut fait prisonnier de guerre (en marge: Captivus bello), & jaçoit que son maistre reverant les belles parties dont il estoit doué, ne le traictat indignement; neantmoins il se resolut de retourner en son païs (en marge: Redit ad Petrochorios), poussé par la vision d’un Ange qui luy commanda de s’en aller à Rouffiac, que là il destruiroit l’idolatrie par sa science celestement infuse, qu’en signe de sa commission il gueriroit un malade qui estoit en ce lieu, bref que ce desert seroit le lieu de son decez. Il se mit en chemin soubs ces divins auspices

 

― Page 118 ―

 

vint à Orleans, ou il guerit par sa priere Benoist qui outre sa maladie estoit de naissance sourd & muet. Ce signalé bien fait (en marge: Miracula itineris) l’obligea tellement envers sainct Avit qu’il se consacra pour estre compagnon de ces sainctes resolutions; ils passent plus avant & parvenus à l’antrée du Poitou voulant se reposer, Dieu manifestoit tellement sa vertu par ses deux saincts sur les malades de ce païs, qu’ils furent constrains pour eviter le vain applaudissement & concours du peuple de se retirer dans l’Abbaye de Bonal; ce fut la que ce noble mespriseur du monde avec son compagnon receut l’habit de Moine (en marge: Fit monachus), pour s’aprivoiser à la rigueur de la solitude qui luy avoit esté revelée. L’abbé Lucin pour son exercice manuel luy bailla une vigne de l’Abbaye à cultiver, comme il avoit demandé; ce fut là qu’il dressa de branches d’arbres une petite logette, où du depuis une Eglise à esté bastie à son nom, menant une vie plus angelique qu’humaine; puis qu’avec tout ce travail corporel, il se contentoit d’un seul repas pour toute la sepmaine, distribuant aux pauvres le restant de l’entretien qui luy estoit envoyé de l’abbaye.

Le Demon ennemy de si nobles victoires que ce sainct emportoit sur les appas du monde (en marge: Accusatur & eiicitur abbatia), luy dressa une forte batterie par ses religieux qui l’accuserent envers le Superieur de singularité & bigotterie, mesmes levant de dessus ses espaules son pauvre habit, ils font voir

 

― Page 119 ―

 

comme il fourmilloit de vermine qui luy avoit à demi rongé la chair; l’Abbé saisi d’impatience, commanda qu’il fut sur le champ despouillé de la marque de l’Ordre, & le renvoya comme indigne. Grande espreuve de sa vertu! qui sans faillir l’eut abbatu, si la consolation de l’Ange qui luy avoit paru n’eust derechef relevé son courage, pour aller dans le Perigord incogneu aus siens poursuivre ses victoires, & passant à Maurege, son compagnon mourut en odeur de saincteté, & du depuis une Eglise fut bastie là en son honneur, & de S. Avit.

Nostre Seigneur luy suscita pour segond compagnon Secundinus (en marge: Eremus & oratorium), lors qu’il preschoit au Bourg de Banes avec lequel il se randit dans la forest qui luy avoit esté monstrée par revelation, choisissant pour sa part une roche soubz terrene vis à vis du temple auquel on adoroit quelques trois mille petites Idoles, & dissuadant le peuple de randre culte à ces faux Dieux, par les bien-faits des Chrestiens il fist bastir vis à vis du Temple, une petite Eglise, à l’honneur de la Vierge, qui encores aujourd’huy est sur pied.

Satan enragoit de ces heureux succez de la foy; attaquent le sainct par illusions; mais pour tousjours demeurer vaincu, le nombre des fideles augmentant par ses miracles ordinaires qui attiroient dans cette solitude la voisinage pour y avoir la guerison de leurs maux. Enfin cassé d’ans & couronné de merites (en marge: Mors & sepultura), voyant que le jour de sa mort s’aprochoit, il se fist por-

 

― Page 120 ―

 

ter à l’Eglise de la Vierge, ou il demeura trois jours en prieres, & ayant receu l’adorable viatique rendit l’esprit à Dieu, & fut ensevely au mesme endroit par les Chrestiens qui accoururent là de toutes parts.

Il faut advouër que nostre Chronopius estoit le premier mobile de tant de saincteté que nous verrons durant son Pontificat dans ce Dioceze (en marge: Venant fort. loc. cit.). Ce sainct Evesque voyant le calme en la Religion (en marge: Grande saincteté dans le Perigord), s’estudia au possible de reparer les breches causées par les malheurs passés, reédifiant les bastimens sacrés que la furie des Gotz avoit bruslés & desmolis, pour s’edifier dans le Ciel une maison permanante sur des fondemens eternels.

Il est temps de revenir dans la maison du Comte du Perigord Foelicissime pour accompagner le despart de son petit fils Euparche (en marge: S. Sibard), qui poussé du sainct Esprit, ayant à desdain le monde & ses vanitez (en marge: Chronic. S. Eupar. Surius loco cit.), apres 15 ans de sejour s’en va à la desrobée en Espagne au monastere Caedasian, vers l’Abbé Martin reputé pour tres sainct personnage, ou estant receu & employé des son premier novitiat à labourer la terre & autres services ruraux (en marge: Euparchius fit monachus), sa ferveur luy fait trouver ce joug tres-doux; voire en son humilité il devance tous, & Dieu l’honnora par plusieurs actions miraculeuses qui commencerent à le rendre recommendable au public; mais voyant qu’il trouvoit en ce lieu l’honneur qu’il avoit quitté se resolut 15 ans apres de revenir encor

 

― Page 121 ―

 

de par deça, incogneu aux yeux du monde, avec ses pauvres habits, pour triumpher plus à plain de soy mesme parmi les siens (en marge: Redit ad suos ignotus); toutes-fois tant plus il se cachoit tant plus Dieu manifestoit son merite; car à Bourdeaux il resuscita miraculeusement un mort qu’on portoit en terre, ce qui l’obligea pour esviter l’honneur de s’en fuir en Engoulesme, ou ayant fait le mesme miracle (en marge: Miracula), il fut recogneu par l’Evesque du lieu Anthoine qui s’efforça à son possible de le retenir dans son Dioceze pour y fructifier. Le S. rancontra soudz les murs de la ville un vieux & petit oratoire fort solitaire qui l’attiroit pour y vivre & finir ses jours en reclus, suivant la coustume pour lors fort practiquée (en marge: Reclusus Engolis.); ce que pourtant il ne voulut executer sans le congé de son Abbé, mesme de son Evesque nommé Sabaudes, lequel obtenu par delegation expresse il s’y renferma, & ensevelir tout vivant, y vesquit durant 40 ans, y mourut presque centenaire apres plusieurs miracles, speciallement il avoit le don de donner la liberté aux prisonniers & criminels, comme asseure S. Gregoire de Tours son contamporain (en marge: Gregorius Tur. de glori. confess.), l’ayant appris de la bouche mesme du Comte d’Engoulesme, qui non sans estonnement en avoit esté spectateur.

La traditive du Perigord observée par Guidonis qui de son temps escrivit la fondation des Convens de cette Province des freres Prescheurs (en marge: Ma. sc. B. guidonis ex Archi. Predic.), porte que S. Euparche avant sa reclusion bastit à Perigueux un monastere (en marge: Abbaye de S. Euparche), & fut Ab-

 

― Page 122 ―

 

bé de plusieurs religieux au mesme lieu ou est aujourd’huy le convent de leur ordre. Notandum, dit le manuscript gardé dans les archives de leur convent de Bourdeaux, ex antiqua traditione seniorum quod in praesenti loco ubi nunc est conventus praedicatorum, fuit antiquitus abbatia in qua sanctus Euparchius de nobili prosapia comitum Petrochorensium trabens originem monacus & pater extitit monacorum, quae ut fertur destructa & desolata fuit quando Petrachoriorum civitas fuit devastata circa annum Domini octingentesimum quadragesimum.

Durant sa reclusion l’odeur de sa saincteté ne demeura pas renfermée dans l’enclos de sa grotte: ains attira à soy plusieurs amateurs de la vraye sagesse qui se mirent soubs sa saincte & paternelle direction, specialement (en marge: Sainct Astier) Asterius jeune Gentilhomme de 12 à 15 ans (en marge: S. Asterius eremicola), fils du sieur de Puy-de-Pont, que les antiens manuscrits apellent Pontis podium (en marge: Ex manusc. anni 1050), distant 3 lieuës de Perigueux, lequel au bruit de la saincteté de sainct Euparche renonçent aux plaisirs & grandeurs de sa maison, mesprisant l’instruction (en marge: Origo & nobilitas) que ses parens encore idolatres luy faisoient donner par les bonnes lettres, il resolut d’un courage plus que d’homme d’aller trouver cet oracle de sagesse, se desrobe à l’improviste de sa maison, traversant tout à pied bois & forests, se rend dans l’Engoumois, & apres plusieurs facheuses journées, trouve celuy qu’il avoit si affectionement cherché, voit ses religieux qui

 

― Page 123 ―

 

vivoient en Anges celestes, sans preparer de pain pour leur nourriture & sans provisions, vivans des liberalitez journalieres qu’on leur apportoit; il fut si divinement espris du desir d’imiter ces hommes celestes, qu’enfin il demande & reçoit l’habit de religion soubs la direction de ce sainct Abbé (en marge: Fit Monachus Engolismensis), & secondé de la grace d’en haut, dans peu il devança en ferveru & vertus les antiens.

Environ l’age de 20 ans ayant jetté bien avant les racines de la religiosité, il se souvient que ses parens estoient encore gisans à l’ombre de la mort dans l’idolatrie (en marge: Ad suos redit); il eut inspiration de les aller secourir par son example & doctrine, pour donner la vie de l’ame, à ceux qui luy avoient baillé celle du corps, il consulta ce mouvement avec l’homme de Dieu, qui le jugea venir du Ciel, & apres le baiser de paix mouillé de l’armes reciproques, luy donna sa benediction & congé du despart.

Le voicy de retour dans sa maison servant d’estonnement par son habit & sa vie, à tous ceux qui l’avoient veu dans ses grandeurs, & non sans un grand regret trouve que ses pere & mere estoient desja morts dans l’idolatrie; il attaque ses freres & leurs domestiques, les cathechise, les convertit, les baptise (en marge: Domesticos baptisat); les freres en revenche luy presantent sa cottité d’heritage, il la receut; mais pour leur rendre liberalement une moitie (en marge: Bonis renunciat), & despartir l’autre aux pauvres & necessiteux, ne se reservant pour

 

― Page 124 ―

 

soy mesme que la providence de son Dieu; de ses nobles freres est descenduë la maison qui depuis fut appellé de sainct Astier quittant le nom de Puy de Pont; aujourd’huy il est assez incertain si elle est tombée au sieur des Bories, où bien a sieur Deuliadiu, où au sieur de l’Isle, tous se disent appartenir selon le sang à ce glorieux sainct, & devoir joüir des privileges qui jadis feurent donnés à sa famille dans le Chapitre de sainct Astier, je laisse l’affaire indecis.

Pour la seconde fois nostre mespriseur du monde quitte son chasteau se couvre d’un sac, pieds nuds, se retirant cougneu à Dieu seul dans la grand forest (en marge: Fit eremicola) qui estoit vers le couchant, & rencontrant par bon-heur dans la solitude de ce bois, une agreable fontaine qui sortoit de la terre pour arrouser quelques plantes que la nature faisoit croistre tout à l’entour du ruisseau, voyant aussi tout contre un grand faux naturellement cruzé; ha dit-il, voila ce que j’ay tant cherché! Dieu m’envoye icy tout mon ameublement; voici mon toict, mon lict, ma cave, mes greniers qui ne me donneront de divertissement de servir a mon Dieu. Là il desseigne son sejour, l’aproprie d’un petit oratoire basti a la rustique; speciallement il ramasse comme dans un bain l’esgout de sa petite fontaine pour luy servir de repercutif contre la flamme de la concupiscence, & lors qu’elles aloient accueillir jusques dans le desert, il se jettoit dans

 

― Page 125 ―

 

ceste eau glaciale, qui depuis a servi de bain miraculeux aux malades qui s’y lavent.

Dieu ne voulut pas qu’un si rare diamant demeurast plus long temps couvert soubs sa roche; car par bon rencontre un païsan d’alentour cherchant par le bois quelque simple pour se guerir d’une maladie qui l’affligeoit, rancontra l’hoste de ce desert, qui meu de compassion luy donna miraculeusement la guerison au nom de Jesus-Christ (en marge: Agnoscitur ex miraculo), & pour payement le pria de tenir secret son Medecin; ce qu’il ne peut obtenir de celuy qui avoit receu ce bien fait. Les voisins affligez de maladie accourent de toutes parts, apportent au Sainct quelques presens, il se contente de recevoir du pain d’orge & quelques legumages, renvoyant le reste; ainsi il continua plusieurs ans, menant une vie toute celeste.

Revenons à Chronopius qui voyant son bastiment de l’Eglise S. Front parachevé, jugea bon de transporter le corps de ce glorieux Apostre hors la petite Chapelle (en marge: Translation de S. Front) qui avoit esté commencée par luy durant son vivant, du costé que nous voyons aujourd’huy le grand degré pres l’Autel dedié à saincte Catherine (en marge: Brev. Petrochor. in transl. S. Frontonis), il fit colloquer ceste precieuse relique au milieu de la nef qui nous reste encore de ce segond edifice du costé du cloistre, different en fabrique du troisiesme bastiment qui sera fait par Froterius.

Ce fut le 6 d’Octobre qu’on fit ce transport avec beaucoup d’hymnes, cantiques, & magni-

 

― Page 126 ―

 

ficences, (en marge: Miracles) Dieu honorant le corps du sainct par signalez miracles (en marge: Ma. scr. B. Guid. in sanctorali); car 7 paralitiques eurent leurs membres affermis, 4 aveugles furent illuminez, le feu de 10 malades qui brusloient entre chair & cuir fut estaint; mal qui à esté fort ordinaire en France, pour lequel on fonda à Paris la Chapelle des ardans.

Louys Roy de France (en marge: 514) & recogneu pour le 7 Roy d’Aquitaine (en marge: Annal. aquit. du Bouchet), mourut l’an 514 laissant trois enfans legitimes Childebert, Clodomire, & Clotaire (en marge: Fils de Clovis); Cledomire eut pour sa part le Royaume d’Aquitaine & d’Orleans (en marge: Clodomire Roy d’Aquitaine), partant il est recogneu le 8 Roy; mais enfin Clotaire eut tout le Royaume ses freres estans decedez sans hoirs (en marge: Clotaire Roy d’Aqui.), ainsi nous le contons le 9 Roy d’Aquitaine, jusques à l’an 564.

Environ le mesme temps mourut le grand ami de Dieu (en marge: S. Sacerdos), Sacerdos fils d’un tres sainct & riche bourgeois de Bourdeaux (en marge: S. Sacerdos ep.), qui l’avoit presante à baptesme & Antitius ou Anicius (en marge: Brev. Petrocho. 4 Maii), lors qu’il estoit avec son armée au Bourg de Calabre en Perigord (en marge: Son origine), par laquelle il estoit recogneu pour souverain, & dans les vieux Breviaire est appellé Rex Aquitaniae; il donna en propre à ce sien filleul tout le Bourg (en marge: Brev. sarlatens.) où nagueres il estoit né, qui aujourd’huy est nommé Calviac. Sainct Capuanus Evesque de Cahors (en marge: Act. ep. Caturc. de Cruce.) print en charge la conduite de ce noble enfant, qu’il destina au clergé. Estant devenu grand il revint dans sa Seigneurie de Calabre, ou il fut tellement espris de l’amour de la vie religieuse,

 

― Page 127 ―

 

qu’il se rendit mesmes dans l’Abbaye de ce lieu ou vivoient 40 Moines avec beaucoup de saincteté (en marge: Religion); il leur donna en propre tout le domaine que son parrin luy avoit baillé (en marge: Brev. Sarlat.). De là a quelque temps il fut esleu Abbé vivant avec tel esclat de miracles, que dans ce mesme bourg il nettoya un lepreux, & y redonna la vie à son propre pere, d’autant qu’il avoit sceu qu’il estoit decedé sans avoir receu d’adorable sacrement du corps de Jesus-Christ; ce sainct homme accourut à la maison de son pere se prosterna en terre devant le cadavre, (en marge: Miracles) fait une longue priere, apres laquelle prenant la main du deffunct, luy commanda au nom de Jesus-Christ de se reveiller du sommeil de la mort, le pere obeit au fils qui parloit au nom de l’auteur de la nature. Il luy porte promptement le sacré viatique, luy demande sa benediction paternelle, apres laquelle derechef il rendit son esprit à Dieu.

Ce sainct Abbé (en marge: Evesque) fut fait Evesque de Lymoges, Democares (en marge: Democ. in tab. ep. Lemov.) le met le trentiesme en rang. Mais dans la grandeur pontificale il souspire derechef apres le repos de son Abbaye, il veut aller mourir dans le bourg de Calabre ou il avoit receu sa double naissance. Dans ce voyage il mourut à Argentat en Lymosin (en marge: Mort). De là son corps fut porté par la Dordogne dans un bateau qui vint aborder à sa maison paternelle (en marge: Martyro. tom. 4 Maii) où sa bonne mere devenue aveugle de long temps, touchant la biere de son fils soudainement receut la veue (en marge: S. Mundana), il fut enseveli dans l’Egli-

 

― Page 128 ―

 

se qu’il avoit fondé. Le martyrologe romain met son decez quarto Maii in territorio Petrachoricensi.

Quelque temps apres durant la persecution des infideles qui restoient encor’ en France (en marge: Martyr), lors que la bonne mere (en marge: Saincte Mundane) en priant rendoit ses veux & ses l’armes sur le sainct sepulchre de son fils, ces barbares entrent dans l’Eglise, massacrent cette saincte nommée Mundane, où les Chrestiens l’ensevelirent, & depuis on fait bastir tout proche une Eglise à son honneur.

Nous honnorons (en marge: S. Eumachius pres.) aussi dans ceste province la memoire de sainct Eumache où Eumay Prestre natif (en marge: S. Eumache) en Icelle d’une famille honnorable; mais plus relevée par ses vertus toutes heroiques, veu que par une saincte humilite cachant ses merites il s’estoit mis au service d’une Dame nommée Boëze pour la servir de valet de peine; elle l’employoit à garder les haras des jumans qui sont au long de la riviere de l’isle (en marge: Brev. Petrochor.), s’agreant fort du service qu’il luy rendoit; jusques à ce qu’un grand despit la saisit sur ce qu’il ne se gardoit aucun habit pour couvrir son chetif corps, ains les donnoit aux pauvres qu’il jugoit en avoir plus de soin que soy mesme, enfin estant congedié de ceste maison il se retire dans quelque lieu à l’escart nommé Fons calidus, passant sa vie incogneuë au monde (en marge: Vertu cachée); mais recogneuë & avoüée de Dieu qui ne permit ceste lumiere demeurer plus longtemps cachée soubs le muy manifestant sa saincteté

 

― Page 129 ―

 

dans les rigueurs de l’hiver, lors que la neige avoit couvert tout hormis sa petite logette & cinq ou six pieds au tour; voire un Aigle volant extraordinairement, & rodant sur son chef le fit remarquer de plus pres (en marge: Descouverte), & prendre garde à ses abstinances continuelles, à ses discours tous divins, à sa vie toute evangelique. Estant ainsi descouvert il fut honoré pour ce qu’il estoit (en marge: Breviari. Petroch. 3. Janu). Apres son decés ayant veu ses miracles ordinaires on dressa des Eglises en son nom. Le Breviaire de la province l’honnore au troisiesme jour de Janvier, sans mettre le temps de sa mort, d’autant que jamais la conclusion des legendes des saincts n’estoit leuë dans le choeur; ains la segonde partie estoit gardée pour la lecture du refectoir, ce qui est remarquable pour ce subject.

Le segond Concile d’Orleans (en marge: 536) fut tenu l’an 536. Le I. de Sylverius Pape, le 10 de l’Empereur Justinian, 22 de Childebert Roy des François (en marge: 2 Concile Aurel. anno 536), il fut composé de 30 Evesques assemblez (en marge: Concile d’Orleans), ex perceptione gloriosissimorum regum, pour ordonner ou plustost renouveler les constitutions & ordonnances Apostoliques, qui desja estoient abolies en plusieurs endroits. Chronopius y assista & souscrivit aux 22 articles qui y furent conclus, tant pour l’habitation & sepulture des clercs, que pour les empeschemens du mariage, deffendens d’ordonner de là en avant des Diaconesses lesquelles jusques à present on nommoit pour servir au baptesme des femmes (en marge: Conclusions). Sur tout nous re-

 

― Page 130 ―

 

cognoissons que dans ces provinces voisines l’on sacrifioit encore aux faux Dieux (en marge: Actuum l. 5 v. 29 & 21 v. 25. Et l. Cor. 10 v. 19), puis que l’article 20 renouvelle la deffence que fait l’Apostre de manger des viandes offertes aux Idoles. Nous ne pouvons sçavoir le rang que nostre Evesque tenoit en ce synode; car quelque ignorant scribe, suivant ce que remarque le docte Fronto Duceus (en marge: Schol. Front. Duc. in cons. Aurel.), a mis les noms de la signature du Concile par ordre alphabetique, & non suivant la presseance, comme il estoit dans l’original. Roritius Evesque de Lymoges, celebre en saincteté, escrit à nostre Evesque une missive toute honorable (en marge: Lettre de Roricius), qui est dans le tome epistolaire de la Bibliotheque des Peres (en marge: Biblioth. Pat. tom. epistol.). Domino suo & peculiariter in Christo Domino patrono Chronopio Episcopo, Ruritius Episcopus, commence, in ordinando grege Domini, l’exhortant à la mutuelle paix & concorde, & à la fin quamobrem studio charitatis non cupiditatis cum his ad sanctitatem vestram presbiterum meum pro diocesi Gemiliacensi, unde jam pridem vobis scripseram destinavi, ne si tacuissem negligentiae deputaretur non concordiae. Par ou nous voyons que desja dans le Perigord on avoit fait la distinction des paroisses, puisque Gemillac y est nommé, & que chacune estoit gouvernée par des Curez nommez Chorespiscopi, qui recevoient ce bien de l’Evesque, & avoient la moitié du revenu, qu par apres à cause de ce fut nommé beneficium.

Enfin Chronopius aagé de 80 ans, chargé de vieillesse, comme l’ethimologie de son nom

 

― Page 131 ―

 

le porte, changea sa demeure terrestre en la celeste (en marge: Mort de Chronopius), suivant la conclusion de son epitaphe (en marge: Venant fort. loc. cit.).

 

Ipse bis octono vixit in corpore lustro,

Hinc tibi pro meritis est sine fine dies. (j)

 

 

 

Charterius Evesque

Gontran 10. Roy d’Aquitaine.

 

Clotaire recogneu par le neufiesme Roy d’Aquitaine (en marge: L’an de Jesus-Christ 564), meurt l’an 564 laissant quatre enfans Childebert, Gontran, Chilperic & Sigisbert. Gontran eut de sa part Orleans & Aquitaine (en marge: Grego. Turo. lib. 5 c. 39; Dubouchet p. 2 c. 5), il posseda comme le dixiesme Roy ce Royaume durant neuf ans (en marge: Roys d’Aquitaine); auquel temps son frere Chilperic, sans que les Evesques de France l’eussent peu appaiser, mit sur pied une grosse armée, la donna en charge à son fils Theodebert ou Thiebert, pour envahir l’Aquitaine sur son oncle (en marge: Gontran Roy d’Aquitaine); defaict par le Duc Didier il fit des courses & tous actes d’hostilité possible dans les provinces du Perigord, Lymosin, Agenois & Quercy (en marge: Chronic. Gilles nicol.), Monasteria servorum & ancillarum Dei devastans, monachos sive Clericos tormentis, sanctimoniales vero turpibus dehonestamentis afficiens, ut talis visus sit Aquita-

 

― Page 132 ―

 

nicis, qualis visus fuit Diocletianus catholicis, dit la chronique de Gilles (en marge: Persecution). Il destruisoit villes, chasteaux ne pardonnant mesmes aux Eglises, massacrant les Prestres, violant les filles, & autres plus grands actes de cruauté que jamais les Huns, Vvandales & autres Barbares n’avoient fait. Enfin s’estant saisi des villes capitalles Agen, Perigueux, Lymoges, & autres, il mit par tout de nouveaux Comtes (en marge: Comtes) pour le gouvernement, affin d’imposer & exiger à son gré de nouveaux tributs, prenant voire la troisiesme partie des usufruicts tant de l’Eglise que des autres; ce qui maintesfois causa de grandes revoltes, specialement dans ceste province: car les Thresoriers & Sargens voulant lever ces impositions, dans une sedition furent massacrez.

Ces remuemens occasionerent à nostre Evesque Charterius un affaire d’importance (en marge: 573), par la calomnie qui luy fut tramée par un sien Diacre, repporte que Gregoire de Tours (en marge: Gregor. Turo. hist. lib. 6 p. 22) en son histoire des François, disant que Nonnic gouverneur de Lymoges pour Chilperic, surprint & arresta deux porteurs de lettres, escrites soubs le nom de Chartier Evesque de Perigueux (en marge: Chartier Calomnié), par lesquelles ils se pleignoit, d’estre tombé de Paradis en Enfer, c’est a dire du gouvernement de Gontran pour obeir à Chilperic, avec plusieurs autres mots de fiel & d’offence contre son souverain. Le paquet estant porté à Paris au Roy, l’Evesque, quoy que innocent, est

 

― Page 133 ―

 

cité à comparoistre comme criminel de leze Majesté. Il se presente, maintient de faux les lettres, dit qu’elles luy avoient esté supposées, & contrefaites par un sien Diacre Frontonius son ennemi capital, & qui maintesfois luy avoit joué de telles perfidies (en marge: Fauchet. ex Greg. Turon.). Sur ces responces Frontonius est cité, il comparoit, advouë comme convaincu que les missives estoient de vray escrittes de sa main (en marge: Convaint le faucere); mais que son Evesque Chartier ennemi capital de sa Majesté, & fauteur de ses ennemis, luy avoit dicté le contenu. Pour lors le bon Evesque aidé du secours d’en haut fit recognoistre à sa Majesté son innocence, & le crime du cycophante, duquel le Roy ne voulut faire justice, jugeant ce crime trop enorme pour estre punu par la justice des hommes; mais il remit la punition entre les mains de Dieu, & supplia l’Evesque acusé injustement de vouloir pardonner à son ennemi un tel attentat sur son honneur, & prier Dieu pour sa conversion; ainsi il le renvoya avec beaucoup d’honneur & plainiere justification, Dieu ne differa pas long temps à vanger la querelle de l’innocent (en marge: est absous); car deux mois apres Nonnie Compte de Lymoges qui avoit diffamé un tel scandale sanguine percussus interiit, dit Gregoire de Tours, mourut d’une emorragie de sang, ou dissanterie (en marge: Punition); & parce qu’il estoit decedé sans enfans, le Roy distribua ses biens à ses favoris (en marge: Loco citato).

Gontran donna le Royaume d’Aquitaine à

 

― Page 134 ―

 

Sigebert Roy de France Bourguinonne l’an 573 (en marge: 573) qui contraint par apres Theodebert à se refugier dans Bourdeaux (en marge: Sigebert Roy d’Aquitaine) pour se garantir au-devant de sa furie (en marge: Troubles en Guyenne), mesme l’ayant deffaict, demeura possesseur de toute l’Aquitaine (en marge: Annales Gelliae); mais il fut assasiné par le menée de Fredegonde femme de Chilperic (en marge: Anna. Aquit.), qui posseda l’Aquitaine l’an 578 (en marge: 578). En fin l’an 587 Chilperic meurt laissant Fredegonde (en marge: 587), avec son fils Clotaire de 4 mois, elle se jetta entre les bras de Gontran qui favorisa leur parti contre Childebert fils de Sigisbert (en marge: Chron. Burdig.), desja recogneu par plusieurs comme legitime successeur, & le douziesme Roy de Guyenne, ce qui causa de grandes guerres & divisions en l’Aquitaine. A la par fin Childebert demeure libre possesseur fuyant l’accort fait (en marge: Childebert Roy d’Aquitaine); & l’an 584, le 6 de son regne (en marge: 584), il pleut à Dieu donner recompence de ses travaux au bien-heureux sainct Euparche (en marge: Chroni. S. Eupar. & Corlieu), il deceda apres 80 ans de vie (en marge: S. Cybard meurt), ayant par l’odeur de sa rare saincteté ambaumé pour jamais le Compté du Perigord.

Au mesme temps mourut à Glanfeuil S. Maure disciple du Patriarche sainct Benoit, qui avoit honnoré le Perigord de sa presance, lors qu’il fit bastir l’Abbaye d’Aubeterre (Annal. Aquit. Dubouc. 4. part.), dont il fut Abbé (en marge: Sainct Maure à Aubeterre), à ce que remarque Dubouchet en ses Annales d’Aquitaine; c’est-là que durant quelque temps son sainct Corps à reposé avant qu’il fut transporté à Paris au Monastere des Religieux de son Ordre appellé sainct Maur des fossez. La fabrique toute prodigieuse de

 

― Page 135 ―

 

ceste Eglise m’oblige à faire admirer ceux qui ne l’on veu, comme tout ce grand edifice assez clair, & beau, est basti d’une seule pierre entailliée; du milieu de la voute distille perpetuellement une fontaine; & au haut du roucher est basti le chasteau du Seigneur d’Aubeterre (en marge: Ibid.), & je m’estonne avec Dubouchet de ce que les Cosmographes ne parlent pas ce ceste rareté.

Desja plusieurs Abbayes de la province du Perigord estoient celebres en saincteté, specialement à Genouillac (en marge: Abbaye de Genouiliac), l’Abbé Canalis conduisoit à la perfection plusieurs saincts Moines (en marge: Breviar. Petroch. & Sarlat die I feb.) qui de toutes parts se rangeoient à sa saincte pedagogie; Dieu voulut honorer cette Abbaye de trois saincts personnages desquels l’Eglise du Perigord faisoit jadis la feste en divers jours, comme je trouve en l’ancien Breviaire de la province. Ce fut les saincts Sorus, Amandus, & Cyprianus qui poussez d’un mesme zele à un mesme jour quittans le siecle se rendirent religieux dans ce Monastere; le Legendaire y met un quatriesme, cum Rege Clotario. Mais je ne puis juger que Clotaire aye volu se ranger à la vie solitaire, peut estre qu’il faut dire, cum Rege Clodoüaldo ou Cloüaudo (en marge: S. Clouaud); car je trouve dans les Annales d’Aquitaine (en marge: Annales Aquit. part. 2 cap. 4), qu’environ ce temps le Roy Clotaire ayant tué de ses propres mains ses deux nepveux qui pouvoient aspirer au Royaume de Clodomire leur pere; le troisiesme fils qui devoit heriter à ce Royaume nomme Clodoval, ou Cloval, fut sauvé a mis dans

 

― Page 136 ―

 

un Monastere ou depuis il vescit si sainctement que sa vie fut plaine de miracles (en marge: Legenda S. Clod. pèr Theobald), le vulgaire le nomme sainct Clou, l’extrait du Legendaire fait par Tybaut l’Abbé rend le mesme tesmoignage.

Pour S. Sor. Il estoit fils des parens chrestiens (en marge: S. Sour), son païs estoit l’Auvergne, sa vie pesevera en la reclusion, dans laquelle comme dans un sepulchre il s’estoit volontairement enseveli tout en vie pour vivre & mourir seul à son seul Dieu, & ceste façon de vivre en reclus estoit du commancement fort pratiquée dans le Perigord, à l’imitation des Abbayes sainct Medart, & sainct Denys en France (en marge: Chronic. Benedict. to. 1); comme l’observe la chronique de sainct Benoit; car nous voyons prés de nos ancienes Abbayes leur sellule pour l’ordinaire entaillée dans quelque roche. Pierre de Cluny (en marge: Pet. Cluniac. l. 3 ep. ad Giselb. recl.) surnommé le venerable, escrivant à Giselbert Reclus (en marge: Reclus), nous aprend qu’elle estoit cette vie, & que celuy la volontairement pour se destacher tout a fait de la conversation du monde, choisissoit une petite sellule de dix ou douze pieds, bastie non gueres loin de l’Abbaye, & s’estant retiré dans cette grotte avec congé de son Abbé, l’on fermoit de murailles sa porte, luy laissant une petite fenestre par laquelle il recevoit la viande spirituelle de l’adorable sacrement pour son ame, & la nourriture de son corps par les aumosnes qu’on luy apportoit; les uns se renfermoient pour dix ou douze ans, les autres pour toute leur vie,

 

― Page 137 ―

 

& Dieu souvent honoroit ces ames contemplatives des dons de prophetie, de miracles, & autres vertus surnaturelles, non sans admiration & estonnement du peuple qui les venoit visiter (en marge: Estat de vie dangereux); mais comme la tigne se met au meilleur drap, souvent plusieurs de ces reclus au rapport de Gregoire de Tours (en marge: Grego. Turon. de Glori confess.) se renversoient la cervele, d’autres comme dict Pierre le Venerable (en marge: Petrus Clun. lib. 3 epist. ad Giselb.), souvent succomboient à des grandes & effroyables tentations desquelles ils estoient ordinairement accueillis; ce qui occasiona le 2. Concile national tenu à Tolede l’an 664 (en marge: Conc. Tolec. 7) d’ordonner que le congé de la reclusion fut seulement accordé aux vieux soldats aguerris en la milice spirituelle. La foiblesse de nostre siecle ne permet aujourd’huy se si frequantes espreuves qui pour lors estoient ordinaires, comme nous verrons encores davantage.

Revenons aux compagnons de S. Sor qui pensans demeurer incogneus au monde en l’Abbaye de Genoulhac (en marge: Breviar. Pet. 1 feb.), virent en peu de temps aborder un concours de peuple, qui importunement de tous costez se randoit en ce lieu (en marge: Moines trop visités), les uns pour veoir le changement de la dextre du tres-haut fait en ses Nobles mespriseurs du siecle, les autres pour faire à leur imitation divorse avec le monde (en marge: se retire); ainsi cet applaudissement populaire les feit souspirer apres quelque plus estroite & sauvage retraitte: S. Aman natif d’une noble maison du Lymozin (en marge: S. Amant) choisit pour son lot non guieres loing de son amy (en marge: Annales Aquitan.) la solitude qui

 

― Page 138 ―

 

encores aujourd’huy est renommée par l’Abbaye qui est en partie sur pied prés de Tarraçon en Perigord. N’oublions pas de donner icy lieu à l’honorable memoire de S. Cyprian (en marge: S. Cyprian) troisiesme compagnon de S. Sor, puisque les anciens Historiens ont si fort loué ses merites, sans pourtant nous cotter le temps de sa vie, ni de son deces; toutesfois je conclus qu’il mourut Abbé d’un monastere de Perigord environ l’an 590 pour le plus tard (en marge: 590), puisqu’il ne pouvoit estre en vie l’an 595 car S. Gregoire de Tours, qui escript ses miracles & sa mort (en marge: Baro. tom. 8 an. 595), deceda cet an là, suivant la supputation du Cardinal annaliste. Petrus de natalibus (en marge: Petrus de nat. lib. I cap. 51) en son cathalogue des saincts dict qu’il estoit, apud Petrochorae civitatem vir magnificar sanctitatis & clarissimus in miraculis, requiescens in pace. S. Gregoire de Tours (en marge: Greg. Turo. de glor. Confess. cap. 100) en parle plus au long, Cyprianus Abbas Petrochorici oppidi, magnificae sanctitatis vir fuit, per quem Deus multa miracula in hoc mundo operari dignatus est (en marge: Miracles); car dit-il, souvent il renforca les mains debilitées de Chyragre, donna le marcher aux paralitiques, aux aveugles la veüe, nettoya trois lepreux les oignant de l’huyle sainct, mesmes aujourd’huy, dit-il, si les malades s’adressent à son sepulchre, ou s’ils l’invoquent, ils sentent son secours opportun; Tritemius (en marge: Trit. lib. 3 de viris Illustr. cap. 53) mettant par rolle les hommes illustres de l’ordre S. Benoist luy baille encores le titre de tres docte. Cyprianus Abbas Monasterii Petrochorensis, vir scientia & morum sanctitate valde

 

― Page 139 ―

 

venerabilis, suae sanctitatis monumenta ingentia reliquit. Il deceda le 9 Decembre, auquel le Martyrologe Romain met sa mort (en marge: Martyr. Roman. 9 decemb.), & quelque temps apres l’on bastit à deux lieuës de Sarlat un prioré conventuel de l’Ordre sainct Augustin, lequel jadis à esté tres-bien servi; puis que suivant le vieux cartulaire de ceste province (en marge: Cart. Dioces. Petroch.), il y avoit les dignitez ou offices suivans. Le Prieur conventuel, le Secrestain, le Chantre, l’Ouvrier, & le Clerc, vingt-deux Chanoines tant forains que residans, & deux Chapelains; plusieurs priorez dependoient de leur nomination, aujourd’huy nous lisons dans les ruines de ceste Eglise quel à esté autresfois cet edifice basti à l’honneur du sainct; mais ne nous arrestons au narré des ancienes. Nous voyons que dans un corps cacochime les humeurs vont fondre sur la partie la plus foible; ainsi tout ce qui estoit de seditieux en France, vint fondre sur l’Estat de Clotaire, à raison de sa minorité. Specialement un signalé imposteur nommé Gondouauld, ou Gombauld (en marge: Gombaud imposteur), duquel parle Gregoire de Tours (en marge: Gregor. Tur. hist. Franc. li. 6 c. 10), à la faveur de Mommol, & d’Idier gouverneur du Languedoc, s’en vint avec quelques troupes en Aquitaine, estant à Brive appellée Currecia, & qui appartenoit au Dioceze de Perigord (en marge: Aymonl. c. 61 li. 3), jusques à ce que le Pape Boniface de la maison de Turene la transporta à l’Evesché de Lymoges; ce fut là que les soldats creerent & recogneurent

 

― Page 140 ―

 

Gombaud pour Roy en tiltre de fils du deffunct Clotaire. On l’esleva sur un pavois, le portant autour de l’armée suivant la coutume d’inaugurer les Roys de France; de la ses trouppes grossissant de jour à autre, il s’en va à Engoulesme, où il fut accueilli comme Roy, recevant le serement de fidelité, comme il faisoit en toutes les villes des Estats de Gontran, & de Clotaire. De là il repassa en Perigord (en marge: Resistance), vers la ville capitale, qui mieux aprise que les autres, ayant à coeur l’obeyssance qu’elle devoit à son legitime Roy, luy ferma les portes, specialement le zele du bon Evesque Chartier parut grandement pour animer le peuple à tenir bon contre le nouveau Tyran; mais l’issuë ne luy fut favorable; car la ville demeurant sans esperance de secours du dehors, & le siege grossissant à l’encontre pour la forcer, les habitans furent contraincts de le recevoir; ce fut là que nostre prelat fut traicté tres indignement par cet ambitieux tyran, qui l’outragea griesvement & inhumainement; par ce, disoit-il, qu’au lieu de venir au devant de son Roy & de son souverain, il avoit fait rebeller ses subjects à l’encontre de sa Majesté (en marge: Cruautés). Autant en arriva à l’Evesque de Tolose Magaulphe; car apres l’avoir cruellement battu & tourmanté, il le chassa de son Evesché & le donna à un autre. L’Evesque de Caors Ursissin (en marge: Act. epis. Cadur. per D. de Cruce), espouvanté par les mauvais traictemens de ses voisins, receut Gombault (en marge: Foiblesse), comme aussi l’Evesque de

 

― Page 141 ―

 

Bourdeaux; mais au Concile de Mascon, dont nous parlerons bien tost, il furent punis, comme remarque Gregoire de Tours (en marge: Greg. Tur. loco citat.), encores que M. de la Croix dans les actes des Evesques de Caors propose cette difficulté, comment si Ursissin fut excommunié & interdict durant trois ans? neantmoins il se trouvera dans la signature de ce Concile avec les autres Evesques (en marge: 588)? Parmi ces grandes revolutions l’Estat de l’Eglise recevoit en Guyenne & ailleurs de grands dechecs, les Pasteurs n’estans assez vigilans sur leur troupeau (en marge: Desordres Ecclesiastiques); car la guerre, mere de confusion, avoit desbandé toute l’ancienne discipline; de quoy le Roy Gontran se prenant garde, & que son Estat tomboit & deperissoit de jour en jour, Dieu chastiant sur son peuple le desordre & mespris de ses loix, il se resolut de supplier les Evesques de son Royaume (en marge: Concile), de s’assambler à Mascon pour y tenir un Concile, duquel nous avons quarante Canons ou articles, & quoy que ce fut un Concile Provincial (en marge: Conc. matisc. 2 conc. ann. 588); mais parce que tous les metropolitains, avec les Evesques suffragans de son Royaume, se rendirent à ce Concile au nombre de soixante-deux, il est appellé le second Concile general de Mascon. Les plus remarquables Prelats furent, Prisque Evesque de Lyon, Pretextat de Rouan, Theodore de Marseille, Sulpice de Bourges, & nostre Evesque Charterius; leurs noms ont esté mis à la signature du Concile par ordre alphabetique

 

― Page 142 ―

 

par quelque ignorant scribe contre la coutume des signatures des Conciles; ce que desja je remarque deux ou trois fois (en marge: Vide supra anno 538 pag. 130). Dans ces articles (en marge: Conclusions) les Evesques renouvellent plusieurs ordonnances faites aux Conciles generaux, specialement de garder exactement le sainct jour du Seigneur, & en suitte nous voyons l’ordonnance du Roy Gontran à tous les Evesques Prestres & Juges de son Royaume, de observando die Dominico; exhoratant au reste tous les Prelats assemblez de veiller sur les pechez de leurs brebis, pour d’ivertir de son Royaume le fleau de Dieu, de les visiter, leur prescher par eux mesmes & non par commis lesquels dit-il, malis operibus consetiendo venalitatem exercent, aut iniqua quibuscumque spolia inferre presumunt, pleust au Ciel! que tousjours les Roys à l’exemple de celuy-la recogneussent que les maux qui traversent leurs Estats, viennent du Ciel en punition des pechez de leurs subjects.

Quelque temps apres ce Concile, mourut ce bon Evesque Charterius, (en marge: Chartier meurt) duquel nous avons veu deux espreuves notables de sa pacience, l’une par la calomnie de son Diacre Fronton, l’autre ayant refuse de recevoir le Tyran Gombauld, qui en fin perit miserablement à Cominges, comme escrit Aymoy & Gregoire de Tours (en marge: Aymo et Greg. loc. cit.). (k)

 

― Page 143 ―

 

Saffarius Evesque

Childebert Roy d’Aquitaine.

 

(en marge: L’an Jesus-Christ 590) Quand l’ambition se met dans les cloistres, à mesme temps elle faict paroistre au public d’estranges paroxismes, comme il arriva à Poictiers dans l’Abbaye de saincte Croix, deux ans apres la mort de sainct Radegonde fondatrice de ceste maison, ayant esté de son vivant lazile de pieté, l’eschole pour apprendre l’humilité (en marge: Desordres de Cloistre); neantmoins toutes ses filles n’avoient bien estudié ses saincts documens, & leur ambition causa de grands mouvemens presque dans tout le Royaume (en marge: Gregor. Tur. lib. 9 c. 42), parmi lesquels j’ai trouvé un de nos Evesques nommé Saffarius, où Saffraneus grandement interessé; & pour sçavoir au vray le narré de cette histoire tragique (en marge: Baron. hoc an. tom. 7), faut remarquer que saincte Radegonde auparavant sa mort, avoit composé une belle lettre, qui contenoit comme son testament & derniere volonté (en marge: La cause), adressante à tous les Evesques, Dominis sanctis & Apostolica sede dignissimis in Christo patribus omnibus, Radegundis peccatrix, elle est tout au long dans Gregoire de Tours, par laquelle elle declare

 

― Page 144 ―

 

avoir nommé & institué avec l’election & nomination de ses Religieuses sa soeur Agnes pour luy succeder en la charge d’Abbesse (en marge: Surius 10. 4 die 15 August.), les conjurant de prendre soubs leur protection & sauvegarde toute sa famille qu’elle laissoit, leur commettant la manutention de ses privileges baillez par les Pontifes, avec le serement solemnel des Roys (en marge: Fauchet ann. 594). Specialement elle leur recommande, par quelque esprit prophetique, de tenir la main a ce que tousjours l’election de l’Abbesse de son Monastere se face canoniquement par la nomination de l’Abesse mourante (en marge: 593). Deux ans apres son decez Leuboüere estoit Abesse legitimement esleuë; mais Crodiele religieuse de ce lieu, se disant fille du Roy Aribert ne la recogneut pour superieure (en marge: Ambition); ains par tous moyens voulut s’asseurer cette superiorité, & quittant le Monastere avec plus de quarante religieuses s’en alla au Roy Gontran, qui l’envoya à Tours affin d’assembler des Evesques qu’il nommeroit pour decider de ces affaires; elle impaciante de l’attante de ces Prelats se sauve aves quelqu’une des sienes dans la franchise de sainct Hilaire de Poictiers, où elle assemble plusieurs couppe-jarrets & mauvais garnimens pour se saizir du Monastere, & prendre l’Abbesse prisonniere, comme il fut faict.

Les Evesques du voisinage furent advertis tout aussi tost de ces desordres (en marge: Remedes inutiles), specialement Goundeguisille Evesque de Bourdeaux, com-

 

― Page 145 ―

 

me metropolitain, au bruit de ces mouvemens, assemble l’Evesque d’Engoulesme Nicasius & Saffarius nostre Evesque, lesquels avec Meroüé Evesque de Poictiers, qui n’avoit peu estouffer l’incende de cette sedition, se rendirent en corps accompagnes de leurs Diacres & clercs à l’Eglise de sainct Hilaire; ils tançerent aigrement ces filles mal conseillées, affin de les rappeller en leur Monastere, & lors que sur leur obstination & contumace l’Evesque voulut proceder à l’excommunication & censure contre elles & leurs adherans (en marge: Excommunication), tout d’un coup leurs satellites se mutinerent, se ruerent avec armes sur les saincts Prelats, avec telle cruauté qu’ils tomberent en terre blessez à mort (en marge: Cruautés), tantae eos in ipsa S. Hilarii basilica caede mactarunt, ut corruentibus in pavimento episcopis, Vix consurgere possent. Dit Gregoire de Tours (en marge: Gregor. Tur. ibid.); leurs Diacres & Clercs blessez s’en fuirent de l’Eglise avec telle frayeur qu’ils couroient ne scachans ou pour eviter le massacre qui s’eschauffa tellement, que deslors, vix praeteriit dies sine homicidio, hora sine jurgio, vel momentum aliquod sine fletu. Ce ne fut que meurtres, assasinats, brigandages dans la ville de Poictiers, & ce pour assouvir la cruelle ambition de cette fausse Saphira, & vraye megere de cloistre.

Nos Evesques (en marge: 593) eschappent la mort, & ayant fulminé l’excommunication contre les seditieuses, advertissent du tout les Evesques du Royaume de Gontran assemblez à Tours (en marge: Concile de Tours), qui

 

― Page 146 ―

 

leur respondirent par une missive portent ce tiltre (en marge: Concil. Tur. ann. 593). Dominis semper suis atque apostolica sede dignissimis Gundeguisillo, Nicasio, Saffario, Maroueo, aetherius, Siagrius, Aunacharius, Hesichius, Agricola, Urbitius, Foelix, Veranus, item Foelix, & Berteramnus episcopi. Par laquelle ils approuvent tout ce qu’ils avoient faict, & improuvent les deportemens de ces furies.

Childebert Roy d’Aquitaine indigné de ces desordres, envoye prier le Roy Gontran qu’il luy pleut agréer que tous les Evesques des deux Royaumes s’assemblassent pour y remedier canoniquement. Childebert nomma sainct Gregoire Archevesque de Tours, & Bregisille Evesque de Coulognie, avec Meroué Evesque de Poictiers. Le Roy Gontran, envoya l’Evesque suffragans à demy gueris de leurs blesseures pour tenir le Synode ou Concile provincial à Poictiers (en marge: Conc. Pictavi.), lesquels ne se rendirent là (en marge: Excommunication), qu’au prealable de la sedition ne fut arrestée par voye d’armes, & ayant treuvé nulles toutes les accusations qui furent proposees contre l’Abesse legitime, elle fut conservée par sentence des Evesques, & les autres furent encore excommuniées, comme il appert par les lettres que tous nos Evesques en escrivent aux deux Roys pour les asçavanter de ce qui avoit esté conclu.

Ceste desesperée n’arresta encore sa rage (en marge: 594); mais enfin l’année d’apres elle fut contrainte

 

― Page 147 ―

 

avec Basine de venir demander son absolution (en marge: Gregori. Turo. lib. 10 c. 20) aux Evesques assemblez au Synode de Soissons (en marge: Absolutions); & pour Chulderic Saxon de nation Capitaine de ces sacrileges meurtriers, quelque temps apres il mourut suffoqué de vin (en marge: Conc. Suessionens.).

Voila ce que j’ay peu observer de ce sainct Prelat qui à enduré la persecution, & mesme respandu son sang pour la deffence de la justice. Je crois qu’il n’estoit plus habil’homme & plus docte que les autres Evesques ses contemporains, tous gens de grande simplicité & assez ignorans specialement du latin, comme il se voit dans les actes Synodaux que j’ay desja cité. Nous ne trouverons rien plus d’asseuré de ces successeurs jusques à l’an 900 & suis contrainct de faire icy une notable parentese.

Cependant il nous faut rapeller (en marge: S. Astier) en memoire notre sainct Anachorete Asterius que nous avons laissé blotti dans son desert (en marge: S. Asterii vitae M.S. an. 1050), neantmoins comme l’ombre fuit celuy qui la fuit, lors qu’il pense estre incogneu au monde, le renom de ses merites s’espend par tout l’univers & vient jusques aux oreilles d’une Princesse apellée dans le manuscript Reyne, qui estoit de ces païs Meridionaux lors qu’elle estoit afferée à la construction de ses bastimens royaux, à applanir des montagnes, dresser des chemins pour le bien de son Royaume; neantmoins quittant tous ses ouvriers s’en vint avec quelques Seigneurs de sa Cour dans le Perigord, & enfin arrive dans le desert du sainct, met pied à

 

― Page 148 ―

 

terre avec toute sa Cour, & pensant rencontrer quelque grand Patriarche signalé en doctrine, elle voit paroistre un pauvre bon homme, mesprisable en sa mine & ses habits (en marge: Reyne miraculauesement convertie). On luy dit que cestoit celuy qu’elle avoit cherché partant de chemins; si que se despitant de se voir trompée (en marge: Superbe humiliée), au premier rencontre elle luy bailla mille maudissons; enfin commanda qu’on luy amenat son cheval pour son retour; mais, ô juste jugement de Dieu! le Cheval se cabre & la jette par terre, à sa cheute elle se brise los de la cuisse, ce douloureux inconvenient luy faict ouvrir les yeux que son faste luy avoit fillés, elle se reclame à celuy qu’elle se reclame à celuy qu’elle avoit mesprisé, confessant la vengeance du Ciel estre tres-juste sur son outrecuidance. Le sainct se met en prieres, & prenant cette Dame par la main luy commande de se relever au nom de Jesus Christ. Tout soudain miraculeusement los se rejoignit, elle se dresse sur ses pieds toute guerie; mais pour se prosterner aussi-tost en remerciement au pied de son bien-facteur, qui au possible refusoit cet honneur. Quelque jour apres ceste Princesse desja convertie (en marge: 600) se delibera de faire bastir en recognoissance du bien-faict à l’homme de Dieu (en marge: Recognoissance) une Eglise & ne sachant ou la fonder (en marge: Bastit une Eglise pour le sainct), miraculeusement deux Ours sortans de la forest traverserent la riviere de l’Isle, & quelque mille pas ou environ de la cellule du sainct, il seillonerent la terre avec leurs pattes & museaus, comme en figure ronde

 

― Page 149 ―

 

pour marquer le lieu ou Dieu vouloit ce bastiment estre faict, l’on y travailla avec grands frais soubs le tiltre du glorieux Apostre sainct Pierre (en marge: Eglise designée), laquelle Eglise elle dota specialement du revenu de toutes les aires des marets qu’elle avoit dans la Sainctonge. Plusieurs touchez du sainct Esprit se rendirent à ce lieu qui auparavant estoit desert & sauvage (en marge: Plusieurs se sont Religieux), afin d’estre eslevez soubs la direction du sainct pour la vie religieuse & monachale, y apportant tous leurs biens & possessions. Plusieurs asseurent que sainct Aquilin nommé par le vulgaire Aguly (en marge: Conversion), fut l’une des conquestes de nostre sainct (en marge: S. Aquilin), & qu’il luy instilla la pieté & saincteté de vie. Ainsi dez son vivant desja sa solitude estoit peuplée specialement les samedis au vespre, les laboureurs & paisans du voisinage s’assembloient apres leur travail pres du sainct (en marge: Concours du peuple), pour l’honnorer & recevoir de luy les remedes de leur ame, voire & de leurs corps par plusieurs guerisons miraculeuses (en marge: Miracles du sainct), mesmes ceux qui estoient troublez d’esprit prenant en breuvage de leau ou l’on avoit trempé des fueilles du faux sous lequel il s’esbergeoit estoient soulagez miraculeusement; aussi la fontaine qui estoit consacrée par sa penitence, guerissoit toute sorte de fiebvres lors que par trois fois l’on y plongeoit la teste.

Desja le sainct vieillissoit, & devenu octuagenaire cogneut que le temps de son decez s’approchoit il choisit le lieu de sa sepulture dans l’E-

 

― Page 150 ―

 

glise, voulant luy mesmes de ses mains fouyr & creuser sa fosse (en marge: Mort & sepulture du sainct), devant laquelle il fit bastir un Autel consacré au glorieux sainct Front Apostre du Perigord; ainsi ayant vaincu le monde, & son faste il passa à une meilleure vie environ l’an 600 (en marge: 600).

Le bruit de son glorieux decez convoqua de toute la contrée plusieurs Clercs & Moines, plusieurs Chrestiens y accoururent pour honnorer celuy qui leur avoit esté vray pere. L’on enleve son sacré corps de la petite cellule ou il avoit rendu son esprit, pour le porter à sa sepulture, & le seul attouchement de sa bierre bailloit generalement & indifferement la santé à tous les malades qui la toucherent, lequel miracle continua voire jusques à nos derniers siecles. Tout ce que j’ay dit de ce glorieux Anachorete, la gloire de la noblesse du Perigord, est pris d’un vieux livre du Chapitre de sainct Astier escrit il y a presque 600 ans (en marge: Manuscripta anni 1050 & 1595); car la couverture du livre cotte l’an 1050. Le pere Jean Bord l’an 1595 la transcrivit dans un cayer qui est tombé entre mes mains, laquelle il enrichit d’une poësie que j’ay jugé digne de voir le jour (en marge: Origo et Conversio).

 

Divi Asterii vitae

compendiolum,

 

Ortus Petrochoris, Podiique à ponte profectus,

Artibus incubui vix puer ingenuis.

Sed virtutis amor quo sanctus Eparchius ardet,

 

― Page 151 ―

 

(l)

 

Siege vacant

a cause des guerres.

 

Pour tenir la promesse que j’ay faict d’indiquer tousjours les seigneurs temporels de l’Aquitaine, il faut remarquer que l’an 600 Childebert douziesme Roy d’Aquitaine mourut laissant deux enfans (en marge: Annales Aquit. hoc anno), Theo-

 

― Page 152 ―

 

debert & Theoderic; qui ayant partagé le reste de l’heritage de leur pere (en marge: Chron. Burdig.), se contenterent de posseder par indivis le Royaume d’Aquitaine pour se liguer contre les Gascons rebelles, ce fut l’an 608 (en marge: 608); mais une effroyables dissention (en marge: Guerres) se fourrant entre ces deux freres, Theodebert apres la perte de la bataille tomba entre les mains de Theoderic (en marge: Theodebert & Theoderic, Roys d’Aquitaine), qui le fit mourir à Coulogne, l’an 617 (en marge: 617) & l’année d’apres sa propre ayeule Brunechilde fit empoisonner à Mets ce fratricide (en marge: 618).

L’an apres la mort des deux freres, Clotaire second (en marge: Clotaire 2 Roy d’Aquitaine) derechef envahit le royaume d’Aquitaine (en marge: 619), & est en rang le quatorziesme Roy, à cause de la minorité des enfans de Tyerri, ausquels cela appartenoir de droit. 

L’an 632 Clotaire meurt (en marge: 632), laisse Dagobert, & Aribert pour successeurs de ses Royaumes. Aribert eut pour apanage l’Aquitaine (en marge: Aribert Roy d’Aquitaine), & fut le quinziesme Roy (en marge: Roys d’Aquitaine), ayant ses bornes depuis le Loire jusques à l’occean, & au dela les Pyrenées (en marge: Vide sup. anno 84); son Siege Royal fut Tolose qu’il fit capitale de son Royaume (en marge: Darnal. hist. Ant. dagen. f. 44 ex dutil. chron. abb.). Trois ans apres Aribert meurt l’an 640 (en marge: 640). Dagobert son frere succede à sa Couronne d’Aquitaine, il est le 16 Roy Clovis 2 son fils aagé de trois ans fut le dix septiesme (en marge: Dagobert, Clovis 2), & l’an 662, son fils Clotaire troisiesme (en marge: 662) de ce nom fut le quatorziesme Roy des François & le 18 Roy d’Aquitaine, dont il ne jouit guieres long temps; car les gouverneurs, c’est à dire les Ducs, Comtes, Baillifs, où Seneschaus

 

― Page 153 ―

 

(en marge: Clotaire 3 Roys d’Aquitaine) de Gascogne, d’Auvergne, Quercy, & Perigord estans maltraictez, se revoltent contre luy, se rendent absolus & independans de sa Couronne (en marge: Revolte des Gouverneurs); la pusillanimité & la negligence des maires du Palais leur donnant en partie cette asseurance; si que ny luy, ny les six Roys ses successeurs à l’Aquitaine ne peurent jouyr de ce Royaume jusques au temps de Pepin.

Mais ce qui est encor plus deplorable, des guerres implacables durerent long temps; specialement l’an 710 entre Reinfroy & Charles Martel (en marge: 710), pour s’usurper l’office de Maire du Palais (en marge: Appendix Greg. Turo.), par lequel ils estoient plus Roy que le Roy mesme, & comme tels sacrilegement envahissoient le bien de l’Eglise pour subvenir aux frais de la guerre; comme remarque Papirius Masso (en marge: Pap. Mas. in Dagob. jun.), & encores plus à plain Hincmare dict, qu’environ ce temps la religion chrestienne fut presque esteincte & abolie dans les Allemaignes Flandres & France (en marge: Aym. c. 50 lib. 4; Hincma. ep. 6); d’autant qu’il ne restoit que quelques Evesques en fort peu de villes (en marge: Guerres), les bien des Eveschez ayant esté donnez aux favoris, lesquels biens estoient tres grands & notables; car jusques à lors, comme remarque Gregoire de Tours (en marge: Greg. Tur. ex not. in ep. Sim. Pap. ep. ad Caes. Arel.), tous les dismes, tout le revenu du Clergé estoit affecté aux seuls Evesques qui vivoient en commun avec les Clercs leurs inferieurs, qu’ils envoyoient pour servir les parroisses, & les retiroient selon leur gré; depuis ceux qui y furent envoyez, par benefice

 

― Page 154 ―

 

demeurerent stables & permanans. Revenons à ce que dit Hincmare (en marge: Hinc. ep. 6 lib. 19), in Germanicis, & Belgicis & Gallicanis provinciis, religio Christianitatis poene fuit abolita, ita ut Episcopis in paucis locis residuis, Episcopia laïcis donata, & per eos rebus divisa extiterint (en marge: Destruisent la Religion).

Le mal ne s’arresta pas là (en marge: Append. Greg. Tur. li. 7 c. 3); car comme remarque Marianus Scotus (en marge: Mar. Sco. ad annum 718), Eude Duc d’Aquitaine fils de Lupus, qui fut le premier Duc qui secoüa le joug des Roys d’Aquitaine, opprimoit aussi les Ecclesiastiques durant les guerres esquelles il se treuva engagé contre Charles Martel, lesquelles enfin firent ouverture à cet effroyable bourrasque qui vint du costé du Midy contre toute l’Aquitaine, specialement contre la pauvre Eglise du Perigord (en marge: Oppressions 718); car tous nos anciens & modernes escrivains unanimemant accusent Eude d’avoir appellé en Aquitaine les Sarrazins, pour se roidir contre la puissance de Charles Martel son ennemi, qui desja l’avoit vaincu. Dupleix en ses Annales est l’unique qui le deffend & l’excuse, nous asseurant par les histoires Espagnoles (en marge: Rod. Zum. cap. 11 hist. arab.) que ce ne fut par son intelligence (en marge: Mar. de Reb. hisp. c. 3 lib. 7), & d’autant que je deffere beaucoup à ses escrits, je ne feray difficulté de le suivre & dire avec luy, qu’environ ce temps les Sarrazins, Arabes, où Mores d’Affrique (en marge: Sarrazins en Guienne), suivans la loy & les armes que Mahomet leur avoit mis en main, ayant reduit l’Espagne soubs leur obeyssance (en marge: Paul Diac. c. 46 lib. 6), desiroient d’estendre leur domination (en marge: 722) dans le Languedoc & Aqui-

 

― Page 155 ―

 

taine, croyans avoir droict de rapeller à la Couronne des Gots ces deux provinces.

Pour ce dessein, Zama Lieutenant en Espagne pour Ifit Miramolin des Arabes (en marge: Leur dessein), l’an 722 traversa les Pyrenées avec une puissante armée, & fut recogneu par les villes du bas Languedoc; mais Tolose luy resista, & Eude venant à l’encontre d’iceux avec une belle armée d’Aquitaniens les défit en bataille. Jusques icy tout va prou bien; mais ô mal-heur! l’an 725 Abderame où Abderramam (en marge: 725) grand Capitaine pour le Sarrazin (en marge: Abderaman Sarrazin), se resolut de poursuivre le dessein de son predecesseur, entre du costé de Perpignan dans le Languedoc avec une puissante armée, Eude luy va audevant, & est défaict (en marge: Eude s’oppose). Ainsi sans resistance cet orgueilleux Tyran esperant par ses armes se rendre maistre (en marge: Ann. Fran. Incert. auth. ex Pyt. ma. sc.), voire de toute la France, vint à grandes journées vers nous, traversant le Languedoc, le Quercy, l’Agenois, arrive vers Bourdeaux; gastant, bruslant, saccageant, renversant comme un torrent furieux, tout ce qui s’opposoit à son passage. Eude ne perdant courage rallie son armée, ramasse nouvelles forces, s’oppose à cet indomptable vainqueur; mais pour une pareille ruyne qu’au premier rencontre (en marge: En vain). Enfin Aberaman victorieux est maistre de Bourdeaux, de là sans resistance il entre dans la Saintonge, traversa toute la province du Perigord (en marge: Ibid. ex m.sc. Pitouei). Cunctis locis vastatis & ecclesiis igne crematis. Nous ne pouvons nous

 

― Page 156 ―

 

imaginer en qu’elle desolation ces Turcs mirent cette province ayans saccagé la ville capitale, & pour s’asseurer du païs il y fit à ce que je conjecture, bastir cestte Cité ou Citadele (en marge: Citadelle) que nous voyons encor un peu renfermée par cette prodigieuse muraille qui s’apelle, murus Saracenus (en marge: Vide infra anno 845). Au sortir du Perigord, ils passent à l’Engoumois, de là entre dans Poictiers bruslent l’Eglise S. Hilaire, se disposent aussi pour aller demolir celle de sainct Martin de Tours. Mais Dieu pere de misericorde n’abandonna les siens au bon besoing (en marge: Paul. diaco. c. 46 lib. 6 d. gest. long.), envoyant à l’encontre de ces sacrileges Charles Martel avec tel courage (en marge: Charles Martel) que trois cens soixante-quinze mille Sarrazins furent massacrez avec leur Roy.

L’Eglise d’Aquitaine delivrée d’un tel ennemy, pourtant ne peut encore librement respirer: Charles Martel nous fit achepter bien cher son bien-faict; car d’un costé l’an 732 il vint avec une puissante armée (en marge: 732) fondre dans la Sainctonge, Perigord (en marge: Ann. d’Aquit. p. 2 lib. 6), & païs d’entre deux mers contre Eude, le faict mourir en la bataille, se faict recognoistre Roy d’Aquitaine le dixneuviesme en ordre & ce apres avoir pillé & ravagé le residu des Sarrazins. D’autre part se rendant redoutable par tant de victoires il s’esmancipa outre son pouvoir sur les Evesques (en marge: Presse le Clergé), desquels il bannit quelques uns, deposseda les autres, mettant en leur place des hommes laics; & non content de ce qu’il avoit prins le revenu des Eglises (en marge: Flodo. lib. 2 c. 12) pour les frais de la guer-

 

― Page 157 ―

 

re; en outre il recompensa la noblesse de son armée d’une partie des dismes qui d’eslors furent infeodez dans plusieurs maisons nobles; ce qui anima grandement le Clergé contre luy, & plusieurs ont creu que le nom de Martel luy avoit esté donné, non tant à raison de ce qu’il avoit bien martelé sur les Sarrazins, que parce qu’il avoit bien martelé les Ecclesiastiques.

Parmi tous ces desordres ne me demandez qui estoit pour lors Evesque du Perigord? ny encores de quelques temps; car ces mal-heurs ne furent terminez ny par la mort d’Eude qui mourut cette année 732 ny par le trespas de Charles Martel qui deceda l’année d’apres (en marge: 733); veu que Vaifer ou Gadifer fils de Eude pretendant succeder à la Royauté d’Aquitaine (en marge: Rebellions), & Pepin surnommé le Bref (en marge: Corl. chro. Engol.) fils de Charles Martel comme successeur de son pere, voulant se faire recognoistre pour le vingtiesme Roy d’Aquitaine (en marge: Delest. ant. Gaul.), portant à contre-coeur de ce que tandis qu’il estoit en Italie pour remettre le Pape Zacharie en ses biens usurpez par les Lombards (en marge: Regino chro.), cependant le Duc d’Aquitaine Gadifer s’usurpoit en propre, mesme le bien de l’Eglise, il luy envoya une Ambassade pour le prier de rendre aux Ecclesiastiques leur patrimoine (en marge: 750); il respond que tout l’estat des Eglises d’Aquitaine avoit esté tellement bouleversé par les persequtions des Vvisigots & Sarrazins (en marge: Aymo. c. 65 l. 4), qu’il estoit impossible de distinguer le sacré du pro-

 

― Page 158 ―

 

phane, & d’arracher le bien d’Eglise des mains des detenteurs (en marge: Baron. anno 752); siqué l’an 758 le Roy de France estant de retour (en marge: 758) avec pouvoir du Pape de nommer aux Eveschez de son Royaume, fit publier son ban pour aller en Aquitaine remettre les Ecclesiastiques en leurs heritages (en marge: Appaisées). Vaifer prevoyant sa ruyne envoya au devant de cet orage quelques Comtes pour asseurer le Roy qu’il estoit tout prest de faire la restitution (en marge: Annal. inc. Author. ex Pyto. ma. sc.), & qu’il donnoit pour ostage Adalgere son parent, & Ithier tous deux Comtes en Aquitaine.

Le Roy bien content de l’accord congedie son armée; mais Vaifer mutin plus que jamais fit de plus estranges sacrileges, & incursions sur le bien de l’Eglise; à cause de quoy dans dix ans Pepin fit huict voyages dans l’Aquitaine (en marge: Sigisb. chron.), avec tant d’actes d’hostilité (en marge: Vaifer destruit), tant de meurtres, saccagemens, bouleversemens de villes, chasteaux, fortes places (en marge: Fredergar. chron.), que tout ce Royaume d’Aquitaine fut mis en desolation (en marge: Duhaillan t. I sub Pepino). Specialement au voyage de l’an 765 Pepin selon Sigisbert (en marge: 765) conquit sur Vaifer Engoulesme, Perigueux, & Agen, puis les fit desmenteler, & treuvant dans Perigueux Ramestan oncle de Gadifer le faict pendre à raison de son infidelité, par laquelle il estoit tantost aux Gots, tantost aux François suivant la fortune des deux partis.

Enfin pour la huictiesme fois (en marge: 767) ce rebelle s’obstinant de plus en plus (en marge: Chron. Engol. Corl.), se resolut d’aller audevant de Pepin jusques en Perigord; mais à

 

― Page 159 ―

 

sa grand perte, & de son Armée, car peu apres il fut tué par les siens prés de Bourdeaux (en marge: Duhall. ibid); estant mort, Hunauld son frere sollicite encores les habitans du Poictou, Perigord, & Lymosin pour soustenir son parti (en marge: Paix); mais pour se precipiter en une ruyne totale, qui enfin se tournera en bien, les guerres de l’Aquitaine demeurant terminées. (m)

 

Bertrandus episc.

Reymundus episc.

.......... episc.

Pepin estant paisible possesseur de l’Aquitaine (en marge: L’an de jesus-Christ 767) restablit en plusieurs endroits les Evesques dechassez, il en nomma de nouveaux en d’autres lieux, comme à Engoulesme il donna Aplon son archichapelain (en marge: Corl. tab. ep. Engo.). Il est vraysemblable que l’Eglise du Perigord en receut quelqu’un de sa nomination (en marge: Restablissement de religion); mais je n’ay rien peu treuver d’asseuré, jusques au temps d’Hugues Capet qui nous donna Froterius. Cependant je rencontre dans un manuscrit faict l’an 1570 que du temps de ce-

 

― Page 160 ―

 

luy qui l’escrit, on voyoit dans l’Eglise Collegiale de sainct Front du costé de l’Autel dedié à saincte Catherine contre la muraille plusieurs Evesques du Perigord representez en peincture, & que immediatement devant Froterius il y avoit la representation de quatre Evesques, le premier portoit escrit Bertrandus, le second Raymondus, il n’avoit peu lire le nom des autres deux (en marge: Evesques), voicy les mots d’un petit manuscrit faict a ce que je crois (en marge: Ma. sc.), par feu M. de Jean Conseiller, qui dés son vivant à esté loué par les autheurs, comme recogneu tres docte és langues Hebraïque & Grecque, bien versé en histoire sacrée & prophane, tres entendu ez mathematiques, & par special en sa jurisprudence: praedictorum episcoporum imagines, c’est à dire depuis Froterius jusques à Minetis depictae erant prope altare divae Catherinae, & praeter eos quatuor antiquorum quorum primus erat Bertrandus, secundus Raymondus, tertii & quarti nomina legere non potui, quintus Froterius. Il faut croire que ceux-la pour lors furent nos Evesques.

Pepin meurt l’an 768 (en marge: Ann. fuldensis) (en marge: 768). Charles surnommé le Grand son fils fut son successeur (en marge: Roy d’Aquitaine), comme le 22 Roy d’Aquitaine (en marge: Aym. l. 4 c. 67). Ses premiers desseins le porterent contre Hunaud fils de Eude, lequel estant tombé en son pouvoir il commenda qu’il fut traicté honnorablement (en marge: Corl. chro. Engol.), & apres avoir receu l’homage & serement de fidelité des Evesques & Seigneurs d’Aquitaine, s’en retourna en France.

 

― Page 161 ―

 

Nous voicy maintenant en paix Dieu graces (en marge: 769), sans crainte de l’estranger (en marge: Paix), jusqes au temps de Charles le Chauve, ou nous verron la persecution des Normans. Durant le calme apporté par Charlemagne (en marge: Charlemagne Roy et Emper.), ceste province refleurit pour l’estat spirituel & temporel (en marge: Aymo. lib. 5); (en marge: 778) car l’an 778 ce Prince victorieux revenant de la guerre des Espagnes contre les Sarrazins (en marge: Vit. ludo. pii incert. auth.), passe par Aquitaine & pour la bonne police, suivant Aymoy, il divisa l’Aquitaine à neuf Comtes (en marge: Ma inbourde Compte du Perigord), pour estre comme gouverneurs, qui neantmoins rendroient tribut & homage au Roy d’Aquitaine (en marge: Ann. Aquit. dub.); plusieurs nobles seigneurs de sang Royal, furent par ce moyen recompensez de leurs services (en marge: Compté du Perigord). Tous les Escrivains sont differens (en marge: M. sc. guidonis) pour le nom du Comte du Perigord mis par Charlemagne, Dubouchet l’appelle Roger; Guidonis, Quitorin ou Vilbot; Corlieu Gilebaud ou Vuitbauld (en marge: Cor. chr; Engol.); Noger Guidon ou Guitodon (en marge: Noger. hist. tol.), Bertrandi l’apelle Gautier (en marge: Bertrand. de ges. tol.), & Dupleix Vuidbord (en marge: Dupleix ann. 778), ensuivant l’autheur ancien de la vie de Louys le debonnaire (en marge: vit. Lud. pii ex. m. s. Pytho.); Catel (en marge: Cat. com. de Tolo. lib. I c. 5)le traduit & l’apelle Mainbourde. Le Zele de c’est Empereur pour l’estat spirituel fut encore plus remarquable; car passant pour la seconde fois par cette province il jetta l’oeil sur un lieu fort solitaire nommé Brantolme, & choisit une place entre les rochers & la riviere de la Drone (en marge: Fundation) pour y fonder une Abbaye de l’ordre de sainct Benoit. Il est bien vray que Corlieu (en marge: Cor. chr. Engol.) dans la chronique Engoumoisine, citant Aymard,

 

F.B. Erreur dans la pagination du livre original: on passe de la page 161 à 192.

 

― Page 192 ―

 

& quelques autres baillent cette fondation à son petit fils Pepin le jeune, comme aussi de l’Abbaye saincte Croix de Poictiers, & de S. Jean d’Angely; mais il est plus certain qu’il la faut attribuer à l’empereur Charlemagne; car jaçoit qu’à raison du bouleversement des guerres passées on ne treuve aujourd’huy le tiltre de la fondation (en marge: Abbaye de Brantosme par Charlemagne), voicy pourtant des tesmoignages bien asseurez. Dans les vieux fragmens citez par Reginon, au livre second de ses chroniques, & quin’agueres estoient dans le cabinet de Pitou (en marge: Ma. sc. Pithou), se treuvent ces mots (en marge: 769). Anno Domini 769 Carolus magnus iterum procedens ad petrochorium, constituit basilicam juxta fluvium Dronam, in honorem beati Petri Apostolorum principis, in qua non multum post temporis unum de innocentibus collocavit, datum patri suo à Domino Papa Romano, cujus meritis & auxiliis dicebat se victorem in bello fuisse multoties, locus autem in quo haec basilica fundata est Brantosma dicitur (en marge: Regin. li. 2 Chro.). Ce fut le Pape Estienne II lequel l’an 753 vint en France & sacra Pepin pere de Charlemagne pour Roy, Choppin (en marge: Choppi. Monast. lib. 1) dans son monasticon luy attribue la fondation à l’an 776. Depuis peu le P. Prieur claustral de cette Abbaye, sçachant que la preiceuse (sic) chasse où reposoient les ossemens du S. Innocent Siccarius, avoit esté long temps cachée pour la crainte des harpies irreligionnaires, treuva bon, apres les preparations necessaires, d’ouvrir le coffret de bois qui estoit dans le Reliquaire couvert de lames

 

― Page 193 ―

 

d’or & d’argent, & enrichi de pierreries; là tous ces bons religieux virent premierement le petit corps du sainct innocent tout en son entier, plus une boucle d’os de la ceincture de sainct Pierre, & dans une petite fiole de la liqueur qui jadis sortoit du sepulchre de S. Catherine martyre; de plus treuvent un vieux parchemin seelé & cacheté d’un costé (en marge: Tiltre notable), de l’autre part estoit escrit à l’antique ces mots (en marge: Man. scrip. Carol. mag.). Hic requiescit praeciosa à coelesti gloriosi martyris CRETS PYY Innocentis quem fere ter tribus annis ac semis ad tutelam sui suorumque secum honorifice per diversa terrarum spatia KPULOS Francorum Magnus ac perpetuus princeps delatum; tandem post Hispaniam longo bellorum exercitio tributariam sibi factam dum Victor revertertur hoc in loco qui Brantosma dicitur, cum multis aliis sanctorum reliquiis benigne divisit, inde hanc Eclesiam construens, ut majore veneratione prae caeteris circumquaque sanctorum locis celebraretur, per Leonem clarissimum in omni sanctitatis religione, Romanae sedis Apostolicum virum, in honore beati Petri Apostolorum principis divina benedictione consecravit, cum multisque eam honoribus decoratam Regio et Apostolico Privilegio ita sub anathemate mancipavit, ut nemo mortalium in his quae ad religionem eorum pertinere viderentur aliquod jus aut Dominium Temerario molimine usurpare auderet. Quod vero quis rapace ambitione succensus praesumeret violare, omni potentis Dei judicio,

 

― Page 194 ―

 

universorumque Sanctae Romanae sedis Pontificum auctoritae condemnatus poenas luat, consors Judae traditoris Domini in profundum Erebi per aeterna saecula factus. Sanctus Sichts. Au pied il y a 5 signatures de lettres entrelassées. Cette fondation de Charlemagne se verifia (en marge: Fondation prouvée) encor autantiquement l’an 1463 (en marge: Ma. sc. anno 1463) devant les commissaires des francs fiefs, desquels nous parlerons en leur lieu, ausquels de plus on exhiba plusieurs anciens manuscrits qui monstrent & confirment ce que dessus. Bref la legende qui est au vieux Breviaire de l’Abbaye (en marge: Brev. abb. Brant. die 2 Maii) nous declare tout au long que ce sainct Empereur eut revelation par un Ange qui luy monstra le lieu ou il falloit reposer le reliquaire du sainct innocent (en marge: S. Sicarius), le nom duquel avoit esté ignoré long temps, jusques à ce qu’un demoniacle s’escria (en marge: Brev. Sar. die sancti Siccarii), Siccari martyr sancte incendunt me orationes tuae, donnant l’etymologie du nom, quod sicca confossus occubuit.

Il est à croire qu’à mesme temps l’Abbaye de sainct Front receut le corps d’un autre sainct innocent auquel le nom de Memorius à demeuré (en marge: Vid. sup. comm. in cap. 5 v. s. t.), peut estre à raison de quelque anciene inscription, qui seroit esté gravée sur son sepulchre, reliquaire ou Autel apellé suivant le stile de l’Eglise remarqué cy dessus, Memoriae martyris innocentis, cette inadvertance pourroit avoir donné le nom à celuy qui estoit anonime, au moins je m’estonne de la simplicité de nos anciens qui avoient mis dans leurs offices

 

― Page 195 ―

 

que sainct Front estant en Aegypte avoit descouvert ce thresor caché, & porté quand & foy dans le Perigord; cette proposition se destruit elle mesme sans autres machines tant elle semble extravaguer.

Sainct Antibe fut l’un des premiers Abbez de ce lieu (en marge: Petroch. Brev. 25 Maii), & Dieu l’honora du don de plusieurs miracles, en recognoissance desquels son sainct corps est eslevé dans une chasse sur le grand Autel de l’Abbaye à cousté gauche du precieux reliquaire du sainct innocent, & du costé droict est posée la chasse du noble martyr sainct Sylain natif du Perigord (en marge: Corps de S. Sylain), disciple de sainct Fronton, duquel nous avons parlé; c’est la aussi que reposent les ossemens des SS. martyres Memna & Galla, soeurs germaines, l’on ne sçait le temps ny le lieu ny l’auteur de leur martyre; bien est vray que la traditive porte, qu’elles estoient natives de Marsac en Perigord. De ce que dessus resulte que Charlemagne fonda cette Abbaye, & ce lors qu’il passa par le Perigord s’en allant à Rome, puis que suivant Corlieu (en marge: Corl. ep. Engol.), visitant l’Aquitaine il y fonda plusieurs Abbayes, Baronius met ce voyage l’an 800 (en marge: Baro. to. 9 hoc ann.).

L’affection de ce grand Empereur envers le sainct Siege (en marge: 804), apella en France le Pape Leon troisiesme l’an 804 (en marge: Le pape Leon) lequel quatre ans auparavant l’avoit couronné pour Empereur (en marge: Ann. Aquit. 2 p. 67); il le vint voir à Reims; & sainct Ludgere qui estoit à la suitte du sainct Pere, dict qu’en ce voyage

 

― Page 196 ―

 

les Cardinaux Archevesques & Prelats du Royaume, luy faisoient compagnie, & qu’en divers endroits il consacra & dedia plusieurs autels & Eglises (en marge: Extat. epist. S. Ludgeri ap. sur. I mart.), concedant par tout des Indulgences (en marge: En Perigord). Le Perigord fut heureux d’avoir un tel hoste qui tesmoigna l’affection qu’il portoit, & à l’ordre de sainct Benoit, & au fondateur de l’Abbaye de Brantosme, consacrant l’Eglise comme nous avons veu par le tiltre ja cité. L’on croit aussi, que l’Empereur fonda dans le Perigord le Prieuré conventuel de Temolac (en marge: Themolac); non que l’Eglise ne fut desja bastie dés l’an 500 comme nous avons dict (en marge: Ma. sc.); mais peut estre avoit elle esté demolie par les Sarrazins. Là il donna la pretieuse Relique de la Chemise de l’enfant Jesus, & jadis il y avoit douze Religieux de l’ordre sainct Benoit (en marge: Vita Carol. mag. ex m. s. Pytho.) qui se recognoissoient de la filiation de l’Abbaye S. Euparche (en marge: 807) qui avoit esté natif de Temolac (en marge: Vid. ann. 500), comme nous avons dict cy dessus.

L’Empereur Charlemagne pour la seconde fois transporta à Rome, ou le Pape Adrian premier couronna son fils Louys Roy d’Aquitaine (en marge: Vit. Lud. pii ex ma. sc. Pyt. frag.). Auparavant que ce jeune Prince, par le commandement de son pere, se retirat dans son Royaume, le service divin estoit presque aboli dans toutes ces provinces (en marge: Louys Roy d’Aquitaine), c’estoit pitié de voir nos Ecclesiastiques qui avoient plus la mine de soldats, cavaliers & gendarmes (en marge: Desordres), que non pas d’officiers de l’Eglise. Aymoy le nous dict, totius Aquitaniae qui videbatur clerus ante-

 

― Page 197 ―

 

quam ei crederetur, utpote sub tyrannis agens, magis equitationi, & bellicae exercitationi, missilium librationi, quam divino cultui operam dare noverant (en marge: Aym. lib. 5 c. 8), abus qui fut retranché à mesme temps (en marge: Conc. mog. t. 3 conc. cap. 17)par le Concile de Majence (en marge: Concile de Maiance); & pour remedier à ce notable desarroy de l’Eglise d’Aquitaine (en marge: Vit. Lud. pii ex m. s. pit. ann. 811), ce bon Roy apella de toutes parts des maistres pour apprendre le Clergé à lire & à chanter; comme aussi il se rendit passioné pour restablir l’estat monachal, qui dans toute l’Aquitaine estoit tombé en desolation. Hé Dieu! par quel moyen eussent ils peu resister à tant de tyrans qui les accabloient? (en marge: Remedes) mais ce fut merveilles de voir combien ce sainct Roy tesmoignoit d’affection à ceux qui donnoient du pied au monde affin de repeupler les monasteres delaissez, il en fit reedifier plusieurs, les Evesques suivoient sa saincte inclination; bref il print tel goust à la vie religieuse que si son pere n’eust par son auctorité arresté sa ferveur, il se fust cloistré tout à faict (en marge: Ann. Aquit. 2 p. c. 7); mais Dieu le nous reservoit pour le salut de plusieurs; car l’an 814 Charlemagne estant mort (en marge: 814) Louys succeda à l’Empiere & Royaume, il se deschargea en partie sur Pepin (en marge: Pepin Roy d’Aquitaine) son troisiesme fils, auquel il confera le Royaume d’Aquitaine (en marge: Alphons. des bene. ep. marchiones Got.) par donations (en marge: Concile Daix), approuvée au Concile d’Aix la Chapelle (en marge: Conc. Aque. t. 3), tenu par le Pape Estiene V l’an 816 qui l’estoit venu visiter en ce lieu; où de surplus il fut ordonné qu’on dresseroit un livre de reglemens

 

― Page 198 ―

 

pour les Ecclesiastiques; mais ô malheur! les Evesques & Abbez libertins qu’on vouloit obliger à la residence, & à quelque reformation s’aigrirent tellement contre le bon Empereur (en marge: Conjuration), qu’ils souleverent ses trois enfans par une violente conjuration contre leur pere (en marge: Comment. conc. Aqu.), specialement Pepin 23. Roy d’Aquitaine, & 2 Absolon, se porta tout à faict hostilement contre son bon pere (en marge: Thegano.), à raison de quoy il luy osta le Royaume d’Aquitaine (en marge: 833), & le donna à Charles fils de Judith sa seconde femme, l’an 833 (en marge: Bar. hoc anno). Si que voila tout en feu, l’on vient aux armes le fils contre le pere.

Pepin pour fournir aux frais de la guerre se ruë sur les biens Ecclesiastiques d’Aquitaine, toute la religion y est en desordre. L’Empereur enfin tombe entre les mains de ses enfans (en marge: Executés), ils le font degrader de l’Empire par les Evesques, specialement par les Aquitaniens, luy donnent la tonsure, le froc, & la prison dans l’Abbaye de S. Denys. Je ne sçay qui pour lors estoit nostre Evesque; mais il ne portera pas quieres loin son peché (en marge: 834); car l’année d’apres (en marge: Bar. anno 834), les Comtes d’Aquitaine impatiens d’un tel desordre font remettre l’Empereur en son premier grade (en marge: Dub. 2 p. c. 7), qui l’an 835 (en marge: 835) fit assembler à Mets un Concile (en marge: Concil. Metens.), auquel l’on convoqua tous les Evesques qui avoient assisté au conciliabule de sa deposition, desquels peu comparurent, & ceux qui firent deffaut furent condamnez comme contumacez, voire condamnez de leze

 

― Page 199 ―

 

Majesté. C’est la remarque de l’auteur de la vie de cet Empereur; & pour Pepin le seditieux, il treuva mercy envers son pere qui luy commanda de restituer les biens usurpez sur l’Eglise (en marge: Remedes), & en penitence des attentats, luy commanda de bastir quelques Abbayes (en marge: Aut. vit. Lud. Imper.), Theganus (en marge: Theganus) dict que Brantosme fut un des fruicts de sa penitence, & quoy que cela ne soit vray, au moins cet un tesmoignage (en marge: Restitutions), en quel desordre il avoit mis l’Eglise du Perigord, puis qu’on croit que la satisfaction y fut necessaire par cette fondation mandavis, dit-il filio suo Pepino per Arnoldum Abbatem, res ecclesiasticas quae in Regno ejus erant, quas vel ipse suis attribuerat, vel ipsi sibi perceperant, absque cunctatione Ecclesiis restitui, missos etiam commissarios per civitates & monasteria transmisit, statumque ecclesiasticum pene collapsum in antiqum statum erigi jussit &c.

Pepin meurt l’an 839 pour aller rendre conte à Dieu du tort qu’il avoit faict, & à son pere, & à nos Eglises (en marge: Ann. gall. ex m. sc. Pit. ann. 737); pour lors le Royaume d’Aquitaine demeurant à Charles le Chauve (en marge: Hist. gal. Dupleix), Pepin fils de feu Pepin estant frustré, nos Comtes d’Aquitaine s’aigrissent (en marge: Revoltés), & s’estans saisis du Poictou, Sainctonge, Perigord, Lymosin, y ravagent tout, soubs le nom de ce jeune Prince (en marge: Baron. hoc ann.), font tous actes d’hostilité contre ceux qui obeyssoient à Charles, Ebroin Evesque de Poictiers en advertit l’Empereur, qui apres le Concile de Chalon tenu l’an 839 (en marge: Dubouc. 2 p. c. 7) se porta en Aquitaine, rendant Charles possesseur de

 

― Page 200 ―

 

son royaume par la severité, attrempée de sa douceur. L’Empereur peu apres meurt, ses trois enfans sont tout aussi tost en combustion plus que jamais pour le partage (en marge: Divisions). Six vingts Evesques sont assemblez à Aix la Chapelle (en marge: Concil. Aquens. t. 3 Conc.), quarante de chaque costé pour traicter leur accord l’an 842 (en marge: 842) suivant Nictarius qui y assista (en marge: Nict. li. 2). Division de l’Empire François qui esbranla tout cet Estat d’autant que, comme dict sur ce sujet Lupus Abbé de Ferrieres (en marge: Lup. epi. 3), tout Royaume divisé sera desolé. Voici les fruicts de ces discordes.

Ce fut l’an 845 que les Normans peuple idolatre & furieux (en marge: 845), estans affriandis par les butins qu’ils avoient enlevé de Paris quelques années auparavant, vindrent fondre par mer sur nostre miserable Aquitaine (en marge: Normans en Guienne), prenant terre à l’ambouchure de Gironde, entre Xaintes & Bourdeaux. De la ils s’espandirent par la Sainctonge. Seguin Duc d’Aquitaine en l’absence de son Roy, qui pour lors estoit assez occupé à la guerre de Bretagne (en marge: Desordres), veut aller audevant de ces idolatres denaturez, qui mettoient tout à feu & à sang; mais ce fut avec plus de courage que de prudence, puis que toute son armée composée de nos soldats Aquitains fut mise au fil de l’espee; ainsi sans resistence ils ont entrée dans Sainctes, la pillent, la bruslent, la razent. De là passent à Engoulesme, à Lymoges ils font les mesmes desordres (en marge: Mer des hist. ann. 852); de plus par la trahison des Juifs, qui demeuroient dans la

 

― Page 201 ―

 

ville de Bourdeaux se saisissent de cette noble & ancienne ville, la mettent à feu & à sang; la chronique de sainct Benigne citée par Catel dit ainsi (en marge: Prinse des villes), crescit innumerabilis multitudo Normannorum, Dunorum, atque Britonum, fiunt passim christianorum strages, depredationes, vastationes, incursiones, capiunt quasqumque adeunt civitates nemime resistente, capitur Burdagala, Petragorium, &c (en marge: Chro. S. Benigni. ex Catel com. Tol.).

Car en suite ils marchent tout du long de la riviere de Dourdoigne conduits par le Capitaine Maurus, courent tout le païs du Perigord, vienent à la ville capitale de cette province, la mettent à feu & sang, sans pourtant qu’ils peussent forcer la Citadelle ou la seconde ville qui estoit close & renfermée d’une bonne muraille apellée par Sebaldus (en marge: Sebaldus ep. Petro. in vit. S. Front) Murus Sarracenus (en marge: Muraille Sarrazine), peut estre parce que ce fort duquel aujourd’huy nous voyons l’enclos & l’apelons la Cité, avoit esté basti par Abderamen Sarrazin (en marge: Vide sup. anno 725) lors qu’il s’estoit rendu maistre de ceste ville, comme nous avons dict, affin de l’asseurer & tenir en bride tout ce païs conquis. Les Normans ayans receu cette honteuse escorne qui arrestoit le cours de leurs victoires (en marge: Attaquent), tournent leur rage sur le Bourg & Monastere du Puy sainct Front, allument le feu aux quatre coins des bastimens, forcent tout ce qui leur faisoit resistance, jusques à ce qu’il viennent à l’Eglise du sainct Apostre, qu’ils veulent aussi brusler & sapper; defaict par toutes inventions ils s’en mettent en devoir; mais

 

― Page 202 ―

 

la divine protection & la puissance de ce grand sainct ne leur permit cet advantage; car soudain à la veuë des infideles attaquans (en marge: Repoussez miraculeusement), & de fideles qui estoient sur les murailles de la Cité parut en l’air un venerable & ancien Evesque revestu des habits pontificaux acompagné de quatre jeunes hommes, parés de dalmatiques rouges (en marge: Idem ibidem), qui dessendoient du feu ce lieu sainct, & reculoient les Normans de l’abord, moins leur en permettoient-ils l’entrée, voire espouvantés par le signe tout celeste, ils prindrent la fuite sans qu’ils fussent autrement poursuivis. Nostre Evesque Sebaldus raconte cecy comme arrivé de son temps, adjoutant que cette guerre fut suivie des autres deux fleaux de Dieu qui envoya pour lors une contagion qui allumoit dans les antrailles un feu caché; mais violant lequel consumoit & brusloit en vie ces pauvres ardens (en marge: Peste ardante), qui rendoient des cris pitoyables; de plus la famine causée par la disette fut si notable (en marge: Famine enragée), ô cruauté plus de Cannibales! que chacun espioit son voisin pour le surprendre à sa chair, fuit dit-il, illis diebus tanta fames in populo, ut unus alterum ad devorandul exquireret.

Aymoy (en marge: Aym. l. 5 c. 20) la larme à loeil rapporte partie de ces mal-heurs (en marge: 846), accusant les pechez du peuple qui avoient apellé sur soy la juste colere de Dieu. D’autre part, presque tout le bien des Abbayes & benefices estoient possedez par des seigneurs du païs (en marge: Delest. rech. des Gaules), qui l’avoient receu de Charles

 

― Page 203 ―

 

en recompense de leurs services; si que dans la mesme année, les Evesques qui restoient en vie de cette grande persecution (en marge: Concil. Meld. tom. 3), treuverent bon de s’assembler à Meaux (en marge: Conc. de Meaux), pour voir si l’on pourroit medicamanter les maux deplorables qui tenoient les villes de France à planta pedis usque ad verticem, comme parlent les Evesques, & ce depuis le temps de Louys de Debonaire. L’Archevesque de Sens & de Reims, s’y rendent, cum coepiscopis suis, dict la preface du Concile, & je crois que pour lors nous n’avions point d’Evesque, non plus que l’an 866 & encore l’an 877 puis qu’aux signatures de ce Concile de Meaux ny à celuy de Soissons, & Pamies, presques tous les Evesques voisins si lisent signez dans les actes, & aucun pour le Perigord.

Tous les bons reglemens de ce Concile (en marge: Not. in concil. Meld.), toutes les menaces de la part de Dieu, ne peuvent deguerpir des serres de la noblesse les biens Ecclesiastiques (en marge: Obstination sacrilege); Charles le Chauve ne se soucie, voire ne veut faire executer les articles, si qu’en punition derechef l’orage des Normans vint desbonder sa rage sur ces quartiers; d’autre part Charles estoit oppressé par les rebellions des Aquitains, sollicitez par ses freres mécontans du partage. C’est pourquoy l’an 850 il treuva bon d’assembler à Lymoges les Estats de son Royaume (en marge: 850); là selon Dupleix (en marge: Dup. 10 I p. 576), il se fit couronner Roy d’Aquitaine, ou au contraire, selon les anciennes annales d’Aquitaine,

 

― Page 204 ―

 

& la chronique de Bourdeaux (en marge: Dubouchet 3 p. c. 1 Chro. Burdig.) il supprima le nom de Roy d’Aquitaine; Ce Royaume demeura incorporé à la Couronne de France, ordonnant qu’il seroit gouverné par des Ducs (en marge: Ducs d’Aquitaine), qui releveroient en homage des Roys François. Radulphus juxta quosdam primus Aquitaniae Dux, cum antea esset regnum, anno 847 dict Nangiac (en marge: Nangiac in chron.). Nous suivrons cette opinion, & continuerons nos memoires de Eestat de l’Eglise du Perigord par les Ducs d’Aquitaine (en marge: Vide sup. ann. 48), commençant par Ranoüil où Arnoüil (en marge: Raoul I Duc d’Aquitaine). Ce fut aussi en ces Estats qu’il erigea des Comtes nouveaux par les provinces, affin de les regir par personnes fideles qui s’opposassent à la fureur des Normans (en marge: Chronic. Engol.).

Le Perigord & l’Engoumois eurent pour premier comte (en marge: Comte du Perigord) Vulgrin Taillefer (en marge: Vulgrin Taillefer I Comte du Perigord), frere d’Adoüin Abbé de sainct Denys, Noble Chevalier parent du Roy Charles le Chauve, il espousa la fille de Guillaume premier de ce nom Comte de Tolose (en marge: Catel com. Tol.). Portoit pour armoiries lozanges d’or & gueules; il fut Comte durant 34 ans, restant tousjours vainqueur des Normands (en marge: Alph. Delbene. p. 7 Gots marchionum. ex manus. Pitouei). Le tiltre de Taillefer luy estant donné à cause qu’il avoit taillé à travers un Normand tout armé par un seul coup de son espée, qu’il appelloit Corton. Quod loricatum Normannum in luctamine ense proprio nomine Corto durissimo, per media pectoris & ventris secuit una tantum percussione, dict le Fragment de l’histoire d’Aquitaine. Nicetas autheur Grec, par

 

― Page 205 ―

 

merveilles dict le mesme d’un Allemand dans la conqueste de la terre saincte, soubs Federic (en marge: Force de bras remarquable) (en marge: Nicetas anno 1191).

Durant le gouvernement de Vulgrin cette province estoit un peu en asseurance par la saveur de ses armes (en marge: Frag. hist. Aqu. ex ma. sc. Pytou), si qu’en ce temps là un de ses enfans qui estoit Moyne de S. Denis en France, soubs le gouvernement de son oncle l’Abbé, & apres que les Normans eurent destruit la ville de Paris, parmy les ruines se saisit du crane de la teste de S. Denys, premier Evesque & Apostre de cette ville, lequel pour asseurance il porta à Perigueux (en marge: Le chef de S. Denys), & le cacha dans l’Eglise de S. Martin pres la ville, qui estoit l’Abbaye bastie par S. Euparche dont nous avons escrit (en marge: Vide sup. ann. 500), où du depuis les Freres Prescheurs ont basty leur Convent; & lors que l’an 1597 ils voulurent commencer leur edifice, ils trouverent dans les ruines d’un fondement un coffret où estoit cette saincte relique, avec cette inscription sur une planche de cuivre gravée à l’antique (en marge: 850), avec plusieurs abbreviatures de lettres (en marge: Les Taillefers) (en marge: Insc. tab. aereae). Anno Dominicae incarnationis D.C.C.C.L. Carolus Calvus Rex Vulgrinum propinqum suum, fratrem Audouini Abbatis, Sancti Dyonisii, contra Normannos paganis erroribus oberrantes diffusos per Aquitaniam misit, & praefecit eum Engolismae et Petrochorensi. Post Vulgrinum sucessit in comitatu Audouinus et Guillelmus filius, & quidam alius qui fuit monachus sancti Dyonisii, de quo dictum est ab antiquis quod postquam civitas sua Parisius devastata

 

― Page 206 ―

 

fuit à Normannis, tulit caput Sancti Dionysii, & causa tutaminis secum detulit ad ecclesiam Sancti Martini quae est prope civitatem Petragorensem, in qua caput nemine sciente cautè abscondit. Vulgrinus iste terram suam filiis suis divisit, Auduino Engolismam, Guillelmo vero Petrochoram & Aginnum. Post Guillelmum in comitatu successit Bernardus filius ejus, & Domina Eyma filia ejusdem Guillelmi, quae aedificavit capellam S. Andreae de Podio, S. Frontonis. Cecy est rapporté par Bernard Guidonis en ses chroniques (en marge: Manu. sc. P. Guid.), ou plustost vieux cartulaire de tous les convens des peres Prescheurs de cette province (en marge: Ruine des Eglises). Le mesme se treuve aussi dans le grand livre de l’Eglise Cathedrale de sainct Etienne, comme aussi nous lisons cette Genealogie dans un fragmant prins de l’histoire de l’Aquitaine, qui depuis quelque temps à esté imprimé à Francfort sur les manuscrits de la bibliotheque de M. Pytou (en marge: Ex Pyt. Francof. 1594). Ex pervetusta schida.

Le mesme Guidonis observe, que quelque temps apres cette Abbaye de sainct Euparche bastie à l’honneur de sainct Martin fut demolie par les Normans (en marge: Ma. scrip. Guid. ibid.). Lesquels desja avoient donné la ruyne à plusieurs celebres Abbayes & Eglises de cette province (en marge: Et Abbayes), le monastere de Bociaco avoit esté renversé par eux au rapport de Sebaldus (en marge: Sebaldus epis. Pet. in vit. S. Front.). Je ne scay s’il faut traduire de Bochau, lequel l’an 1153 nous nommerons de Bosco cavo, je treuve aussi qu’une Abbaye de Reli-

 

― Page 207 ―

 

gieuses avoit senty la mesme rage à S. Astier. Specialement le Monastere de sainct Front basti par Chronopius avoir esté tellement bruslé & saccagé avec le restant du Bourg hormis l’Eglise conservée miraculeusement, comme nous avons dit, que mesme le corps de l’Apostre du Perigord demeura long temps incogneu, à cause que ces Normans sacrileges en vouloient specialement aux corps saincts des Chrestiens; ce qui fut cause que de toutes pars l’on transportoit & fuyoit ces sainctes Reliques, comme remarque l’Abbé Odo de Cluny, & la chronique de Dubouchet.

Le venerable & tres sainct Abbé Adalgasius pere d’une dizaine de bons Religieux de sainct Benoit, fut contrainct de quitter son Abbaye qui estoit dans le bourg nommé Palmatus (sic) en Perigord, à raison de ces mal-heurs, pour aller chercher ailleurs asseurance de leur vie. Agio Abbé de Vabres raportant dans une epistre citée par Catel la fondation de son Abbaye, dit que le Comte de Tolose Ramond premier du nom, luy offrit pour lors le domaine qu’il avoit à Vabres & le luy donna pour y fonder une Abbaye. Il faut voir quelque piece du recit qu’il en faict. Erat igitur eo tempore monasterium in provincia Galliae in Petragorio pago nomine Palmatus, in quo jugiter deicolae decem famulabantur, nihil habentes proprium praeter idquod norma sancti Benedicti cedebat; alia namque plurima erat monasteria in eadem provincia, oppido diti-

 

― Page 208 ―

 

ora in quibus jam fato ingruente peste, famis periculo, multi monachorum sancti Benedicti normam negligere ceperant, & contre illius ritum proprium habere &c. At his praeerat Adalgasius Abbas veneranda canicie, moribus justus, alacer vultu, prosapia quidem non vili genitus, at ore eloquentissimus, qui videns quod nullo modo illorum saevitiam propter praesentem necem ferre posset, coepit lustrare ut bonus pastor omnes regiones, si forte inveviret ubi ab ore saevientium, suas pauperculas servare quivisset oviculas, quoniam quidem minime illi opportunum erat suo degere solo, in quo creberrimas & miserabiles ex dilectis suis alumnis cerneret strages. Voyez l’estat deplorable auquel cette province pour lors estoit reduite (en marge: Abbayes difformees).

Ces effroyables, quoy que justes punitions de Dieu, ne peurent obliger la noblesse de l’Aquitaine, à d’esmodre de l’usurpation du bien Ecclesiastique, tant ils avoient esté affriandis à cette cruauté (en marge: Biens usurpés de l’Eglise); car cest ainsi que le Pape Nicolas apela ce desordre dans son epistre (en marge: Epist. Nic. Papae ad Aquit. nobilit.) que comme pere il escrivit à toute la noblesse d’Aquitaine, affin de les divertir de ce sacrilege, nous trouvons cette epistre au tome 3 des Conciles (en marge: Tom. 3 Cons.), de laquelle j’ay voulu inserer icy quelques clauses, qui peut estre serviront pour donner de l’effroy à nostre noblesse de cette province qui encores aujourd’huy succede à l’impieté de leurs ancestres, retenant les biens du Crucifix, sans crainte des divins jugemens. Dilectis omnibus nobilibus atque primoribus seu

 

― Page 209 ―

 

cunctis Aquitaniae habitatoribus. Audivium quosdam vestrorum, quod non optabamus ita contra Deum efferri, ut ecclesias ejus & diversa pia loca depraedari non timeant, & res ejus pertinentes distrahere non recusent, quae res nos valde contristavit &c (en marge: Exhortations). En suitte il les exorte (en marge: Ibidem), ut saluti vestrae providentes, solerter à tanta crudelitate cessetis; quinimo quae violenter aut quoquomodo sine lege tulistis, sine dilatione reddatis &c. Similiter & de his hortamur à vobis fieri, quae Reges quomodo cumque à sanctis locis aliquo tempore abstulerunt, &c. Adjoustant au surplus malediction & anatheme aux refractaires (en marge: Et menaces); specialement, que venerandi corporis & sanguinis Domini nostri Jesu Christi communione poenitus privatus existat. Cecy fut fait l’an 866 (en marge: 866) auquel temps puis que nous sçavons nouvelles de nos Evesques, nous concluons que Vulgrin Comte du Perigord fit son profit de ces monitoires. (n)

 

Sebaldus Evesque.

Guillelmus, Duc d’Aquitaine.

 

Apres vingts ans (en marge: Anna. Aquit.) de persecution causée par les Danois ou Normans (en marge: L’an de Jesus-Christ 892), nous joüimes d’une douzaine d’années de relache; mais avec le temps le mal rengrege. Mesmes l’an 891 Ranoüil premier (en marge: Chron. Burd.)

 

― Page 210 ―

 

Duc d’Aquitaine fut tué prés de Soissons en bataille contr’eux. Guillaume (en marge: Guillaume 2 Duc d’Aquitaine) son nepveu fut le second Duc surnommé le Piteux, où Devot (en marge: Paix).

Au commencement de ce 9 siecle (en marge: 900) Vulgrin de Taillefer estant mort (en marge: Chronic. Engol.) son fils Guillaume succeda aux Comtés de Perigord & Agenois (en marge: Guillaume 2 Comte du Perigord). Pour lors la chaire episcopale de cette province estoit tenue par Sebaldus reputé docte & eloquent, eu esgart à son siecle tres disetteux d’escrivains sacrez, & qui à peine dans tout son centenaire en baille trois ou quatre (Vide chr. Galtherii Genebr. Bellarm.), qui encore rempent assez & trainent de l’aile en leur stile. Ce Prelat r’assembla en un (en marge: 904), tout ce qu’il rencontra touchant nostre sainct Front (en marge: Sebaldi epis. ma. sc.). Anno gratiae nongentesimo quarto, indictione septima, principatus Guillelmi comitis urbis Petragoricae, & Agenni quarto decimo, & ce dit-il, suivant les memoires d’Anian & Chronope successeurs immediats de l’Apostre (en marge: Collecteur de la vie S. Front); Mais desja les persecutions de Romains, Gots, Sarrazins & Normands avoient si avant bouleversé tous les memoriaux Ecclesiastiques, qu’il ne luy fut possible de r’allier tous ces lambeaux sans y joindre plusieurs pieces estrangeres & trop disproportionnées, comme nous avons monstre (en marge: Vode introduct.); il est vray qu’il faut recevoir ce qu’il escrit estre arrivé de son temps, lors que nostre Dieu voulut par miracles faits ordinairement au sepulchre du sainct (en marge: Vide supra ann. 514), consoler les fideles & les confirmer en la foy auparavant l’arrivée des Normans (en marge: Miracles). Specialement il raconte com-

 

― Page 211 ―

 

me six huict ardans dont nous avons parlé, furent gueris miraculeusement, quelques uns d’iceux vellians dans le premier porche de l’Eglise sainct Front (en marge: 18 ardans), en attante de la guerison accordée à plusieurs, soudain se treuverent rafraichis, leur feu interieur tout esteinct; ils courent de joye porter les nouvelles de ce bonheur aux autres qui estoient malades de la mesme ardeur & gisoient hors l’Eglise soubs quel que appentis, lesquels à la voix de leurs compagnons sentirent la faveur de cette rosée celeste, ils courent tous ensemble vers le sepulchre de leur bien-facteur (en marge: Gueris), & soudain une tres grande lumiere venant par les fenestres de l’Eglise parut sur le sainct tombeau, menant avec foy un essein d’abeilles qui se ruerent sur ceux-cy, & les piquerent si vivement qu’ils furent treuvés tous ensanglantés par les religieux qui accoururent à leurs cris. Cette guerison miraculeuse est aussi rapportee dans l’ancien legendaire de l’Abbaye de sainct Marcial de Lymoges (en marge: Ma. sc. Abb. S. Mart. Lemo.).

Au mesme temps un homme perclus du bras gauche, ses pieds recourbes au dos dés le ventre de sa mere (en marge: Perclus de ses membres), dont il estoit contraint de marcher sur les genoux, ayant attendu long temps pres du sepulchre du sainct qu’il luy pleut le favoriser, sentit un jour ses nerfs, ses tandons, & ligatures se relascher, ses pieds s’affermir, son bras paralitique & recourbe se remettre (en marge: Idem Ibidem); il saute de son grabat pour aller re-

 

― Page 212 ―

 

mercier son bien-facteur; une joye extraordinaire saisit tant le Clergé, le bruit assembla dans peu un nombre sans nombre de peuple, parmi lequel une femme poussée d’un zele & ferveur indiscrete vint baiser cette main guerie & luy offrir une chandelle; mais comme si la main eut refusé cet honneur elle se recourba & enfonça d’une si grande violance dans le costé du bon homme, que peu s’en fallut qu’il ne mourut soudainement (en marge: Prodige); ce cas extraordinaire porta les anciens du Clergé à commander un jeusne general durant les trois jours avant la Pentecoste, & apres la minuict de la solemnité, un bon Religieux mena le patient au sepulchre du sainct, luy reccommandant de joindre ses prieres aux sienes; peu apres une lumiere rejallit de ses yeux & sa bouche, son bras se remettant, l’enfonçure du costé versa beaucoup de sang (en marge: seconde guerison); tous les religieux accourent aux cris, voyent le second miracle, & à ce que le peuple ne vint derechef causer du desordre ils ferment soigneusement les portes de l’Eglise; mais le divin pouvoir les ouvrit au concours du voisinage qui passa le restant de la nuict en actions de graces à Dieu & au sainct Tutelaire leur journalier bienfacteur.

Environ ce temps Charles la simple (sic) estant Roy (en marge: Flod. chr.), la mauvaise administration & toute tyranique d’Eude mere du Palais, donna occasion derechef eux Ducs d’Aquitaine & Comtes des provinces, de s’usurper toute l’autho-

 

― Page 213 ―

 

rité souveraine, le bien-faict de Charles le Chauve, demeurant hereditaire en leurs maisons (en marge: Frag. hist. Aqu. è ma. sc. Pytou). Guillaume meurt l’an 927 ce qui donna occasion à ces endiablez Normans (en marge: Normans reviennent) de venir ravager dans l’Aquitaine (en marge: 927); mais Raoul Roy de France les suit de pres (en marge: Delest. recherch. des Gaules), & emporte sur eux une sanglante victoire en Lymosin. Nostre Comte Guillaume se treuva en cette depesche soubs les armes Royales (en marge: Annal. Aquit.). Ebles fut le troisiesme Duc d’Aquitaine (en marge: Ebles 3) (en marge: Duché), mourant laisse son petit fils Ebles quatriesme Duc (en marge: Ebles 4), apres la mort duquel l’an 935 son fils Guillaume Hugues ou Hugon fut le cinquiesme Duc (en marge: Guill. Hugon 5) (en marge: 958). Il meurt l’an 970 laisse (en marge: 970)Guillaume son fils surnommé teste d’Estouppe pour sixiesme Duc d’Aquitaine (en marge: Guill. Teste d’Estoupe, Ducs d’Aquit.). En la mesme année Boso Compte de la Marche fut marié avec Ayna la soeur de Bernard, troisiesme Comte du Perigord (en marge: Bernard 3. Comte du Perig.), en vertu duquel mariage le Compté fut transporté hors de la maison des Taillefers (en marge: Frag. hist. Aquit. ex Pytou) (en marge: Comté). Aujourd’huy la maison de Mauriac retient le nom & les armes, de ces valeureux & saincts Heros qui font un homme à cheval en sable en champ d’or tenant son coutelas. Ce Comte Boso (en marge: Boso 4 Comte du Perigord) est apellé, Vetulus, pour distinction des Comtes Bosons que nous verrons plus bas. (o)

 

― Page 214 ―

 

Froterius Evesque.

Guill. 3 du nom, 6. Duc d’Aquit.

 

Apres un si notable Eclypse, il pleut au Ciel d’oeillader le Dioceze du Perigord d’un aspect plus gracieux, environ l’an 976 (en marge: L’an de Jesus-Christ 976) & ce soubs les favorables auspices de Hugues Capet, qui desja par le tiltre de Maire du Palais, gouvernoit heureusement le Royaume (en marge: Democ. Chenut. Gall. chr.); lequel enfin luy fut donné, & generalement receu Roy de France l’an 987 donnant commancemant à la troisiesme race des Capetans (en marge: Chron. Vuill. Nang.). Et recognoissant, tout sage qu’il estoit, que la race des Carlovingiens estoit tumbée en cette notable decadance (en marge: Bar. hoc ann. 987), jusques à perdre la Couronne, pour punition des injustes usurpations des benefices de l’Eglise (en marge: Annal. Dup. t. 2), par lesquels ils avoient recompensé leurs favoris, authorisant la confidance, simonie, & tout sacrilege & sordide commerce des benefices; ce bon Prince apris au despens de ses predecesseurs, s’estudia à se desgager de telles menées, retranchant ces abus (en marge: Evesques remis), fermant la porte aux desordres qui par là estoient entres dans le Royaume. Il designa

 

― Page 215 ―

 

pour l’Evesché du Perigord un tres digne Pasteur (en marge: Nomination aux Eveschés), nommé Froterius, Democarse & d’autres le nomment Fraternus (en marge: Democa. in tab. Pet.), il le faut distinguer de plusieurs autres Evesques de ce nom qui vivoient en ce temps, comme à Bourdeaux, à Poictiers & ailleurs. Icy je remarque, comme le Roy nommoit aux Eveschez, sans le congé du peuple (en marge: Ann. Aq. 3 p. c. 1); bien est vray que du temps de Charlemagne, l’Evesque estant mort, l’on en donnoit advis au Roy, qui pour empescher les troubles ordinaires, deputoit quelque Evesque pour visiter & assister de la part de sa Majesté à l’eslection du nouveau Prelat, qui se faisoit par le Clergé, avec les principaux de la province, laquelle estant confirmée par le Roy, & par le Metropolitain, l’Evesque esleu estoit sacré par trois Evesques. De quoy nous voyons plusieurs exemples dans Hincmare & Flodouard (en marge: Hincma. ep. Flod. c. 24 l. 3). Cela alloit prou bien jusques là; mais les desordres passés avoient donné passage plus avant sur l’immunité Ecclesiastique.

Il seroit difficile d’escrire le zele ardant, qui posseda le bon Evesque Froterius, pour restablir son Dioceze (en marge: Restablit). Il faut le juger par ses oeuvres remarquables, qui encores aujourd’huy sont en partie sur pied pour le spirituel & temporel. D’un costé voyant le premier Monastere de sainct Fronton basti par Chronopius tout ruiné, bruslé, & mis en desolation, par les guerres dernieres, il desseigna de bastir un plus magnifique & beau que le premier, nommé par excellence grand Monastere, hic Episcopus

 

― Page 216 ―

 

magnum monasterium aedificare coepit; dict un ancien manuscrit (en marge: M. sc. S. Anth.) qui jadis estoit gardé par les Vicaires de sainct Anthoine, & nous fournira des memoires jusques à l’an 1192. Je ne puis treuver rien d’asseuré touchant l’Abbaye de sainct Front (en marge: L’Eglise S. Front bastie), puis que nous avons perdu les tiltres des thresors des deux chapitres, & maison episcopale; l’heresie nous ayant presque ravy tous les documens & cartulaires; si faut-il pourtant que je die quelques observations conjecturales sur ce poinct. Et premierement je croyois que Chenu (en marge: Chenu in tab. ep. Petroch.) s’estoit trompé, disant que c’estoit jadis un Monastere de l’ordre regulier de sainct Augustin (en marge: L’Abbaye de quel ordre?); car je treuvois dans Tritemius (en marge: Tritem. hist. Hyrs.) en l’histoire de Hirsangus qu’en France, Allemagne & autres provinces des l’an 545 auquel temps Chronopius l’avoit bastie, on ne cognoissoit aucun ordre de moines, que celuy de sainct Benoit, voire quand sainct Maure disciple de ce sainct, vint en France, les monasteres qui estoient ja establis, & vivoient soubs des regles particulieres, receurent universellement la regle de sainct Benoit (en marge: Ordre S. Benoit), comme asseure l’autheur de la vie de sainct Maieul (en marge: In vit. S. Ma.). De plus l’an 740 au temps du Pape Zacharie, Boniface par son commandement & l’assistance de Charlemagne assembla le Concile d’Aix la Chapelle (en marge: Conc. Aquisg. to. 3) duquel nous avons parlé, auquel on conclud que tous les monasteres gardassent la regle de sainct Benoit, voyez Nauclard (en marge: Nauclard gen. 25) à la fin de la vingt-cinquiesme generation. Le

 

― Page 217 ―

 

mesme aussi ordonne au Concile d’Aix la Chapelle soubs Louys le Debonnaire. Bref en tous les Conciles tant de France que d’Allemagne, il ne se faict mention d’aucun autre Ordre, ny regle que de sainct Benoit; c’est pourquoy il ne se faut estonner de ce que Folange (en marge: Folang. in ps. 12) dit sur le pseaume douziesme qu’il y avoit de bon conte trente mille Abbayes de cet Ordre, & quatorze mille Prieurez, sans quinze mille Monasteres de Nonains (en marge: Multiplication innombrable). Genebrard (en marge: Chron. Geneb. ann. 524) en sa chronologie met presque le mesme nombre l’an 524 le promoteur de cette grande multiplication en France fut sainct Maure, qui de son vivant, edifia 160 Monasteres (en marge: Sainct Maure), & caux qu’il forma à la pieté & religion multiplierent tellement, que Louys douziesme disoit plaisamment que S. Maure avoit plus acquis avec son Breviaire, que ni luy ni ses predecesseurs avec leur espée. Ainsi je d’autres fois jugé que cette Abbaye avoit appartenu à sainct Benoit; toutes fois je recontré le vieux cartulaire de l’Evesché qui la met de l’ordre sainct Augustin; pourroit estre qu’en divers temps elle auroit appartenu à divers ordres. Ce fut un des premiers Monasteres qui se laiserent; du temps d’Acurse glossateur du code (en marge: Accurs. glos. in authent. tit. I de non alie.), l’Abbé estoit desja laique & commandataire suivant sa remarque (en marge: Secularisation); l’Abbaye fut unie à l’Evesché & les religieux reduits à vingt-quatre Chanoines, les fruicts d’un Canonicat appartenans à l’Evesque en tiltre d’Abbé laique & seculier, avec droict de tenir le pre-

 

― Page 218 ―

 

mier rang au choeur & au Chapitre.

Quand au tiltre d’Eglise Collegiale (en marge: Eglise Collegiale), Balsamon Patriarche d’Antioche (en marge: Bals. in nom.), apelle tres à propos les monasteres, admirabilis vitae Gymnasia, & pietatis scholas palestres d’honneur, seminaires de Prelats. C’est pourquoy le concile de Colloigne ordonna que les monasteres seroient escholes des Gentils-hommes, & les hospitaux des pauvres. Sainct Benoit au prologue de sa reigle, & au chapitre 73 & dernier (en marge: Regula S. Bened. c. 73), dit statuimus instituere Domini servitii scholas, ce que ces disciples pratiquerent soigneusement, sans pourtant y estre obligez, apprenans aux enfans de la noblesse, la religion, les moeurs, le chant, & les bonnes lettres (en marge: Estudes), comme remarque Joannes Diaconus (en marge: Joannes Diac. l. 2 vit. bene. c. 46), & Tritemius dit (en marge: Trit. de viris. ill. l. 3 c. 25), quorum magisterio viri nobiles, filios suos tradunt instituendos. Ce qui arriva en vertu de l’ordonnance de Charlemagne, qui au raport de Burcard, fit une constitution, que les Eveschez & Monasteres fussent destinez pour faire des escholes publiques; ce qui donna commancement aux Universitez principales de l’Europe, d’ou aussi est venu la charge de maistre eschole, capischol, ou scholastre (en marge: Maistre escole), qui furent establis dans les Monasteres & Chapitres.

Revenons à l’Evesque Froterius, qui craignant les inondations ordinaires des Normans sur le Perigord (en marge: Ma. sc. S. Aut.), s’advisa de faire bastir plusieurs fortes places dans son Dioceze (en marge: 5. Chasteaux) & domaines de son Evesché pour estre des lieux de refuge &

 

― Page 219 ―

 

asseurance pour les siens, & d’obstacle aux estrangers, ce sont les cinq chasteaux d’Agonac de Croniac, d’Auberoche, la Roche S. Christofle, & la Roche de Basillac. De la nous concluons comme sans repugnance il joüissoit du grand revenu de son Evesché. Le Roy favorisant son zele pour arracher de la noblesse le bien auparavant usurpé.

Bien est vray qu’encor je treuve dans cette province des reliefs du premier desordre (en marge: 982), environ l’an 982 le Monastere du Prioré de Themolac estant aliené par Grimouard Abbé du Monastere S. Euparche, & donné à son frere Aymeric sieur de Mucidan (en marge: Corl. in chro. Comit. Eng.). De plus un Vicomte de Lymoges Guido voulut forcer son frere Audoüin Abbé de Brantosme (en marge: Violance), pour luy laisser l’Abbaye en joüissance (en marge: Id. in ep. Engol.), & sur le refus qu’il en faisoit, il le mit en prison, avec beaucoup d’indignité; pour lequel crime il fut condamné d’estre tiré à quatre chevaux, & son frere promeu à l’Evesché de Lymoges. Ce qui fit resoudre le Vicomte de le rechercher de paix (en marge: Corl. chr. Engol.), laquelle ce bon Prelat luy accorda volontiers, avec oubly du passé, & pour tesmoigner une totale amnestie & reconciliation (en marge: Dub. in ann. Aqu. anno 986), il choisit Engolesme pour s’y faire sacrer (en marge: 986), en la presance de son frere, puis qu’en ce lieu le crime avoit esté commis. Nostre Evesque Froterius y assista, selon Corlieu, qui le nomme Fraternus.

Nous treuvons aussi dans un fragment de l’histoire d’Aquitaine (en marge: Frag. hist. Aquit. Pytou), pris de la bibliotheque

 

― Page 220 ―

 

de Pytou, imprimé à Francfort, quen ce temps là le Perigord, l’Agenois, & l’Engoumois (en marge: Taleyrand Comte) avoient pour Comte Guillaume Taleyrand (en marge: Guillaume Taleirand, Comte du Perigord), duquel je diray en passant combien hardiment il respondit au Roy Hugues Capet & son fils qui luy avoient escrit severement, à cause qu’il avoit mis le siege devant Tours. Qui est-ce qui vous à faict Comte? il luy rescrivit? Mais qui est-ce qui vous à faict Roy? Paroles bien fondées; mais bien hardies. Quelque temps apres cecy, Gerad succeda au Comté du Perigord (en marge: Gerard Comte du Perigord), & eut trois enfans, Elie, Audeberd, & Bozon qui consequtivement feurent Comtes, comme nous dirons (en marge:Meyn. en ses arrests 3 p. lib. 9. Et lib. 11 tit. 2 en la conf. de l’ordonnance).

Durant le Pontificat de Froterius un S. Religieux du Monastere sainct Front, eut revelation du lieu auquel ces siecles passez, auparavant l’arrivée des Normans les Chrestiens avoient caché le corps du S. Martyr Frontaize (en marge: Le corps de S. Frontaise), disciple de S. Front, qui avoit arrousé de son sang l’Eglise primitive de cette province (en marge: Ma. scrip. S. Ant.). Ce corps fut relevé du lieu où il avoit demeuré caché par l’Evesque, avec grand pompe. Il estoit necessaire que ce bon Pasteur gouvernat long temps cette Eglise; mais le demon suscita contre luy son Prevost, qui attentant sur sa vie le massacra cruellement au lieu apellé Moursing, parroisse de Coursac (en marge: Mort funeste); Ainsi il finit infortunéement ses jours, l’an 991 le 12 Decembre (en marge: 991), le bonheur d’un favorable trespas n’ayant secondé ses merites pour l’heureux gouvernement de cette

 

― Page 221 ―

 

Eglise durant 14 ans, six mois, trois jours, son corps fut porté à l’Eglise du grand Monastere de S. Front, & fut là inhumé comme fondateur de l’Abbaye, avec les pompes Ecclesiastiques. (p)

 

Martin Boso Eves.

Guill. Duc d’Aquitaine.

 

Froterius estant mort, Martin Boson succede (en marge: L’an de Jesus-Christ 992), il estoit fils de cette noble maison de Boson Comte de la Marche & du Perigord, parce qu’il avoit pris à femme Eyna (en marge: Chenut), qui restoit de la famille des Taillefers (en marge: De parens illustres). Cette mere de l’Evesque estoit toute pieuse, & fit bastir la chapelle de S. André (en marge: Gall. Christi.), la dotant de son patrimoine. Il ne se treuve rien de remarquable durant le gouvernement de cet Evesque, peut estre à cause qu’il tint le siege Episcopal seulement durant neuf ans (en marge: Decés); Il mourut l’an mille (en marge: 1000), & le mois est ignoré, pour n’avoir esté marqué dans le calendrier du Chapitre, suivant les ancienes coustumes, il fut ensevely dans l’Eglise de S. Front.

La mesme année de sa mort, & le Vendredy apres le Jeudy de l’Ascension, le devotieux Duc d’Aquitaine Guillaume, à cause de sa bonté

 

― Page 222 ―

 

nommé teste d’estouppe (en marge: Duché), avec sa mere Agnes, & son frere Geofroy, font une donation ou plustost confirment le don de la moitié de l’isle de Rez de deux villages & d’un bois à nostre Dame du Puy en Vellay (en marge: Hist. du P. Odo. de N.D. du Puy li. 2 c. 20), dans lequel acte quelques Evesques de Front font signez, entr’autres un Gerardus, Evesque de Perigueux (en marge: Gerardus), lequel suivant la remarque du Pere Odo ne se treuve bonnement ailleurs. Je me crains qu’ayant eu la nomination à l’Evesché sans avoir esté receu n’y sacré, & s’en estant démis dans peu en faveur de Ranouil, on ne l’auroit mis au rang du cartulaire tres autentique, duquel je me serviray jusques à l’an 1192. (q)

 

Rodolphus de Cohalia

Guill. Duc d’Aquit.

 

Ranouil de Cohé succeda à Boson (en marge: L’an de Jesus-Christ 1000), il est perte que son anciene maison de Cohé en Poictou n’aye succedé à la pieté de ses ancestres, estant aujourd’huy dans l’heresie (en marge: Chenut. Gall. chri. ma. scri.). Cet Evesque reprint les erres de Frotier, s’adonnant à faire remettre sur pied les edifices sacrez, renversez par les Normans, conformement à ce

 

― Page 223 ―

 

que remarque Glaber, disant qu’environ l’an 1003 dans toute la Chrestienté (en marge: 1003), specialement dans la France, il s’alluma une saincte jalousie pour edifier les Eglises, rebastir les Monasteres ruinez, reédifier les maisons Episcopales (en marge: Zele & reforme generale). Tunc denique Episcopalium sedium Ecclesias poene universas ac caetera quoque diversorum sanctorum monasteria, seu minorum Villarum oratoria in meliora quique mutaverunt fideles. Specialement nostre Evesque porta les affections de son zele sur une ancienne Abbaye de filles religieuses, qui estoient à S. Astier, desquelles le monastere avoit le plus senty les effects de la furie du Norman, il delibera d’y reédifier cette magnifique Eglise (en marge: Sainct Astier rebasti), que nous voyons aujourd’huy en partie sur pied, ayant esté delabrée par les modernes heretiques, qui n’ont voulu ceder en felonnie aux precedens persecuteurs (en marge: Vid. sup. anno 500); il y establit des Chanoines reguliers de sainct Augustin (en marge: Chanoines). L’edifice estant parachevé l’Evesque de Tolose fut convoqué pour la solemnelle consecration (en marge: Consecration); ce qui donna ouverture à la confederation & association fraternelle qui fut faite des lors entre les religieux du monastere de S. Front, & les religieux de la celebre Abbaye de S. Sernin de Tolose.

Environ ce temps les Hongres (en marge: 1009), habitans sur le rivage du Danube, estans convertis à la foy catholique (en marge: Glaber lib. 3 c. 1), ouvrirent le chemin à une infinité de catholiques occidentaux de tous aages, & de tous ordres, pour aller en pelerinage visiter les sainct lieux de Hierusalem (en marge: Lieux SS. visités). Ce voya-

 

― Page 224 ―

 

ge estant plus court & plus asseuré par l’Hongrie, nostre Evesque poussé de cette generale devotion, se met en chemin pour aller adorer son Dieu, in loco ubi steterunt pedes ejus, surquoy je raporteray le desordre que l’enfer causa en ces lieux sacrez, par le moyen des Juifs. Ces infames qui restoient à Orleans, ne pouvant supporter l’honneur que les Chrestiens vouloient rendre à Jesus-Christ, escrivirent en caracteres Hebraiques une lettre au grand Califfe de Babylone par laquelle ils l’advertissoient (en marge: Idem c. 7), que les voyages des occidentaux estoient avec dessein formé d’envahir son Empire; sur cette nouvelle ce Prince fit razer le temple admirable du S. Sepulchre (en marge: Sainct Temple demoli), jadis basti par saincte Helene (en marge: Bar. anno 1009). Ruine qui fut accompagnée des larmes de toute la chrestienté. Dieu ne voulut pas que les autheurs de ce sacrilege demeurassent impunis, si qu’estans descouvers, on les massacra par tout ce Royaume, on les pendit, brusla, noya, & punit de divers suplices, & pour estonner davantage l’enfer Dieu suscita Marie mere de Califfe Chrestienne pour obtenir congé de son fils de reédifier ce lieu S. en quoy elle employa tout ce qu’elle peut (en marge: Reedifié).

Ranoüil, suivant Ademarus estant de retour de son pelerinage l’an 1013 (en marge: Gall. chr.) rendit l’esprit à son Dieu, le 5 Janvier (en marge: Adem. chro.), ayant gouverné son Eglise 12 ans & six mois (en marge: Ademar meurt) il fut inhumé (en marge: 1013), primum in monasterio vetulo ubi altare consecratum est in honorem sancti Thomae (en marge: Ma. sc. S. Anth.). (r)

 

 

 

― Page 225 ―

 

Notes critiques et historiques

sur

L’ouvrage du P. Dupuy,

par M. l’Abbé Audierne,

Membre de la Société française pour la conservation des monumens de la Dordogne, inspecteur des monumens historiques, membre de plusieurs sociétés savantes, etc. etc.

 

 

En commençant ces notes, nous dirons un mot du P. Dupuy: nons lui devons cet hommage. Aucune biographie n’a parlé de lui jusqu’à présent. Cet auteur est cependant érudit. Il mérite une mention honorable; il est juste de ne pas la lui refuser.

Jean Dupuy, issu d’une famille honorable, naquit à Périgueux vers l’an 1589. Son père, Jourdain Dupuy, était bourgeois et procureur au siège présidial. Le nom de sa mère nous est inconnu, les registres de la pa­roisse Saint-Front, antérieurs à 1589, où il fut baptisé, n’existant plus que très imparfaitement. Il était l’aîné de sept frères ou soeurs, dont le plus jeune, François Dupuy, naquit le 22 février 1620, c’est-à-dire trente ans après lui, ce qui nous fait penser que son père, encore jeune, ayant perdu sa première femme, en prit une seconde qui se nommait Bertrande Chabanier.

Jean Dupuy, appelé à l’état religieux, entra dans le couvent des récolets de Sarlat, dont il devint plus tard le père gardien. Les sentimens qu’il ex­prime dans son ouvrage annoncent que, tout dévoué à sa ville natale, il n’eût pas abandonné son diocèse pour passer dans celui de Sarlat; mais

 

— 226 —

 

Périgueux ne possédait point alors de récolets: ils ne s’établirent qu’en 1612, époque où Dupuy avait déjà fait sa profession religieuse.

Ses études furent sérieuses, et il y obtint des succès. Son talent pour la chaire le fit désigner par le père provincial pour faire partie des mis­sionnaires de son ordre qui, à la demande de François de la Beraudière, évêque de Périgueux, vinrent, en 1620, prêcher à Bergerac. Cette mis­sion dura cinq ans; et ce que dit le P. Dupuy, dans l’épître dédicatoire, à l’évêque: Me voici derechef à vos pieds, les mains chargées de branches dolive et de laurier, semble indiquer qu’il en fut le chef, à moins que ces paroles ne rappellent un premier ouvrage que nous ne connaissons pas.

A l’époque de cette mission, Dupuy avait probablement trente-cinq ans. N’ayant écrit son livre qu’une dizaine d’années après, il en avait environ quarante-cinq lorsqu’il le publia.

Le P. Dupuy conçut la pensée de son livre pendant la mission de Berge­rac: c’est là, du moins, ce qu’il donne à entendre dans son épître et dans l’avertissement qu’il met à la fin du second volume. En cela, rien d’étonnant. Le protestantisme prétendait que la tradition avait été altérée, et que l’en­seignement religieux n’était plus celui des premiers siècles. Il fallait néces­sairement leur prouver le contraire, et de là la nécessité d’établir une suc­cession non interrompue dans les pontifes envoyés par les apôtres et leurs successeurs. Si l’on n’admettait point cette supposition, il serait difficile de concevoir comment le P. Dupuy, incorporé dans le diocèse de Sarlat et y demeurant, ayant dès-lors moins de ressources pour écrire l’histoire des évêques de Périgueux, eût préféré, néanmoins, cette histoire à celle de Sarlat, qui lui était plus facile, à moins, cependant, qu’on ne dise que son affection pour Périgueux lui dicta ce choix, ou bien qu’il ne fit pas l’histoire de l’église de Sarlat parce que le chanoine Tardes y travaillait à cette époque.

Personne, avant le P. Dupuy, n’avait traité le même sujet. On croit gé­néralement qu’Arnaud de Laborie a fait un livre sur les antiquités du Périgord. Selon nous, c’est une erreur dont la source est dans Belleforêts. Voici les expressions de cet auteur: « De ce beau pays (le Périgord) et de la cité capitale duquel j’ai retiré et plan et description d’un gentilhomme du pays bien versé aux lettres et diligent rechercheur de ce qui est secret de tout savoir et bonnes disciplines, et le nom duquel je serais marry de taire,

 

— 227 —

 

tant pour n’être ingrat du secours qu’il nous preste en chose si laborieuse que pour les mémoires et raretés, c’est François-Arnautd de Laborie, sei­gneur dudit lieu et chanoine en l’église cathédrale de Périgueux, qui pour en estre natif et avoir pris plaisir à la recherche de ce qui est de plus sin­gulier, a aussi espluché les choses d’assez près, suyvant les mémoires du­quel je prétends me gouverner en cette description. » (Tom. 1er, pag. 194-206.)

Si Laborie eût fait imprimer son livre, ce livre eût appartenu à tout le monde, et Belleforêts se serait contenté d’en citer les passages dont il au­rait eu besoin, sans insister sur sa reconnaissance et sur le mérite de l’au­teur. Les paroles de Belleforêts prouvent, au contraire, qu’il ne reçut qu’un mémoire de Laborie, dont il voulut faire honneur à l’auteur en le citant avec éloges et remercimens.

André Duchesne nomme aussi Laborie dans ses recherches sur les anti­quités des villes de France. Il s’exprime ainsi: « Ceux qui ont recherché ce qui pouvait éclairer la grandeur et le lustre ancien de cette ville (Péri­gueux) comme le seigneur de Laborie, nous ont laissé par écrit qu’elle était l’une des premières de la Gaule en antiquités, etc. »

Ces paroles vagues dénotent qu’André Duchesne n’a fait que copier Bel­leforêts; mais ce qui prouve incontestablement qu’Arnaud de Laborie n’a rien fait imprimer sur les antiquités du Périgord, c’est le passage suivant de La Croix-Dumaine, auteur contemporain de Laborie: « François-Ar­naud de Laborie, dit-il, a écrit un discours des antiquités du Périgord, lequel il envoya à F. de Belleforêts pour employer à sa cosmographie, » Rien n’est plus clair. Ainsi, d’après ces divers auteurs, il parait évident qu’Arnaud n’a jamais fait imprimer son discours sur les antiquités, et que si cet ouvrage avait existé, on en retrouverait encore quelques exemplaires ou, du moins, quelques traces. Tel est aussi le sentiment de notre ami, le savant M. de Mourcin.

Le P. Dupuy avait beaucoup d’érudition. Il écrivait mal, mais son style ne manque point d’énergie. On peut reprocher à cet auteur une trop grande crédulité et peu de critique dans son histoire; cependant, nous lui devons la connaissance de plusieurs faits que nous ignorerions sans lui. La recon­naissance doit lui faire pardonner sa simplicité; d’ailleurs, cette naïveté tient aux moeurs de l’époque.

 

— 228 —

 

En 1629, il fit le voyage de Périgueux pour offrir lui-même un exem­plaire de son ouvrage aux maire et consuls de la ville. L’hommage fut ac­cepté, et le livre vert de l’hôtel-de-ville, folio 79, nous en a conservé le souvenir. Voici le texte, que nous devons à l’obligeance de M. Léon Lapeyre:

« Le 13 octobre 1629, estons assemblés dans la maison de ville, suivant coustume, messieurs de Chillaud, premier consul, Blanchard, Dujaric et Brousse, consuls, avec Jehan Bugeaud, procureur scindic, le R. P. Jehan Dupuy, recollet, fils de .M. Jourdain Dupuy, procureur au siège présidial et bourgeois de la présente ville, est présenté, lequel, après avoir ha­rangué sur le subject des mérites de tant de notables personnages qui ont gouverné l’estat spirituel et temporel de la présente ville, a fait présent à la communauté d’ung livre par luy compozé, intitulé: l’Estat de l’Esglize du Périgord depuis le Christianisme, lequel livre a été reçu par les mains dudit sieur premier consul avec remerciement audit P. Dupuy, et a esté arrêté par lesdits sieurs que ledit livre sera mis dans le trésor de la ville, comme a esté. »

Il est probable que le P. Dupuy mourut à Sarlat; cependant, nous ne pouvons rien affirmer à ce sujet.

 

 


(a) Tout ce que dit le P. Dupuy sur l’origine de saint Front, le lieu de sa naissance, ses parens, son baptême, son apostolat et sa mission, est sans fondement. On ne trouve rien de semblable dans aucun ancien auteur. Nous allons prouver ce que nous avançons. En abordant franchement la question, nous croyons servir la religion. Elle est trop sublime pour avoir besoin de s’appuyer sur des fables.

Dupuy invoque l’autorité des martyrologes pour énumérer les saints con­nus sous le nom de saint Front. Nous ne récusons pas ce témoignage; nous le vénérons, au contraire: il sera aussi notre guide.

Le premier martyrologe, à l’usage des églises de France, sur lequel tous ceux que nous connaissons ont été calqués, est celui de saint Jérôme ou de l’abbaye de Gellone. Voici comment il s’exprime: « D. VIII. kal. novem. Roma natalis sanctorum, etc.... Alibi primi.... suessionis, Crispi,

 

— 229 —

 

etc. » (D. Luc d’Acherg, t. 2, p. 35, éd. Paris, 1723.) On voit que ce martyrologe ne parle pas du tout de saint Front, à moins, cependant, qu’on ne prétende que le mot primi, qui se trouve au 25 octobre, jour de la fête de notre saint, a été mis, par erreur d’un copiste, pour Frunti. Cette erreur serait sans doute possible, et l’orthographe du mot Frunti, pour Frontonis, n’aurait rien d’étrange, puisqu’elle se trouve sur la mon­naie rapportée par Le Blanc. (Traité histor. des monn. de France, éd. d’Amsterd., 1692, art. des monn. incon., pag. 78, n.° 4, fig. 30 et dernière.) Mais en admettant cette erreur, elle ne prouverait pas que saint Front était de la Lycaonie; que son père se nommait Siméon, sa mère Frontonia; qu’il faisait partie des 72 disciples; qu’il fut baptisé par saint Pierre, etc, à moins qu’on ne dise encore que le silence de saint Jérôme suppose tout cela, ce qui serait déraisonnable. Il faut donc convenir qu’il n’est nullement question de saint Front dans le martyrologe de saint Jérô­me; que dès-lors le saint était ignoré par ce docteur dans le IVe siècle, et, à plus forte raison, inconnu comme disciple de saint Pierre.

Les martyrologes de Bède et de Wandalbert, écrits au commencement du VIIIe siècle, se taisent également sur saint Front. Ainsi, jusqu’à cette époque, notre saint ne se trouve dans aucun martyrologe.

Le premier qui en parle est celui de Raban-Maur. Il fut publié, non, comme l’ont cru quelques savans, dès l’année 830 ou environ, mais, avec plus d’apparence, après l’an 842, comme le soutiennent Châtelain et le P. Sollier, lorsque Raban-Maur eut abdiqué la charge d’abbé. D’ailleurs, son épître dédicatoire à Radlaïc le confirme. Radlaïc y est qualifié d’abbé, et il ne le fut qu’après la mort d’Eginhard, arrivée en 839. (D. Mabill. An., — tom. 4, pag. 326-327.)

Raban se servit de trois martyrologes pour composer le sien: de celui qui porte le nom de saint Jérôme et de ceux du vénérable Bède et de Flo­re, de Lyon. (Usu martyr, pref.)

Examinons maintenant d’où Raban a emprunté ce qu’il dit de saint Front. Serait-ce des martyrologes de Bède et de Wandalbert, qui n’en parlent pas? Assurément non. — L’aurait-il pris dans le martyrologe de saint Jérôme? Mais, en supposant que le mot primi signifie Frunti, on n’y trouverait jamais que le nom de saint Front, sans éloge et sans patrie. Ra­ban n’a pu, enfin, copier les actes de saint Front par Gausbert, chorévéque

 

— 230 —

 

de Limoges, puisqu’ils n’ont paru que 150 ans après lui. Où a-t-il donc puisé ses souvenirs? Dans quelques légendes ou dans la tradition. Il ne pa­raît pas qu’il soit venu en Périgord; mais, ayant fait ses études à Tours (voyez Mabill., tom. 2, liv. 27, pag. 359, ann. 802), il est possible qu’il ait entendu parler de saint Front par des Périgourdins, et qu’il s’en soit souvenu en composant son martyrologe. Voici ce qu’il dit: « Kal. octob. in Galliis, civitate antisiodorense, depositio, etc., eodem die natale Fronti, episcopi et confessoris, terminibus urbis Petrocoriae ex loco qui dicitur Linicassio felicem luminis sumpsit exordium. Sicque devotus in servitio, inter rnonachos habitans, multis virtutibus claruit et multis ad fidem Christi convertit. Ad extremum vero, post sacros labores qui per insignia virtutum ejus claruerunt à praesenti tribulatione, ad aeternam migravit requiem. » (Ex thes. monu. eccl. et histor., t. 2, p. 2, pag. 343.)

Ainsi, Raban-Maur est le premier qui ait parlé de saint Front dans un martyrologe, et aucun monument antérieur ne nous indique le lieu de sa naissance. Raban-Maur le fait naître en Périgord, dans un lieu qu’il nomme Linicassio, et qui ne peut être que Lanquais, près de Lalinde, où se sont conservées plusieurs traditions qui rappellent saint Front: une forêt y porte encore son nom, ainsi qu’une chapelle bâtie sur un rocher, en mémoire des nombreux miracles qu’il aurait opérés dans cette contrée. Aux pieds de cette chapelle, se trouve la grotte del Colubri, occupée, dit-on, jadis par un énorme serpent dont saint Front délivra le pays.

Raban-Maur met le jour de la fête de saint Front au 1er octobre, au lieu du 25. Peut-être, du temps de Charlemagne, n’était-on pas encore bien fixé sur le jour où l’on devait célébrer cette fête: c’est même probable.

Adon de Vienne, écrivant un martyrologe vers l’an 860, garde le si­lence sur l’origine de saint Front; mais, en revanche, il nous apprend, ce que personne n’avait dit avant lui, que saint Front avait été ordonné par saint Pierre, envoyé en Périgord avec un prêtre nommé Georges; que, le troisième jour de leur voyage, son compagnon étant mort, il retourna vers l’apôtre pour solliciter la résurrection de Georges; qu’il l’obtint, qu’il arriva enfin à Périgueux, et qu’après y avoir converti une grande multitude de polythéistes, il y mourut. Voici son texte: « D. VIII. kal. novemb. in Galliis... eodem die Petragoricas civitate, natalis sancti Frontonis epis-

 

— 231 —

 

copi, qui Romae à beato Petro ordinatus, cum Georgio presbytero ad predicandum evangelium missus est; cumque tertia die itineris idem Georgius esset mortuus, maerens Fronto reversus est ad apostolum, acceptoque ejus baculo et super corpus defuncti posito, socium de morte recepit. Sicque, ad praedictam civitatem veniens, magnam gentis illius multitudinem ad Christum convertit, et multis miraculis clarus in pace quievit. »

Où Adon avait-il pris ces détails, qu’ignoraient ses devanciers? Probable­ment dans quelques légendes du pays.

Le même texte est répété dans Usuard; mais des faits postérieurs à sa mort, insérés dans son martyrologe, indiquent des additions qui ne sont pas de lui. Telle est, par exemple, la translation des reliques de saint Vivence, confesseur au Mont-Vergy: elle ne se fit qu’en 890, époque où Usuard était mort depuis dix ans. On comprend, en effet, ces additions. Le martyrologe d’Usuard eut cours dans presque toutes les églises d’Orient. Chacune y ajouta les saints qu’elle honorait en particulier; et de là tant de variétés dans les éditions qu’on en a faites. Ce martyrologe offre même trois variantes sur saint Front. Celui de Louvain est muet sur ses vertus; celui de Bruxelles se contente de le nommer, et celui dUtrecht le fait assister aux funérailles de sainte Marthe avec Jésus-Christ.

Ces altérations prouvent donc évidemment que le texte pur d’Usuard n’a pas été conservé, et qu’il en a été de même des autres martyrologes. Lorsque Adon de Vienne fit paraître le sien, l’église de Périgueux en prit une copie, où elle intercala les saints particuliers de la province dont on faisait la fête ou l’office. Cet exemplaire, en manuscrit, existe encore dans la bibliothèque du Vatican, et est coté n° 512. Ce martyrologe était celui qu’on lisait à Périgueux, puisqu’on y trouve les noms de plusieurs saints du Périgord qui ne sont pas dans le texte pur, tels que saint Silain, saint Eumache, saint Sor, saint Sacerdos, etc.

On peut en dire autant de celui d’Usuard, dont une copie, à l’usage de Périgueux, existe encore à Rome.

Gausbert, écrivant vers l’an 986, dit positivement que saint Front était de Lanquais. Cet auteur ne copie ni saint Jérôme, ni Bède, ni Flore, ni Adon, ni Usuard, qui se taisent sur le lieu de sa naissance. Ce chorévéque répète, après deux cents ans, la même assertion que Raban-Maur. Il fallait nécessairement qu’un pareil fait fût justifié par la tradition. Ce qui le prou­-

 

— 232 —

 

verait, c’est que lorsqu’un prêtre de Périgueux voulut, dans le concile de Limoges, tenu en 1031, affirmer que saint Front était disciple de saint Pierre, ordonné et envoyé dans le Périgord par cet apôtre, l’abbé de Solignac lui imposa silence, en lui disant que saint Front était du Périgord, qu’il avait été ordonné prêtre par ceux qui avaient déjà évangélisé cette province, et que l’histoire de son ordination et de sa mission par saint Pierre était une fable que Gausbert avait écrite pour de l’argent. « Haec scripsit Gausbertus noster lucrii causa. »

Cet abbé se trompait en imputant ces erreurs à Gausbert, puisqu’elles avaient été écrites 120 ans avant lui; mais il ne contestait pas l’origine de saint Front, ni sa naissance en Périgord; il la confirmait, au contraire, en s’en servant comme une preuve incontestable contre les assertions du prêtre de Périgueux.

D’après tout ce que nous venons de dire, on voit que ce n’est que vers le milieu du IXe siècle qu’a commencé à s’accréditer l’opinion que saint Front était contemporain de saint Pierre. La prétention des Périgourdins n’est pas plus ancienne que celle des Limousins au sujet de saint Martial. C’est entre Raban-Maur et Adon de Vienne, vers l’an 850, que les égli­ses de Périgueux et de Limoges ont regardé leurs premiers évêqnes comme disciples des apôtres. Raban conserva la tradition qu’il avait trouvée établie; Adon se conforma aux actes écrits de son temps; et ceux qui vinrent après lui ne firent que le copier, l’abréger ou l’augmenter. On sait que de 847 à 855, sous le pontificat de Léon IV, les sièges épiscopaux, les cathédrales, les monastères, s’empressèrent d’obtenir la confirmation de leurs droits et privilèges. C’est seulement de cette époque que saint Front a été regardé comme un des 72 disciples envoyés par saint Pierre dans le Périgord.

L’invention de la naissance de cet évêque en Lycaonie est plus moderne: elle ne remonte qu’au XIIe siècle. On lut tout simplement, dans quelques manuscrits, Lycaonie pour Linicassio; et comme l’on ne pouvait lui donner un père et une mère Périgourdins en le faisant naître dans l’Asie-Mineure, on les prit dans la tribu de Juda. Dupuy convient lui-même qu’à l’époque où il écrivait, tout le monde ne partageait pas cette opinion; cependant, préférant le silence du tombeau aux réclamations de la critique, il voulut l’adopter, et s’appuya, pour le soutenir, sur une inscription qui fut trouvée en 1261, et qu’il rapporte dans son ouvrage. Mais cette inscription, trop

 

— 233 —

 

précise pour être vraie, est démentie par tout ce que nous venons de dire. Il faut donc convenir que saint Front était Gaulois, Périgourdin et natif de Lanquais. Au reste, des deux versions sur le lieu de la naissance de saint Front, on adoptera toujours la plus vraisemblable; et, entre la Lycaonie et Lanquais, le choix n’est pas douteux. Laissons parler maintenant les meilleurs auteurs.

Tillemont, dans ses Mémoires, édit. de Bruxelles, 1706, tom. 4, s’ex­prime ainsi:

« Nous n’avons rien à dire pour la province de Mayenne. Ainsi, il faut passer de la Belgique à l’Aquitaine, où nous trouvons les mêmes difficultés à l’égard de saint Front, qu’on fait premier évêque de Périgueux, et dont le nom est marqué dans les martyrologes au 25 octobre. Usuard même et Adon de Vienne le font disciple de saint Pierre, et ajoutent à cela di­verses circonstances, toutes semblables à ce qu’on dit de saint Eucaire, de Trêves, et difficiles à accorder avec Sulpice-Sévère. Les actes que nous avons de M. du Bosquet sont tout-à-fait insoutenables et pour le fond et pour la composition. Dans le concile de Limoges, l’abbé de Solignac les rejette comme une fable composée depuis peu de temps par un Gausbert...... Depuis l’année 1031, l’on a inventé une autre vie de saint Front. Cette pièce, dont M. du Bosquet fait l’extrait, est encore plus ridicule que la première. »

Voici ce que dit Baillet, dans sa Vie des Saints, t. 3, p. 399, ed. de Paris, 1704, in-fol.:

« La ville de Périgueux, dans la province ecclésiastique de Bordeaux, reconnaît saint Front pour son premier évêque. Il est qualifié disciple de saint Pierre, comme le sont plusieurs autres ouvriers évangéliques des premiers siècles, qu’on a cru avoir été envoyés de Rome. On ne peut en­trer dans aucun détail des actions de ce saint, ni se flatter même d’en pou­voir produire dont on soit assuré, si l’on en excepte la conversion du peuple de la ville, qu’on a tout sujet de regarder comme le fruit de ses travaux et de ses souffrances. Tout a paru tellement insoutenable dans les premiers actes qu’on avait publiés de sa vie, qu’on s’est cru obligé d’en composer d’autres; mais la vérité n’est point l’ouvrage des hommes....

Aussi les seconds actes de la vie de saint Front n’ont pas été jugés plus véritables que les premiers. »

 

— 234 —

 

Dom Rivet, dans son Histoire littér. de la France, tom. IV, p. 440, 1742, in-4°, parle ainsi de saint Front:

« On a déjà remarqué plus d’une fois qu’une des passions dominantes de nos Français en ce siècle (970) était de faire remonter l’origine de leurs églises jusqu’au temps des apôtres, ou au moins de leurs premiers succes­seurs. Les Périgourdins, voyant que plusieurs peuples de leur voisinage se vantaient de cet honneur, tels que les Limousins, les Berruiers, ceux du Puy, en Velay, et autres, ne purent souffrir de leur être inférieurs en ce point. Ils empruntèrent ou, pour mieux dire, gagnèrent la plume de notre chorévèque pour avoir des actes de saint Front..... Gausbert satisfit à leur désir par une espèce de pieux roman que M. Bosquet a eu la complaisance de nous donner..... Quoi qu’il en soit, les Périgourdins, sensibles aux remontrances de l’abbé de Solignac au sujet des actes de leur premier évêque, voulurent en avoir d’autres. Ils ne laissèrent pas d’en faire fabri­quer de nouveaux, et d’y faire paraître saint Front sorti de la tribu de Juda. »

Il est donc évident que tout ce que le P. Dupuy dit de la naissance de saint Front, de ses parens, de son baptême, de son ordination, de son apostolat et de sa mission, n’est qu’un pieux roman sans vraisemblance.

Mais, aux preuves que nous avons données, nous ajouterons une parti­cularité qui vient à leur appui. Nul doute que le fameux orateur Marcus-Cornelius Fronto ne fût Gaulois. On croit généralement que l’Aquitaine fut sa patrie: l’Auvergne et le Périgord sont les seules provinces qui se dis­putent l’honneur de lui avoir donné naissance. Pourquoi ce grand homme ne serait-il pas sorti de la famille établie à Lanquais? Saint Front serait alors son petit-neveu, et l’on s’expliquerait son pontificat. Marcus avait été consul; son nom était connu parmi les familles sénatoriales, dans lesquelles l’église comptait plusieurs évêques. Les empereurs avaient été souverains pontifes à la demande du peuple; on les imitait. A peine s’était-il écoulé un siècle entre eux deux. L’orateur vécut et mourut dans la religion de ses pères; mais ses enfans embrassèrent le christianisme ou épousèrent des femmes chrétiennes, puisque saint Front fut élevé dans cette religion dans son propre pays, le Périgord, où son nom se retrouve souvent. Cet évêque avait, en effet, un disciple nommé Frontasius, qui est un dérivé de Fronto. Saint Grégoire de Tours fait mention d’un Frontonius, diacre de

 

— 235 —

 

l’église de Périgueux, sous l’évêque Chartier, en 582; et Frontonius, cha­noine d’Angoulême, archiprétre et originaire du Périgord, vivait en l’an­née 576.

Il est vrai que Sidoine Apollinaire dit que l’orateur Fronto était un des aïeux du docte Léon de Narbonne; mais cette assertion ne détruit point la nôtre, parce que Léon pouvait descendre de Fronto par les femmes, étant tout simple que ce dernier ait eu une fille mariée à un Léon. D’ailleurs, la famille des Léon ou Léonce n’était pas étrangère au Périgord, puisqu’elle a donné un évêque à Périgueux dès le commencement du IVe siècle; et il est probable que Ponce Léonce, ami de Sidoine, regardé comme un des plus puissans de l’Aquitaine, était de cette même famille. (Sid. Apol., liv. 4, ép. 21.)

En finissant cette première note, que nous n’avons étendue que pour rendre les autres plus courtes, nous citerons l’article de M. Delfau. (Ann. du département, l’an II, p. 340.) Il est le résumé de nos preuves. Nous devons faire observer cependant que cet auteur se trompe sur l’époque où parut l’orateur chrétien. « Lanquais, dit-il, a donné naissance au premier évêque de Périgueux, qui vivait vers le milieu du IIIe siècle, et à Fronto, pré­cepteur de Marc-Aurèle, qui florissait dans le même temps. On croit que Fronto et saint Front étaient issus du même sang, et on ne peut guère en douter, en considérant l’identité de leur nom, celle du lieu de leur naissance et de l’époque où ils vivaient. »

 

(b) Saint Front n’était pas contemporain de saint Pierre. Comment, dès-lors, pouvait-il accompagner cet apôtre à Rome et faire des miracles dans cette ville? Le second chapitre, où il est question des prédications de cet évêque dans la capitale du monde chrétien, de la guérison d’un démonia­que, est donc sans fondement; et, par conséquent, les divers faits qu’il contient doivent être rejetés.

Il faut en dire autant du chapitre III, dans lequel le P. Dupuy fait partir saint Front de Rome, le fait voyager dans les Gaules et le fait arriver à Périgueux, le terme de sa mission, le but de son apostolat. Si saint Front avait été envoyé directement à Périgueux par saint Pierre, ce serait une fa­veur infiniment honorable pour nous; mais, malheureusement, il ne man­que à cette faveur, pour être vraie, que d’avoir eu lieu. On sait que le

 

— 236 —

 

christianisme n’a été prêché à Lyon qu’en l’an 160 environ, par saint Pothin, sous l’empereur Antonin; que les premiers évêques de Toulouse, d’Arles, de Narbonne, de Clermont, de Limoges, de Tours, de Paris, ne remontent que vers le milieu du IIIe siècle. Qui croira que Vésone possédait saint Front dès l’an 42? La foi ne soumettra jamais l’histoire à une telle croyance; la raison doit en profiter. Personne n’ignore, d’ailleurs, qu’à cette époque, le polythéisme était florissant dans le Périgord. Soter, affranchi par Néron, pour avoir découvert, en 65, la conspiration de C. Calpulnius-Pison contre cet empereur, ayant été nommé gouverneur de Vésone, fit élever un autel qu’il consacra aux dieux tutélaires de la ville: TVTELAE. AVG. VESVNNAE. SECVNDVS. SOTER. D. S. D.

C’est encore à ce gouverneur qu’on attribue la fondation du temple connu sous le nom de tour de Vésone.

C’est à la même époque que Tibérius-Pompée mettait la dernière main aux décorations et à l’embellissement du temple de Mars et de ses porti­ques. Comment saint Front aurait-il fait une brèche à la tour de Vésone avant qu’elle existât? Comment aurait-il pris le temple de Mars pour en faire sa cathédrale, si ce temple n’était pas encore bâti? Tout prouve donc que saint Front n’a jamais été disciple de saint Pierre, moins encore celui de Jésus-Christ, et qu’il ne vivait pas dans le premier siècle, comme nous l’avons démontré dans la première note.

Au reste, les trois monumens les plus anciens que nous avons découverts sur saint Front, et qu’on ne trouve cités dans les notes d’aucun martyrologe, sont: le premier, un extrait de la vie de saint Hilaire, évêque de Poitiers, écrite par saint Just, un de ses disciples, sur la fin du IVe siècle; il y est fait mention d’un voyage que firent ces deux saints personnages, peu après l’an 360, à Limoges et à Périgueux, pour visiter les tombeaux de saint Martial et de saint Front; le second, un extrait de la vie de saint Géry (Gaugericus), évêque de Cambrai, écrite peu de temps après sa mort, où il est parlé d’un voyage que ce saint fit en Périgord, vers l’an 600, pour vi­siter les possessions de son évêché (qui provenaient, peut-être, d’une dona­tion faite par saint Wast) et honorer le tombeau de saint Front; le troisiè­me, une monnaie frappée au Puy-Saint-Front de Périgueux (Vesunno vico), sous la première race de nos rois. Elle est rapportée par M. Le Blanc, dans

 

— 237 —

 

son Traité historique des Monnaies, pag. 78, table des monétaires incon­nus, N° 4, fig. 30.

 

(c) Les principes posés dans le premier, le deuxième et le troisième cha­pitre étant faux, les conséquences qu’en déduit le P. Dupuy ne peuvent être vraies.

Ainsi, après avoir prouvé que saint Front était du Périgord, c’est une erreur de l’y faire arriver. S’il est également très probable, comme l’assu­rait, dans le concile de Limoges, l’abbé de Solignac, en 1031, que la foi chrétienne était connue en Périgord avant saint Front; qu’elle y avait été introduite par plusieurs évéques, tels que saint Saturnin, saint Martial, dont les noms se trouvent attachés à quelques églises, et par des chrétiens de Lyon, ce serait encore une erreur de prétendre que saint Front fut le premier qui porta l’évangile dans notre province.

Quant à la destruction des temples et des monumens du polythéis­me, dont on retrouve journellement les débris dans le mur d’enceinte de la cité de Vésone, il est hors de doute qu’on ne peut l’attribuer à saint Front. On croit généralement que ces monumens furent renversés sous Honorius, à l’époque de l’invasion des barbares, vers l’an 410; et leur placement, fait avec précaution, porte à croire non-seulement que les habitans renversè­rent eux-mêmes leurs monumens pour s’en faire un rempart contre leurs ennemis, mais qu’ils avaient encore le projet de les reconstruire.

 

(d) Saint Front n’existait pas sous Néron. Il était donc impossible qu’il souffrît avec ses disciples la persécution sous ce prince. Néron monta sur le trône en 54; il se donna la mort le 11 juin de l’an 68; et saint Front ne parut que dans les premières années du IIIe siècle.

Le P. Dupuy n’est pas plus exact lorsqu’il affirme que cet empereur, craignant Julius Vindex, pro-prêteur de la Gaule celtique, et Galba, qui commandait l’armée dans l’Espagne tarragonaise, fut contraint, pour affer­mir son diadème, de quitter toutes ces barbaries.

Néron, au contraire, ne montra d’abord aucune inquiétude de la révolte de Vindex. Il manifesta même de la joie d’avoir cette occasion de piller les Gaules, et continua ses divertissemens ordinaires; mais, au bout de huit jours, des nouvelles plus fâcheuses pour son amour-propre le tirèrent de

 

— 238 —

 

son indolence: Vindex faisait courir contre lui les libelles les plus outra­geans. Néron fut surtout indigné de ce qu’il le traitait d’ignorant musicien et de mauvais joueur d’instrumens. Il fit alors prononcer un discours dans le sénat contre Vindex, mit sa tête à prix et réunit divers corps de trou­pes pour marcher contre ce rebelle.

Dans le même temps, Galba fut reconnu empereur par tous les commandans des différentes armées, excepté par Claudius Macer, qui se fit un parti en Afrique, et par Virginius Rufus, qui commandait dans la Haute-Germa­nie. Les Gaulois voisins du Rhin se joignirent à Virginius et à Fonteius Capiton, qui commandait les troupes de la Basse-Germanie. Virginius mar­cha sur Besançon. Vindex accourut au secours de cette place. Mais avant d’en venir aux mains, les deux généraux voulurent se voir; et, s’étant enten­dus, ils convinrent de ne plus reconnaître Néron pour leur empereur. Mal­heureusement, leur entrevue était ignorée des troupes. Aussi, les légions romaines, croyant que les Gaulois venaient les attaquer en se présentant devant Besançon, tombèrent sur eux avec fureur. Vingt mille Gaulois de­meurèrent sur la place, et Vindex se tua de désespoir. Néron ne gagna rien dans cette horrible défaite. Abandonné de tout le monde, il se donna un coup de poignard dans la gorge et en mourut. Tous ces événemens se pas­sèrent dans l’espace de moins de trois mois. Pourquoi dire alors que Néron fut contraint, pour affermir son diadème, de quitter ces barbaries? Il n’en eut pas le temps; mais Dupuy voulait convertir le gouverneur de Vésone, et ne pouvant le faire sans un moment de repos, c’est en ce sens qu’il suppose dans Néron un sentiment de peur qu’il change en politique. (Voyez l’Hist. univ.; Sueton., in Ner.; Id., in Galba.)

On croit généralement que saint Front fut persécuté et que ses disciples furent mis à mort; mais ce n’est pas sous Néron qu’ils eurent à souffrir.

On ne connaît de martyrs dans les Gaules que sous Marc-Aurèle, en 177, et c’est le monument le plus précieux et le plus ancien que nous ayons sur le christianisme dans les Gaules qui nous les fait connaître. Nous trouvons leurs noms dans la lettre des églises de Vienne et de Lyon adressée aux chrétiens d’Asie et de Phrygie. Indépendamment des martyrs de ces deux églises, il y en eut d’autres, tels que saint Symphorien d’Autun, saint Marcel, saint Valérien, etc.; mais il n’est nulle part question de saint Front ni de ses disciples à cette époque, et nous sommes d’accord sur ce

 

— 239 —

 

point avec le P. Dupuy, puisqu’il fait remonter leur martyre à Néron. (Eusébe; Ruinart; D. Ceillier.)

Nous croirions même volontiers que c’est cette persécution qui nous pro­cura les premiers missionnaires. Ce qui nous le fait présumer, c’est que saint Front, né dans le IIIe siècle, fut élevé, comme nous l’avons déjà dit, dans la religion chrétienne.

Nous ne trouvons nulle part que saint Front ait souffert le martyre. II est mis, au contraire, comme confesseur dans tous les anciens martyrolo­ges qui font mention de lui. Il est impossible de déterminer au juste le temps de sa mort. En lui donnant, comme ses actes, trente-quatre ans de gouvernement, et en le faisant, avec D. Rivet, contemporain de saint Mar­tial, on doit en dater le commencement vers l’an 260 ou quelques années plus tard. On sait que pendant les huit dernières années de Galien, sous les empereurs Claudius et Quintilius, et pendant les trois premières années d’Aurélien, l’église fut exempte de persécutions. Cette paix dura treize ans, depuis l’an 260 jusqu’en 273.

Saint Front échappa, en se cachant, à la sanglante persécution de Maximilien, qui, ayant partagé avec Dioclétien les provinces de l’empire, s’était réservé l’Italie, l’Afrique, les Gaules et l’Espagne. Ce prince, naturelle­ment cruel et féroce, versa dans les Gaules le sang d’une infinité de chré­tiens, parmi lesquels on compte saint Denis, évêque de Paris; saint Gatien de Tours; saint Sébastien, né à Narbonne; une légion entière; saint Firmin, premier évêque d’Amiens; saint Lucien, fondateur de l’église de Beauvais; saint Capraise, prêtre d’Agen; sainte Foi d’Agen, et probable­ment sainte Alvère, sa soeur.

Nous pensons que les quatre disciples de saint Front souffrirent le mar­tyre dans la même persécution, ainsi que saint Eutrope, premier évêque de Saintes. Il y a apparence que saint Front mourut paisiblement quelques années après, et vraisemblablement avant la cruelle et sanglante persécu­tion de Dioclétien, de l’an 303. Ainsi, en supposant que son épiscopat a commencé en 266, notre premier évêque serait mort vers l’an 300. Mais il faut observer que ceci n’est qu’une conjecture, naturellement déduite de nos premières démonstrations.

 

(e) On trouvera sans doute étrange que Jésus-Christ ait fait, pour

 

— 240 —

 

saint Front, ce qu’il ne fit pour aucun de ses apôtres. Le Sauveur du monde, dit le P. Dupuy, lui apparut pour lui annoncer le jour précis de sa mort. Il n’appartient à personne de combattre cette vision, parce que personne ne peut la prouver. Une pieuse crédulité peut donc l’ad­mettre ou la rejeter: elle n’est point un article de foi; seulement, si on l’admet, il faut la reculer de plus de deux siècles. Suivant le même père, la mort de saint Front fut fixée par Jésus-Christ au 25 octobre, tandis que Raban-Maur la met, dans son Martyrologe, au 1er du même mois. Raban, archevêque de Mayenne, l’un des plus savans et des plus laborieux de son siècle, vivait huit cents ans avant le P. Dupuy. Com­ment pouvait-il ignorer cette vision? ou plutôt comment Dupuy l’a-t-il apprise huit siècles après cet auteur?

Quant au voyage extatique que saint Front fit à Tarascon pour assis­ter visiblement, avec Jésus-Christ, aux funérailles de sainte Marthe, il n’en est plus question dans la prose qu’on lit dans le Missel au jour de la fête de cet apôtre du Périgord. Les quatre strophes rapportées par le P. Dupuy ont été supprimées dans la dernière édition de 1782.

Au reste, le P. Dupuy n’est point l’inventeur de ce voyage. On le trouve décrit par Jacques de Voragine, dans son Histoire de Lombardie, connue sous le nom de Legenda aurea ou Speculum Sanctorum, et dans un Cata­logue des Saints, par Pierre, de natalibus, évêque de Jesolo, qui était une ville située dans l’état de Venise, connue anciennement sous le nom d’Emilium ou Equilinum, mais actuellement détruite. Le premier de ces his­toriens mourut en 1298, et le second vivait dans le XIVe siècle, ou, selon d’autres, dans le XVe.

 

(f) On ne trouve rien sur saint Anian ou Aignan. Ce n’est que la tra­dition du pays qui nous apprend qu’il succéda à saint Front.

Dupuy parle d’un Calepodius qui, en l’absence de saint Front, aurait ad­ministré l’église de Périgueux pendant la persécution. L’histoire ni la tra­dition n’en disent rien.

 

(g) Nous ne connaissons Chronope que par la tradition, et nous devons les noms de ses père et mère au P. Dupuy. Son origine nous est également incon­nue. Il est certain, cependant, que son nom est plutôt grec que gaulois.

 

— 241 —

 

Cest injuste de dire qu’Alexandre-Sévère ne donna qu’un peu de relâ­che aux chrétiens; il les protégea, les favorisa même. Cet empereur égala Titus et Antonin par sa douceur, sa bonté et son affabilité. Son régne fut un règne d’amour réciproque entre lui et ses sujets. Loin de tourmenter quelqu’un, il fît du bien à tout le monde; il ne passa pas un jour sans faire une bonne action. Il honora Jésus-Christ comme un Dieu; il avait sa statue dans son cabinet: malheureusement il lui associa Orphée, Alexandre-le-Grand, Abraham et Apollonius de Tyane.

Mammée, sa mère, protégea aussi les chrétiens; l’on croit même que cette princesse, instruite par Origène qu’elle avait fait venir auprès d’elle, abjura les erreurs du paganisme. Enfin, à la mort de cet empe­reur, les chrétiens témoignèrent beaucoup de regrets; ce furent ces re­grets qui attirèrent contre eux une violente persécution. On les représenta aussi au peuple comme auteurs de toutes les calamités qui vinrent l’affli­ger, telles qu’un tremblement de terre qui renversa plusieurs villes, une famine, la peste et la guerre.

Dupuy se trompe encore sur la date de l’avènement de Philippe au trône impérial. Cet empereur fut élu le 10 mars 244. Il est également étonnant qu’il dise que ce prince ne donna que quelques instans de paix aux chrétiens, lorsqu’il embrassa lui-même le christianisme avec Otacilia-Severa, sa femme, et qu’il doit être regardé comme le premier empereur chrétien. En effet, sous son régne les chrétiens exercèrent leur religion, non-seulement avec liberté, mais encore plusieurs temples païens furent renversés, et l’empereur donna des ordres dans toutes les provinces de l’Asie, où s’exerçaient les persécutions, pour les faire cesser. Si lon accuse les chrétiens, disait-il, parce quils sont chrétiens, quils soient renvoyés ab­sous, et que leurs accusateurs soient punis suivant la rigueur des lois. L’empereur Antonin s’occupa toute sa vie à soulager les villes et les pro­vinces affligées par des calamités. Souvent il remit au peuple tout ce qu’il devait au trésor public. Il fit réparer à ses dépens les dommages qu’avait fait le débordement du Tibre, et il rétablit plusieurs villes des Gaules qui avaient été détruites. Il fut peut-être le seul empereur d’une vertu sans tache, qui eut le bonheur de ne verser ni le sang de ses sujets ni celui des étrangers: aussi, il fut pleuré comme le père des Romains, comme le Dieu tutélaire de l’empire, et le sénat, après l’avoir placé dans

 

— 242 —

 

le ciel, ordonna que chaque famille aurait sa statue dans sa maison. Cest sous cet empereur que saint Pothin, sorti d’Asie, saint Irénée et quelques autres disciples de saint Polycarpe, évêque de Smyrne, vinrent dans les Gaules, et ce sont les premiers que nous sachions certainement y être venus. (Voyez Greg. Tur., Tillem.) Commode parvint à l’empire le 17 mars de l’année 180. Pertinax-Helvius Publius, et non Helius, comme le nomme Dupuy, fut déclaré empereur au commencement de l’année 193.

 

(h) Le P. Dupuy attribue aux persécutions des premiers siècles l’oubli des noms des successeurs de Chronope Ier jusqu’à l’an 350. Mais c’est une erreur, conséquence naturelle des opinions de cet historien. Fai­sant remonter saint Front aux temps apostoliques, lorsque cet évêque ne vivait que dans le IIIe siècle, il y a une lacune d’environ deux cents ans qu’il ne peut remplir; pour sortir d’embarras, il met cette lacune sur le compte des persécutions. Saint Front étant mort vers l’an 300, ses successeurs immédiats, saint Agnan et Chronope, purent admi­nistrer l’église de Périgueux pendant trente ans. Si Léon ou Léonce, qu’on a confondu avec saint Léon, pape, et que Dupuy a oublié, est mis au nombre des saints évêques qui gouvernèrent et illustrèrent, par leurs vertus, l’église de Périgueux dans les temps voisins de sa fondation, et qu’on lui accorde vingt années d’épiscopat, nous arriverons à l’an 350; alors la lacune dont se plaint notre auteur n’existera plus. Paterne, qui se laissa malheureusement entraîner dans les erreurs d’Arius, et dont Dupuy ne parle pas non plus, succéda à saint Léon; il assista, en 356, au concile de Béziers, avec Saturnin d’Arles, et fut déposé par le concile de Rimini, vers l’an 362. A Paterne succéda Gavide, probablement vers l’an 362, par ce qu’en dit Sulpice-Sévère, et sur le compte duquel Dupuy se tait absolument. Ainsi, en réintégrant ces trois évêques, la succession n’est pas interrompue, et nous retrouvons nos époques jusqu’à l’évêque Pégase, sié­geant dans les premières années du Ve siècle.

Le P. Dupuy n’est pas plus exact dans la succession chronologique des empereurs romains que dans celle des pontifes. Il fait succéder Donatien à son frère Tite, en 84; tandis que c’est en 81, le 13 septembre. Nerva, sui­vant lui, succéda à Domitien, en 98; tandis que Domitien fut assassiné le 18 septembre de l’année 96. Adrien, dit-il, succéda à Trajan, vers l’an 119,

 

— 243 —

 

et, cependant, Trajan mourut dans le mois d’août de Van 117. Antonin fut proclamé empereur et auguste le 10 juillet 138, et non point en 140. Cet empereur, loin d’être persécuteur, mérita le nom de pieux. Il laissa jouir les églises chrétiennes d’une grande tranquillité, et la paix qui régnait dans l’empire donna aux fidèles la faculté de porter de tous côtés les lu­mières de la foi. L’étude des sciences et des arts, en éclairant les esprits, les mettait en état de comparer la religion chrétienne avec les extravagances du paganisme. D’ailleurs, les bonnes moeurs des chrétiens, le profond sa­voir de leurs pasteurs, portèrent les gentils à reconnaître la vérité d’une religion dont ils ne pouvaient s’empêcher d’admirer la sainteté. Il est vrai que les magistrats et les prêtres païens de quelques villes, surtout dans l’Asie, ne pouvant contenir leur fureur, dépouillaient les fidèles de leurs biens, les emprisonnaient, les faisaient mourir; mais ils n’étaient appuyés par aucun ordre de l’empereur, qui, au contraire, fit renverser, dans plu­sieurs endroits, les autels des faux dieux pour bâtir des temples au chris­tianisme; et si cet empereur ne professa point publiquement la foi chré­tienne, il contribua beaucoup à l’étendre par la tranquillité dont elle jouit sous son règne. Il est vrai que les chrétiens eurent beaucoup à souffrir dans une sédition qui éclata dans la ville d’Alexandrie; mais cette sédi­tion, qui fut réprimée par ses ordres, avait eu lieu à son insu. Dupuy devait plutôt parler de la persécution que Dèce, successeur d’Antonin, fit éprouver aux chrétiens; elle fut si cruelle, qu’elle poussa Lactance à nommer cet empereur un animal exécrable.

Les Allemands firent aussi plusieurs martyrs dans les Gaules et y exer­cèrent d’affreux ravages. Ces Allemands étaient commandés par Chrocus, que nous ne connaissons que par Grégoire de Tours, Adon de Vienne et la fameuse lettre aux fidèles écrite par saint Amat, évêque d’Avignon. On dit qu’à la persuasion de sa mère, qui était une princesse ambitieuse, Chrocus entra dans les Gaules avec une puissante armée et mit tout au pillage. Il ruina Trêves, Metz et tout le pays qui est depuis ces deux villes jusqu’en Saintonge. Ce tyran maryrisa saint Ausone, évêque d’Angoulême et, à Mende, anciennement Javoulx, le saint pasteur Privat. Marian, président de Narbonne, l’ayant pris à Arles, lui fit trancher la tête après l’avoir fait mener en triomphe dans toutes les villes où il venait de triompher lui-même. Les auteurs parlent avec incertitude

 

— 244 —

 

du temps auquel Chrocus vint dans les Gaules, sans doute parce qu’il y a eu plusieurs rois de ce nom qui ont commis les mêmes désordres dans notre patrie. Le cardinal Baronius, que Dupuy semble avoir suivi, place la mort de saint Privat en l’an 261; tandis que Sigibert met en l’année 312 l’irruption qui fit ce martyr. (Voyez Grég. de Tours, liv. 1er, ch. 39; Adon, Martyrol.; Baron., etc.)

Il est probable que saint Front parut à Périgueux vers cette époque, c’est-dire vers l’an 265.

 

(i) On peut facilement expliquer l’inondation des barbares dans l’empire romain, sans recourir à une cause surnaturelle; qu’on lise la lettre de l’empereur Probus au sénat, et l’on aura une idée des maux affreux que ces nations avaient à souffrir lorsque, opprimées par les Romains, elles cherchaient à se maintenir dans leur indépendance ou à soutenir leurs droits, « Neuf de leurs rois sont venus se jeter à mes pieds pour demander grâce, disait cet empereur, et les peuples auxquels ils commandaient la­bourent déjà pour vous, pères conscrits, sèment pour vous, combattent pour vous, etc. Novem reges gentium diversarum, ad meos pedes, imo vestros, supplices stratique jacuerunt. Omnes jam barbari vobis arant, patres conscripti, vobis jam serunt, et contra interiores gentes militant, etc. (Voy. Flav., Vopiscus Syrac, in Prob. imp., t. II.) Après cela, est-il étonnant que ces nations humiliées, aient cherché l’occasion de secouer le joug honteux qui les opprimait? La minorité d’Honorius, qui parvint au trône à l’âge de 11 ans, la trahison de Stilicon, son tuteur et régent de l’empire, la leur fournirent: ils en profitèrent. Stilicon voulut se lier à Alaric pour détrôner Honorius; en favorisant la révolte, il affaiblit l’empire, qui se vit attaqué de toutes parts. D. Rivet, parlant du préjudice que porta aux lettres l’entrée de ces barbares dans les Gaules, ajoute: « On y vit en même temps les Quades, les Vandales, les Sarmates, les Alains, les Gépides, les Erules, les Saxons, les Bourguignons, les Suèves, les Huns, et d’autres encore après ceux-là. (D. Rivet, Hist. litt., t. II; Till., Emp., t. V, p. 545.) Le poème sur la Providence, parmi les oeuvres de saint Prosper; la lettre de saint Jérôme à Agruchie; Salvien et divers autres écrivains du temps, indiquent dans quel déplorable état ces barbares, et les autres qui les suivirent de près, réduisirent toutes les Gaules: les principales villes furent ruinées, les campagnes ravagées, les peuples

 

— 245 —

 

partie égorgés, partie emmenés captifs. (Prosp., de Provid.; Hiéron, ép. 90; D. Rivet, Hist. litt.) Ces barbares se jetèrent dans les Gau­les vers l’an 407. Les premiers qui passèrent le Rhin furent les Allains et les Vandales. Honorius fit la paix avec quelques uns et s’en ser­vit ensuite pour faire la guerre aux autres. Ces peuples féroces s’entre-déchirèrent. Les Visigoths, après avoir porté la désolation dans plusieurs provinces, s’y fixèrent. L’empereur, en 419, leur céda Toulouse, dans la Narbonnaise, et six autres cités ou peuples voisins dans l’Aquitaine se­conde ou dans la Novempopulanie. Ils habitèrent pendant quelques temps ces pays en qualité d’alliés et d’auxiliaires de l’empire et sous la souve­raineté de l’empereur, ce qui composa la Septimanie ou la première de­meure des Goths. Mais ces peuples, profitant des désordres occasionnés par la décadence de l’empire, se rendirent indépendans et étendirent leur domi­nation dans les Gaules, où ils établirent, avant la fin du Ve siècle, un royaume dont la ville de Toulouse fut la capitale. Ce royaume était borné au nord par la Loire, au levant par le Lyonnais et ensuite par le Rhône; au midi par la Méditerranée et les Alpes, et au couchant par l’Océan.

Ataulfe, beau-frère d’Alaric, lui succéda. Dans le second pillage qu’il fit dans la ville de Rome, en l’an 410, il emmena Placidie, soeur d’Honorius, qu’il épousa à Narbonne. Il fut tué à Barcelonne par un nommé Vernulphe, de sa nation.

A l’époque où Dupuy écrivait, on attribuait sans doute à saint Prosper le poème de la Providence; mais aujourd’hui cet ouvrage est mis parmi les écrits douteux ou supposés: d’abord, parce que saint Prosper semble­rait l’avoir fait à l’âge de quatorze ans, après s’être exercé à divers ouvrages de littérature (Voyez les 1er, 2e et 3e vers du prologue); tandis qu’il marque cependant assez nettement dans son poème qu’il n’était plus du nombre des jeunes gens, mais un homme fait, lorsqu’il le commença; secondement, parce qu’il semble insinuer en parlant de la destruction des oliviers de son pays, qu’il était de Provence, lorsqu’on sait, à ne pas en douter, qu’il était d’Aquitaine.

Loup était né à Périgueux et marié à Agen. C’est le sens naturel que présente le texte de saint Sidoine, quoique Dupuy l’entende d’une manière différente, prenant Agen pour la patrie de Loup, et Périgueux pour celle de sa femme. Dupuy n’a fait que suivre le sentiment de Savaron.

 

— 246 —

 

Il parait que Loup a donné alternativement des leçons de rhétorique dans ces deux villes.

Quand les habitans d’Agen jouissaient de sa présence, ils croyaient re­voir parmi eux ou Déprane ou Alcime; et quand ceux de Périgueux le possédaient, ils oubliaient qu’ils avaient perdu Anthédius et Paulin.

Nous trouvons, sous le nom de P. Rutilius Lupus, rhéteur, un petit écrit intitulé: De Figuris sententiarum ac Verborum; mais cet opuscule est d’un auteur beaucoup plus ancien, dont Quintilien fait mention, et n’appar­tient point à notre rhéteur.

Paulin, surnommé de Périgueux par le P. Sirmond (Petricordium), pour le distinguer de plusieurs écrivains de même nom qui ont vécu dans le Ve siècle, était lié d’amitié avec saint Perpétue, archevêque de Tours. Sidoine (liv. 8, ép. 11, p. 1073) parle d’un Paulin rhéteur à Périgueux. Il y a toute apparence que celui que Dupuy désigne sous le nom de Pau­lin le jeune, était son fils. D’après le P. Dupuy, les Vésoniens auraient refusé de recevoir ce Paulin dans leur ville, parce quil estait impertinent dans sa poésie, et que, dune autre part, il ressentent pour lors à lhérésie des Priscillianistes. Les assertions de cet auteur nous paraissent non-seulement peu fondées, mais encore contraires à l’histoire. Perpétue, sachant que Paulin travaillait à mettre en vers, en trois livres, la Vie de saint Martin, écrite par Sulpice-Sévère, et en deux autres livres ce que le même Sulpice avait dit de ce saint évêque dans ses Dialogues, lui com­muniqua une relation de plusieurs autres miracles du même saint, dont il avait été le témoin oculaire, afin qu’il les ajoutât aux autres. Paulin de Périgueux en fit un sixième livre. Entre les miracles qu’il rapporte, il y en a qui regardent le général Gilles, mis à la place de Childéric par les Français. Ainsi, ce sixième livre, où il parle de ce général comme vivant, doit avoir été fait avant l’an 464, époque où il mourut, selon Idace.

Il les envoya à saint Perpétue, qui, approuvant l’ouvrage, lui demanda en même temps d’autres vers qu’il avait faits sur la guérison de son pe­tit-fils. Paulin le satisfit en lui envoyant ce petit poème, où l’on voit que ce jeune homme, qui était sur le point de se marier, étant tombé ma­lade avec la fille qu’il devait épouser, ils furent l’un et l’autre guéris aus­sitôt qu’ils eurent touché le mémoire des miracles de saint Martin, signé

 

— 247 —

 

de la main de saint Perpétue. C’est là tout ce que nous savons de Paulin de Périgueux. Alors, pourquoi dire que Paulin était hérétique, si ses écrits, approuvés par un saint, faisaient des miracles? (Tom. VI, Bibliot. patr.) Le P. Sirmond prétend que ces deux Paulin, celui dont parle Si­doine et celui que nous défendons contre le P. Dupuy, n’étaient qu’une même personne; mais sa conjecture, remarque M. Dupin avec raison, n’est pas bien appuyée. En effet, il est certain que Sidoine Apollinaire parle de Paulin le rhéteur comme mort depuis un assez long temps, et il n’est peut-être guère moins certain que, lorsqu’il en parlait de la sorte, l’autre vivait encore. D’ailleurs, l’un était rhéteur, cultivait l’éloquence, selon Sidoine, et l’autre ne se mêlait que de poésie, comme il le dit lui-même. (L. 6, v. 20-34.)

Celui qui nous occupe était en honneur sous l’épiscopat de Perpétue, qui avait pour lui une estime particulière. Paulin, avait aussi pour cet évêque une vénération sincère, et le qualifiait de son patron spécial auprès de Dieu. Il est étonnant qu’après des époques aussi bien marquées, il se soit trouvé, en ces derniers temps, des savans qui ont confondu ce Paulin avec le grand saint Paulin, évêque de Nôle, mort vers l’an 431, tandis que Perpétue ne fut évêque de Tours qu’en l’an 461; mais il est plus étonnant encore que Grégoire de Tours et Fortunat de Poitiers, qui écrivaient sur la fin du siècle suivant, soient tombés dans la même faute de con­fusion.

François Juret est le premier qui ait fait imprimer les ouvrages de Paulin. Il les donna sur un manuscrit de Pierre Pithou et y joignit de très amples notes; il les attribua aussi à Paulin de Nôle.

Il est vraisemblable que Paulin habitait ordinairement Périgueux; mais, rien ne nous apprend de quel canton du Périgord il tirait son origine, ni où était située sa maison de campagne. Nous croirions volontiers que quelqu’un de sa famille, peut-être son père ou grand-père, a donné son nom au village de Pauliniac, situé sur une hauteur, à demi-lieue de Grignols, assez près de la route de Périgueux. Ce village est très ancien, et le chapitre de Périgueux y percevait un droit de dîme dès les temps les plus reculés.

D. Ceillier donne le titre d’évêque dé Périgueux à un Paulin, vivant en 475 et auteur d’une Vie en vers de saint Martin de Tours. Mais ce savant

 

— 248 —

 

écrivain se trompe: Paulin, l’ami de Sidoine, était rhéteur à Périgueux: il n’en fut point évêque.

Démocarès, dans le catalogue des évêques de Périgueux, met un Pégase, évêque sous Childéric, qui régna depuis Fan 456 jusqu’en 481; ce qui coïn­cide avec le régne d’Evarix. Nous pensons que cet évêque fut martyrisé sous ce roi des Goths, et notre opinion est conforme au texte de Sidoine Apollinaire, qui s’exprime ainsi dans sa lettre à Basile: « Burdegala, Petrocorii, etc., summis sacerdotibus ipsorum morte truncatis, nec ullis deinceps episcopis in defunctorum officia suffectis, etc. » D’ailleurs, comme cet évêque ne reparaît pas sous le régne paisible d’Alaric, on a tout lieu de croire qu’il fut du nombre des malheureuses victimes immolées par le cruel Evarix.

Sidoine Apollinaire adresse la sixième lettre de son second livre à un Pegase. Dans cette lettre, il fait un éloge fort court d’un de leurs amis communs. Mais on est incertain si ce Pegase est le même que notre évêque avant son épiscopat, ou quelqu’un de sa famille. Parmi les lettres perdues de saint Augustin, adressées à différentes personnes, il y en avait une à Pelagasius, peut-être le même que Pagasius. Probablement, il y avait à Périgueux, dès le IVe siècle, une famille Pegasia, alliée à celle de Chronope. Si Pegase a été réellement évêque de Périgueux, il devait être fils ou petit-fils de Pegase Ier, qui vivait au commencement du Ve siècle, et peut-être grand-père de Chronope II.

 

(j) Fortunat Venance vivait vers la fin du VIe siècle. Grégoire de Tours, son intime ami, ne le nomme que prêtre; mais l’Eglise le met au nombre des évêques de Poitiers, sur les témoignages de Baudonivie, reli­gieuse de Sainte-Croix, sa contemporaine, de Paul, diacre d’Aquilée, et de Sigebert de Glembourg, qui tous trois lui donnent ce titre. On ignore le lieu de sa naissance: on le croit cependant Italien, parce qu’il fit ses études à Ravenne. Il connaissait la grammaire, la rhétorique, la poétique et un peu de jurisprudence. Hilduin, abbé de Saint-Denis, lui donne le titre de très érudit, Scholasticissimus.

Sainte Radegonde, épouse de Clotaire et fondatrice du monastère de Sainte-Croix de Poitiers, se l’attacha d’abord en qualité de secrétaire, d’in­tendant, et plus tard, quand il fut prêtre, d’aumônier et de chapelain. Dans ces divers emplois, il étudia la philosophie, la théologie, composa des vers,

 

— 249 —

 

des livres, et édifia l’Église autant par ses vertus que par ses écrits. Le Vexilla Regis est de Fortunat. On lui a attribué aussi le Pange lingua; c’est à tort: il est de Claudien Mamert.

De petites pièces de vers adressées soit à Radegonde, soit à Agnès, soeur de cette reine, en leur envoyant des fleurs, des fruits ou d’autres bagatelles, ont porté la malignité, qui corrompt tout, à calomnier leur au­teur. Mais Fortunat, que l’église de Poitiers a toujours honoré comme saint et dont elle fait l’office le 14 décembre, nous explique lui-même, dans ce vers à Agnès, la nature de cette correspondance dont l’esprit et la vertu étaient les seuls motifs:

Coelesti affectu, non crimine eorporis ullo.

 

On fixe sa mort vers l’an 609. La meilleure édition de ses oeuvres est celle du P. Brower, publiée en 1603.

Au nombre des vingt-huit épitaphes qu’il composa, se trouve l’éloge de Chronope II.

En admettant que Pegase ait été martyrisé sous Evarix, l’Église de Péri­gueux demeura vacante au moins pendant dix ans, c’est-à-dire depuis l’an 474 jusqu’en 484 ou 485. Son successeur immédiat fut Chronope, Périgourdin d’origine, malgré son nom grec, et d’une famille gaulo-romaine. Cet évêque était de race sacerdotale du côté paternel et maternel, ce qui a fait dire au poète que l’évêché de Périgueux lui était échu par succession. Voici comment on peut expliquer ces paroles de Fortunat, ex utroque parente: La mère de Chronope était fille de Pégase II, que nous supposons avoir été massacré par les Goths, vers l’an 474; ce qui est vraisemblable. Celui-ci pouvait avoir succédé à Chronope Ier, grand-père de Chronope II, vivant, selon nos conjectures, vers l’an 430 ou 440. Chronope Ier doit avoir succédé immédiatement à Pegase Ier, dont nous avons parlé. De sorte qu’avec ces quatre évêques, nous remplissons la grande lacune qu’on voit dans tous les catalogues du Ve siècle.

Au reste, celte conjecture n’a rien d’inadmissible. L’histoire des premiers siècles de l’Église nous offre l’exemple de plusieurs hommes mariés revê­tus de l’épiscopat et gardant même auprès d’eux leurs femmes, qu’on nommait episcopae, du nom de la dignité de leurs maris; mais elles n’étaient plus pour ces évêques que des soeurs, tanquam sorores habebant. (Voyez

 

— 250 —

 

Grég. de Tours, l’Hist. ecclés.; Lettres de Sidoine, liv. 2; Mélanges hist. de M. Villemain; Guizot, Civilis. franç., 3e leçon .) A cette époque, le res­pect pour la sainteté du serment était si grand, la simplicité des moeurs si admirable, que cet usage, que l’Église ne blâmait point, semblait n’offrir aucun danger. Quelques fâcheux accidens firent changer la discipline ecclésiastique. On évita de prendre des hommes mariés. Les couvens, les écoles des cathédrales, les presbytères fournirent des clercs; et, après l’établis­sement des séminaires, dans le XVIe siècle, on ne puisa plus qu’à cette source pour perpétuer le sacerdoce.

Chronope fut évêque de Périgueux vers l’an 484 ou 485, peu de temps après la mort d’Evarix, dont il eut à réparer, dans son diocèse, les excès de cruauté.

Evarix était roi des Goths, en Espagne. Il succéda à son frère, Théodoric II, vers l’an 466. Après avoir ravagé le Portugal, la Haute-Espagne et la Navarre, il entra dans les Gaules, prit Arles, Marseille; assiégea Clermont, qui le repoussa; s’empara de Bourges, dévasta l’Auver­gne, le Berri, la Touraine, la Provence; persécuta partout les chrétiens et faisait périr leurs ministres. Les Églises d’Auch, de Bordeaux, de Périgueux, de Limoges, de Rhodez et du Puy en Velay, eurent particu­lièrement à souffrir de sa férocité arienne. Il mourut à Arles. (Voy. Isid. Idatius dans sa Chron.; Sidoine Apoll., liv. 7, ép. 6; Grég. de Tours, l. 2, c. 25.)

Pour donner une idée des ravages d’Evarix, de l’état déplorable des Églises, et par conséquent des travaux pénibles, des immenses fatigues auxquelles Chronope dut se livrer, nous citerons les observations de D. Ceillier. (Tom. XV, c. 7.)

« Licinien, dit-il, avait été chargé de la part de l’empereur Nepos, sur la fin de l’an 474 ou en 475, de ménager un traité avec les Visigoths. S. Sidoine, qui savait que l’évêque Basile avait quelque part dans cette négociation, lui écrivit pour lui recommander les intérêts de la foi et pour presser qu’il y eut un article dans le traité qui donnât aux catho­liques soumis aux Visigoths le pouvoir d’ordonner des évêques; ce qu’Euric ne leur permettait pas, car ce prince était non-seulement séparé de l’Église catholique comme arien, mais il était encore si aigri con­tre elle, qu’il ne pouvait pas même en entendre parler; en sorte qu’on

 

— 251 —

 

ne savait s’il était plus le chef de sa nation que de sa secte. La plu­part des Églises étaient alors sans pasteurs, l’épiscopat y étant fini avec la vie des évêques. Cela se voyait en particulier dans les Églises de Bor­deaux, de Périgueux, de Rodez, de Limoges, de Mende, d’Eause, de Bazas, de Comminges et d’Auch. Le défaut d’évêques entraînait après lui la ruine de la religion, puisque c’est aux évêques à donner les ministres intérieurs aux Églises et à ramener à la foi ceux qui s’en sont écartés; aussi le christianisme était presque éteint dans ces diocèses, n’y ayant per­sonnes pour veiller ni sur les villes ni sur les paroisses de la campagne. Les bâtimens mêmes des églises tombaient en ruine dans les bourgs et les villages, ou demeuraient les uns fermés par les seuls buissons qui y croi­saient, les autres ouverts aux troupeaux qui y venaient paître l’herbe jusqu’aux pieds du saint autel. On ne fréquentait presque plus les églises des villes, et les fidèles ne trouvaient plus de consolation ni de secours, n’ayant point d’ecclésiastiques pour leur en procurer. »

La cathédrale actuelle, commencée dans le VIIe ou VIIIe siècle, n’est pas cette église que Chronope fit bâtir. Le temple que ce pieux pasteur fit construire et où il déposa les reliques de saint Front, occupait l’espace qui précède l’entrée de la cathédrale à l’ouest et qui sert maintenant de porche et de vestibule. Cet édifice se prolongeait même au-delà; car les constructions que nous voyons à droite et à gauche du soubassement du clocher n’ont jamais fait partie du plan de l’église actuelle et remontent évidemment à une époque antérieure. Il est certain qu’on ne voulut que les utiliser et l’on reconnaît facilement les raccords de ces deux différen­tes constructions. Il y avait à peine un siècle que l’église de Chronope avait été bâtie qu’elle n’existait plus, soit qu’on l’eût trouvée trop petite, jugée peu solide, ou qu’elle se fût écroulée. On ignore le motif qui la fit rempla­cer; mais assurément elle précéda l’église actuelle qui, aux yeux des savans, ne peut remonter au VIe siècle, comme il est évident que l’église de Chronope succéda à une autre église ou chapelle plus ancienne encore.

Les Actes de la Vie de saint Gery, évêque de Cambrai, publiés par les Bollandistes, nous apprennent que cet évêque, ayant fait un voyage à Tours pour visiter les reliques de saint Martin, eut la pensée de venir en Périgord pour voir quelques possessions de son évêché et qu’il ne voulut point quitter cette province sans venir à Périgueux honorer les reliques de saint Front.

 

— 252 —

 

Les Bollandistes placent l’ordination de saint Gery entre les années 575 et 583, et sa mort entre 614 et 622. Prenant un moyen terme, nous plaçons le voyage qu’il fit en Périgord vers l’an 600, car il mourut fort âgé. Viribus tamen corporis destitutus, aetate provectus, in senectute bona, plenus dierum inpace quievit, etc., disent ses Actes. (Boll., pag. 675, N° 14.) Quand saint Gery vint à Périgueux, les reliques de saint Front n’étaient point dans la cathédrale actuelle, qui n’existait pas. Ces reliques se trou­vaient donc dans l’église de Chronope, qui à cette époque n’était pas détruite.

Dans un extrait de la Vie de saint Hilaire, par saint Just, inséré dans les Annales du Limousin par le P. Bonaventure de Saint-Amable, on lit la relation d’un voyage de l’évêque de Poitiers à Périgueux. L’épo­que de ce voyage n’est pas précisée. Nous croyons pouvoir l’assigner peu après l’an 360. En effet, saint Hilaire, ordonné vers l’an 353, s’opposa aux ariens en 355. Exilé par Constance après le concile de Béziers, en 356, il ne rentra dans les Gaules qu’en 360, y resta jusqu’en 362, en ressortit et ne rentra qu’en 365 ou 366, pour y mourir en paix quatre ans plus tard.

Ce zélé pontife venait pour honorer les reliques de saint Front; ces re­liques devaient se trouver dans la chapelle d’où Chronope les retira pour les transporter dans l’église qu’il fit bâtir. Ainsi les faits historiques nous apprennent que deux églises ont précédé la basilique actuelle, et l’histoire de l’art architectural confirme cette vérité.

Chronope ne se contenta point de bâtir une église en l’honneur de saint Front; il fit aussi réparer sa cathédrale, qui sert aujourd’hui d’église à la paroisse de la Cité. Le P. Dupuy garde le silence sur cette restauration, qu’on ne peut cependant ni contester ni méconnaître d’après les paroles mêmes de Fortunat:

Templa exusta celer revocasti in culmine priseo:

Hinc tua; sed coelis stat sine labe domus.

 

Les lettres de Rurice, déterrées dans la bibliothèque de l’abbaye de Sainl-Gall, par Canisius, sont au nombre de 78. Nous ignorons pourquoi les der­niers éditeurs de la Gallia christiana n’ont pas fait mention de la lettre dont parle le P. Dupuy; quoique sans date, elle méritait cependant d’être rappor­-

 

— 253 —

 

tée. Elle nous apprend qu’on faisait, dès le Ve siècle, la distinction des pa­roisses, et qu’on appelait diocèse ce que nous appelons paroisse, et paroisse ce que nous appelons diocèse, ou plutôt qu’on employait alors indis­tinctement ces deux mots comme synonymes.

Nous y trouvons aussi l’ancienne et véritable orthographe de Jumilhac, qui est Gemeliacum.

Nous ne savons presque rien sur saint Avit, saint Eumache et Secundinus. Il y avait en Auvergne la famille Avitus, très ancienne et très con­sidérée dans les Gaules. Elle donna un empereur d’Occident, dont la, fille, Papianilla, fut mariée à Sidoine Appollinaire. Cet empereur, ayant été vaincu et déposé, ne conserva même la vie qu’en consentant à devenir évêque de Plaisance. Mais l’Avitus dont parle Dupuy était-il de cette fa­mille? C’est ce qu’on ignore. Il est certain qu’à Saint-Avit-Sénieur (senior), on voit les restes d’un antique château, qu’on nomme encore les ruines de Papiol, nom radical de celui de la fille de l’empereur Avitus. Dupuy fait sortir le solitaire Avitus de la maison de Lanquais, mais il n’apporte aucune preuve de son opinion; et nous avons établi ailleurs que Lanquais appar­tenait à la famille Fronto. Il y a peu d’années qu’on trouva à Saint-Avit, en travaillant la terre, une crypte ornée de petites arcades et de bas-re­liefs assez bien sculptés. Elle était entre l’église actuelle et la fontaine où se désaltérait, dit-on, le solitaire. Nous ne savons point si elle a été con­servée; mais elle méritait de l’être. Ce curieux monument était du VIe ou du VIIe siècle.

Il n’est resté aucun souvenir de Secundinus. La tradition et l’histoire se taisent également sur les actes de sa vie. Il existait une famille romaine de ce nom dans la Gaule-Belgique; nous la connaissons par un monument sépulcral qu’on voit dans le village d’Igel, sur la Moselle, entre Luxem­bourg et Trèves. Quintilien fait l’éloge d’un Secundinus, orateur distin­gué. Nous trouvons, en 511, un consul de ce nom et un ambassadeur de Théodebert. Mais rien ne prouve que le Secundinus de Dupuy ait été de la même famille que ceux dont la mémoire s’est conservée jus­qu’à nous.

Nous ne savons également que très peu de choses sur saint Eumache, qu’on nomme vulgairement saint Chamassy. Les Bollandistes n’en parlent pas, et le peu qu’en dit le P. Dupuy est tiré de l’ancien Bréviaire du Péri­-

 

— 254 —

 

gord. Il paraît que son culte fut peu répandu, s’il faut en juger par le petit nombre d’églises qui lui sont dédiées. Nous en trouvons deux: Saint-Chamassy, à quatre kilomètres du Bugue, et Cornille, près de Périgueux. Il est probable qu’il prit naissance dans la première et qu’il fit un long séjour dans la dernière. Nous ignorons où demeurait la dame nommée Boëze, à moins que ce ne soit au château des Chabannes, sur la route de Périgueux à Thiviers, un des plus anciens châteaux du pays et ap­partenant aujourd’hui à M. le comte de Barde, ancien receveur-général du département de la Dordogne. La légende de saint Chamassy dit qu’il fut ordonné prêtre; mais il n’exerça point son ministère, puisqu’il passa sa vie dans la solitude. On ne voit point qu’il ait rassemblé autour de lui des disciples, comme faisaient plusieurs solitaires de ce temps-là.

Les savans sont partagés sur le siècle qui a produit saint Sacerdos. Les uns mettent sa mort l’an 530; les autres croient qu’elle n’arriva que deux siècles plus tard.

Armand Gérard, chanoine de Sarlat, assure que saint Sacerdos vivait au commencement du VIe siècle, entre les deux Rurices, et emploie toutes les ressources de son imagination à le prouver. On trouve ses notes dans le Discours préliminaire sur saint Sacerdos, par le P. Henschenius, inséré dans le second volume de la Collection des Bollandistes. (Voy. Acta SS., maii, t. II; Antuerp., 1680.) Dans la suite, Antoine Dadin d’Hauteserre (Rerum Aquitanicarum Lib.), Baluze (Disquisitio de saeculo quo S. Sacerdos vixit), Labbe (tom. II) et Le Cointe (Annal. eccl. franç.), l’ont re­culé au VIIe et même au VIIIe siècle. Baillet est indécis; mais Mabillon tranche la difficulté et le met au VIIIe siècle, dans son premier tome des An­nales de lOrdre de saint Benoit. Enfin, le Bréviaire de Périgueux a adopté ce sentiment, qui ne paraît plus aujourd’hui souffrir de difficulté. En effet, si Sacerdos avait été contemporain de Clovis, Grégoire de Tours l’aurait connu et il n’eût pas manqué d’en parler; son épitaphe se trouverait peut-être aussi dans les oeuvres de Fortunat. La vie de ce saint a été écrite, peu de temps après sa mort, en idiôme périgourdin, ce qui ne serait pas si Sacerdos eût vécu dans le VIe siècle, où on n’écrivait qu’en latin. Enfin, son-culte est peu répandu, ce qui prouve qu’il n’est pas ancien.

Les protestans s’étant emparés de Sarlat, en 1574, y brûlèrent les reliques de plusieurs églises. Celles de saint Sacerdos ne furent épargnées

 

— 255 —

 

que parce qu’ils n’eurent pas le temps de les livrer aux flammes. Ils se contentèrent de prendre la châsse d’argent et de jeter les ossemens du saint, que les fidèles recueillirent en partie avec empressement. On les plaça dans un buste de bois doré, où elles restèrent jusqu’en 1629, époque où on les mit dans une nouvelle châsse d’argent. On retira alors un ossement que l’on divisa en quatre parties distribuées à l’évêque Louis de Salignac, aux récolets, aux religieuses de Sainte-Claire de Sarlat, et au prieur de Saint-Sacerdos, dépendant du chapitre de Sarlat, dans le diocèse de Montauban.

La Vie de saint Sacerdos fut écrite en langage périgourdin, qui n’était autre que la langue limousine ancienne, à laquelle on a donné quelquefois le nom de vieux gaulois et de langue provinciale, soit à cause des Gaulois répandus et établis dans les diverses provinces des Gaules, leur propre pays, soit parce que les Provençaux en faisaient usage, surtout dans les Gaules, où leur contrée était féconde en poètes. Cette langue a été autrefois très com­mune, non-seulement dans les provinces au-delà de la Loire, mais aussi en Italie, en Angleterre et dans les divers royaumes d’Espagne. Les Espagnols s’en servaient encore quelquefois dans leurs lettres, comme il parait par deux de celles de saint Vincent-Ferrier à l’infant D. Martin, fils de Pierre IV, roi d’Aragon. Au reste, le fond de cette langue, pour les mots, est pris, comme l’on sait, de la langue latine; mais la construction et les verbes auxiliaires lui viennent de la langue grecque et de la germanique. Enfin, après avoir fourni à notre langue française son fond principal et avoir reçu elle-même plusieurs secours et changemens, elle subsiste encore, divisée en presque autant de divers dialectes qu’il y a d’arrondissemëns parmi les peuples du Limousin, de l’Auvergne, du Quercy, du Périgord, du Lan­guedoc, de la Gascogne, etc.

Il est vraisemblable que la Vie de saint Sacerdos fut écrite par un reli­gieux de Calabre (Calviac), ou peut-être de Sarlat. Cependant, on n’y fait pas mention de la translation de ses reliques dans cette dernière ville. Cette Vie fut traduite en latin vers le commencement du XIIe siècle, par Hugues de Fleuri, et la traduction, comme il arrive quelquefois, fit perdre l’original. Hugues, surnommé de Sainte-Marie, était moine de l’abbaye de Fleuri-sur-Loire, dans le diocèse d’Orléans. On ne sait point ce qui le détermina à traduire cette Vie de saint Sacerdos. Peut-être la trouva-t-il

 

— 256 —

 

dans son abbaye, où l’avait apportée Aimoin, Périgoordin d’origine; et, pour la sortir de l’obscurité où elle était, il se décida à la traduire.

En admettant que saint Sacerdos ne soit mort que dans le VIIIe siècle, sa mère, sainte Mondane, fut martyrisée, non par les Goths ou les Vandales, mais plutôt par les Sarrasins. Alors, le P. Dupuy serait dans l’erreur en plaçant l’existence de saint Sacerdos et de sa mère sous l’épis-copat de Chronope II.

 

(k) Le P. Dupuy se trompe: Chartier n’est point le successeur immé­diat de Chronope; c’est Sabaudes. L’erreur de cet historien est d’autant plus étrange, qu’il nomme lui-même cet évêque en parlant de saint Cybard. Voici comment il s’exprime: « Le saint rencontra soubz les murs de la ville d’Engoulême un vieux et petit oratoire fort solitaire qui l’attiroit pour y vivre et finir ses jours en reclus, suivant la coustume pour lors fort practiquée; ce que pourtant il ne voulut exécuter sans le congé de son abbé, mesme de son évesque nommé Sabaudes. » Or, l’évêque de Cy­bard était celui de Périgueux, puisque Cybard était né en Périgord: donc Sabaudes était évêque de Périgueux; telle est l’opinion de Le Cointe dans ses Annales ecclésiastiques. Sabaudes, suivant quelques écrivains, fut évê­que de Saintes; cependant on ne peut lui trouver une place dans le ca­talogue des évêques de ce diocèse, et on lui en trouve une dans celui de Périgueux, dont il remplit une lacune de vingt-quatre ans. Si Sabau­des, en effet, n’était pas admis au nombre des évêques de Périgueux, Chronope eût vécu plus d’un siècle, ce que dément Fortunat; ou bien le siège de Périgueux serait resté vacant plusieurs années, ce que le P. Du­puy n’admet pas.

Mabillon, il est vrai, n’ose trancher la difficulté; il se montre même ti­mide dans cette question. Il convient cependant que Chartier n’est pas le successeur immédiat de Chronope; il pense que c’est saint Aquilin; mais son opinion n’est appuyée par aucun historien, et, parmi les cinq évêques dont le Martyrologe d’Usuard fait mention, nul n’est qualifié évêque de Périgueux. Peut-être Mabillon a-t-il voulu parler d’un saint Aquilin, par­ticulièrement honoré dans le Périgord. Ce saint personnage est encore moins connu que les autres. Nous ignorerions même dans quelle province il est né, à quelle époque il vivait, si nous ne savions, par la Vie de saint

 

— 257 —

 

Astier et de saint Cybard, qu’il était le contemporain de ces deux solitai­res. Aucun Martyrologe ne fait mention de lui et il a été omis dans le Bré­viaire de Périgueux. Il paraît cependant que sa famille habitait la com­mune de l’Eguillac-de-l’Auche, et qu’il a donné lui-même son nom à la paroisse de Saint-Aquilin, limitrophe de celle de Saint-Astier et renom­mée par une fontaine à laquelle le peuple attachait une grande vertu.

Chartier eut beaucoup à souffrir pendant les troubles excités par la més­intelligence qui régnait entre les successeurs de Clothaire. La mort de Galswinthe que Brunehaut, femme de Sigebert, voulut venger contre Frédegonde, épouse de Chilpéric, fut le motif de la première guerre qui désola l’Aquitaine. La seconde guerre fut le résultat de la minorité de Childebert. Guntram ayant voulu prendre les intérêts de ce jeune prince, vit les Austrasiens tourner leurs armes contre lui, et l’Aquitaine fut de nouveau livrée au meurtre et au pillage. L’oncle et le neveu s’étant brouil­lés, l’Aquitaine devint encore le théâtre de la guerre. Didier, général de Chilpéric, traversa le Périgord à la tête d’une armée, prit la ville de Pé­rigueux, lui fit prêter le serment de fidélité et continua son chemin vers Agen. A peine le roi Guntram avait-il rétabli la paix, que Gondovald, fils vrai ou faux de Clothaire, vint lui susciter d’autres embarras. Cet aventurier, arrivant de Constantinople, fut solennellement reconnu roi par toutes les villes principales du Midi; avec le secours de Boson et de Di­dier, il s’empara des villes d’Angoulême, de Périgueux, de Limoges, de Cahors, de Bordeaux, de Toulouse, y établit son autorité, et l’Aquitaine, qui lui était presque entièrement dévouée, allait lui appartenir, lorsqu’une lutte vive, opiniâtre, rendit Guntram victorieux. Alors l’Aquitaine, cruellement déchirée, put enfin goûter quelques années de repos.

Tels sont les faits dont le P. Dupuy a voulu parler; mais cet écrivain confond les événemens et altère les dates.

Chartier, auquel le même écrivain donne l’épithète de bon, ne montra cependant, ce semble, ni bonté, ni grandeur d’âme dans l’affaire de son diacre Fronton. Aussi, Grégoire de Tours se garde bien d’en faire l’éloge. Ses réponses et ses récriminations ne paraissent dictées que par la crainte, la faiblesse et l’animosité. On le questionne sur ce diacre: il répond que c’est son ennemi capital, qu’il a intenté plusieurs fois contre lui des choses très injustes, qu’on ne peut douter que ce ne soient là des preuves évidentes

 

— 258 —

 

de sa méchanceté, et que ce mauvais homme avait souvent cherché des inventions pour lui ôter l’épiscopat. (Grég., liv. 6, ch. 22.) Mais le roi, con­tinue saint Grégoire, touché de compassion pour l’un et pour l’autre, re­commanda cette affaire à Dieu, et conjura l’évêque de traiter bénignement son diacre. Admirable conduite, ou Chilpéric fit paraître non moins de prudence que de piété, apprenant ainsi à l’évêque Chartier que le plus grand secret d’un supérieur offensé, pour gagner le coeur de tout le monde et se faire en quelque sorte adorer, c’est de pardonner facile­ment les offenses qui le regardent personnellement, lorsque surtout il les a provoquées!

Grégoire, qui raconte ce fait, a donné lui-même plusieurs exemples de cette générosité naturelle aux âmes nobles et élevées. Un nommé Leudaste, d’une très basse naissance, s’étant insinué, à force de souplesse, d’intrigue et d’adresse, dans les bonnes grâces du roi, en avait obtenu le gouvernement de Tours. Apprécié plus tard selon son mérite, il fut des­titué. Il s’en prit à l’évêque de Tours, et, pour s’en venger, il machina contre lui une infamie: il faisait son métier. Il s’adressa à Riculphe, prêtre hardi, astucieux, hypocrite, vaniteux et capable de tout en matière de calomnie. Ce dernier eut recours à un clerc, son homonyme; car la ruse agit toujours en dessous. Il fallait perdre Grégoire. On écrit donc à Chilpéric que cet évêque a tenu contre Frédegonde des paroles outragean­tes en disant qu’elle avait un commerce criminel avec Bertrand, évêque de Bordeaux. Le roi convoqua aussitôt un concile à Brenne, près de Rheims, et s’exprima en ces termes devant les pères du concile: « Le crime qu’on reproche à la reine retombe sur moi et ne peut être véritable sans me couvrir de confusion.... » Le peuple, de son côté, criait que le propos attribué à Grégoire était indigne même d’un valet. Ce début favo­risait peu le dénonciateur. Aussi les pères du concile décidèrent qu’on devait s’en rapporter au serment de Grégoire, et le sous-diacre Riculphe fut con­damné à perdre la vie. L’évêque de Tours s’empressa de solliciter sa grâce: il l’obtint et oublia lui-même le crime de son ennemi.

Des vases précieux avaient été enlevés dans l’église de Saint-Martin. Les voleurs furent découverts, poursuivis et condamnés à mort. Grégoire s’op­posa à l’exécution de la sentence. Il prétendit que les coupables ne pou­vaient être recherchés que sur sa plainte; qu’il avait gardé le silence,

 

— 259 —

 

et qu’on devait dès lors les épargner. Son ardente charité triompha..... on leur fit grâce de la vie. Cest en imitant de tels exemples, en marchant sur les traces de ces grands hommes, que l’illustre Fénelon apprit à immor­taliser la candeur de son âme, comme Jésus-Christ, notre modèle, fit connaître à l’univers étonné sa divine mission, par une constante et iné­puisable miséricorde! Miserationes super omnia opera ejus.

Le second concile de Mâcon, auquel assistait Chartier, convoqué par la volonté du roi pour statuer sur les évêques qui s’étaient montrés les partisans de Gondovald et pour régler quelques usages et pratiques de l’Eglise de ce temps-là, condamna Ursicin de Cahors, convaincu d’avoir reçu Gondovald dans sa ville, à trois ans de pénitence, avec défense de raser sa barbe, de couper ses cheveux, de boire du vin, de man­ger de la viande, d’ordonner des clercs, de donner les eulogies, de bénir le saint chrême et de consacrer les églises. Il déposa Faustinien, nommé par Gondovald à l’évêché d’Acq, et condamna les évêques consécrateurs, Bertrand de Bordeaux, Pallade de Saintes et Orezius de Bazas à lui donner une pension de cent écus d’or annuellement et cha­cun à leur tour. Les principes qui dictèrent cette sentence, de toute justice, obligeant les évêques consécrateurs à subvenir aux besoins de l’évêque dé­posé, se sont maintenus dans l’Église catholique. Ainsi le veulent l’équité et la dignité du sacerdoce. Les ordonnances des rois sont d’accord sur ce point avec les conciles de Calcédoine, de Latran et de Trente. (Voy. Conc. Calced., can. 6, c. Neminem absoluti; Con. Late., 1179; Con. Trid., ss. 25, c. 16, de Refor.)

Accepter, en effet, d’une famille un enfant encore incapable d’une voca­tion décidée; le tenir pendant douze ou quinze ans dans les séminaires; l’élever dans des principes opposés aux idées mondaines; diriger toutes ses facultés vers les sciences morales et dogmatiques; le rendre inhabile aux professions du siècle, étranger à ses contemporains; lui interdire les affai­res séculières; exiger qu’il renonce au monde; le marquer enfin d’un sceau indélébile en le consacrant à Dieu, à la religion, et ne pas lui assurer, par un titre, une subsistance qui le mette à l’abri de la mendicité, c’eut été une imprévoyance dont les ennemis de l’Église ne sauraient l’accuser. Mais rejeter cet enfant, devenu homme et ministre de Dieu; le pousser dans la rue, le renverser dans la poussière, pieds et poings liés; le tenir

 

— 260 —

 

impitoyablement enchaîné, comme pour l’empêcher de manger un morceau de pain et le faire ainsi mourir de misère et de honte, ce serait une bar­barie, un raffinement de cruauté dont aucun siècle n’a encore fourni l’exem­ple et que l’Eglise de Jésus eut repoussé avec horreur.

 

(l) Nous n’avions sur l’évêque Saffaire qu’un seul fait historique, rap­porté par Grégoire de Tours; aujourd’hui nous connaissons le lieu de sa sépulture par une pierre tumulaire récemment découverte, portant son nom et son titre. A l’époque de la mort de Saffaire, les évêques n’étaient pas toujours ensevelis dans les cathédrales; assez ordinairement, ils mou­raient dans les monastères et y étaient souvent enterrés sans pompe et sans éclat. Cet usage de la simplicité des premiers siècles peut nous expliquer comment le tombeau de Saffaire s’est trouvé au Fleix. Cette commune, située sur les bords de la Dordogne, à six myriamètres de Périgueux, an­tique dans son origine, si l’on en juge par les nombreux fragmens de briques, de poteries romaines et par les médailles du Haut-Empire qu’on y rencontre, possédait plus tard un monastère, et c’est précisément vers le sommet d’un côteau appelé l’Hermitage, au milieu des débris épars d’un édifice, qu’on a découvert la pierre dont nous parlons. Cette pierre, gros­sièrement travaillée, a la forme d’un parallélogramme et n’a de hauteur que cinquante centimètres sur trente de largeur. L’inscription, qui occupe environ le tiers de la face antérieure, se compose de trois lignes, enca­drées et séparées les unes des autres par un filet en creux comme la lettre. Nous la lisons ainsi: IN XRISTI NOMINE SAFFARIVS EPISCOPVS: SOMMO DIE DEFVNCTVS EST. Nul doute sur le commen­cement de l’épitaphe; mais les caractères de la dernière ligne étant un peu altérés, on peut lire: S. C... M... M.... DIE DEPOSITVS, et donner pour interprétation: SECVNDA MAÏÏ MENSIS DIE DEPOSITVS EST. Quoi qu’il en soit, cette inscription, la forme du monument et le lieu où il a été découvert ne permettent pas de douter que cette pierre n’indique la sépulture de Saffaire, évêque de Périgueux, dans l’ancien monastère du Fleix.

Au-dessus de l’inscription, on voit, en demi-relief, le monogramme grec du Christ, inscrit dans un cercle qui occupe tout le champ de la partie supérieure du monument. La tête de la lettre ρ du monogramme

 

— 261 —

 

n’ayant pas été figurée, on serait tenté de chercher ici l’image d’une roue, symbole de l’éternité; mais quand on sait que la plupart des inscriptions tumulaires des premiers temps du christianisme portaient le monogramme en question, on reconnaît aussitôt une omission du graveur, réparée par les deux lettres I. C. gravées en creux, sur le fond, dans l’angle de droite du cercle. On voulut que l’abréviation latine Jesus-Christus fit re­connaître l’abréviation grecque mal figurée.

Saffaire siégeait en 590. Cette date s’accorde parfaitement avec la for­me, le style et la lettre de ce monument. Ces caractères demi-barbares, ce mélange de cursives et de majuscules, le genre des abréviations, tout ici rappelle le faire du Ve et du VIe siècles.

On n’était pas d’accord sur le véritable nom de cet évêque. Grégoire de Tours l’avait écrit d’une manière correcte. Quelques-uns ont écrit Susarius; d’autres, Saffraneus. Le cippe recueilli servira donc aussi à confirmer le texte de l’historien et à faire justice de toutes ces variantes. C’est à M. Jouannet, conservateur du musée de Bordeaux, que nous devons la décou­verte de ce précieux monument. Dévoué à la ville de Périgueux, il en a fait l’envoi à M. de Mourcin, qui le conservera soigneusement. Il le mérite, car les inscriptions de cette époque sont rares. Presque toujours mal gravées et souvent du style le plus barbare, on les avait trop dé­daignées, et ce mépris n’a pas peu contribué à obscurcir pour nous l’his­toire du moyen âge.

Les éditeurs de la Gallia christiana, d’après ce passage de la vie de saint Didier de Cahors, écrite par un contemporain, donnent pour successeur à Saffaire un Astier ou Austier. « Habebat eo tempore plures D. Jesus in Galliis nobiles servos: Arverno Gallum, Bituricis Sulpitium, Ruthena Verum, Agenno Salustium, Engolismo Eparchium, Petrogorico Austerium, etc. » Nous ne partageons pas leur opinion. En effet, qu’on lise avec attention ce passage, et l’on se convaincra que l’auteur a eu seulement la pensée de parler des saints personnages qui vivaient du temps de saint Didier, soit évêques ou autres. Ce qui le prouve, c’est qu’il nomme saint Cybard d’Angoulême. Or, Cybard n’a jamais été promu à l’épiscopat; et, parce qu’il aura placé saint Astier immédiatement après, nous ne voyons pas que ce soit une raison pour faire de celui-ci un évêque de Périgueux, lorsque surtout les éditeurs de la Gallia avouent qu’ils ne

 

— 262 —

 

sont vu nulle part avec ce titre. Peut-être ont-ils pris à la lettre ces mots, eo tempore; mais il s’en faut de beaucoup que Cybard ait été contempo­rain de Didier, puisque ce saint solitaire était mort environ quarante-huit ans avant que saint Didier fût élevé sur le siège épiscopal de Cahors.

Il nous faut donc des monumens plus positifs pour admettre Austier parmi les évêques de Périgueux. Nous croyons, au contraire, que cet Austier est évidemment le même que saint Astier, confesseur et solitaire, dont parle le P. Dupuy. Ce solitaire, ami de saint Cybard, mourut dans le lieu qui porte son nom. La grotte qu’il habita pendant sa vie existe encore, et la fontaine qu’elle renferme est toujours un objet de vénération pour les fidèles. Deux arceaux, construits dans le XIIIe siècle, l’un vers le milieu de cette grotte, l’autre à son entrée, la protègent contre l’éboulement des terres supérieures et soutiennent une petite chapelle bâtie à une époque plus reculée. L’entrée primitive de cette grotte a été récemment fermée par un tombeau, et l’on ne pénètre plus dans la modeste demeure du solitaire que par une petite porte creusée dans le roc. Il semble que ce tombeau n’a été placé si près de la fontaine que pour protester contre la vertu de ses eaux, que le peuple regarde comme un remède souverain pour certaines maladies. Tant il est vrai qu’il ne faut qu’entretenir les monumens religieux et se garder, par respect, d’y jamais rien changer; car les rapprocher de l’immutabilité de Dieu, c’est servir la religion.

Le culte de saint Astier n’est pas très répandu. On trouve peu d’églises, même en Périgord, bâties sous son invocation. Outre la collégiale de Saint-Astier, nous ne connaissons que les églises de Fossemagne et du Chapdeuil qui l’aient pris pour patron. La paroisse de Saint-Martin, près de Mussidan, est appelée, dans les vieux titres, Saint-Martin-1’Astier. Un village près de Neuvic, situé au milieu des landes, du côté de Saint-Severin, est connu depuis longtemps sous le nom de Puy-Astier, Podium Asterii. Les églises de Saint-Front et d’Agonac avaient un autel dédié à saint Astier. C’est tout ce que nous savons de son culte en Périgord.

 

(m) Le VIIe siècle fut désolé par des guerres continuelles. Les Bas­ques, quittant leurs montagnes, se répandaient dans la plaine et y exerçaient d’affreux ravages. A peine battus, ils recommençaient leurs incursions et semblaient renaître de leurs cendres. Les querelles des rois

 

— 263 —

 

d’Austrasie et de Neustrie divisaient aussi les peuples. Le meurtre et la trahison se multipliaient partout. L’Aquitaine fut principalement le théâtre de la guerre, et le Périgord eut beaucoup à souffrir. Mais, quelque ter­ribles que fussent les maux qui affligèrent cette époque, il n’est pas pro­bable que le siège épiscopal de Périgueux soit resté vacant pendant plus d’un siècle, comme l’assure le P. Dupuy. Que les chartes, les titres des cathédrales, des abbayes, se soient perdus; que les actes ecclésiastiques aient été mal tenus, peu soignés, souvent même enlevés, cela se conçoit et dut souvent arriver; c’était alors un temps de confusion, de désordre et d’anarchie. Mais les rois qui s’entre-déchiraient n’étaient point les enne­mis déclarés de l’Église, et, s’ils envahissaient quelquefois ses domaines, ils ne contrariaient point son administration spirituelle. En effet, des études plus sérieuses, des recherches historiques plus opiniâtres, ont mis au jour plusieurs évêques dont on faisait les sièges vacans. C’est ainsi que nous trouvons, dans le VIIe siècle, trois évêques de Périgueux, successeurs de Saffaire, dont Dupuy ne parle point et que la Gallia christiana elle-même a passés sous silence. Le premier est Marc; son nom est cité dans une bulle accordée, vers l’an 640, à la prière de saint Faron de Meaux, par le pape Jean IV, au monastère de Sainte-Croix; le second est Ermenomaris, qui, vers l’an 670, sous le régne de Chilpéric II, souscrivit, avec plusieurs autres évêques, les actes d’un concile de Bordeaux; et le troisième est Arculfe, que nous conjecturons avoir été évêque de Péri­gueux depuis l’an 680 au moins jusqu’en 702. On le croit auteur de l’itinéraire qui porte son nom. Ainsi, en donnant à chacun de ces trois évêques trente années d’épiscopat, nous remplissons presque un siècle.

Nous ne relèverons point les erreurs chronologiques dans lesquelles le P. Dupuy est tombé en signalant quelques faits généraux de l’histoire de France; ce serait un travail inutile. Il n’est personne aujourd’hui qui ne puisse les remarquer. Cet auteur est presque toujours en arrière des événemens de quatre ou cinq années. Nous ne rétablissons que l’exactitude des faits qui intéressent le Périgord.

Dagobert Ier, maître de toute la monarchie, donna pour apanage, en 628, à Haribert, son frère, la Saintonge, le Périgord, l’Agenais, le Tou­lousain et la troisième Aquitaine, avec la ville de Toulouse pour servir de capitale à ce petit royaume. Haribert ne régna que trois ans, et son

 

— 264 —

 

fils aîné, Chilpéric, qui lui succéda, ayant été empoisonné, Dagobert reprit ce royaume, qu’il abandonna six ans après, à titre de duché héré­ditaire, à ses neveux Boggis et Bertrand, frères puînés de Chilpéric. Mais Odon, fils de Boggis, méconnaissant les conditions imposées à son père, se rendit indépendant. Il étendit les limites de ses états jusqu’à la Loire et gouverna en souverain toute l’ancienne Aquitaine et les pro­vinces qui l’avoisinaient.

Il transmit ses états à Hunold, son fils, et, par ce dernier, à Waifre, son petit-fils. Les maires du palais leur firent une guerre terrible. La vic­toire resta à Pépin. Le malheureux Waifre fut assassiné, et l’Aquitaine redevint un domaine de la couronne.

Le P. Dupuy affirme, d’après les manuscrits de Pithou, que la ville de Périgueux fut saccagée par les Sarrasins. Aucune ancienne chronique n’appuie cette assertion, à moins qu’on ne la trouve dans les historiens espagnols. Ce serait principalement à Périgueux qu’on devrait découvrir des monumens de l’invasion des Arabes. Malheureusement il n’existe plus rien. Il est vrai que le P. Dupuy fait remonter à cette époque la cons­truction du mur d’enceinte de la cité, mais les savans archéologues qui ont examiné attentivement ce mur, prétendent qu’il est du IVe ou Ve siècle, et nous partageons pleinement leur opinion. Formé avec des débris d’antiques monumens, ce mur de défense fut construit par les habilans eux-mêmes vers le commencement du Ve siècle. L’une de ses portes, voisine de l’amphithéâtre, encore existante, a été mal à propos nommée Porte des Sarrasins, dans un Mémoire imprimé par la ville de Périgueux. Nous relevons cette erreur, puisque aucun ancien titre n’autorise cette dénomination. Il est probable, cependant, qu’après la prise de Bordeaux, le Périgord, comme le reste de l’Aquitaine, fut dévasté par les Sarrasins, qui durent remonter la Dordogne jusqu’à Bergerac ou Lalinde et se diriger de là vers Périgueux. Les lieux tels que les Sarrazis, la Maure, la Fon-Moure, le Puy-des-Sarrasins, dans les communes de Maurens, de Campsegret, de Sourzac, de Beynac, et les Sarrazis, près de Périgueux, semblent avoir quelque analogie avec les noms maures, sarrasins, et les communes de Mauriac, Sarrazac, nous paraissent annoncer aussi la même origine. Mais ce ne sont là que des conjectures, auxquelles nous n’attachons aucune importance.

 

— 265 —

 

Charles-Martel, vainqueur des Sarrasins, s’empara d’une partie des biens de l’Église, sous le prétexte qu’il avait épuisé ses ressources en combat­tant contre les ennemis du nom chrétien. Après avoir pris pour lui les bénéfices les plus considérables, il distribua les évêchés, les abbayes aux principaux seigneurs de son armée et donna les cures aux officiers subal­ternes. Les bénéfices devinrent héréditaires; on les fit entrer dans le commerce; ils étaient partagés comme les autres biens de famille, et on vit vendre à l’encan des églises, des autels, des cloches, des ornemens. des calices, des croix, des reliques. On porta plus loin encore ces abus: lorsqu’on mariait une fille, on lui donnait pour dot une cure, dont elle affermait la dîme et le casuel. Il fallut des siècles pour réformer ces scandales, qui semblaient avoir aboli le christianisme dans les Gaules, pour relever les idoles. (Voy. Hincmar, ép. 6, chap. 19.) Cependant, c’est ce Charles-Martel qui devait sauver l’Europe, l’Eglise et la civilisa­tion. Le pape Grégoire III le prévoyait sans doute, lorsqu’il voulut le proclamer consul de Rome.

Waifre, héritier de la haine qu’Odon portait à Charles-Martel, n’épar­gna rien pour assouvir sa vengeance contre Pépin, successeur de ce der­nier. Il poussa même la barbarie jusqu’à faire abattre les remparts de plusieurs villes qu’il croyait ne pouvoir défendre contre son ennemi. Pé­rigueux fut de ce nombre. Mais Pépin, s’étant emparé de cette ville, releva ses murailles, ses forteresses et y plaça une nombreuse garnison. Après une guerre longue et meurtrière, Waifre succomba enfin, et voici comment s’exprime le continuateur de Frédegaire: « Rex vero Pipinus benigniter eos in suam ditionem recepit. Vuaifarius cum paucis per sylvam quoe vocatur Edobola in pago Petrocorrico latitans, huc usque vagatur, incertus, etc. » (Duchesne, tom. II, page 779.) Henri de Valois pense que le mot Edobola doit signifier la forêt de Vergt, et la plupart de ceux qui ont écrit après lui ont adopté son opinion. Nous ne sommes pas du même avis; nous croyons plutôt qu’il faut entendre par Edobola ce vaste pays de landes et de bois qui s’étend entre Saint-Astier, Mussidan, Monpont, Coutras, Saint-Aulaye et Ribérac, et que nous appelons encore aujourd’hui la Double. Nous nous fondons sur l’analogie du nom; car, en supprimant le second o dans Edobola, on a Edobla. qui est exac­tement le nom que l’on donnait anciennement à ce pays. D’ailleurs, d’après

 

— 266 —

 

l’itinéraire de Pépin, la forêt ou Waifre fut tué devait être située entre Saintes et Périgueux, ce qui ne peut convenir à la forêt de Vergt; et, sous ce rapport, Dupuy serait plus près de la vérité en disant que Waifre fut assassiné dans une forêt près de Bordeaux, c’est-à-dire dans la direction de Bordeaux.

Hunold, père de Waifre, et non son frère, comme le dit le P. Dupuy, voyant l’Aquitaine sans chef, quitta le froc, qu’il portait depuis vingt-cinq ans, pour reprendre l’épée; mais, vaincu, il se réfugia chez les Lombards. Charlemagne parut et l’Aquitaine rentra dans l’obéissance.

 

(n) Les évêques Bertrand et Raimond siégeaient de 767 à 811. Nous n’avons, pour garantir ce fait, que l’autorité du P. Le Cointe et nous ignorons sur quels documens il a fondé son assertion. Nous ne rencontrons le nom de ces évêques dans aucune allocution des conciles, ni parmi les signatures des chartes ou des capitulaires de cette époque. Peut-être le Nécrologe de Brantôme en faisait-il mention. Cest ce que n’affirme pas cet écrivain, et malheureusement nous n’avons point ce Nécrologe. L’extrait du manuscrit de 1570, dont parle Dupuy, se trouve à la fin des chroniques des évêques de Périgueux, insérées dans la Nouvelle Biblio­thèque du P. Labbe, tom. II. Ce manuscrit était conservé dans le petit chapitre de Saint-Antoine, placé anciennement où est aujourd’hui le choeur des chanoines de la cathédrale de Saint-Front; c’est à ce qu’il dit, et que rapportent Dupuy et Le Cointe, que se borne tout ce que nous savons de Bertrand et de Raimond.

L’histoire est presque aussi muette sur les comtes de Périgord, nommés à cette époque, que sur les évêques. Il parait cependant que celui qui fut établi par Charlemagne était Widbalde, dont le nom a été singulièrement défiguré par tous les auteurs qui en ont parlé; aussi en était-il résulté une confusion extrême. L’auteur de l’Art de vérifier les Dates lui a rendu son vrai nom, qui semble indiquer que ce comte était de la race des Francs. On ignore le temps de sa mort et s’il a laissé de la postérité. La province d’Angoumois ne figure pas dans la distribution des comtés faite par Charlemagne. Il est probable qu’elle faisait partie du gouver­nement de Widbalde, suivant l’usage pratiqué dans la suite.

Le comte que Bertrandi nomme Gautier, en le confondant avec Wid­-

 

— 267 —

 

balde (de Gest. Tolos.), vivait probablement sous Pepin-le-Bref et était sans doute le même qu’Itier, comte d’Angoulême, cité par le P. Ansel­me, sans marquer le temps de sa puissance. Cet Itier ou Ictier avait été envoyé en ôtage à Pépin, par Waifre. (Voyez Aimoin, Reginon, etc.)

Le P. Dupuy attribue la fondation de Brantôme à Charlemagne; les auteurs diffèrent sur ce point. Mabillon est de l’avis de Dupuy. (Voy. Ann., nouv. éd., tom. II.) Duchesne est dans le doute; mais il fait remonter l’ori­gine de ce couvent au moins à l’époque de Charlemagne. (Voy. Hist. Franc., tom. II.) Les Bollandistes attribuent cette fondation à Pépin, fils de Louis-le-Débonnaire. (Voy. Acta Sanct., tom. II, Janua.) Labbe et la Chronique de Maillezais partagent cette dernière opinion. Il n’est pas dou­teux que ces divers auteurs se sont presque tous copiés. Pour nous, nous ne regardons point Pépin comme le premier fondateur de l’abbaye de Brantôme; il la combla peut-être de dons, la fit même agrandir; mais elle existait avant lui, à en juger par le style architectonique de quel­ques restes de constructions qu’on y remarque encore. Les titres ne peu­vent rien nous apprendre sur ce point. La charte de fondation de cette abbaye et ses anciens cartulaires sont perdus depuis longtemps. Il y a même quelques écrivains qui accusent de cette perte le fameux abbé de Brantôme, qui voulait, disent-ils, effacer le souvenir d’un hommage que les seigneurs de Bourdeilles étaient obligés de rendre à saint Sicaire, leur baronnie relevant en partie de cette abbaye. On trouve dans les oeuvres du chancelier d’Aguesseau un mémoire très curieux et très savant sur cette mouvance. D’autres croient que les anciens titres de Brantôme furent enlevés par le seigneur de Mussidan, lorsqu’il s’empara de cette ville, en 1382. Nous ne garantissons aucune de ces versions. (Voy. notre Notice sur Brantôme, imprimée en 1842.)

Charlemagne, d’après une note marginale ajoutée à la chronique de Réginon, aurait donné à l’abbaye de Brantôme les reliques de saint Si­caire, l’un des saints Innocens massacrés par Hérode. Nous ne tenons pas à savoir si ces reliques ont été réellement l’objet d’une pieuse libéralité de cet empereur; il nous suffit qu’elles soient à Brantôme depuis plusieurs siècles, où elles n’ont pu arriver que par un bienfait; mais il nous im­porte de savoir si elles appartiennent à l’un des saints Innocens, et c’est ce que nous allons examiner. Si saint Sicaire avait été connu avant

 

— 268 —

 

Charlemagne comme l’un des saints Innocens, le texte pur d’Usuard en ferait mention; il n’en parle pas. Si, par une distraction concevable, Usuard l’eût oublié, les additions faites à son Martyrologe par plusieurs églises de France auraient relevé cette omission, et Sicaire y figurerait comme martyr d’Hérode. Il n’y est pas; ce qui prouve que cette note marginale de Réginon est postérieure aux additions d’Usuard, et que l’opinion qui fait de saint Sicaire un des saints Innocens, n’avait pas encore vu le jour à l’époque de ces additions, c’est-à-dire vers le Xe siècle. La note de Réginon ne doit remonter qu’au commencement du XIe siècle, puisque les premiers titres où saint Sicaire est représenté comme l’un des saints Innocens, ne datent que de 1060 et 1080. L’un appartenait à l’ab­baye de Sainte-Foi-de-Conques, et se trouve imprimé dans la Gallia christiana, tom. II, et l’autre d’Hélie, comte de Périgord. Dans cet acte, con­tenant la restitution du monastère de Brantôme, que ce comte avait retenu injustement, on voit que ce couvent était dédié alors à saint Pierre et à saint Sicaire, l’un des saints Innocens. Monasterium sancti Petri apostolorum principis. sancti Innocentis Sicharii, quod Brantosma nuncupatur.

Nous devons donc conclure, avec le Bollandiste Papebroch, que saint Sicaire, dont le nom est latin, lorsqu’il pourrait être hébraïque, n’a jamais été l’un des saints Innocens massacrés par Hérode, surtout lorsque nous voyons sa mort marquée le deux du mois de mai, tandis que celle des saints Innocens est fixée au 28 décembre. On pourrait dire que saint Sicaire était probablement un enfant du pays, égorgé peut-être par quelques Juifs, en haine de la religion, et que cette circonstance en a fait plus tard un des saints Innocens.

Dupuy, en affirmant que Memorius était également un des saints Inno­cens, dont les reliques auraient été données aussi à l’abbaye de St-Front, par Charlemagne, s’étonne de la simplicité de nos anciens, qui sur ce point, ne pensent pas comme lui, et, sans prendre la peine de peser leurs raisons, il s’écrie: Cette proposition se destruit elle-mesme sans autres machines, tant elle semble extravaguer. Cependant, nos anciens ne commettaient qu’une méprise, et le P. Dupuy faisait souvent des contes.

En effet, ceux qui ont inséré dans le Martyrologe d’Adon que le corps de saint Mémoire, confesseur, avait été trouvé en Egypte et apporté en Périgord par saint Front, n’ont eu que le tort de confondre le premier

 

— 269 —

 

évêque de Périgueux avec saint Front, abbé de Nitrie; tandis que Dupuy, voulant, à l’avantage de saint Mémoire, échanger son titre de confesseur contre celui de saint Innocent, a fait perdre son culte dans l’église de Périgueux. C’est ainsi qu’en croyant servir la religion, on peut quelque­fois compromettre ses intérêts.

Quant à saint Antibe, que les Bollandistes passent sous silence et dont le nom ne se trouve dans aucun Martyrologe, on ignore les actes de sa vie, et nous ne connaissons dans le Périgord aucune église qui lui soit dédiée; cependant on ne peut contester son existence.

Nous en disons autant des soeurs Menne et Galle, dont on ne rencontre le nom que dans les litanies à l’usage de l’église de Périgueux. Au reste, ce silence absolu de l’antiquité et le défaut de monumens prouvent que ces deux saintes ont vécu à une époque très reculée et ont mené une vie très obscure.

Le P. Dupuy, en racontant les voyages de Charlemagne à Rome, ceux des papes dans les Gaules, les querelles de Louis-le-Débonnaire avec ses enfans, l’invasion des Normands, etc., tombe dans quelques erreurs de dates qui, touchant de plus près à l’histoire de France qu’à celle du Péri­gord, nous intéressent moins dans le but que nous nous sommes proposé. Nous nous contentons d’en faire la remarque; d’ailleurs, il y aurait au­jourd’hui peu de mérite à les relever.

Ce n’est point à Aix-la-Chapelle qu’eut lieu l’accord conclu entre les trois frères, Lothaire, Louis-le-Germanique et Charles-le-Chauve, comme l’a dit Dupuy, mais à St-Quentin apud Augustam Viromanduorum (Voyez Mab., tom. II.) Et c’est dans l’assemblée tenue à Strasbourg que Louis-le-Germanique et Charles-le-Chauve prêtèrent le fameux serment que notre savant compatriote, M. de Mourcin, a traduit et commenté avec succès. Son travail est d’autant plus précieux, que ce serment est le monument le plus ancien que nous ayons sur la langue romane, mélange de franc et de latin, devenu la langue française. Il fut prononcé en langue tudesque pour les Allemands, et en langue romane pour les Francs. (Voy. l’ouvrage de M. de Mourcin, imprimé à Paris, chez P. Didot, en 1815, ayant pour titre Serment prêtés, etc.)

Le plus ancien monument qui nous reste sur la prise de Périgueux par les Normands est tiré de la IVe partie des Annales de saint Bertin, qui

 

— 270 —

 

s’étend depuis 836 jusqu’en 861; mais les chroniques ne sont pas d’ac­cord sur l’année de la prise de cette Ville. Les Annales de saint Bertin la mettent à l’année 849.

Nous ayons pour preuves de la prise et de la destruction de Périgueux par les Normands la relation de l’évéque Sébalde, témoin oculaire, d’après Dupuy; les Annales de saint Bertin, écrites par saint Prudence, qui mourut deux ans après cet événement; le livre des Miracles de saint Benoit, par Àdrevald, moine de Fleuri. Cet auteur ne mourut que vers l’an 878; l’auteur anonyme de la chronique intitulée: Gesta Normanorum in Francia, depuis l’an 837 jusqu’en 896. A ces quatre historiens, qui étaient évidemment contemporains, nous pouvons joindre l’auteur de la Chronique de saint Bénigne de Dijon, qui s’étend jusqu’à l’année 1052; le moine Jean, mort vers le milieu du XIIe siècle, auteur de la Chroni­que de Bèze, dans le diocèse de Langres, et enfin l’auteur de la Chro­nique de saint Maixent, dans lè Poitou, qui finit en 1141.

Nous savons que la plupart des auteurs de chroniques se copient les uns les autres; mais ceux qui vivaient à l’époque de la prise de Périgueux semblent cependant mériter notre confiance; et si la relation de Sébalde est authentique, elle doit occuper nécessairement la première place et en­traîner notre conviction. Au reste, toutes ces chroniques ne nous disent qu’un mot sur Périgneux, et nous devons désespérer de pouvoir jamais en trouver davantage.

D’après l’évêque Sébalde, trois abbayes éprouvèrent en Périgord, de la part des Normands, le même sort que celle de Saint-Front: Saint-Astier, Paunat et une autre qu’il nomme de Bociaco. L’abbaye de Saint-Astier n’était pas seulement composée de religieuses, comme le dit le P. Dupuy; elle était double, suivant l’opinion de D. Claude Etiennot, dans ses Antiquités des Bénédictins du Périgord. Dans ces temps-là, en effet, il n’était pas rare de trouver dans le même lieu des abbayes d’hommes et de femmes.

L’abbaye de Paunat, fondée en 804, par David et Bénédictine, sa femme, fut détruite par les Normands, en 849, suivant Mabillon. Il nous semble cependant plus vraisemblable que sa destruction n’eut lieu que six ans plus tard, vers l’an 855. Adalgise était vieux lorsque son monas­tère fut détruit; veneranda canitie erat, dit l’abbé Agius dans sa Lettre, imprimée pour la première fois par Catel, dans son Histoire des Comtes

 

— 271 —

 

de Toulouse. Or, en supposant qu’il était septuagénaire, il ne serait pas raisonnable de le faire errer pendant treize ans, jusqu’en 862, époque où il put fonder un autre monastère. D’ailleurs, il parait, par la même Lettre d’Agius, que les Normands avaient déjà fait plusieurs irruptions dans le Périgord: « Opportunum haud esse ratus in suo degere solo, in quo creberrimas ac miserabiles ex dilectis suis alumnis cerneret strages. » Les Annales de saint Bertin font mention aussi d’une irruption des Normands dans l’Aquitaine, en 855. Anno DCCCLV Nordmanni Burdigalam Aquitaniae civitatem invadunt, et hac illacque pro libitu pervagantur.

Ces expressions pro libitu pervagantur dénotent que rien ne s’opposait à leur marche. Il est donc probable que c’est dans ces courses vagabondes que les Normands vinrent à Paunat.

Agius mourut évêque de Narbonne. On croit qu’il était originaire du Périgord et l’un des dix religieux que l’abbé Adalgise emmena avec lui, lorsqu’il fut contraint d’abandonner Paunat.

Nous ignorons où était l’abbaye que Sébalde nomme de Bociaco. Le P. Dupuy parait douter s’il faut traduire ce mot par Boschaud. L’abbaye de Boschaud ne remonte qu’au XIIe siècle, à moins qu’elle n’eût été rebâtie sur les ruines d’un plus ancien monastère, ce que le P. Dupuy semble croire. D. Claude Etiennot a traduit le mot de Bociaco par Beaussac, qui est le nom d’une commune entre Périgueux et Angoulême. Nous ne par­tageons point l’opinion de cet historien: on ne trouve dans Beaussac au­cune trace indiquant l’existence d’un ancien monastère.

Aucun écrivain contemporain n’a recueilli les actions d’Wlgrin. Le peu que nous en savons a été conservé par l’historien Adémar de Chabanois, qui mourut cent quarante ans après ce comte. L’historien des évêques et des comtes d’Angoulême, écrivant en 1156, et celui qui a donné les Fragmens de l’Histoire d’Aquitaine, en parlant d’Wlgrin, n’ont été que les copistes d’Adémar. Il ne nous reste aucune charte d’Wlgrin. Cepen­dant, son administration fut fertile en événemens, et l’on ne peut douter que sa sagesse et sa fermeté n’aient donné au Périgord la tranquillité dont jouit cette province pendant plus de vingt ans. Nous ne voyons, en effet aucune incursion des Normands dans le Périgord depuis l’an 866 jusque vers la fin du IXe siècle, tandis que ces barbares désolaient encore la France à cette époque.

 

— 272 —

 

(o) Le successeur de Raimond est Ainard ou Amard, que le P. Dupuy a passé sous silence. Cet évêque était connu dès l’an 844 par la Chronique de Maillezais. Voici le texte tel qu’on le trouve dans la Nouvelle Biblio­thèque des Manuscrits du P. Labbe, tom. II:

Anno DCCCXLIV claruerunt Sergius papa, Amalricus Turonus, Dodo Andegavinus, Gado Pictavinus, Bernardus Lemovicus, Amardus Petragoricus, Aulbertus Engolismensis, Actardus Namnetensis.

Il est probable que cet évêque était un de ceux qui assistèrent à l’assem­blée tenue à Germigny, près d’Orléans, en 843, et qu’il souscrivit immé­diatement après Audacar, évêque de Limoges. Il y est nommé Amarius. Il vivait encore en 849, puisqu’il assista aussi, avec quelques évêques, à une autre assemblée qui eut lieu à Saint-Florent-les-Saumier. Le Cartulaire de cette abbaye en faisait mention.

Wlgrin, avant de mourir, disposa de ses états envers ses deux enfans. Alduin, l’aîné, eut l’Angoumois, et Guillaume, le cadet, eut en partage le Périgord et l’Agenais. Ce partage parait bien singulier. L’Angoumois devait être moins étendu que le Périgord et l’Agenais réunis. Il faut croire qu’Wlgrin ne possédait qu’une partie du Périgord, et que Périgueux ne lui appartenait pas. En effet, les vicomtes de Limoges occupaient toute la partie septentrionale; ils étaient seigneurs d’Excideuil, d’Ans, de Thiviers et de Nontron. L’évêque de Périgueux avait Auberoche, Bassillac, Saint-Astier, Coursac et Plazac. Le chapitre avait aussi ses possessions. Bourdeilles, Biron, Beynac, Mareuil, Bruzac, Aubeterre, Salagnac, Castelnaud, Gurçon, anciennes seigneuries de la provinces appartenaient à des familles qui en prirent le nom, et les châtellenies de Ribérac et de Monpont étaient la propriété des vicomtes de Turenne. Ainsi, la privation de tous ces domaines explique le partage que fit Wlgrin à ses enfans.

Guillaume, avant sa mort, se vit dépouillé de l’Agenais; cette province lui fut enlevée par Ebles, comte de Poitiers. Son fils Bernard lui succéda dans le comté de Périgord.

 

(p) Tous les catalogues des évêques de Périgueux offrent une lacune d’environ soixante-douze ans entre Sébalde et Frotaire. Nous remplissons ce long intervalle par cinq évêques: Auscléobe, Gobert, Turpin, Udalric et Hugues, connus par une copie, faite dans le XIIe siècle, d’un ancien

 

— 273 —

 

Nécrologe de l’abbaye de Brantôme, et citée par D. Claude Etiennot, dans le volume coté Antiquitates Benedictorum Petragoricensium. L’ordre chro­nologique, il est vrai, n’y est point observé. Ce fut, sans doute, cette confusion qui empêcha les éditeurs de la Gallia christiana de se servir de ce document; mais, en consultant les collections des conciles, les chartes de l’époque, il leur était facile de rétablir l’ordre des dates.

Frotaire de Gourdon, issu des anciens comtes de Toulouse, sortait de l’illustre maison de Gourdon, en Querci, dont le sang, la fortune et le nom ont été transmis par une femme à la noble famille de Lagrange-Gourdon de Floirac.

Plusieurs monumens très anciens font mention de cet évêque: les actes du concile de Charroux, tenu en 988 ou 989; la charte d’élection de Gaubert, évêque de Cahors, en 990; la charte accordée par lui au monas­tère de Paunat, vers l’an 990; la consécration d’Alduin, évêque de Limo­ges, rapportée dans la Chronique d’Adémar de Chabanois, écrite en 1152, et une anciennne Chronique des Évêques de Périgueux, de l’an 1142. Son nom n’est pas dans le Nécrologe de Brantôme, probablement parce que cette abbaye était alors au pouvoir d’Aiméric, seigneur de Mussidan.

Il est invraisemblable que l’église et le monastère de Saint-Front n’aient été qu’un amas de ruines pendant un siècle et demi, surtout le tombeau de l’apôtre du Périgord y attirant tous les jours de nombreux pèlerins. Il est plus raisonnable de croire que Frotaire de Gourdon ne fit qu’agrandir le monastère et rebâtir l’église sur un plan plus vaste et telle que nous la voyons aujourd’hui.

Le chapitre de Saint-Front ne fut d’abord qu’une abbaye; mais, dans le IXe siècle, il était composé de chanoines réguliers, observant les pres­criptions du concile d’Aix-la-Chapelle. Frotaire ne changea rien à son état et laissa subsister le vieux monastère, puisqu’une ancienne Chronique, en parlant de Radulphe de Scoraille, s’exprime ainsi: Sepultus est primum in monasterio vetulo, anno 1013.

 

(q) Le jour de la mort de l’évéque Martin a été omis dans l’ancien ca­lendrier du Périgord, dont l’auteur de la Chronique des Évêques parait s’être servi. Il est bien étonnant aussi que l’historien Adémar n’ait pas dit un seul mot de cet évêque, dont il était le contemporain. La Liste chro-

 

— 274 —

 

nologique des Évêques de Périgueux, commençant à Frotaire, mise au commencement d’une charte de l’abbaye de Saint-Astier, de l’an 1122, n’en parle pas non plus. On ne conçoit pas un tel silence sur le fils du comte de la province, dont le gouvernement a été cependant assez long. Etait-ce là le plus bel éloge qu’on pût faire de cet évêque? Nous ne le pensons pas. Les éditeurs de la Gallia christiana disent qu’il fut le bien­faiteur de la cathédrale: nous regrettons qu’ils n’aient pas énuméré ses bienfaits.

 

(r) Radulphe ou Raoul de Scoraille, de l’ancienne maison de ce nom en Auvergne, et non point de celle de Couhé, en Poitou, comme le disent par erreur le P. Dupuy et la Gallia christiana, répara l’église de Saint-Astier, dans laquelle il fonda un chapitre de chanoines réguliers, sous la direction de l’abbé Accius, la dota de plusieurs revenus et lui donna la moitié de la dîme de la paroisse de Saint-Léon. Il fit le voyage de la Terre-Sainte avec Guillaume, duc d’Aquitaine. A son retour, il se rendit à Saint-Astier pour la translation des reliques du saint de ce nom, et mourut le 5 janvier 1013.

 

Ici finissent les Notes du premier volume de l’ouvrage du P. Dupuy. Nous appelons cette première partie un volume, parce que l’auteur a recommencé une nouvelle pagination pour la suite de son livre; rien autre chose, en effet, ne nous autorisait à lui donner cette dénomination.

Ces notes sont plus étendues que nous ne pensions; il le fallait pour débrouiller les premiers siècles. Celles du second volume seront plus cour­tes. Nous avions mille ans à parcourir au milieu d’épaisses ténèbres; nous n’aurons plus que six siècles à franchir, et ces derniers siècles, moins obscurs que leurs devanciers, exigeront moins de recherches; d’ailleurs, plus rapprochés de l’époque où le P. Dupuy écrivait, cet auteur a pu mieux les connaître.

 

 

 

Fin du premier volume.

 

<<Retour